Lisez! icon: Search engine
Pocket
EAN : 9782266269438
Code sériel : 16741
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 480
Format : 108 x 177 mm

La Dame de pierre

Date de parution : 10/11/2016
Comme chaque année, la neige tombe sur le massif de l’Oisans et l’hiver s’empare lentement du petit monde de Pierre Verdier, ancien guide de haute montagne. Et comme chaque année, sa sœur Claire descend de Paris pour fêter la Toussaint.
Mais le calme cotonneux du hameau est vite troublé : Claire...
Comme chaque année, la neige tombe sur le massif de l’Oisans et l’hiver s’empare lentement du petit monde de Pierre Verdier, ancien guide de haute montagne. Et comme chaque année, sa sœur Claire descend de Paris pour fêter la Toussaint.
Mais le calme cotonneux du hameau est vite troublé : Claire fait de terribles cauchemars dans lesquels elle voit une certaine Vicky. Vicky qui l’appelle dans le vent, Vicky qui agonise et crie encore, Vicky qui meurt étranglée. Et le rêve qui revient. Et ces traces dans la neige. Et cet homme qui rôde.
Jusqu'à ce que la réalité dépasse le pire de ses cauchemars…
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266269438
Code sériel : 16741
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 480
Format : 108 x 177 mm
Pocket

Ils en parlent

" Puissant, profondément humain, magnifiquement écrit... Un grand roman." Karine Giébel
" Un thriller d'altitude dans lequel la montagne est un personnage à part entière. " La Montagne
" Entre Mauriac et Simenon. Un roman envoûtant. " Vie nouvelle
" L'auteur nous entraine dans une histoire pleine de rebondissements qui nous plonge avec noirceur dans les tréfonds de la nature humaine." Trends in Riviera


 

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • cecilestmartin Posté le 7 Août 2019
    Ce qui est agréable en vacances, c’est que lorsqu’un roman vous tient, vous pouvez ne pas le lâcher ! La dame de pierre - titre conseillé par ma bibliothécaire, souvent de très bon conseil – est un beau roman, un polar intelligent et sensible où les héros ne sont les gendarmes mais les victimes. Une histoire d’amour profonde et poétique, une montagne dangereuse mais fascinante (ou l’inverse) qui tient un rôle central, des histoires de famille où le secret tue plus sûrement que la maladie et un style épuré qui équilibre l’intensité de ce qui se joue dans le hameau de St Vincent. Pierre et Claire Verdier sont frère et sœur. Leur relation est belle, riche même si elle ne s’encombre pas de mots mais plutôt d’activités partagées : la marche, l’agnelage, etc. Quand Claire vient pour les vacances de la Toussaint, Pierre la trouve perturbée, agitée. Des cauchemars l’obsèdent et même la paix et le calme de St Vincent ne parviennent à apaiser la jeune femme. Pierre est inquiet : la folie, dans la famille, ça se transmet… Xavier-Marie Bonnot instaure dès les premières pages un climat oppressant, qui n’est pas seulement dû à l’isolement, au froid et à l’hiver... Ce qui est agréable en vacances, c’est que lorsqu’un roman vous tient, vous pouvez ne pas le lâcher ! La dame de pierre - titre conseillé par ma bibliothécaire, souvent de très bon conseil – est un beau roman, un polar intelligent et sensible où les héros ne sont les gendarmes mais les victimes. Une histoire d’amour profonde et poétique, une montagne dangereuse mais fascinante (ou l’inverse) qui tient un rôle central, des histoires de famille où le secret tue plus sûrement que la maladie et un style épuré qui équilibre l’intensité de ce qui se joue dans le hameau de St Vincent. Pierre et Claire Verdier sont frère et sœur. Leur relation est belle, riche même si elle ne s’encombre pas de mots mais plutôt d’activités partagées : la marche, l’agnelage, etc. Quand Claire vient pour les vacances de la Toussaint, Pierre la trouve perturbée, agitée. Des cauchemars l’obsèdent et même la paix et le calme de St Vincent ne parviennent à apaiser la jeune femme. Pierre est inquiet : la folie, dans la famille, ça se transmet… Xavier-Marie Bonnot instaure dès les premières pages un climat oppressant, qui n’est pas seulement dû à l’isolement, au froid et à l’hiver qui s’annonce (sans parler des deux voisins Magnin qui vivent en totale autarcie, comme au siècle dernier) mais au sentiment que le drame se prépare. Jusqu’au dénouement, nous sommes tenus en haleine et nous refermons La dame de pierre avec un petit pincement au cœur. Un très bon roman, je ne connaissais pas l’auteur, je continuerai sans doute à le découvrir avec d’autres titres.
    Lire la suite
    En lire moins
  • laurentfrancini Posté le 18 Avril 2018
    Très belle écriture, maîtrise des expressions, des ambiances, excellente description des lieux et des protagonistes. Rythme haletant, qui donne envie de découvrir la suite sans tarder. Peut-être juste quelques petites invraisemblances, mais rien de marquant. Je vais rechercher un autre titre de lui rapidement! Au fait, à la fin, vous voyez un suicide ou un accident?
  • vero95270 Posté le 10 Avril 2018
    Un vrai gout de terroir dans ce roman montagnard. On y ressent les crevasses, les glaciers, les à-pics (orthographe incertaine). On y ressent la haine, la discrimination, la lâcheté. Un auteur à suivre.
  • La_petite_bibliotheque Posté le 4 Avril 2018
    Suite à un drame personnel, Pierre Verdier, alpiniste connu et reconnu devient simplement Pierre, homme reclus dans la maison familiale qui l’a vu grandir. Perdu au milieu de la montagne, avec deux vieilles personnes comme seuls voisins, il laisse couler les jours les uns après les autres. Heureusement, ce sont les vacances de la Toussaint et c’est l’occasion pour lui de retrouver sa sœur qui profite de ce moment pour quitter Paris et retourner aux sources. Cependant, Claire n’est pas comme à son habitude. Elle se met à faire des cauchemars mettant en scène une certaine Vicky, dont Pierre ignore l’existence. Des cauchemars qui la poursuivent même au réveil, la plongeant dans une mélancolie. C’est toute une lourdeur qui s’empare du roman dès les premières pages. Quelque chose se trame, peut-être une sensation, peut-être une prémonition. J’aime cette sensation dans les romans, celle que tout peut arriver. J’aime également quand la situation semble la plus banale possible mais qu’il se passe des choses qui bousculent, mais toujours avec justesse et crédibilité. Un roman sombre, triste. Un roman qui parle d’amour mais surtout de mort. Ne cherchez pas une issue de secours dans ce livre, vous n’en trouverez pas. Tout ne sera... Suite à un drame personnel, Pierre Verdier, alpiniste connu et reconnu devient simplement Pierre, homme reclus dans la maison familiale qui l’a vu grandir. Perdu au milieu de la montagne, avec deux vieilles personnes comme seuls voisins, il laisse couler les jours les uns après les autres. Heureusement, ce sont les vacances de la Toussaint et c’est l’occasion pour lui de retrouver sa sœur qui profite de ce moment pour quitter Paris et retourner aux sources. Cependant, Claire n’est pas comme à son habitude. Elle se met à faire des cauchemars mettant en scène une certaine Vicky, dont Pierre ignore l’existence. Des cauchemars qui la poursuivent même au réveil, la plongeant dans une mélancolie. C’est toute une lourdeur qui s’empare du roman dès les premières pages. Quelque chose se trame, peut-être une sensation, peut-être une prémonition. J’aime cette sensation dans les romans, celle que tout peut arriver. J’aime également quand la situation semble la plus banale possible mais qu’il se passe des choses qui bousculent, mais toujours avec justesse et crédibilité. Un roman sombre, triste. Un roman qui parle d’amour mais surtout de mort. Ne cherchez pas une issue de secours dans ce livre, vous n’en trouverez pas. Tout ne sera pas toujours noir mais quoique vous fassiez, vous aurez toujours l’impression de porter la misère du monde sur vos épaules. Pesante, étouffante.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Christelle83230 Posté le 30 Décembre 2017
    C'est dans un cadre époustouflant, le Massif des Ecrins, que Xavier-Marie Bonnot dresse une intrigue policière, somme toute assez banale, sur fond de terroir. L'écriture est assez sobre mais plaisante à lire. Les rebondissements finaux permettent de redynamiser une intrigue qui traîne quelque peu en longueur. Je déplore que nous ayons eu besoin de 450 pages pour découvrir ce qui semblait évident depuis le départ. Le point fort de ce roman reste incontestablement la description des lieux et des paysages. J'ai eu l'occasion de me procurer le livre lors du salon du Polar du Lavandou et de rencontrer son auteur qui me l'a dédicacé ainsi : "la montagne telle que vous ne la connaissez peut être pas". C'est vrai ! Au final, un sentiment mi-figue, mi-raisin à l'issue de cette lecture.
Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.