Lisez! icon: Search engine
10/18
EAN : 9782264062826
Code sériel : 4671
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 336
Format : 108 x 177 mm

La disparition d'April Latimer

Collection : Grands Détectives
Date de parution : 20/02/2014
Entre roman noir et thriller psychologique, une nouvelle enquête du médecin légiste Quirke dans le Dublin des années 1950, signée sous pseudo par le grand styliste John Banville.
Dans la société dublinoise conservatrice des années 1950, April Latimer, jeune interne en médecine rebelle et indépendante, laisse dans son sillage un parfum de scandale. Quand Phoebe Griffin, sa meilleure amie, découvre qu’elle a disparu depuis une semaine, elle redoute le pire… et demande à son père, le brillant mais... Dans la société dublinoise conservatrice des années 1950, April Latimer, jeune interne en médecine rebelle et indépendante, laisse dans son sillage un parfum de scandale. Quand Phoebe Griffin, sa meilleure amie, découvre qu’elle a disparu depuis une semaine, elle redoute le pire… et demande à son père, le brillant mais imprévisible médecin légiste Quirke, de l’aider à retrouver sa trace. Une histoire trouble qui lève le voile sur de terribles secrets mêlant sauvagerie familiale, cruauté religieuse et haine raciale.
 
Benjamin Black est le pseudonyme de John Banville, écrivain irlandais récompensé en 2005 par le Booker Prize pour La Mer.
 
« La beauté d'une écriture à l'élégance évidente. » Elle, Hubert Prolongeau
 
Traduit de l’anglais (Irlande) par Michèle Albaret-Maatsch
 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782264062826
Code sériel : 4671
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 336
Format : 108 x 177 mm
10/18

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Crazynath Posté le 19 Février 2020
    Il y a peu de temps j’ai découvert la plume de John Banville alias Benjamin Black. Et j’avoue être tombée sous le charme de la série « Quirke », mais aussi de l’écriture de cet auteur irlandais que je ne connaissais pas, honte à moi ! J’ai d’ailleurs bien l’intention de rattraper cette erreur, car même si je n’en suis qu’à la troisième œuvre que je lis de cet écrivain, j’en ai encore plusieurs dans ma Pal depuis… Nous retournons donc à Dublin avec cette nouvelle aventure du médecin légiste Quirke. Depuis le deuxième tome, ce dernier a décidé de prendre sa vie en main et il se trouve en pleine cure de désintoxication… Il va certes ressortir de cette institution spécialisée sobre, mais pour combien de temps ? Car il faut avouer que dès que Quirke sent une odeur de whisky flotter dans le coin, ses narines frétillent (et pas qu’elles), et, il faut dire qu’en Irlande, ce ne sont pas les pubs qui manquent… C’est Phoebe, la fille de Quirke qui va être à l’origine de cette histoire. Une de ses amie, April Latimer, semble avoir disparu… Cette dernière, venant d’une famille très en vue dans la communauté chic... Il y a peu de temps j’ai découvert la plume de John Banville alias Benjamin Black. Et j’avoue être tombée sous le charme de la série « Quirke », mais aussi de l’écriture de cet auteur irlandais que je ne connaissais pas, honte à moi ! J’ai d’ailleurs bien l’intention de rattraper cette erreur, car même si je n’en suis qu’à la troisième œuvre que je lis de cet écrivain, j’en ai encore plusieurs dans ma Pal depuis… Nous retournons donc à Dublin avec cette nouvelle aventure du médecin légiste Quirke. Depuis le deuxième tome, ce dernier a décidé de prendre sa vie en main et il se trouve en pleine cure de désintoxication… Il va certes ressortir de cette institution spécialisée sobre, mais pour combien de temps ? Car il faut avouer que dès que Quirke sent une odeur de whisky flotter dans le coin, ses narines frétillent (et pas qu’elles), et, il faut dire qu’en Irlande, ce ne sont pas les pubs qui manquent… C’est Phoebe, la fille de Quirke qui va être à l’origine de cette histoire. Une de ses amie, April Latimer, semble avoir disparu… Cette dernière, venant d’une famille très en vue dans la communauté chic dublinoise est interne, mais a disparu du jour au lendemain de la circulation… Les membres de leur petite bande d’amis ne semblent pas en savoir plus que Phoebe qui va confier son inquiétude à son père, car la famille Latimer n’a pas l’air de s’inquiéter. J’ai suivi avec fébrilité les avancées des interrogations de Quirke, car qu’est ce qu’il a bien pu se passer ? April est-elle vivante, a-t-elle simplement choisi de disparaitre ? Une fois de plus, ce n’est pas l’enquête qui est au centre de ce roman, mais l’ambiance de ce roman bien noir. La plume ciselée de Benjamin Black arrive à restituer l’ambiance de ce Dublin humide, glacial et embrumé avec énormément de talent. Quel style, et quel talent ! Challenge Séries 2020 Challenge Mauvais Genres 2020 Challenge A travers l’histoire 2020
    Lire la suite
    En lire moins
  • izagh Posté le 27 Septembre 2015
    Cette disparition d’April Lartimer semblait cacher bien des secrets, mais l’ensemble est très lent, le suspens quasi inexistant. En fait, l’enquête sert de prétexte à Benjamin Black pour dresser un portrait de la société irlandaise de cette époque. Et si on met de côté l’aspect « roman noir » et qu’on se laisse entraîner dans les rues de Dublin en suivant Phoebe et son père, on rencontre des personnages hétéroclites. On se réjouit de ces portraits qui prennent vie sous la plume très acérée de Black qui ne fait aucune concession, il égratigne avec plaisir cette société irlandaise étriquée qui ne laisse pas de place à la fantaisie. Et ses descriptions du Dublin des années 50 créent une atmosphère si particulière que l’on est engloutit peu à peu dans cette bruine omniprésente. Il ne faut pas chercher le frisson d’angoisse dans ce roman mais il faut plutôt se laisser envoûter par cette atmosphère et ces personnages que Blake nous peint de façon si habile et non dénuée d’humour.
  • motspourmots Posté le 24 Mars 2014
    Une plongée dans le Dublin des années 50, sur les traces du héros de cette récente série de la collection Grands Détectives, un médecin légiste à la vie tourmentée. Une amie de sa fille a disparu et les voila confrontés aux secrets de la bonne société qui tient à tout prix à les protéger. Outre le suspense bien distillé et l'enquête déroulée avec maîtrise, sans effets spectaculaires mais avec une progression psychologique qui capte l'intérêt, ce sont les personnages qui emportent l'adhésion du lecteur...
  • mickaela Posté le 1 Février 2014
    Un livre intéressant, surprenant parfois. Il y a certaines longueurs, certes, mais elles permettent l'analyse psychologique des personnages. L'ambiance est aussi pesante, noire mais néanmoins j'ai aimé. Très réceptive à ce genre de livre, j'y ai trouvé mon compte .
  • maylibel Posté le 1 Octobre 2013
    Dublin, années 1950. Quirke, médecin légiste alcoolique, sort tout juste de cure de désintoxication quand sa fille Phoebe attire son attention sur la soudaine disparition d'une de ses amies, April Latimer. Curieuse enquête que celle que nous propose l'auteur irlandais John Banville pour cette troisième incursion dans le roman policier. Peu de suspense, un univers très classique, des personnages complexes et relativement peu aimables. La figure d’April, interne en médecine issue d’une riche famille irlandaise, dont la disparition est le point de départ du roman, demeure mystérieuse. Tout l’intérêt de ce polar signé sous pseudonyme par John Banville, qui a obtenu le Booker Prize en 2005 avec son roman La Mer, réside dans ses analyses (notamment sa sévère description de la société irlandaise) et son style très soignés. Un roman d’atmosphère, où l’intrigue importe finalement peu. À vous de voir si l’expérience vous tente.
Plongez dans l'univers du polar historique avec la newsletter Grands Détectives.
Voyagez au fil des enquêtes de la collection Grands Détectives.