Lisez! icon: Search engine
10/18
EAN : 9782264075635
Code sériel : 2010
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 544
Format : 108 x 177 mm

La conjuration des imbéciles (Edition Spéciale)

Jean-Pierre CARASSO (Traducteur)
Date de parution : 07/11/2019

Edition Spéciale de ce livre culte du XXe siècle qui obtint en 1981 le Prix Pulitzer.

" Le héros de La Conjuration des imbéciles est un gros dingue d'une trentaine d'années qui porte casquette et pantalon de tweed, et répond au doux nom d'Ignatius Reilly. Ce fou (pas si fou que ça d'ailleurs...) vit avec sa mère, qui abuse du Moscatel, dans une vieille masure de...

" Le héros de La Conjuration des imbéciles est un gros dingue d'une trentaine d'années qui porte casquette et pantalon de tweed, et répond au doux nom d'Ignatius Reilly. Ce fou (pas si fou que ça d'ailleurs...) vit avec sa mère, qui abuse du Moscatel, dans une vieille masure de La Nouvelle-Orléans. Ignatius a des idées, plein d'idées, pour racheter le genre humain en voie de perdition dans la société déliquescente des années 60. Il noircit des cahiers d'une prose quasi moyenâgeuse. S'essaie à plusieurs métiers, dont celui d'archiviste dans une fabrique de pantalons et de vendeur de hot-dogs dans les rues les plus pourries du quartier français. Forcément, rien ne marche, Ignatius vit dans des nimbes philosophiques incompatibles avec la réalité. [...] John Kennedy Toole enchevêtre toutes ses destinées avec une maîtrise parfaite. L'écrivain, qui avait à peine une trentaine d'années quand il a écrit ce chef d'œuvre s'est suicidé quelques années plus tard parce que sa prose n'avait pas de succès. "
Anne Le Stang, La Charente libre

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782264075635
Code sériel : 2010
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 544
Format : 108 x 177 mm
10/18

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • MichelleLoewen Posté le 7 Février 2020
    Génial
  • BourbonBap Posté le 5 Février 2020
    Dans ce roman nous suivons un personnage atypique de part son arrogance, son égocentrisme, son côté manipulateur et ses réflexions sur la société contemporaine. On partage sa vie sur une courte période entre humour et malaise, difficile de bien se situer. Après avoir bien accroché à la première moitié du roman, je me suis ennuyé dans la deuxième. L'intrigue se fait attendre malgré beaucoup de personnages autour du héros.
  • paul3529 Posté le 18 Janvier 2020
    préface trop élogieuse d'où une impression d'ennui au cours du roman sauf au début et à la fin
  • Optione Posté le 19 Décembre 2019
    Jouissif. Rafraîchissant parce qu'intelligent. Une bonne lecture qui met le sourire aux lèvres et nous rappelle que oui, il y a sur terre de vraies personnes.
  • Gwen21 Posté le 14 Décembre 2019
    Pas évident d'écrire la critique d'un roman auréolé d'une telle réputation et d'un prix Pulitzer attribué à titre posthume ! Plutôt clivant, l'unique roman de John Kennedy Toole. Ce même John Kennedy Toole qui s'est suicidé à 31 ans, déprimé de n'être pas publié. Presque vingt ans après sa disparition, et grâce aux efforts de sa mère et d'un écrivain convaincu du génie de l'auteur prématurément disparu, "La conjuration des imbéciles" connaîtra un très beau succès qui le hissera au rang de classique. Comment décrire une lecture qui fut à la fois fort laborieuse et assez magnétisante ? Comment expliquer, surtout, qu'un roman comptant moins de 500 pages, m'ait donné autant de fil à retordre ? Plus de deux semaines pour en venir à bout ! Et pourtant, malgré les pulsions d'abandon, j'ai poursuivi jusqu'à la dernière ligne. Ignatius Junior Reilly, personnage principal, est un être particulièrement repoussant. Obèse, rétif à l'hygiène la plus élémentaire, passant son temps à éructer, roter, péter, se goinfrer et se masturber dans un gant de base-ball, vous conviendrez que le portrait n'est guère flatteur. Affublé d'une repoussante chapka de chasse qui lui couvre les oreilles et chaussé de bottillons qu'il ne parvient plus à lacer, ce... Pas évident d'écrire la critique d'un roman auréolé d'une telle réputation et d'un prix Pulitzer attribué à titre posthume ! Plutôt clivant, l'unique roman de John Kennedy Toole. Ce même John Kennedy Toole qui s'est suicidé à 31 ans, déprimé de n'être pas publié. Presque vingt ans après sa disparition, et grâce aux efforts de sa mère et d'un écrivain convaincu du génie de l'auteur prématurément disparu, "La conjuration des imbéciles" connaîtra un très beau succès qui le hissera au rang de classique. Comment décrire une lecture qui fut à la fois fort laborieuse et assez magnétisante ? Comment expliquer, surtout, qu'un roman comptant moins de 500 pages, m'ait donné autant de fil à retordre ? Plus de deux semaines pour en venir à bout ! Et pourtant, malgré les pulsions d'abandon, j'ai poursuivi jusqu'à la dernière ligne. Ignatius Junior Reilly, personnage principal, est un être particulièrement repoussant. Obèse, rétif à l'hygiène la plus élémentaire, passant son temps à éructer, roter, péter, se goinfrer et se masturber dans un gant de base-ball, vous conviendrez que le portrait n'est guère flatteur. Affublé d'une repoussante chapka de chasse qui lui couvre les oreilles et chaussé de bottillons qu'il ne parvient plus à lacer, ce trentenaire vit chez sa maman dans un capharnaüm indescriptible (le propre d'un capharnaüm). L'auteur lie donc le lecteur au destin marginal d'Ignatius, pour le pire et le pire. Libre penseur, adepte de sa pensée unique, révolutionnaire larvé, intellectuel incompris par le prolétariat new-orléanais, Ignatius est un phénomène social voire sociopathe. Autour de lui, tels de monstrueux satellites en orbite, évolue une galerie de personnages tout aussi répugnants et vulgaires, par leurs actes et/ou leurs opinions. Racisme ordinaire, exploitation de la force de travail humaine, misogynie, crasse intellectuelle, dépravations en tout genre, le peinture de l'Amérique des sixties que peint John Kennedy Toole est à l'image de son roman : gerbant et hilarant tout à la fois. Entre rire et grimace de dégoût, la lecture se déroule, plongeant tour à tour dans l'ubuesque et la satire, et jonglant avec dextérité entre comédie et tragédie. Satisfaite d'être allée au bout de ma peine et de sortir quasi indemne d'un tel roman ! Challenge XXème siècle - Edition 2019 Challenge Notre-Dame de Paris Challenge ABC 2019 - 2020 Challenge BBC
    Lire la suite
    En lire moins
Lisez inspiré avec 10/18 !
Voyagez hors des sentiers battus, loin d'une littérature conventionnelle et attendue…

Lisez maintenant, tout de suite !

  • Par Lisez

    Les livres collectors à glisser sous le sapin de Noël

    Paraît-il que l'important c'est ce qu'il y a à l'intérieur et pas à l'extérieur. Bonne nouvelle, avec notre sélection de collectors, les livres se transforment en écrins et font rimer belles histoires et couvertures sublimes. Ce Noël, c'est tenue de fêtes pour tout le monde, même la littérature !

    Lire l'article