Lisez! icon: Search engine
Pocket
EAN : 9782266267281
Code sériel : 16631
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 192
Format : 108 x 177 mm

La Dernière Nuit du Raïs

Date de parution : 01/09/2016
Nuit du 19 au 20 octobre 2011.
Mouammar Kadhafi, acculé par les rebelles déterminés à libérer la Libye, a trouvé refuge à Syrte. Avec le jour, viendra la mort.
Entouré d’une poignée de fidèles, le dictateur s’accroche à ses lubies et fantasmes. Lui, l’Élu de Dieu, Guide légitime de la nation, ne...
Nuit du 19 au 20 octobre 2011.
Mouammar Kadhafi, acculé par les rebelles déterminés à libérer la Libye, a trouvé refuge à Syrte. Avec le jour, viendra la mort.
Entouré d’une poignée de fidèles, le dictateur s’accroche à ses lubies et fantasmes. Lui, l’Élu de Dieu, Guide légitime de la nation, ne peut être renversé. Incapable de voir l’inconcevable réalité de sa fin, il court à sa perte.
Et le tyran se souvient de son ascension et raconte ses dernières heures de tension. Qu’il semble loin l’écho de la gloire passée. La ferveur du peuple est un chant de sirènes...

« Une prouesse littéraire. » LiRE

« Il fallait un culot monstre pour oser se glisser dans la peau de l’un des tyrans les plus sanguinaires de notre époque. Yasmina Khadra relève le défi et signe un roman aussi passionnant que dérangeant. » François Busnel – L’Express
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266267281
Code sériel : 16631
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 192
Format : 108 x 177 mm
Pocket

Ils en parlent

« Une prouesse littéraire. » LiRE
« Apocalyptique. » Le Point
« La Dernière Nuit du Raïs possède cette vertu qui reste l’une des clés de la littérature : nous éclairer sur la face cachée d’un homme qui s’est évertué à créer sa propre légende. » Le Figaro
« Un récit exalté, torturé et vertigineux qui emmène son lecteur dans les profondeurs d’une âme damnée. » 20 Minutes
« C’est d’un réalisme à couper le souffle. » Le Parisien Magazine
« Ce nouveau roman confirme que Yasmina Khadra est bien le chroniqueur par excellence des soubresauts du monde arabo-musulman. » L’Humanité
« Il fallait un culot monstre pour oser se glisser dans la peau de l’un des tyrans les plus sanguinaires de notre époque. Yasmina Khadra relève le défi et signe un roman aussi passionnant que dérangeant. » François Busnel – L’Express
« Écrit à la première personne, ce huis clos halluciné est un tour de force romanesque. » Livres Hebdo
 

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Polardesglaces Posté le 1 Septembre 2020
    Dans La dernière nuit du raïs, Yasmina Khadra raconte, de façon romancée, mais très réelle, la dernière nuit de Mouammar Kadhafi, terré dans une maison en partie détruite. Dans certains chapitres, le chef, le raïs, se remémore des épisodes de sa vie, notamment de la période antérieure à sa prise du pouvoir. On apprend d’ailleurs des éléments biographiques intéressants sur son enfance et sa famille. Dans d’autres parties, on assiste aux dialogues qu’il a avec ses derniers compagnons, entre méfiance, peur et fidélité aveugle. Yasmina Khadra nous plonge dans les pensées du dictateur et dans ses rêves… ou plutôt ses cauchemars. Il termine le roman par les dernières heures de Kadhafi, qui conduisent à son lynchage. La dernière nuit est un roman passionnant, qui mêle histoire et psychologie. On se prend même à une certaine empathie envers cet homme, qu’on a toujours eu l’habitude de voir comme un fou sanguinaire.
  • JacquesYvesDepoix Posté le 30 Août 2020
    Trouvé dans une boîte à livres, c'est le premier roman de Yasmina Khadra que je lis, comblant ainsi un peu mes lacunes littéraires. J'ai beaucoup aimé. Naturellement il faut conclure un pacte de lecture pour intégrer la focalisation narrative particulière qui consiste à faire parler Mouammar Khadafi à la première personne jusqu'à son dernier souffle. Une fois que c'est fait, on s'y croit, sans gêne. On suit les méandres de son esprit pour constater qu'aucun être humain n'est un monstre, même le plus terrible. Un être humain est un être humain avec sa folie, sa raison, son passé, ses plaies, et tutti quanti. C'est une des grandes victoires de ce roman, je trouve : montrer un tyran nu, sans caricature ni parti pris. Il fallait oser.
  • Brooklyn_by_the_sea Posté le 3 Juin 2020
    Quel livre terrible et fabuleux ! Yasmina Khadra nous emmène dans la tête de Mouammar Kadhafi, le temps d'une nuit, sa dernière avant de mourir. On est en Octobre 2011 à Syrte, au milieu des bombes, encerclé par les rebelles, perdu entre passé et présent. Kadhafi le Bédouin se souvient du désert et du bruit du vent sur le sable, de son enfance miséreuse et colérique, de son ascension sociale grâce à l'armée, de son désir d'en finir avec la monarchie qui maintenait le peuple libyen dans la pauvreté ; de sa prise de pouvoir et des progrès qui ont amélioré la vie de ses concitoyens. Il évoque aussi sa conception dictatoriale du pouvoir, et son amertume face à ce peuple qui s'est retourné contre lui. Convaincu d'être "celui par qui le salut arrive", il ne dissimule rien de sa paranoïa de tyran, de ses délires d'héroïnomane, de ses hallucinations auditives -et c'est terrifiant et fascinant à la fois. J'ai adoré ce portrait -sans rien apprécier du personnage, mais en ayant hautement admiré le talent, l'intelligence et la poésie de l'auteur. En 180 pages, Yasmina Khadra nous emmène dans un pays mystérieux et sans doute splendide, vu à travers les yeux d'un... Quel livre terrible et fabuleux ! Yasmina Khadra nous emmène dans la tête de Mouammar Kadhafi, le temps d'une nuit, sa dernière avant de mourir. On est en Octobre 2011 à Syrte, au milieu des bombes, encerclé par les rebelles, perdu entre passé et présent. Kadhafi le Bédouin se souvient du désert et du bruit du vent sur le sable, de son enfance miséreuse et colérique, de son ascension sociale grâce à l'armée, de son désir d'en finir avec la monarchie qui maintenait le peuple libyen dans la pauvreté ; de sa prise de pouvoir et des progrès qui ont amélioré la vie de ses concitoyens. Il évoque aussi sa conception dictatoriale du pouvoir, et son amertume face à ce peuple qui s'est retourné contre lui. Convaincu d'être "celui par qui le salut arrive", il ne dissimule rien de sa paranoïa de tyran, de ses délires d'héroïnomane, de ses hallucinations auditives -et c'est terrifiant et fascinant à la fois. J'ai adoré ce portrait -sans rien apprécier du personnage, mais en ayant hautement admiré le talent, l'intelligence et la poésie de l'auteur. En 180 pages, Yasmina Khadra nous emmène dans un pays mystérieux et sans doute splendide, vu à travers les yeux d'un homme devenu fou, comme dans un rêve ou un cauchemar éveillé. Après cette lecture, on ne peut que déplorer que le Raïs ait, comme le dit un des personnages, "renversé de la main gauche ce qu'il a bâti de la main droite" ; pire, on ne peut que déplorer que les Libyens le regrettent désormais ; et pire encore, que leur pays ait été réduit à une vision de l'enfer pour les migrants assez désespérés pour se résoudre à le traverser. Reste un beau texte, une lecture marquante, qu'il ne faut pas hésiter à découvrir pour s'ouvrir à d'autres horizons.
    Lire la suite
    En lire moins
  • nabilkar255 Posté le 22 Mars 2020
    bon livre
  • Ellora Posté le 15 Mars 2020
    Un livre de Yasmine Khadra est pour moi toujours la certitude d'une lecture prenante, intense et bouleversante. Cela a encore été le cas avec cet ouvrage , malheureusement je ne l'ai pas apprécié. Je reconnais que le travail d' écriture est formidable. Le talent de Khadra est incontestable. Son écriture dans ce roman retranscrit parfaitement la folie de ce dictateur que fut Khadafi . On ressent, tout au long du roman, la violence, la peur, l'oppression imposés au peuple Lybien. « L'homme est un loup pour l'homme » Candide. Voltaire a encore une fois raison.
Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.