Lisez! icon: Search engine
EAN : 9782266267960
Code sériel : 16604
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 264
Format : 108 x 177 mm
La Chasse au trésor
Serge Quadruppani (traduit par)
Date de parution : 08/09/2016
Éditeurs :
Pocket

La Chasse au trésor

Serge Quadruppani (traduit par)
Date de parution : 08/09/2016

 
Collectionneurs de croix et fervents dévots, Gregorio Palmisano et sa sœur Caterina se prennent subitement pour le bras vengeur de Dieu. Pour punir les pécheurs de Vigàta, ils les attaquent... Collectionneurs de croix et fervents dévots, Gregorio Palmisano et sa sœur Caterina se prennent subitement pour le bras vengeur de Dieu. Pour punir les pécheurs de Vigàta, ils les attaquent depuis leur balcon.
N’écoutant que son courage, Montalbano monte à l’assaut et neutralise les fanatiques. Religion et perversion faisant parfois bon...
Collectionneurs de croix et fervents dévots, Gregorio Palmisano et sa sœur Caterina se prennent subitement pour le bras vengeur de Dieu. Pour punir les pécheurs de Vigàta, ils les attaquent depuis leur balcon.
N’écoutant que son courage, Montalbano monte à l’assaut et neutralise les fanatiques. Religion et perversion faisant parfois bon ménage, le commissaire découvre que Gregorio partageait sa couche avec une poupée gonflable décatie et rafistolée. Une anecdote sordide dont la presse fait ses choux gras, mais bientôt pour Montalbano un sujet d’interrogation méritant investigation…
Car dans une poubelle est retrouvée une seconde poupée qui sonne le début d’une macabre chasse au trésor…

@ Disponible chez 12-21
L'ÉDITEUR NUMÉRIQUE
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266267960
Code sériel : 16604
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 264
Format : 108 x 177 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • bfauriaux Posté le 24 Novembre 2021
    Un Camilleri plus sombre que d'habitude avec plus de violence affichee que dans ses oeuvres precedentes mais qui garde tout le tonus et les qualites de l'auteur avec notamment ce phrase italien dont la traduction conserve tout le charme.Un ouvrage a decouvrir.
  • MPM Posté le 17 Novembre 2021
    Cette enquête du commissaire Montalbano est un peu particulière. D’abord, le meurtre, bien qu’on devine assez tôt qu’il va en advenir un, ne survient qu’à la fin du livre, ce qui est inhabituel. Aussi, le commissaire, au début de ce roman, s’ennuierait presque à défaut d’enquête à mener. Il y a bien ce vieux couple de frère et sœur un peu fous et dévots qui tirent un soir sur la population du haut de leur balcon mais rien d’autre pour troubler la tranquillité de Vigata. Il y a aussi ces enveloppes anonymes que Montalbano reçoit dans lesquelles un inconnu lui soumet des énigmes étranges à résoudre. Enfin sa vieille amie Ingrid lui adresse un jeune étudiant en anthropologie, très admiratif des méthodes du célèbre commissaire, et qui souhaite le suivre dans ses enquêtes pour mieux connaître lesdites méthodes. Donc il ne se passe pas grand-chose jusqu’à ce que survienne l’enlèvement d’une jeune fille qui va déclencher une véritable enquête. A partir de là, tout se précipite et Montalbano est acculé à être plus perspicace que jamais et à faire le lien entre des faits disparates et troublants. Quand la vérité se fera jour, elle sera très glauque et le commissaire mettra... Cette enquête du commissaire Montalbano est un peu particulière. D’abord, le meurtre, bien qu’on devine assez tôt qu’il va en advenir un, ne survient qu’à la fin du livre, ce qui est inhabituel. Aussi, le commissaire, au début de ce roman, s’ennuierait presque à défaut d’enquête à mener. Il y a bien ce vieux couple de frère et sœur un peu fous et dévots qui tirent un soir sur la population du haut de leur balcon mais rien d’autre pour troubler la tranquillité de Vigata. Il y a aussi ces enveloppes anonymes que Montalbano reçoit dans lesquelles un inconnu lui soumet des énigmes étranges à résoudre. Enfin sa vieille amie Ingrid lui adresse un jeune étudiant en anthropologie, très admiratif des méthodes du célèbre commissaire, et qui souhaite le suivre dans ses enquêtes pour mieux connaître lesdites méthodes. Donc il ne se passe pas grand-chose jusqu’à ce que survienne l’enlèvement d’une jeune fille qui va déclencher une véritable enquête. A partir de là, tout se précipite et Montalbano est acculé à être plus perspicace que jamais et à faire le lien entre des faits disparates et troublants. Quand la vérité se fera jour, elle sera très glauque et le commissaire mettra sa vie en danger. Dans cette enquête, il n’y a pas de place pour l’humour. L’intrigue est sombre et mystérieuse de bout en bout. A noter que, pour une fois, le lecteur est capable, avec un minimum de clairvoyance, de porter des soupçons sur le futur assassin avant le commissaire lui-même !
    Lire la suite
    En lire moins
  • Baluzo Posté le 21 Septembre 2021
    ah j’ai vraiment aimé celui la ! bien ficelé avec un premier chapitre dans l’action ! et tous les personnages clés de camilleri sont là ! livia, Ingrid et la fine équipe! montalbano est au sommet de son art , faisant encore la démonstration ( surtout pour lui. même ) que si son corps prend de l’âge , son cerveau marche toujours bien !!
  • Herve-Lionel Posté le 16 Août 2021
    N°1570 - Août 2021 La chasse au trésor– Andrea Camilleri – Le fleuve noir. Traduit de l’italien par Serge Quadruppani. Gregorio Plamisano, 70 ans et sa sœur Caterina, 68 ans vivent ensemble dans un appartement plein de bondieuseries et leur vie est entièrement consacrée à la religion catholique et à ses obsessions culpabilisantes. Jusque là rien d’extraordinaire, jusqu’au moment où ils deviennent menaçants et tirent sur tout ce qui bouge. Montalbano intervient et la perquisition révèle l’existence d’une poupée gonflable, ce qui fait les délices de la presse locale. Un appel téléphonique à propos d’un corps trouvé dans un conteneur révèle ce même type de poupée alors qu’un curieux correspondant invite Montalbano à une mystérieuse chasse au trésor en forme de devinettes épistolaires et ...en vers ! Même si les règles de la prosodie sont quelques peu oubliées et l’aspect émotionnel totalement occulté, cela sonne comme un défi pour notre commissaire qui entend bien se plier à ce jeu. Il sait d’expérience qu’il faut se méfier des évidences qui peuvent vicier le jugement et conduire un innocent devant un tribunal (« La forme de l’eau » du même auteur), mais il sait aussi que cette énigme qui lui est proposée est pour lui une occasion... N°1570 - Août 2021 La chasse au trésor– Andrea Camilleri – Le fleuve noir. Traduit de l’italien par Serge Quadruppani. Gregorio Plamisano, 70 ans et sa sœur Caterina, 68 ans vivent ensemble dans un appartement plein de bondieuseries et leur vie est entièrement consacrée à la religion catholique et à ses obsessions culpabilisantes. Jusque là rien d’extraordinaire, jusqu’au moment où ils deviennent menaçants et tirent sur tout ce qui bouge. Montalbano intervient et la perquisition révèle l’existence d’une poupée gonflable, ce qui fait les délices de la presse locale. Un appel téléphonique à propos d’un corps trouvé dans un conteneur révèle ce même type de poupée alors qu’un curieux correspondant invite Montalbano à une mystérieuse chasse au trésor en forme de devinettes épistolaires et ...en vers ! Même si les règles de la prosodie sont quelques peu oubliées et l’aspect émotionnel totalement occulté, cela sonne comme un défi pour notre commissaire qui entend bien se plier à ce jeu. Il sait d’expérience qu’il faut se méfier des évidences qui peuvent vicier le jugement et conduire un innocent devant un tribunal (« La forme de l’eau » du même auteur), mais il sait aussi que cette énigme qui lui est proposée est pour lui une occasion unique de se remettre en question et de se prouver que le vieillissement ne viendra pas polluer les quelques années qui lui restent à accomplir avant de prendre sa retraite. Il sent en effet de plus en plus le poids du temps sur ses épaules, impression qui est corroborée par une récente prise de poids et par un calme plutôt plat du côté de la délinquance à Vigàta. On s’en doute, ce petit jeu va aller en se compliquant mais un aide inattendue lui vient d’un particulier en ce qui concerne la résolution des rébus « poétiques » qui peuvent se résumer en un sorte de duel entre le rédacteur de ces mystérieuses lettres et le commissaire. Pourtant la présence de cette maudite poupée du conteneur qu’on ne savait pas très bien où mettre est assez encombrante pour un célibataire comme Montalbano. La torpeur ambiante est quelque peu bousculée par un kidnapping, avec toujours en toile de fond ce qu’on a du mal à appeler poèmes mais qui relancent l’attention du commissaire devenu le seul interlocuteur de ce mystérieux interlocuteur. Au début de la lecture on avait un peu oublié cette histoire de poupées gonflables, mais elles se réinvitent à nouveau, relançant le suspense. Montalbano a toujours ses acolytes, la lointaine Livia, l’inénarrable Catarella, l’indispensable Fazio , Augello le catégorique, la séduisante Ingrid, et toujours cet appétit généreux et arrondisseur de son tour de taille et pourvoyeur de son taux de cholestérol.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Floccus Posté le 6 Septembre 2020
    J’ai croisé Salvo au détour d’une boîte à livres, incarnation de papier que je n’avais jusqu’alors pas eu l’occasion d’aborder. Son charme fait effet dans la chair des mots, autant que dans sa manifestation télévisuelle. L’originalité de la langue permet un décalage, des images de la série viennent en tête sans saper le goûteux du roman. Les deux se complètent. L’écriture d’Andrea Camilleri agit un peu comme un tourbillon. Elle s’écoule rapidement mais ménage ses scènes clés. Je l’ai lu très vite, avec goinfrerie, sans prendre le temps de mâcher. En cette période où je n’ai plus envie de lire, cette verve italienne chaleureuse et joviale, avec ce qu’il faut de suspens, aura un peu décrassé mes rouages.
Inscrivez-vous à la Newsletter Pocket pour trouver le livre dont vous rêvez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.