Lisez! icon: Search engine
Archipoche
EAN : 9782377353606
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 199
Format : 110 x 178 mm

La dame en noir

Isabelle MAILLET (Traducteur)
Collection : Suspense
Date de parution : 06/11/2019
Traduit dans 20 pays, un classique de la littérature anglaise adapté au cinéma et au théâtre où la pièce se joue depuis plus de 30 ans.
Croyez-vous aux fantômes ?Par un mois de novembre froid et brumeux, Arthur Kipps, jeune notaire londonien, est dépêché a Crythin Gifford, dans le nord du pays, pour assister aux funérailles d'Alice Drablow, 87 ans, avant de trier ses papiers en vue d'organiser sa succession.Lors de l'inhumation, dans une église... Croyez-vous aux fantômes ?Par un mois de novembre froid et brumeux, Arthur Kipps, jeune notaire londonien, est dépêché a Crythin Gifford, dans le nord du pays, pour assister aux funérailles d'Alice Drablow, 87 ans, avant de trier ses papiers en vue d'organiser sa succession.Lors de l'inhumation, dans une église quasi déserte, Arthur remarque la présence d'une femme tout de noir vêtue, le visage émacié, comme ronge par la maladie. Cette dame en noir, il l'apercevra de nouveau aux abords du manoir qu'occupait Mrs Drablow, une demeure isolée, battue par les vents, située sur une presqu'île seulement accessible a marée basse.Or, chaque fois qu'elle apparaît, se produisent des phénomènes paranormaux qui ébranleront le jeune homme. Jusqu'à faire vaciller sa raison ?Première édition : L'Archipel, 2012
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782377353606
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 199
Format : 110 x 178 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Caro17 Posté le 30 Octobre 2020
    Un roman d'ambiance parfait pour la saison. Ici, pas de meurtres sanglants ni de scènes horrifiques, le frisson se situe dans les descriptions contemplatives et l'atmosphère gothique du roman : une maison isolée, balayées par les vents, entourée de marais souvent perdus dans le brouillard, une présence fantomatique sous les traits d'une femme en noir, des bruits terrifiants non identifiables. J'ai adoré la plume et cette ambiance effrayante et bien que je m'attendais au final, j'ai été surprise par la violence du dénouement.
  • tantquilyauradeslivres Posté le 21 Avril 2020
    J’aime les histoires de fantômes et les romans gothiques. ça tombe bien, c’est justement la marque de fabrique de Susan Hill. Un soir de Noël, Arthur Kipps est bouleversé lorsque ses beaux-enfants proposent de raconter des histoires de fantômes. Incapable de raconter son histoire, il décide de la mettre par écrit et nous raconte ses souvenirs. Plusieurs années plus tôt, le jeune notaire londonien, arrive à Crythin Gifford pour assister aux funérailles d’Alice Drablow et régler sa succession. Bien qu’accueillants, les villageois se montrent peu diserts sur le manoir des marais où la vieille dame vivait isolée. Malgré la présence inquiétante d’une dame en noir que personne d’autre ne semble voir et l’atmosphère étrange qui règne au manoir, Arthur Kipps rejette l’idée d’un phénomène surnaturel. Les événements inexpliqués et effrayants se multiplient, il n’est plus possible de nier et Arthur en restera hanté sa vie durant. Susan Hill nous offre une histoire de fantômes de facture classique mais dans laquelle je me suis facilement laissée prendre. Pas de grands frissons, ni de scènes terrifiantes, c’est avant tout un roman d’atmosphère. L’histoire derrière cette hantise est bien triste, mais la fin du roman, qui nous prend par surprise l’est encore plus. Pour un soir... J’aime les histoires de fantômes et les romans gothiques. ça tombe bien, c’est justement la marque de fabrique de Susan Hill. Un soir de Noël, Arthur Kipps est bouleversé lorsque ses beaux-enfants proposent de raconter des histoires de fantômes. Incapable de raconter son histoire, il décide de la mettre par écrit et nous raconte ses souvenirs. Plusieurs années plus tôt, le jeune notaire londonien, arrive à Crythin Gifford pour assister aux funérailles d’Alice Drablow et régler sa succession. Bien qu’accueillants, les villageois se montrent peu diserts sur le manoir des marais où la vieille dame vivait isolée. Malgré la présence inquiétante d’une dame en noir que personne d’autre ne semble voir et l’atmosphère étrange qui règne au manoir, Arthur Kipps rejette l’idée d’un phénomène surnaturel. Les événements inexpliqués et effrayants se multiplient, il n’est plus possible de nier et Arthur en restera hanté sa vie durant. Susan Hill nous offre une histoire de fantômes de facture classique mais dans laquelle je me suis facilement laissée prendre. Pas de grands frissons, ni de scènes terrifiantes, c’est avant tout un roman d’atmosphère. L’histoire derrière cette hantise est bien triste, mais la fin du roman, qui nous prend par surprise l’est encore plus. Pour un soir d’hiver, seul(e) à la maison, le vent hurlant dans les arbres, c’est la lecture parfaite !
    Lire la suite
    En lire moins
  • vero95270 Posté le 23 Mars 2020
    Un bon roman de littérature fantastique. Tout en finesse, suggestion, dans la lignée de Daphné du Maurier. D’ailleurs, l’auteure a écrit la suite de Rebecca, que je n’avais pas aimé. Une lecture agréable. Dans ma bibliothèque « Vivement ce soir que je lise »
  • kateginger63 Posté le 18 Février 2020
    Fantôme éploré et vengeur * Susan Hill est une spécialiste de la littérature gothique et anglaise de surcroît, ce qui rajoute une touche de mystère. Je suis contente que les éditions Archipel rééditent ce court roman. Dans ma biblio, j'ai aussi un mashup qu'elle a écrit sur l'histoire de Rebecca , la malédiction de Manderley (hâte de le lire). * Nous voilà avec une histoire de fantômes. Tout particulièrement de saison: l'hiver avec ses journées pluvieuses et brumeuses. le plaid sur les genoux, la tisane brûlante à la main, le chat qui ronronne et....La dame en noir dans l'autre main. * Focus sur un matin de novembre froid et brumeux, Londres à l'aube du 20ème siècle. Un jeune notaire se voit attribuer une bien étrange mission. Se rendre dans le nord du pays et compiler les papiers administratifs dans la maison d'une fraîche défunte. Or la demeure est isolée autour d'un marécage capricieux. Le notaire a des hallucinations visuelles: il voit une dame toute de noir vêtue. Les villageois terrorisés ne se livrent pas. Il va donc mener l'enquête et essayer de lever le mystère. * Un thriller saisissant où la tension nerveuse est palpable tout le long du récit. Certes le rythme est lent et... Fantôme éploré et vengeur * Susan Hill est une spécialiste de la littérature gothique et anglaise de surcroît, ce qui rajoute une touche de mystère. Je suis contente que les éditions Archipel rééditent ce court roman. Dans ma biblio, j'ai aussi un mashup qu'elle a écrit sur l'histoire de Rebecca , la malédiction de Manderley (hâte de le lire). * Nous voilà avec une histoire de fantômes. Tout particulièrement de saison: l'hiver avec ses journées pluvieuses et brumeuses. le plaid sur les genoux, la tisane brûlante à la main, le chat qui ronronne et....La dame en noir dans l'autre main. * Focus sur un matin de novembre froid et brumeux, Londres à l'aube du 20ème siècle. Un jeune notaire se voit attribuer une bien étrange mission. Se rendre dans le nord du pays et compiler les papiers administratifs dans la maison d'une fraîche défunte. Or la demeure est isolée autour d'un marécage capricieux. Le notaire a des hallucinations visuelles: il voit une dame toute de noir vêtue. Les villageois terrorisés ne se livrent pas. Il va donc mener l'enquête et essayer de lever le mystère. * Un thriller saisissant où la tension nerveuse est palpable tout le long du récit. Certes le rythme est lent et plutôt contemplatif mais adapté à l'atmosphère nébuleuse et sombre. Par les yeux du narrateur angoissé, la description est parfaitement relatée avec beaucoup de précisions. Le protagoniste est dévoré par la peur et la transmet au lecteur. L'intrigue est de facture classique. On découvre vite le "secret" qui entoure cette dame mystérieuse. La façon de raconter cette histoire est originale, puisqu'elle se base sur les souvenirs du notaire qui les couche sur papier quelques décennies plus tard. (cela donne encore plus d'intimité avec le lecteur). * J'avoue que je n'ai pas eu de grosses frayeurs mais c'est un bon récit d'atmosphère. Un peu court tout de même. Notons la belle plume à l'ancienne. P.S. La fin est horrible pour Arthur (et si injuste)
    Lire la suite
    En lire moins
  • Elamia Posté le 30 Janvier 2020
    Faisons abstraction de l'adaption cinématographique (médiocre) sortie en 2012, et attardons-nous un moment sur ce petit roman gothique. Le film ne m'avait pas laissé un souvenir impérissable, il m'avait même déçue. J'ai pourtant dû attendre 7 ans pour que le roman originel soit réédité. Les fantômes, c'est un peu la marque de fabrique de Susan Hill. Ses romans s'inscrivent dans le genre gothique et fantastique et La dame en noir en est l'exemple type. Il y a quelques années, j'avais adoré ma lecture de La main de la nuit qui était aussi dans le même registre. Ici, nous faisons connaissance avec Arthur, un jeune clerc de notaire, investi d'une mission qui marquera sa vie à jamais. Arthur doit se rendre au fin fond de la campagne anglaise pour régler une affaire d'héritage. Mais le lieu à première vue cosy et agréable, va se révéler le théâtre d'évènements étranges et même terribles. Arthur va t-il pouvoir garder sa raison même après avoir vu et vécu toutes ces choses ? Bien que l'effet de surprise soit un peu gâché par le visionnage antérieur du film, l'ambiance lugubre de la demeure et des marais qui l'entourent est palpable, vraiment saisissante. Arthur fait preuve d'un courage... Faisons abstraction de l'adaption cinématographique (médiocre) sortie en 2012, et attardons-nous un moment sur ce petit roman gothique. Le film ne m'avait pas laissé un souvenir impérissable, il m'avait même déçue. J'ai pourtant dû attendre 7 ans pour que le roman originel soit réédité. Les fantômes, c'est un peu la marque de fabrique de Susan Hill. Ses romans s'inscrivent dans le genre gothique et fantastique et La dame en noir en est l'exemple type. Il y a quelques années, j'avais adoré ma lecture de La main de la nuit qui était aussi dans le même registre. Ici, nous faisons connaissance avec Arthur, un jeune clerc de notaire, investi d'une mission qui marquera sa vie à jamais. Arthur doit se rendre au fin fond de la campagne anglaise pour régler une affaire d'héritage. Mais le lieu à première vue cosy et agréable, va se révéler le théâtre d'évènements étranges et même terribles. Arthur va t-il pouvoir garder sa raison même après avoir vu et vécu toutes ces choses ? Bien que l'effet de surprise soit un peu gâché par le visionnage antérieur du film, l'ambiance lugubre de la demeure et des marais qui l'entourent est palpable, vraiment saisissante. Arthur fait preuve d'un courage sans borne et nous entraine avec lui dans ce cadre angoissant, mais pas horrifique pour autant. En moins de 200 pages, Susan Hill parvient à nous coller quelques petits frissons. La seule chose que je pourrais reprocher à ce livre est sa fin très abrupte.
    Lire la suite
    En lire moins
Lisez! La newsletter qui vous inspire !
Il ne s'agit pas d'une newsletter classique. Il s'agit d'une promesse. La promesse de prendre, reprendre ou cultiver le goût de la lecture. La promesse de ne rien manquer de l'actualité de Lisez.

Lisez maintenant, tout de suite !

  • Sélection
    Lisez

    Terreurs nocturnes : les classiques de la littérature d'épouvante à (re)découvrir

    Des portes qui claquent, des incantations qui résonnent au loin, et bientôt, des apparitions qui vous glacent le sang. Ouvrir un roman d'épouvante, c'est être transporté au coeur d'univers parallèles nimbés de mystère et parfois cauchemardesques. De Frankenstein à Rosemary's Baby, (re)découvrez les grands classiques qui ont façonné la littérature horrifique. À vos risques et périls !

    Lire l'article