En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez le dépôt de cookies qui nous permettront, ainsi qu’à nos partenaires, de vous proposer des offres et contenus adaptés à vos centres d’intérêts, des fonctions de partage vers les réseaux sociaux, d’analyser le trafic et la performance du site et d’effectuer des statistiques.
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        La chute de la Maison aux Flèches d'Argent

        Pocket
        EAN : 9782266283717
        Code sériel : 7250
        Façonnage normé : POCHE
        Nombre de pages : 544
        Format : 108 x 177 mm
        La chute de la Maison aux Flèches d'Argent

        Emmanuel CHASTELLIERE (Traducteur)
        Date de parution : 11/01/2018
        Paris n’est que ruines et décombres depuis la Grande Guerre magique qui a opposé les Maisons régnant sur la capitale. Et celles-ci n'ont pas été épargnées : elles ne sont plus que l’ombre de leur splendeur d’antan.
        La Maison aux Flèches d’Argent fut la plus puissante de toutes. Mais sa position...
        Paris n’est que ruines et décombres depuis la Grande Guerre magique qui a opposé les Maisons régnant sur la capitale. Et celles-ci n'ont pas été épargnées : elles ne sont plus que l’ombre de leur splendeur d’antan.
        La Maison aux Flèches d’Argent fut la plus puissante de toutes. Mais sa position est précaire dans l'équilibre fragile qui s'est instauré. Et en son cœur, au sein de Notre-Dame, une malédiction terrible est dissimulée, prête à se déchaîner.
        Le destin de la maison est désormais lié à celui d’un jeune homme aux mystérieux pouvoirs et d’une nouvelle Déchue.
        La puissante magie de cette dernère suffira-t-elle à les sauver de la chute ?

        « Voilà un roman d'urban fantasy magnifique, qui soulève beaucoup de questions sur la religion et sur la foi. Vivement la suite pour retrouver ce monde tourmenté mais ô combien attachant. » Jean-Luc Rivera

        @ Disponible chez 12-21
        L'ÉDITEUR NUMÉRIQUE

         
        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782266283717
        Code sériel : 7250
        Façonnage normé : POCHE
        Nombre de pages : 544
        Format : 108 x 177 mm
        Pocket
        8.60 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • micetmac Posté le 9 Juin 2018
          Aliette de Bodard steampunk Paris. Fantasy urbaine en mode enchanteresse, un genre de Harry Potter pour adultes, les anges en plus. Enfin, les anges... Ceux à qui Dieu a retiré les ailes et chassé de la cité divine. L'une d'entre eux vient se crasher au beau milieu des Galeries Lafayette en ruine, le corps démantibulé, les os brisés. Cela fait un bout de la cité divine au béton parisien. Mais les anges déchus récupèrent vite. Ils sont gavés, ras la timbale, de magie. Un reste de leur grâce divine en quelque sorte. Aliette de Bodard ne s’attarde guère sur cet aspect mystico-religieux (tant mieux) et se consacre surtout à la lutte qui opposent les Grandes Maisons qui ont déjà manqué de s'autodétruire. Les Anges diffèrent peu des humains, finalement : ils n'apprennent pas. Ces Déchus et autres créatures magiques se débattent dans un monde en ruine, ruines causées par les ambitions des Maisons qui ne pensaient qu'à supplanter la voisine. Aliette de Bodard trace à grands traits son univers et ne nous livre pas toutes les clés. Pour l'instant, on suppose que l'on entrera possiblement en possession du trousseau, vu que ces FLÈCHES D’ARGENT ne sont que le premier tome... Aliette de Bodard steampunk Paris. Fantasy urbaine en mode enchanteresse, un genre de Harry Potter pour adultes, les anges en plus. Enfin, les anges... Ceux à qui Dieu a retiré les ailes et chassé de la cité divine. L'une d'entre eux vient se crasher au beau milieu des Galeries Lafayette en ruine, le corps démantibulé, les os brisés. Cela fait un bout de la cité divine au béton parisien. Mais les anges déchus récupèrent vite. Ils sont gavés, ras la timbale, de magie. Un reste de leur grâce divine en quelque sorte. Aliette de Bodard ne s’attarde guère sur cet aspect mystico-religieux (tant mieux) et se consacre surtout à la lutte qui opposent les Grandes Maisons qui ont déjà manqué de s'autodétruire. Les Anges diffèrent peu des humains, finalement : ils n'apprennent pas. Ces Déchus et autres créatures magiques se débattent dans un monde en ruine, ruines causées par les ambitions des Maisons qui ne pensaient qu'à supplanter la voisine. Aliette de Bodard trace à grands traits son univers et ne nous livre pas toutes les clés. Pour l'instant, on suppose que l'on entrera possiblement en possession du trousseau, vu que ces FLÈCHES D’ARGENT ne sont que le premier tome d'une trilogie. LA CHUTE... commence très fort et arrive en peu de pages à camper des personnages attachants, mystérieux, sur lesquels plane l'ombre d'Etoile du matin, le premier des Déchus. Puis, cela se grippe. On navigue un brin à vue dans un brouillard narratif plaisant, ne comprenant pas l'entièreté de ce Paris des années folles, ravagé, mais peu décrit en fait. Un Paris cité, arpenté mais qui manque de chair. En revanche, Aliette de Bodard sait insuffler un vrai souffle à ses protagonistes, elle développe une belle palette de caractères qui s'entrechoquent, s'aiment, se haïssent et essayent de survivre. Aux ombres. A la malédiction qui rode. C'est là où ce roman pêche le plus. Ce sort funeste jeté des années auparavant, il tombe un peu comme le pavé sur le CRS, un poil soudainement. Je suis resté sur ma faim quant à la résolution, avec un "tout ça pour ça" qui vient sans faillir à l'esprit. Certes, la plume de Aliette Bodard ne manque jamais et son style précis, chaleureux, nous accompagne jusqu'au bout. Cependant, au final, si cette CHUTE est un vrai plaisir de lecture, sa construction un brin bâclée, un dénouement capillotracté sévère l'empêchent d'accéder à l'excellence Je replongerai, néanmoins, volontiers dans ce Paris réenchanté, pour voir si le brouillard se dissipe. Espérons le : laisser trop de questions sans réponses mobilise une "aura" particulière qu'il n'y pas ici, à mon sens.
          Lire la suite
          En lire moins
        • boudicca Posté le 11 Septembre 2017
          Ma première expérience avec Aliette de Bodard s'étant révélée plutôt concluante (même s'il semblerait que la suite des « Chroniques aztèques » ne fera finalement pas l'objet d'une traduction), c'est avec curiosité que j'ai décidé de me lancer dans son dernier roman dont l'action se déroule dans notre bonne vieille ville de Paris. Un Paris presque méconnaissable car complètement défiguré par les dégâts causés par la guerre magique que se sont livrées les principales factions se partageant le pouvoir dans la capitale. Les « Maisons » qui ne sont pas sorties trop amochées du conflit cohabitent désormais en plus ou moins bonne intelligence et, si les plus puissantes ne résistent parfois pas à l'envie de continuer à titiller leurs rivales, toutes prennent en tout cas bien soin de ne jamais véritablement mettre en péril le fragile équilibre régnant sur la ville. Des Paris « réinventés », il en existe évidemment déjà des tas : rien que dans la production littéraire française de ces dernières années les exemples sont légion, d'Estelle Faye, à Karim Berrouka, en passant par Maïa Mazaurette jusqu'à, plus récemment encore, Aurélie Wellenstein Si le décor n'a donc en lui-même rien de bien original, l'ambiance dans laquelle baigne cette cité complètement défigurée et traumatisée par... Ma première expérience avec Aliette de Bodard s'étant révélée plutôt concluante (même s'il semblerait que la suite des « Chroniques aztèques » ne fera finalement pas l'objet d'une traduction), c'est avec curiosité que j'ai décidé de me lancer dans son dernier roman dont l'action se déroule dans notre bonne vieille ville de Paris. Un Paris presque méconnaissable car complètement défiguré par les dégâts causés par la guerre magique que se sont livrées les principales factions se partageant le pouvoir dans la capitale. Les « Maisons » qui ne sont pas sorties trop amochées du conflit cohabitent désormais en plus ou moins bonne intelligence et, si les plus puissantes ne résistent parfois pas à l'envie de continuer à titiller leurs rivales, toutes prennent en tout cas bien soin de ne jamais véritablement mettre en péril le fragile équilibre régnant sur la ville. Des Paris « réinventés », il en existe évidemment déjà des tas : rien que dans la production littéraire française de ces dernières années les exemples sont légion, d'Estelle Faye, à Karim Berrouka, en passant par Maïa Mazaurette jusqu'à, plus récemment encore, Aurélie Wellenstein Si le décor n'a donc en lui-même rien de bien original, l'ambiance dans laquelle baigne cette cité complètement défigurée et traumatisée par la guerre est en revanche nettement moins ordinaire. Et c'est là que réside à mon sens à la fois le plus gros atout de ce roman, mais aussi sa principale faiblesse. Car si l'atmosphère sombre et pesante qui entoure le récit n'a guère de mal à remporter l'adhésion du lecteur, le choix de l'auteur de ne pas s'attarder sur les spécificités de son décor en décevra plus d'un. La majorité des scènes se déroule ainsi dans l'enceinte même de la Maison aux Flèches d'argent, et non dans les rues de Paris dont nous n'avons que de furtifs aperçus (les grands magasins, la Seine et Notre-Dame). De même, Aliette de Bodard se montre relativement avare en détails concernant son univers et son histoire. On sait qu'une guerre terrible a opposé les Maisons les unes aux autres, que des alliés de l'étranger ont du être sollicités, que les Déchus (comprenez les anges bannis du Paradis) existent depuis un bon moment déjà... mais c'est à peu près tout. Si on devine grâce à quelques mentions qu'il existe effectivement un monde en dehors de Paris, on ne connaît toutefois rien des relations entretenues entres les pays étrangers et les Maisons, ni entre celles-ci et le reste du pays. On ne sait pas non plus d'où elles viennent, ni la manière dont elles sont arrivées au pouvoir... : bref, tout ceci reste pour le moment bien trop flou. Parmi les rares repères fournis, la mention de troupes coloniales envoyées à Paris au moment de la guerre pour servir de chair à canon est en revanche intrigante et permet à l'auteur d'intégrer à son récit des éléments propres à la culture vietnamienne qu'elle connaît bien. Cela se manifeste notamment par la mise en scène de certaines créatures issues de la mythologie asiatique qui côtoient ici des figures plus « traditionnelles », à commencer par les Déchus, anciens anges incapables de se rappeler la raison de leur exil et doté de pouvoirs déclinants (que les lecteurs allergiques à la religion se rassurent, l'auteur se garde bien de mettre l'accent sur l'origine divine de ces créatures). Les mortels lambda qui sont parvenus à survivre à la guerre se mêlent quant à eux sans difficultés à tout ce petit monde mais ne semble en toute honnêteté pas servir à grand chose, à l'exception de ceux capables de manipuler les artefacts remplis de la magie des Déchus. Une magie dont on ne sait, là encore, presque rien et dont les personnages se servent un peu quand et comme ils le veulent, chose qui ne manquera pas de faire tiquer une partie des lecteurs. Je suis également assez mitigée en ce qui concerne l'intrigue qui démarre de manière fort prometteuse pour complètement s'essouffler au milieu du roman. La faute à un déclencheur franchement bancal, reposant davantage sur le hasard que sur une quelconque planification machiavélique de la part du « méchant » de l'histoire. Celle-ci se perd d'ailleurs très vite dans des sous-intrigues peu passionnantes dont certaines ne semblent servir qu'à retarder la résolution finale qui se révèle bien trop prévisible. Si la lecture ne peut pas vraiment être qualifiée de passionnante, elle n'en est pas pour autant ennuyeuse, loin de là. La plume de l'auteur est fluide, agréable, et propose d'aborder un certain nombre de thématiques vraiment intéressantes (la colonisation, l'exil, l'addiction...). Un mot, enfin, en ce qui concerne les personnages qui possèdent pour la plupart un beau potentiel mais qui ne m'ont, là encore, pas vraiment convaincu. Car si protagonistes comme personnages secondaires possèdent tous une personnalité relativement étoffés, on peine malgré tout à s'y attacher, soit en raison d'un trait de caractère agaçant, soit parce que certaines de leurs décisions manquent de logique. C'est notamment le cas de Séléné, Déchue ayant pris la tête de la Maison aux flèches d'argent, dont les crises d'autorité finissent par devenir lassantes, d'autant plus que la plupart de ses choix lui sont dictés par orgueil davantage que par volonté de préserver sa Maison. Le comportement des autres est plus logique mais leur personnalité manque bien souvent de sel : Madeleine est trop timorée, Emmanuelle trop effacée, Isabelle trop naïve... Les chefs des Maisons Lazare et Aubépine sont en revanche mieux campés mais pour le moment trop peu présents pour que l'on puisse se faire une idée précise de leur véritable caractère. Vous l'aurez compris, je ressors assez mitigée de cette lecture qui possède dans l'ensemble beaucoup de potentiel mais dont certains aspects demeurent trop peu étoffés pour véritablement parvenir à captiver le lecteur. Les tomes suivants (s'ils font bien l'objet d'une traduction) devraient mettre l'accent sur d'autres Maisons et ainsi, peut-être, développer un peu plus et l'univers. Affaire à suivre, donc...
          Lire la suite
          En lire moins
        • tchii17 Posté le 9 Août 2017
          un peu a l'ouest au depart de ma lecture le temps d'assimiler le contexte, les personnages, mais tres vite je me suis retrouvée happée par ma lecture. On se trouve tres vite embarqué dans une danse de jeux de pouvoirs entre les differentes maisons tout en essayant d'en apprendre plus sur Philipe d'une part, et sur cette mysterieuse ombre d'une autre. Tres bon premier livre qui m'a quelque peu laissé sur ma faim quant aux devenir de certains personnages mais qui reste un tres bon moment de lecture. Une suite ? enfin disons, une autre histoire sur une autre maison ?? :D ps : mes petites etoiles ne veulent plus apparaitre depuis quelques temps.... ca sera un 4/5 ^^
        • BMMousseron Posté le 30 Mars 2017
          Dans un Paris dévasté, il y a plus de 60 ans, par une guerre magique à laquelle se sont livrées toutes les Maisons (sortes de communautés dirigées par des anges déchus), à une époque où aurait dû avoir lieu la 1ère Guerre Mondiale, nous faisons la connaissance de Philippe, exilé annamite, membre d'un gang et d'Isabelle, ange nouvellement déchu. Leur rencontre ne se fait pas sous les meilleurs hospices puisque, alors qu'Isabelle, suite à sa chute, gît, brisée, au milieu des décombres d'un grand magasin, le gang dont fait partie Philippe se précipite pour la démembrer et récupérer ainsi toute sa magie. Avant que le pire n'arrive, ils sont "récupérés" par la Maison Flèches d'Argent, dirigée par Séléné. Philippe, parce qu'il soulève beaucoup d'interrogations, en est un invité-prisonnier tandis qu'Isabelle y est envoyée pour être soignée et protégée. Un lien va unir ses deux figures malgré des différences inconciliables (ils se respectent mais ne se comprennent pas): ils n'ont pas les mêmes croyances, n'utilisent pas la même magie; Philippe, vieux de plusieurs siècles, a une vision du monde sombre et désabusée tandis qu'Isabelle, jeune déchue (presqu'un nouveau-né), est naïve et innocente; le premier est épris de liberté et ne veut pas... Dans un Paris dévasté, il y a plus de 60 ans, par une guerre magique à laquelle se sont livrées toutes les Maisons (sortes de communautés dirigées par des anges déchus), à une époque où aurait dû avoir lieu la 1ère Guerre Mondiale, nous faisons la connaissance de Philippe, exilé annamite, membre d'un gang et d'Isabelle, ange nouvellement déchu. Leur rencontre ne se fait pas sous les meilleurs hospices puisque, alors qu'Isabelle, suite à sa chute, gît, brisée, au milieu des décombres d'un grand magasin, le gang dont fait partie Philippe se précipite pour la démembrer et récupérer ainsi toute sa magie. Avant que le pire n'arrive, ils sont "récupérés" par la Maison Flèches d'Argent, dirigée par Séléné. Philippe, parce qu'il soulève beaucoup d'interrogations, en est un invité-prisonnier tandis qu'Isabelle y est envoyée pour être soignée et protégée. Un lien va unir ses deux figures malgré des différences inconciliables (ils se respectent mais ne se comprennent pas): ils n'ont pas les mêmes croyances, n'utilisent pas la même magie; Philippe, vieux de plusieurs siècles, a une vision du monde sombre et désabusée tandis qu'Isabelle, jeune déchue (presqu'un nouveau-né), est naïve et innocente; le premier est épris de liberté et ne veut pas être inféodé alors que la deuxième a besoin de la protection d'une maison puissante pour survivre. Tous ces thèmes sont des leitmotivs dans ce roman. Le drame va se nouer autour de ces personnages et Philippe va être l'outil, malgré lui, d'une malédiction vieille de 20 ans alors qu'Etoile-du-Matin, premier des déchus, était encore à la tête de la Maison. Mélange d'uchronie post-apocalyptique et de fantasy urbaine, le roman m'a laissée un peu perplexe dans les premières pages au point où je me demandais si je n'avais pas loupé un tome tant l'univers du livre est bien installé : Paris en ruine à cause d'une guerre magique dont on ne connaît pas les raisons, une société reposant sur des Maisons dont on ne comprend pas bien le fonctionnement... J'avais l'impression d'arriver comme un cheveu sur la soupe dans la lecture de ce roman. Et puis passée cette phase de questionnement, la magie a opéré grâce à l'écriture de l'auteur. Elle est parvenue à tisser et faire vivre un univers riche et complexe, à donner de la force et de la profondeur à chacun de ces personnages (bizarrement je n'en ai trouvé aucun de vraiment antipathique), tous avec leurs fêlures, leurs passions... Tout en apportant une certaine profondeur à son récit grâce aux thèmes de l'Autre, la différence culturelle (voire religieuse), l'exil, la déchéance mais aussi le lien omniprésent décliné sous toutes ses formes : subordination, amitié, amour, maître à élève, équilibre... J'attends la suite avec impatience.
          Lire la suite
          En lire moins
        • Witchblade Posté le 6 Février 2017
          Livre lu dans le cadre du challenge ABC 2016-2017. Livre découvert en librairie à sa sortie et lu quasiment dans la foulée tant la couverture m'intriguait. D'ailleurs, si on fait attention aux détails, elle pourrait résumer à elle seule l'histoire de ce livre. le moins que l'on puisse dire, c'est que ce roman est vraiment atypique dans sa construction et sa complexité, et, en même temps, on n'a pas du tout le temps de nous ennuyer pendant notre lecture. Je connais cette auteur de nom grâce à une critique de Boudicca sur « Les Chroniques Aztèques » (une série dont la suite n'est toujours pas publiée). Celui-ci semble être un tome unique. Je disais complexe car il y a énormément d'informations à retenir dans ce roman, aussi bien l'histoire du décor, que les différents personnages ou l'histoire en elle-même. L'auteur nous a créé un décor très intéressant, l'histoire se déroule à Paris et semble-t-il 60 ans après la Première Guerre Mondiale qui n'a pas eu la fin que nous lui connaissons. Nous avons donc différents renseignements sur l'histoire coloniale (Annam, Indochine), la guerre, l'histoire à Paris ainsi que sur la partie fantastique de ce roman car Paris, et le monde, est habité par des... Livre lu dans le cadre du challenge ABC 2016-2017. Livre découvert en librairie à sa sortie et lu quasiment dans la foulée tant la couverture m'intriguait. D'ailleurs, si on fait attention aux détails, elle pourrait résumer à elle seule l'histoire de ce livre. le moins que l'on puisse dire, c'est que ce roman est vraiment atypique dans sa construction et sa complexité, et, en même temps, on n'a pas du tout le temps de nous ennuyer pendant notre lecture. Je connais cette auteur de nom grâce à une critique de Boudicca sur « Les Chroniques Aztèques » (une série dont la suite n'est toujours pas publiée). Celui-ci semble être un tome unique. Je disais complexe car il y a énormément d'informations à retenir dans ce roman, aussi bien l'histoire du décor, que les différents personnages ou l'histoire en elle-même. L'auteur nous a créé un décor très intéressant, l'histoire se déroule à Paris et semble-t-il 60 ans après la Première Guerre Mondiale qui n'a pas eu la fin que nous lui connaissons. Nous avons donc différents renseignements sur l'histoire coloniale (Annam, Indochine), la guerre, l'histoire à Paris ainsi que sur la partie fantastique de ce roman car Paris, et le monde, est habité par des Déchus et des mortels. Nous apprenons donc la mythologie liée aux Déchus ainsi qu'à d'autres peuples, le système des Maisons (accueillant des Déchus, des mortels et des alchimistes) et la magie propre à chacun. Les personnages sont, quant à eux, suffisamment caricaturés pour être reconnaissables, tout en étant plus complexes qu'ils n'y paraissent au premier abord, car seul Philippe est l'élément clé de cette histoire, sans en être le héros (si jamais il y a un quelconque héros dans celle-ci) mais le narrateur étant changeant, j'avais tendance (au début) à oublier un peu qui était qui parmi les autres. Et concernant l'histoire proprement dite, il s'agit d'un mélange d'enquête policière, où le meurtrier est d'un genre particulier dans ce monde peuplé de Déchus et de mortels, et de quêtes de pouvoir entre les différentes Maisons. Une histoire complexe à souhait comme je les aime et difficilement classable entre uchronie, fantastique et policier. Comme vous l'aurez compris, ce roman a été une incroyable découverte du style et de l'imagination de cette auteur franco-américaine et un gros coup de coeur pour cette histoire à part entière dans un monde uchronique et fantastique où nous voyons apparaître des Déchus, des dragons, des alchimistes... Chose amusante de la part de l'auteur, elle parle ouvertement d'homosexualité et des risques liés à la drogue (manque, dépendance, dégâts sur l'organisme...). Un roman vraiment inclassable, comme le souligne Phooka, que je vous conseille très fortement de découvrir si vous aimez les romans sortant de l'ordinaire. Ma curiosité a été mise à rude épreuve durant toute ma lecture et je compte bien renouveler l'essai avec les futures publications de cette auteur (dès que j'aurais lu « Les Chroniques Aztèques »). Sur ce, bonnes lectures à vous :-)
          Lire la suite
          En lire moins

        Ils en parlent

        Coup de cœur de Jean-Luc Rivera :
        « Voilà un roman d’urban fantasy théologique, si je peux oser cette définition, magnifique, qui soulève beaucoup de questions sur la religion et sur la foi. Vivement la suite pour retrouver Philippe et ce monde tourmenté mais ô combien attachant. »

        « À travers ses personnages soigneusement créés, à la fois complexes et profonds, De Bodard reflète le meilleur et le pire de la nature humaine dans son roman. »
        The Guardian

        « Il y a une intelligence et une élégance dans La Chute de la Maison Silverspires qui est aussi rare et précieuse que l'essence des anges. »
        Niall Alexander, Tor.com

        « Ce livre est teinté de mythologie, de magie et de mysticisme. En fait, sa lecture est si convaincante que le luvre lui-même est peut-être bien magique. Un roman fantastique, riche de sacrifices, de vengeance et de justice. »
        Michelle Herbert, Fantastic Book Review


         
        Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
        Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.
        Les informations collectées par SOGEDIF (une société du groupe EDITIS) font l’objet d’un traitement automatisé ayant pour finalité de vous adresser des actualités et des offres, de vous proposer du contenu adapté à votre profil et à vos goûts, et de gérer sa relation avec vous. Les informations marquées d’un astérisque sont obligatoires. A défaut, SOGEDIF ne sera pas en mesure de répondre à votre demande. Ces informations sont à destination exclusive des maisons d’Edition du Groupe EDITIS et seront conservées pendant 3 ans à compter de votre dernière visite. Conformément au Règlement (UE) 2016/679 relatif à la protection des données à caractère personnel, vous disposez des droits suivants sur vos données : droit d’accès, droit de rectification, droit à l’effacement (droit à l’oubli), droit d’opposition, droit à la limitation du traitement, droit à la portabilité. Vous pouvez également définir des directives relatives à la conservation, à l'effacement et à la communication de vos données à caractère personnel après votre décès. Pour exercer vos droits, merci d’adresser votre courrier recommandé AR à l’adresse suivante : DPO EDITIS, 30 place d’Italie, 75013 Paris, en y joignant la copie d’une pièce d’identité. En cas de manquement aux dispositions ci-dessus, vous avez le droit d’introduire une réclamation auprès de la CNIL. Enfin, pour une simple résiliation de votre inscription au service, contactez notre équipe à l’adresse électronique suivante : inscription@lisez.com