Lisez! icon: Search engine
Robert Laffont
EAN : 9782221196304
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 368
Format : 122 x 182 mm

La Couleur pourpre

Mimi PERRIN (Traducteur)
Collection : Pavillons Poche
Date de parution : 09/11/2016

Dans la grande tradition du roman sudiste, La Couleur pourpre, qui dénonce l’oppression raciale et sexuelle dont furent victimes les femmes noires, a fait date. Celie et Nettie sont deux soeurs séparées à l’adolescence mais liées par un amour indéfectible que ne terniront ni les brimades ni le mépris, ni...

Dans la grande tradition du roman sudiste, La Couleur pourpre, qui dénonce l’oppression raciale et sexuelle dont furent victimes les femmes noires, a fait date. Celie et Nettie sont deux soeurs séparées à l’adolescence mais liées par un amour indéfectible que ne terniront ni les brimades ni le mépris, ni les guerres ni l’absence. Celie, mariée enfant à un homme violent, ne reçoit pas les lettres que lui adresse Nettie, devenue missionnaire en Afrique, car son mari les subtilise. Ignorant l’adresse de sa soeur, elle-même envoie ses lettres au Bon Dieu. Une correspondance sans espoir de réponse. Une correspondance qui sauvera les deux femmes du désespoir.
Lauréat du prix Pulitzer et de l’American Book Award en 1983, La Couleur pourpre a été adapté au cinéma en 1984 par Steven Spielberg.

« Un récit bouleversant sur le combat des femmes pour l’égalité et l’indépendance. » The New York Times Book Review.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782221196304
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 368
Format : 122 x 182 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Fuyating Posté le 1 Décembre 2019
    C'est un magnifique roman épistolaire, tout en émotions et en sensibilité. J'en ai beaucoup aimé le style, la façon de parler de Celie qui pouvait être parfois maladroite mais très touchante, très différente de celle de Nettie (bravo à l'auteure et au traducteur pour le rendu !). Outre la forme donc, il y a bien sûr le sujet. Et quel sujet... nous y voyons la vie d'une famille noire et de leurs amis, les injustices qu'ils subissent, et la difficulté d'être Noir aux États-unis au début du XXème siècle. J'ai été outrée par certains comportements (viol, femmes battues, racisme etc.) qui donnent envie de se révolter. J'ai trouvé très intéressant le rapport de certains personnages à la religion et leur façon de l'appréhender. J'ai également aimé les réflexions sur les actions missionnaires, sur la vision que pouvaient en avoir les Africains. Pour rester sur le sujet de l'Amérique, j'ai été bouleversée par la façon dont ont été chassés les villageois de leur terre ancestrale par des planteurs blancs de caoutchouc sans aucun scrupule ! Je me suis profondément attachée aux femmes de ce roman, à cette Sofia forte et haute en couleur, à Shug qui est impossible à faire rentrer dans... C'est un magnifique roman épistolaire, tout en émotions et en sensibilité. J'en ai beaucoup aimé le style, la façon de parler de Celie qui pouvait être parfois maladroite mais très touchante, très différente de celle de Nettie (bravo à l'auteure et au traducteur pour le rendu !). Outre la forme donc, il y a bien sûr le sujet. Et quel sujet... nous y voyons la vie d'une famille noire et de leurs amis, les injustices qu'ils subissent, et la difficulté d'être Noir aux États-unis au début du XXème siècle. J'ai été outrée par certains comportements (viol, femmes battues, racisme etc.) qui donnent envie de se révolter. J'ai trouvé très intéressant le rapport de certains personnages à la religion et leur façon de l'appréhender. J'ai également aimé les réflexions sur les actions missionnaires, sur la vision que pouvaient en avoir les Africains. Pour rester sur le sujet de l'Amérique, j'ai été bouleversée par la façon dont ont été chassés les villageois de leur terre ancestrale par des planteurs blancs de caoutchouc sans aucun scrupule ! Je me suis profondément attachée aux femmes de ce roman, à cette Sofia forte et haute en couleur, à Shug qui est impossible à faire rentrer dans des cases, à Nettie qui donne tellement d'elle pour aider son prochain dans son épopée missionnaire et bien sûr à Celie qui est particulièrement touchante et qui ne veut toujours que le bien pour tous malgré toutes les horreurs qu'elle a pu subir. C'est donc un roman magnifique à la forme originale fort en émotions ! P.s : j'ai failli verser ma petite larme à la fin.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Sosoominouxxx Posté le 29 Octobre 2019
    Ce roman m'a saisie l'âme ! Le film est culte mais le ressentir par l'écriture est encore plus puissant. Le courage et l'amour indéfectible qui émane de ces deux sœurs nous fait bien relativiser nos petits bobos quotidiens. une ode de bouffé d'amour et d'espoir qui ne peut se refuser, alors lisez le !
  • lyoko Posté le 16 Octobre 2019
    Je connais le film depuis très très longtemps….. depuis mes années collèges en fait. Un des films qui m'a marquée et dont je me souviens encore. Il faut dire que je l'ai vu bien des fois ce film.. Nous avions la chance quand il pleuvait de pouvoir aller en salle vidéo sur le temps de midi.. et les pions nous passaient des films… Pour être honnête je crois que c'est la période de ma vie ou j'ai le plus été marquée par des films ( la vie de Voltaire, celle de Molière, Le cercle des poètes disparus, Mississipi Burning (on faisait moins cas de l'âge pour regarder certains films a l'époque) , Good Morning VIetnam …)... sans doute du en partie a l'âge que j'avais a l'époque. Quand Gwen a fait passé ce roman sous mon nez il y a quelques jours, je n'ai pas hésité une seconde… J'ai été bluffée par le film, moins par le roman car il faut reconnaître que le casting est juste magistral… Spielberg n'aurait pas pu choisir mieux… et puis rien que le nom de Spielberg en dit long. Alors pour une fois chez moi et c'est rare j'ai préféré le film au roman. Par contre je... Je connais le film depuis très très longtemps….. depuis mes années collèges en fait. Un des films qui m'a marquée et dont je me souviens encore. Il faut dire que je l'ai vu bien des fois ce film.. Nous avions la chance quand il pleuvait de pouvoir aller en salle vidéo sur le temps de midi.. et les pions nous passaient des films… Pour être honnête je crois que c'est la période de ma vie ou j'ai le plus été marquée par des films ( la vie de Voltaire, celle de Molière, Le cercle des poètes disparus, Mississipi Burning (on faisait moins cas de l'âge pour regarder certains films a l'époque) , Good Morning VIetnam …)... sans doute du en partie a l'âge que j'avais a l'époque. Quand Gwen a fait passé ce roman sous mon nez il y a quelques jours, je n'ai pas hésité une seconde… J'ai été bluffée par le film, moins par le roman car il faut reconnaître que le casting est juste magistral… Spielberg n'aurait pas pu choisir mieux… et puis rien que le nom de Spielberg en dit long. Alors pour une fois chez moi et c'est rare j'ai préféré le film au roman. Par contre je conseille très très fortement (j'insiste) pour ceux qui n'ont pas vu le film de commencer par le roman, car je suis persuadée que si le film n'avait pas été aussi puissant j'aurais pu mettre ce roman comme coup de cœur… car il est marquant malgré tout. Cette façon de nous raconter la condition des femmes noires dans les années 30 est juste magistral. L'écriture de l'auteur peut peut-être rebuter au premier abord, mais il est dans le ton et dans l'esprit de Célia.. pour mieux la comprendre, pour mieux comprendre sa vie et l'époque. Un roman mais surtout un film important en ce qui me concerne.
    Lire la suite
    En lire moins
  • charlottelit Posté le 4 Octobre 2019
    histoire poignante et déprimante style difficile à suivre : les horreurs subies par certaines enfants africaiines, sans parler de l'excision dont personne ne parle et laisse se faire le film était beau
  • Gwen21 Posté le 24 Septembre 2019
    "La couleur pourpre" est peut-être l'un des romans épistolaires américains les plus célèbres. Les échanges entre Célie et Nettie, deux soeurs confrontées dès l'enfance à la violence des hommes et d'une société ségrégationniste, sont touchants et parfois même horrifiants. Mais ils témoignent d'une réalité malheureusement fondée. "La couleur pourpre" est un roman social qui investigue le quotidien d'une famille noire avec une crudité farouche parfaitement rendue par le style sobre d'Alice Walker. Le récit se situe sur deux continents, l'Amérique du Nord et l'Afrique. Il tente par l'histoire particulière de Célie et de Nettie de reconstituer le trait d'union entre ces deux territoires, et par l'histoire générale de donner une identité et une "légitimité" au peuple afro-américain qui doit se saisir de son passé pour que celui-ci ne se limite pas à l'esclavage. Si le roman se lit vite et bien, la narration épistolaire m'a moins convaincue que le propos en lui-même. Comment ne pas s'émouvoir au spectacle de la misère et des souffrances endurées par ces très jeunes filles ? Et le moyen de ne pas crier à l'injustice ? Pourtant, malgré sa noirceur (sans mauvais jeu de mots), le roman est porteur d'espoir et c'est sur une note joyeuse que... "La couleur pourpre" est peut-être l'un des romans épistolaires américains les plus célèbres. Les échanges entre Célie et Nettie, deux soeurs confrontées dès l'enfance à la violence des hommes et d'une société ségrégationniste, sont touchants et parfois même horrifiants. Mais ils témoignent d'une réalité malheureusement fondée. "La couleur pourpre" est un roman social qui investigue le quotidien d'une famille noire avec une crudité farouche parfaitement rendue par le style sobre d'Alice Walker. Le récit se situe sur deux continents, l'Amérique du Nord et l'Afrique. Il tente par l'histoire particulière de Célie et de Nettie de reconstituer le trait d'union entre ces deux territoires, et par l'histoire générale de donner une identité et une "légitimité" au peuple afro-américain qui doit se saisir de son passé pour que celui-ci ne se limite pas à l'esclavage. Si le roman se lit vite et bien, la narration épistolaire m'a moins convaincue que le propos en lui-même. Comment ne pas s'émouvoir au spectacle de la misère et des souffrances endurées par ces très jeunes filles ? Et le moyen de ne pas crier à l'injustice ? Pourtant, malgré sa noirceur (sans mauvais jeu de mots), le roman est porteur d'espoir et c'est sur une note joyeuse que l'auteure nous fait abandonner ses personnages. Challenge MULTI-DÉFIS 2019 Challenge PLUMES FÉMININES 2019 Challenge ABC 2019 - 2020 Challenge XXème siècle - Edition 2019 Challenge USA Challenge BBC
    Lire la suite
    En lire moins
ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER DE ROBERT LAFFONT
Les Éditions Robert Laffont publient de la littérature française et étrangère, des biographies, des témoignages, des mémoires, des romans policiers et d'espionnage, des livres de spiritualité ou encore des livres pratiques.
Chaque mois, recevez toutes les actualités de la maison en vous abonnant à notre newsletter.