RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            J'suis comme ça

            Pocket
            EAN : 9782266275699
            Code sériel : 40
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 224
            Format : 108 x 177 mm
            J'suis comme ça

            Date de parution : 23/02/2017
            Aussi dures et impitoyables les lois du milieu soient-elles, il est une règle tacite qu’il convient d’honorer : pas touche aux mamans. Ainsi quand à l’heure du déjeuner, San-Antonio retrouve le jardinier assommé, le pavillon désert et la blanquette brûlée, son sang ne fait qu’un tour. Félicie ! Félicie disparue... Aussi dures et impitoyables les lois du milieu soient-elles, il est une règle tacite qu’il convient d’honorer : pas touche aux mamans. Ainsi quand à l’heure du déjeuner, San-Antonio retrouve le jardinier assommé, le pavillon désert et la blanquette brûlée, son sang ne fait qu’un tour. Félicie ! Félicie disparue ! Que des messieurs louches veuillent récupérer des documents ultraconfidentiels, c’est leur droit. Mais qu’ils enlèvent pour ce faire les mamans des gens, alors là, fallait pas le chercher, ça va saigner… Et c’est comme ça !

            SAN-ANTONIO ANNÉES 60

            Texte original
            @ Disponible chez 12-21
            L'ÉDITEUR NUMÉRIQUE
            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782266275699
            Code sériel : 40
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 224
            Format : 108 x 177 mm
            Pocket
            6.40 €
            Acheter

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • rulhe Posté le 1 Juin 2017
              un bon san Antonio, avec de l,action de l,humour,des méchants originaux. de quoi passé un bon moment de détente.
            • ntchoubis Posté le 12 Mars 2017
              SYNOPSIS San-Antonio se retourne de Barcelone où il était en service commandé et où il s’est emparé des documents volés sur les recherches atomiques françaises. Le chemin du retour était dure et San-A a l’air tout à fait fourbu. Il fait un saut à la maison pour se reposer un peu. À deux heures le Vieux l’attend au bureau avec les papiers. San-A va au bureau de tabac du coin pour acheter des cigarettes. Et quand il rentre chez lui quelques minutes plus tard, il n’y a personne. Noboby, les gars! Degun! Et, pire encore, aucune trace de Félicie… Quelque temps après, il reçoit un coup de fil. Une dame lui propose un deal: la vie et la liberté de sa mère contre les documents qu’il a ramenés d’Espagne. Que choisir? « 1° J’ai une conscience professionnelle en acier inoxydable et l’idée de céder à un chantage m’insupporte. 2° Je connais les mœurs de cette sorte d’individus. Je sais fort bien que si je leur donne satisfaction, ils n’auront rien de plus pressé que de tuer ma chère Félicie afin de supprimer un témoignage compromettant. Conclusion: je dois retrouver ma mère en vitesse. » Les courses contre la montre, il en connait sur le bout des doigt, San-Antonio.... SYNOPSIS San-Antonio se retourne de Barcelone où il était en service commandé et où il s’est emparé des documents volés sur les recherches atomiques françaises. Le chemin du retour était dure et San-A a l’air tout à fait fourbu. Il fait un saut à la maison pour se reposer un peu. À deux heures le Vieux l’attend au bureau avec les papiers. San-A va au bureau de tabac du coin pour acheter des cigarettes. Et quand il rentre chez lui quelques minutes plus tard, il n’y a personne. Noboby, les gars! Degun! Et, pire encore, aucune trace de Félicie… Quelque temps après, il reçoit un coup de fil. Une dame lui propose un deal: la vie et la liberté de sa mère contre les documents qu’il a ramenés d’Espagne. Que choisir? « 1° J’ai une conscience professionnelle en acier inoxydable et l’idée de céder à un chantage m’insupporte. 2° Je connais les mœurs de cette sorte d’individus. Je sais fort bien que si je leur donne satisfaction, ils n’auront rien de plus pressé que de tuer ma chère Félicie afin de supprimer un témoignage compromettant. Conclusion: je dois retrouver ma mère en vitesse. » Les courses contre la montre, il en connait sur le bout des doigt, San-Antonio. D’autant plus, qu’il ne fera pas cavalier seul. Il a des amis fidèles qui, au cas de besoin, sont toujours prêts à venir à la rescousse. Ainsi, l’opération «Sauver Félicie» se déclenche. Un beau cheptel (San-Antonio, Bérurier, Pinaud, Mathias et Bravissimo, un as du volant) est sur le sentier de la guerre. De Paris, jusqu’à Berne. Prêt, pas prêt, j’y vais! MON HUMBLE AVIS Comme le volume précédent, «Du brut pour les brutes», le numéro 40 dans la série, «J’suis comme ça», est paru en 1960. Soit dit en passant, que le cocktail à la san-antonio est encore un point commun entre ses deux livres. Oui, tout y est compris dans le prix: une sarabande constante des événements, de la gouaille et de la dérision, des calembours, des comparaisons et des métaphores succulents, des apostrophes au lecteur, des digressions lyriques, une courte mais torride partie de jambes en l’air et une multitude d’énumérations comme celle-ci: «Ou bien j’y vais carrément et je demande un entretien à l’ambassadeur; ou bien j’attends, je surveille, je guette, j’observe, je sonde, j’étudie, je renifle, je scrute, j’envisage, je délibère, je déduis, j’inspecte et j’attends.» Ce qui saute aux yeux, c’est la vivacité du récit, la grande liberté de plume. C’est bien important, parce que l’intrigue reste encore un peu simplette et c’est cette verve qui scotche l’attention du lecteur. L’action se déroule en France et en Suisse. Il paraît que l’auteur a un penchant pour ce pays des Helvètes. Ce n’est pas pour la première fois que Confederaziun svizra devient le champ de bataille pour San-Antonio (Cf. «Les anges se font plumer» ou «Au suivant de ces messieurs»). Les personnages constituent un autre point fort du roman. Ils se sont presque débarrassés de leurs traits simplifiés et schématiques, sont devenus denses, vifs, naturels. À part d’habitués, comme Béru, Pinaud et même Mathias, dans ce volume apparaît un nouveau collègue du commissaire, Bravissimo, «ancien pilote d’essai chez Spaghetti-Bolognaise». Pourtant, son rôle y reste (et restera) flou et éphémère. De toute façon, le volume numéro 40 n’a pas manqué le coche. EN RÉSUMÉ Comme son prédécesseur, «Du brut pour les brutes», ce livre m’a offert un récit hilarant, un style accompli et un moment de lecture très sympa. Bravo, San-Antonio! 4.0/5.0
              Lire la suite
              En lire moins
            • lecassin Posté le 15 Septembre 2015
              Il n’aura pas fallu longtemps à des malfrats pour enlever la mère de San Antonio après avoir assommé le jardinier … juste le temps pour lui d’aller chercher des cigarettes au coin de la rue alors qu’il rentre fatigué d’Espagne avec des documents qu’il vient de récupérer chez un espion international. De retour à la maison : Félicie a disparu ! Il faudra du doigté à notre commissaire pour récupérer sa brave femme de mère, et de la chance… Paru en 1960 et trente-neuvième volume de la série, « J’suis comme ça » est un honnête San-Antonio : on y retrouve pas mal des ingrédients indispensables à un excellent épisode : Béru actif et égal au meilleur, Pinaud (bien qu’un peu en retrait), des calembours comme s’il en pleuvait, « cigarettes, whisky et p’tit’ pépées », des énumérations, des notes en bas de page, des digressions… Bref ! On se demande pourquoi le qualificatif « honnête »… Because l’intrigue… Un peu faible l’intrigue… Même si un bon San-Antonio ne dépend pas toujours de la qualité de l’intrigue, ça aide… souvent…
            • Beathi Posté le 18 Août 2014
              40ème roman de San-Antonio publié en 1960 (dépôt légal 3ème trimestre 1960). L’histoire se déroule en 1960 à Paris et en Suisse sur une durée de 4 jours. Histoire : San-Antonio revient de Barcelone après avoir récupéré des documents volés en France. Avant de les apporter au Vieux, il se repose dans son pavillon de St-Cloud. Il s'absente quelques minutes pour acheter des cigarettes. De retour chez lui, il constate que sa mère a disparu... Le premier roman où la mère de San-Antonio est kidnappée suite à une de ses missions. Un très bon roman. Même si Bérurier a encore un rôle plus important que Pinaud. On retrouve encore Mathias comme dans le roman précédent. Frédéric Dard invente un pays : la Pleurésie. Incohérence : Bérurier fête ses 25 ans de mariage ce qui était aussi le cas dans le roman "Prenez-en de la graine" dont l'histoire se déroule en 1958.
            Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
            Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.