En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez le dépôt de cookies qui nous permettront, ainsi qu’à nos partenaires, de vous proposer des offres et contenus adaptés à vos centres d’intérêts, des fonctions de partage vers les réseaux sociaux, d’analyser le trafic et la performance du site et d’effectuer des statistiques.
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            Juste une mauvaise action

            Pocket
            EAN : 9782266260152
            Code sériel : 16397
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 912
            Format : 108 x 177 mm
            Juste une mauvaise action

            Isabelle CHAPMAN (Traducteur)
            Date de parution : 22/09/2016
            Jusqu’où peut-on aller pour aider un ami ? Lorsque l’adorable fillette de son voisin pakistanais, Hadiyyah, est enlevée par sa mère, puis kidnappée sur un marché toscan, le sergent Barbara Havers ne se pose même pas la question. Elle ira jusqu’au bout. Quitte à flirter avec l’illégalité, frayer avec de... Jusqu’où peut-on aller pour aider un ami ? Lorsque l’adorable fillette de son voisin pakistanais, Hadiyyah, est enlevée par sa mère, puis kidnappée sur un marché toscan, le sergent Barbara Havers ne se pose même pas la question. Elle ira jusqu’au bout. Quitte à flirter avec l’illégalité, frayer avec de louches personnages, manipuler les tabloïds et entraîner l’ami et célèbre inspecteur Thomas Lynley dans une affaire qui se révélera bien plus complexe qu’un simple enlèvement…
            Sous le soleil de l’Italie ou la grisaille de Londres, l’enfer est toujours pavé de bonnes intentions…

            « C'est du grand George, pour initiés ou pas. » ELLE

            « Elizabeth George joue volontairement avec les nerfs du lecteur, l'emmenant lentement au cœur d'une intrigue aux multiples ramifications. » Le Figaro littéraire
            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782266260152
            Code sériel : 16397
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 912
            Format : 108 x 177 mm
            Pocket
            10.00 €
            Acheter

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • steph5977 Posté le 15 Septembre 2018
              contente d'être arrivée à la fin de ce livre interminable, je n'ai pas réussi à trouvé cette histoire vraiment palpitante, il me manque une certaine ambiance, j'avais trouvé le coupable très tôt, et même si d'habitude j'aime les personnages de Barbara et de Linley, le comportement incohérent de la fliquette m'a exaspéré
            • Kio971 Posté le 4 Septembre 2018
              Des romans policiers, j'en ai lus ! Des livres et des livres ! Peut-être même plus haut que les fameuses tours des vieux quartiers de la ville italienne de Florence ! Des passionnants que vous ne pouviez pas lâcher avant d'avoir terminé le livre - ou qui ne vous lâchait pas avant que vous arriviez à la dernière ligne .... selon le point de vue que l'on adopte. Des page-turner comme on dit dans la langue de Shakespeare. Mais même s'il m'arrive parfois - tout comme Daniel Pennac nous en a donné l'autorisation voilà maintenant plus de 15 ans ... eh oui ! le temps file ... - de sauter des paragraphes ennuyeux ou des pages monotones, jamais, je n'étais allée lire la fin d'un livre avant d'y arriver naturellement. Jamais, au grand jamais !!! Sauf avec ce roman d'Elizabeth George, tant je tremblais pour les personnages. Et c'est là tout l'art d'Elizabeth George de faire vivre ces personnages de papier et de nous les donner à voir comme s'ils existaient réellement, comme les "vrais gens" d'un article de journal ou d'un reportage de magazine. Des personnages attachants dont on voudrait qu'ils se sortent au plus vite des ennuis... Des romans policiers, j'en ai lus ! Des livres et des livres ! Peut-être même plus haut que les fameuses tours des vieux quartiers de la ville italienne de Florence ! Des passionnants que vous ne pouviez pas lâcher avant d'avoir terminé le livre - ou qui ne vous lâchait pas avant que vous arriviez à la dernière ligne .... selon le point de vue que l'on adopte. Des page-turner comme on dit dans la langue de Shakespeare. Mais même s'il m'arrive parfois - tout comme Daniel Pennac nous en a donné l'autorisation voilà maintenant plus de 15 ans ... eh oui ! le temps file ... - de sauter des paragraphes ennuyeux ou des pages monotones, jamais, je n'étais allée lire la fin d'un livre avant d'y arriver naturellement. Jamais, au grand jamais !!! Sauf avec ce roman d'Elizabeth George, tant je tremblais pour les personnages. Et c'est là tout l'art d'Elizabeth George de faire vivre ces personnages de papier et de nous les donner à voir comme s'ils existaient réellement, comme les "vrais gens" d'un article de journal ou d'un reportage de magazine. Des personnages attachants dont on voudrait qu'ils se sortent au plus vite des ennuis dans lesquels ils se trouvent. Au-delà de ça, Juste une mauvaise action nous emmène pour une fois loin de la brumeuse Angleterre, sous le soleil d'Italie. Alors venez goûter à la douceur du printemps en Toscane tout en appréciant une intrigue pleine de rebondissements.
              Lire la suite
              En lire moins
            • fanfan50 Posté le 23 Juin 2018
              Le livre même en version Pocket est très gros. Il est vrai qu'il est assez complexe. J'aime cet écrivain et ce qu'elle écrit, comment dire, c'est plus qu'une simple affaire de meurtre, à chaque roman, elle aborde un problème contemporain et ici, c'est la cybercriminalité avec le talentueux Bryan Smythe qui s'ingénie à trafiquer les réseaux de télécommunications italiens et les disques durs du détective privé Michelangelo Di Massimo. Elle s'en prend aussi aux tabloïds qui "s'adressent aux pires instincts de l'homme. Ils font leur beurre du goût malsain des uns pour le vice et de la cupidité des autres, d'ordre sexuel ou financier, peu importe." Et enfin, elle s'est bien renseignée sur cette bactérie tueuse qu'est l'E.coli et nous a dispensé tout son savoir. En un roman, on peut apprendre beaucoup de choses et en prime, ici, on voyage : Barbara, mon enquêtrice préférée, sort enfin de ses brumes londoniennes pour ce joli petit village toscan, Lucca. "Le soleil couchant dorait les toits de Lucca. Salvatore montra du doigt en les nommant les monuments les plus importants. Barbara comprit en tout cas qu'il aimait sa ville. Et en effet, elle était aimable, avec ses ruelles tortueuses ornées... Le livre même en version Pocket est très gros. Il est vrai qu'il est assez complexe. J'aime cet écrivain et ce qu'elle écrit, comment dire, c'est plus qu'une simple affaire de meurtre, à chaque roman, elle aborde un problème contemporain et ici, c'est la cybercriminalité avec le talentueux Bryan Smythe qui s'ingénie à trafiquer les réseaux de télécommunications italiens et les disques durs du détective privé Michelangelo Di Massimo. Elle s'en prend aussi aux tabloïds qui "s'adressent aux pires instincts de l'homme. Ils font leur beurre du goût malsain des uns pour le vice et de la cupidité des autres, d'ordre sexuel ou financier, peu importe." Et enfin, elle s'est bien renseignée sur cette bactérie tueuse qu'est l'E.coli et nous a dispensé tout son savoir. En un roman, on peut apprendre beaucoup de choses et en prime, ici, on voyage : Barbara, mon enquêtrice préférée, sort enfin de ses brumes londoniennes pour ce joli petit village toscan, Lucca. "Le soleil couchant dorait les toits de Lucca. Salvatore montra du doigt en les nommant les monuments les plus importants. Barbara comprit en tout cas qu'il aimait sa ville. Et en effet, elle était aimable, avec ses ruelles tortueuses ornées de pavés, ses jardins secrets que l'on devinait à peine, l'ovale parfait de la place de l'Amphithéâtre, ses dizaines d'églises semées un peu partout. Et tout autour, les remparts monumentaux recouverts de verdure et ponctués de bastions. Le soir, une brise fraîche soufflait de la plaine. Il fallait bien l'admettre, ce toit était comme un coin de paradis." J'ai vraiment eu un grand moment de plaisir en lisant cette enquête où pour une fois, c'est le sergent Barbara Havers qui met les bouchées doubles pour tirer d'affaire son ami pakistanais, Azhar. Le fait qu'il y ait beaucoup de phrases en italien - non traduites pour la plupart - ne m'a pas gênée.
              Lire la suite
              En lire moins
            • Marech20 Posté le 25 Septembre 2017
              J'ai beaucoup lu les romans policiers d'Elisabeth George il y a longtemps. Puis arrêtée (certainement trop peinée par la mort injuste d'Helen). Bref, j'ai replongé. De fait, je n'ai pas saisi toutes les références aux précédents livres, mais il n'y en a pas besoin pour être efficace (en revanche la traduction des dialogues italiens n'aurait pas été de trop). C'est un pavé, un peu long... mais qu'on ne lâche pas (j'y ai passé une grande partie de mon après-midi et de la nuit qui a suivi!)
            • jmb33320 Posté le 30 Août 2017
              Les fans de Lynley et Navets ont été déçus par cette enquête qui se passe la plupart du temps en Toscane. Barbara Havers , tardivement, ira sur place pour tenter de sauver Haddiyah, sa jeune voisine. Pour ma part j'ai apprécié cette intrigue originale. Je reconnais quelques longueurs et redites mais le cadre est intéressant.

            Ils en parlent

            « Elizabeth George joue volontairement avec les nerfs du lecteur, l’emmenant lentement, très lentement au cœur d’une intrigue aux multiples ramifications. » Le Figaro littéraire

            « C’est du grand George, pour initiés ou pas. » ELLE

            « Alors que l’on pourrait s’attendre à un roman policier classique, l’auteure américaine distille une modernité et une perversion parfaitement dosée. Ses personnages, aux caractères complexes, entraînent nos déductions au-delà de l’imagination et rendent l’intrigue passionnante. » Point de vue

            « Elizabeth George, en grande forme, a concocté un plan machiavélique et parvient à nous tenir en haleine pendant ses 695 pages. Un tour de force qui mérite l’admiration. » Version Femina

            « Une écriture enlevée et captivante emporte un lecteur conquis dès les premières lignes. » L’amour des livres
            Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
            Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.
            Les informations collectées par SOGEDIF (une société du groupe EDITIS) font l’objet d’un traitement automatisé ayant pour finalité de vous adresser des actualités et des offres, de vous proposer du contenu adapté à votre profil et à vos goûts, et de gérer sa relation avec vous. Les informations marquées d’un astérisque sont obligatoires. A défaut, SOGEDIF ne sera pas en mesure de répondre à votre demande. Ces informations sont à destination exclusive des maisons d’Edition du Groupe EDITIS et seront conservées pendant 3 ans à compter de votre dernière visite. Conformément au Règlement (UE) 2016/679 relatif à la protection des données à caractère personnel, vous disposez des droits suivants sur vos données : droit d’accès, droit de rectification, droit à l’effacement (droit à l’oubli), droit d’opposition, droit à la limitation du traitement, droit à la portabilité. Vous pouvez également définir des directives relatives à la conservation, à l'effacement et à la communication de vos données à caractère personnel après votre décès. Pour exercer vos droits, merci d’adresser votre courrier recommandé AR à l’adresse suivante : DPO EDITIS, 30 place d’Italie, 75013 Paris, en y joignant la copie d’une pièce d’identité. En cas de manquement aux dispositions ci-dessus, vous avez le droit d’introduire une réclamation auprès de la CNIL. Enfin, pour une simple résiliation de votre inscription au service, contactez notre équipe à l’adresse électronique suivante : inscription@lisez.com