Lisez! icon: Search engine
Pocket
EAN : 9782266313162
Code sériel : 18107
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 384
Format : 108 x 177 mm

La Dernière maille

Date de parution : 11/02/2021
Rescapé d'une agression, un jeune homme se réveille amnésique. Il part sur les traces de son passé...
Ici, à l’hôpital Saint-Mathieu, son identité officielle est « patient 419 », mais le personnel l’a rebaptisé Néo. Il a été trouvé au bord d’une route, inconscient, polytraumatisé. Pas de papiers d’identité ni d’avis de disparition, aucun moyen d’identification. Pronostic vital engagé. Électro-encéphalogramme presque plat. Puis, contre toute attente, après... Ici, à l’hôpital Saint-Mathieu, son identité officielle est « patient 419 », mais le personnel l’a rebaptisé Néo. Il a été trouvé au bord d’une route, inconscient, polytraumatisé. Pas de papiers d’identité ni d’avis de disparition, aucun moyen d’identification. Pronostic vital engagé. Électro-encéphalogramme presque plat. Puis, contre toute attente, après onze semaines de coma profond, un pic dans les ondes cérébrales. La résurrection, mais un corps qui refuse d’obéir et une amnésie post-traumatique complète. Aidé du docteur Catherine Milan qui, pour des raisons tant professionnelles que personnelles, décide de l’accompagner, Néo va devoir retisser complètement son histoire. Jusqu’à la dernière maille.
 
« Ce thriller fonctionne comme une tragédie grecque. », Le Vif/L’Express
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266313162
Code sériel : 18107
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 384
Format : 108 x 177 mm

Ils en parlent

« Néo va découvrir bien plus que lui-même dans cette intrigue effectivement bien tricotée. Alors qu'on pensait Patricia Hespel repartie, comme pour son précédent roman, sur le sentier un peu convenu du thriller psychologique voire sentimental, la Belge rebat complètement ses cartes et brouille les pistes, pour lorgner cette fois bien plus du côté de Stephen King que de Paula Hawkins ! » 
Le Vif / L'Express (Belgique)
« On lit ce conte noir avec plaisir. » Guy Duplat
 
La Libre Belgique

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Elsaragon Posté le 6 Octobre 2021
    J'ai lu tous ses romans et je ne ferai pas la critique de ce dernier livre, car lu depuis trop longtemps et impossible de me replonger dans l'histoire de Neo. Seulement dire que j'ai à nouveau apprécié et que je suis très heureuse de commencer avec elle dès demain un atelier d'écriture !
  • shirley230173 Posté le 25 Janvier 2021
    J'avais déjà lu de l'auteure, "La fille derrière la porte" que j'avais apprécié. 📖📖📖 Dans ce récit, elle va nous mener par le bout du nez et ce jusqu'au dernier moment... tout en amenant chaque chapitre de son roman comme un travail de tricot, à nous de faire et défaire des mailles, travail de précision, soigné comme l'est son récit. Qui est donc Néo, ce jeune homme sorti d'un coma profond par on ne sait quel miracle ? Et qui est donc Catherine, cette doctoresse, ayant subi on le comprend rapidement des traumatismes importants et qui est aux petits soins pour lui. Quelles sont les raisons profondes de son attachement pour Néo ? Ces 2 là se connaissaient-ils avant la tragédie ? Quel est donc ce lien particulier qui les unit ? Le prologue nous laisse présager le pire quant à la suite du récit. On assiste en effet à un tabassage en bonne et due forme, qui ne laisse aucune chance à la victime de s'en sortir et pourtant la vie est parfois bien faite... ou pas... La suite du roman est plus psychologique, on entre dans la tête de Néo, pourquoi est-il toujours en vie ? Quel est donc ce... J'avais déjà lu de l'auteure, "La fille derrière la porte" que j'avais apprécié. 📖📖📖 Dans ce récit, elle va nous mener par le bout du nez et ce jusqu'au dernier moment... tout en amenant chaque chapitre de son roman comme un travail de tricot, à nous de faire et défaire des mailles, travail de précision, soigné comme l'est son récit. Qui est donc Néo, ce jeune homme sorti d'un coma profond par on ne sait quel miracle ? Et qui est donc Catherine, cette doctoresse, ayant subi on le comprend rapidement des traumatismes importants et qui est aux petits soins pour lui. Quelles sont les raisons profondes de son attachement pour Néo ? Ces 2 là se connaissaient-ils avant la tragédie ? Quel est donc ce lien particulier qui les unit ? Le prologue nous laisse présager le pire quant à la suite du récit. On assiste en effet à un tabassage en bonne et due forme, qui ne laisse aucune chance à la victime de s'en sortir et pourtant la vie est parfois bien faite... ou pas... La suite du roman est plus psychologique, on entre dans la tête de Néo, pourquoi est-il toujours en vie ? Quel est donc ce passé qu'il porte au fonds de lui et semble si lourd ? Comment faire pour retrouver cette mémoire perdue ? La quête sera longue pour Néo, il ira de surprise en surprise en découvrant des pans de son passé mais aussi de celui de Catherine. Les indices seront parsemés au gré des envies de l'auteure pour nous aiguiller ou nous faire déraper. Le tout est très bien ficelé et franchement je ne l'avais pas vu venir. Je ne peux en dire plus au risque de dévoiler des choses dont vous ne soupconneriez même pas l'existence... ✒✒✒ L'écriture est belle, attrayante, fluide, très agréable et dès les premières phrases j'ai été emport#279;e autant par le fonds que par la forme. 👥👥👥 Les personnages m'ont tous inspiré de l'empathie, ce jeune jomme à la recherche de son passé, cette femme qui essaie elle de vivre avec ces tourments et puis les personnages autour d'eux... Elsa qui se cherche depuis toujours, Bruno qui fait de son mieux pour la garder sur le droit chemin.... 🥁🥁🥁 Franchement une belle réussite pour Patricia qui a bien fait de quitter son costume d'avocate a mon sens. Je la relirai avec grand plaisir en tout cas.
    Lire la suite
    En lire moins
  • beatriceferon Posté le 2 Octobre 2020
    Des individus sortent d'une voiture et se mettent à démolir l'un d'eux qu'ils abandonnent dans le caniveau. Peu après, un automobiliste, qui s'était arrêté par hasard à cet endroit, découvre le corps et appelle les secours. La situation semble désespérée pour le patient de la chambre 419. Plongé dans le coma, il est considéré comme en état de mort cérébrale. Les médecins parlent de le débrancher. Seule le docteur Catherine Milan, qui s'est prise d'une sorte d'affection pour l'inconnu, passe du temps à son chevet, lui parle, raconte sa vie. Et l'impensable se produit : le malade se réveille. On le baptise « Néo ». Comme j'avais dévoré « La fille derrière la porte », j'étais curieuse de lire le nouveau roman de Patricia Hespel. Il s'ouvre sur un prologue violent, puisqu'on y assiste à une scène, j'allais écrire de passage à tabac, mais, en réalité, il s'agit d'une véritable mise à mort, où on entend les « os qui se brisent, (…) la chair qui éclate ». Il est aussi mystérieux. En effet, la victime semblait seule au bord de la route jusqu'à ce qu'un automobiliste providentiel s'arrête et la découvre. Et pourtant, il y a une troisième personne, qui a vraisemblablement assisté à ce drame sans intervenir. C'est... Des individus sortent d'une voiture et se mettent à démolir l'un d'eux qu'ils abandonnent dans le caniveau. Peu après, un automobiliste, qui s'était arrêté par hasard à cet endroit, découvre le corps et appelle les secours. La situation semble désespérée pour le patient de la chambre 419. Plongé dans le coma, il est considéré comme en état de mort cérébrale. Les médecins parlent de le débrancher. Seule le docteur Catherine Milan, qui s'est prise d'une sorte d'affection pour l'inconnu, passe du temps à son chevet, lui parle, raconte sa vie. Et l'impensable se produit : le malade se réveille. On le baptise « Néo ». Comme j'avais dévoré « La fille derrière la porte », j'étais curieuse de lire le nouveau roman de Patricia Hespel. Il s'ouvre sur un prologue violent, puisqu'on y assiste à une scène, j'allais écrire de passage à tabac, mais, en réalité, il s'agit d'une véritable mise à mort, où on entend les « os qui se brisent, (…) la chair qui éclate ». Il est aussi mystérieux. En effet, la victime semblait seule au bord de la route jusqu'à ce qu'un automobiliste providentiel s'arrête et la découvre. Et pourtant, il y a une troisième personne, qui a vraisemblablement assisté à ce drame sans intervenir. C'est elle qui raconte. Elle est « accroupie aux côtés du corps », mais lui « ne [la] voit pas. » L'histoire qui suit est divisée en trois parties intitulées « Catherine », « Elsa » et « Gaspard » et se conclut par un bref épilogue. Tous les chapitres sont simplement numérotés, mais certains commencent, curieusement, par une explication de tricot qui a l'air assez compliquée : « Étape délicate de l'ouvrage. Travailler souplement pour éviter de casser le fil. » ou « Suivre fidèlement le motif repris sur le diagramme. Veiller constamment à ne perdre aucune maille. » Ce qui évoque, bien évidemment, le dessin de la couverture, ainsi qu'une mystérieuse vieille femme, traînant un cabas dont dépassent des aiguilles et qui croise, de temps à autre, le personnage principal. La construction est donc très élaborée et il faut rester attentif pour ne rien rater et bien comprendre. J'ai mis du temps pour rentrer dans l'histoire et j'ai trouvé qu'il fallait attendre longtemps avant qu'elle ne démarre vraiment :on part dans tous les sens, on découvre nombre de personnages qui ne joueront aucun rôle important (Docteur Vincent Herbert, Inspectrice Isabelle Laurent, Eddy Lambotte...) Il y a deux narrateurs : l'un est externe, l'autre, interne, est le personnage principal lui-même. Ce qui est difficile, c'est qu'en réalité, il ne sait pas qui il est. Il sort d'un coma si profond que les médecins avaient perdu tout espoir. C'est donc un miraculé. Et c'est aussi un amnésique. Personne n'ayant essayé de le retrouver, on peut penser qu'il n'a ni famille ni amis. Lorsqu'il peut enfin se regarder dans un miroir, il est mécontent de ce qu'il voit: ce corps de brute ne correspond pas à celui qu'il se sent être, prisonnier de cette enveloppe. D'ailleurs, à plusieurs reprises, il répond avec agressivité qu'avec un telle dégaine, il ne peut logiquement être que « vigile, déménageur, bûcheron, terrassier? Parce qu'un grand gaillard comme [lui] doit forcément faire un métier de brute. » Blessé, il se sent proche du Docteur Catherine Milan qui s'est occupée de lui et qui cache, elle aussi, des fêlures. Il m'a fait songer au « Voyageur sans bagage » d'Anouilh. Tout comme lui, il n'a pas vraiment envie de savoir qui il est réellement. Le psychiatre, le Docteur Maurin, le lui explique bien : « Vous craignez d'être déçu par celui que vous étiez, de ne pas assumer ses choix, ses actes. » C'est pour cela qu'on l'a nommé Néo, il va pouvoir repartir à zéro, devenir celui qu'il veut être. Malgré cela, il a besoin de comprendre qui il était, pourquoi on s'est acharné sur lui avec tant de haine. Qu'a-t-il bien pu faire pour mériter un tel traitement ? Le récit se construit petit à petit et il faut prendre du recul pour discerner le dessin de jacquard complexe que réalise la tricoteuse. Ce ne sera que dans les dernières pages qu'on connaîtra le fin mot de l'énigme. Outre une analyse fouillée de l'âme humaine, Patricia Hespel mêle à son récit une bonne dose de fantastique. Donc, même s'il m'a fallu un petit temps d'adaptation, je peux dire, finalement, que cette histoire m'a plu.
    Lire la suite
    En lire moins
  • ROUMANOFFBE Posté le 7 Août 2020
    Une conception originale pour un roman qui ne manque pas de sel. Je me suis bien amusée à me mettre dans la peau du personnage principal qui passe par tous les états d'esprit et par des situations qui le mettent parfois dans l'embarras. L'auteur s'amuse à créer une histoire quelque peu troublante mais qui reste malgré tout très cohérente dans les faits et ce qu'il fallait démontrer. Je ne vous en dis pas plus, je ne veux pas révéler ce qui vous avez à découvrir par vous-même en lisant ce livre.
  • josette-costeux Posté le 13 Juillet 2020
    Un excellent thriller psychologique mais pas que ça ! Ce roman est tellement dense qu'il est préférable que je structure mon avis . Je commence par l'intrigue, bien ficelée, originale, très bien organisée, avec des indices adroitement déposés, des ficelles tendues.. j'ai même trouvé que 'était un peu trié en longueur mais quand j'ai compris...j'aurais souhaité que l'auteure continue à me leurrer. La structure du roman , ensuite. Il est partagé en 3 avec des changements de personnages et si le héros est mis en évidence, il est entouré de personnages fragiles, torturés, en souffrance et cet éventail de caractères, de destins brisés, de silences... les rend vrais, attachants et si certains de leurs actes sont répréhensibles, je n'ai pu m'empêcher d'éprouver de l'empathie, de les excuser, de les comprendre car l'auteure a su leur dresser un portrait juste et bienveillant. Le style est fouillé, bien travaillé, le rythme de lecture est rapide, bien que la lecture soit parfois difficile, prenante, perturbante. Et enfin, l'auteure a réussi à toucher différents genres. Elle a mis un peu de romance, un peu de famille, un peu de social, un peu de médical, un peu d'ésotérisme. Juste ce... Un excellent thriller psychologique mais pas que ça ! Ce roman est tellement dense qu'il est préférable que je structure mon avis . Je commence par l'intrigue, bien ficelée, originale, très bien organisée, avec des indices adroitement déposés, des ficelles tendues.. j'ai même trouvé que 'était un peu trié en longueur mais quand j'ai compris...j'aurais souhaité que l'auteure continue à me leurrer. La structure du roman , ensuite. Il est partagé en 3 avec des changements de personnages et si le héros est mis en évidence, il est entouré de personnages fragiles, torturés, en souffrance et cet éventail de caractères, de destins brisés, de silences... les rend vrais, attachants et si certains de leurs actes sont répréhensibles, je n'ai pu m'empêcher d'éprouver de l'empathie, de les excuser, de les comprendre car l'auteure a su leur dresser un portrait juste et bienveillant. Le style est fouillé, bien travaillé, le rythme de lecture est rapide, bien que la lecture soit parfois difficile, prenante, perturbante. Et enfin, l'auteure a réussi à toucher différents genres. Elle a mis un peu de romance, un peu de famille, un peu de social, un peu de médical, un peu d'ésotérisme. Juste ce qu'il faut pour m'émouvoir et me convaincre. Ce mélange permet de ne pas alourdir le ressenti déjà bien éprouvé par le thème principal. La fin, que je ressens comme une belle ouverture !
    Lire la suite
    En lire moins
Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.