Lisez! icon: Search engine
10/18
EAN : 9782264072290
Code sériel : 5382
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 480
Format : 108 x 177 mm

La Famille Winter - poche

Collection : Domaine Policier
Date de parution : 20/09/2018
Aux pires heures de la guerre de Sécession, une poignée de soldats se reconvertit en une sinistre fratrie : la Famille Winter. Il y a le tueur psychopathe Quentin Ross, les frères Empire qui rivalisent de cruauté et de bêtise, Fred, l’esclave qui a repris sa liberté à coups de... Aux pires heures de la guerre de Sécession, une poignée de soldats se reconvertit en une sinistre fratrie : la Famille Winter. Il y a le tueur psychopathe Quentin Ross, les frères Empire qui rivalisent de cruauté et de bêtise, Fred, l’esclave qui a repris sa liberté à coups de hache, l'enfant prodige Lukas Shakespeare… Et au centre de cette tempête malveillante se tient l’insondable Augustus Winter. Un homme doté d’une résistance pathologique aux règles de la société et d’un don surnaturel pour la boucherie. Parcourant le territoire sauvage des États-Unis, les mercenaires de Winter tantôt défendent les avancées de la civilisation et tantôt s’y opposent farouchement, laissant dans leur sillage plus de morts que de vifs.

"Clifford Jackman signe à la fois un formidable western sauce Tarantino et une fascinante fresque sur les fondations d'une Amérique contemporaine aujourd'hui encore à feur de peau."
Philippe Blanchet, Rolling Stone

Traduit de l'anglais (Canada) par Dominique Fortier.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782264072290
Code sériel : 5382
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 480
Format : 108 x 177 mm
10/18

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Fadette100 Posté le 9 Septembre 2020
    Quel régal ce roman ! Très bonne découverte que ce roman western, dense, riche et passionnant avec une histoire prenante. C'est noir, c'est sanglant comme dans les western. Une écriture percutante. Pas de répit dans l'action. J'ai dévoré ce roman en deux jours. Fortement recommandé. Ames sensibles, s'abstenir.
  • Ctucorrect Posté le 1 Février 2020
    Un western âpre, sauvage, sanglant. Une épopée qui s'inscrit dans une période tumultueuse de la construction dans la violence des Etats Unis. Il m'a manqué de l'émotion. Les scènes s’enchaînent, on vit des moments clefs qui se terminent tous dans le sang, la boue, mais aucune empathie se dégage, j'attendais mieux.
  • MassLunar Posté le 25 Septembre 2019
    La Famille Winter, premier western "romanesque" que j'ai eu le plaisir de lire. Une lecture plutôt enchantée pour une fiction totalement désenchantée, voire nihiliste. Nous sommes plongés dans une sanglante fresque historique qui émerge des cendres de la Guerre de Sécession dans les années 1860 jusqu'à l'émergence de la civilisation en 1900. Par ce tableau historique qui dépeint la transition d'une Amérique sauvage et meurtrière vers une Amérique industrialisée et corrompue , ce roman me faisait penser au fameux western Il était une fois dans l'Ouest où l'image du chemin de fer évoquait aussi celui d'un basculement , de l'émergence de cette grosse machine qu'est la civilisation. La Famille Winter est sur tout les fronts : Guerre de Sécession, élection politique à Chicago, attaque contre les derniers résistants apaches... Ce groupe de mercenaires psychopathes est sur tous les fronts et leur macabre odyssée résonne à coups de fusillades sur les chemins d'une Amérique en plein changement. Concernant La Famille Winter, nous avons droit à une sévère bande d'allumés, de hors-la-loi dénués de tout romantisme, qui pillent, violent et massacrent. Ce sont des personnes qui ont fait de l'absence de règles leurs mode de vie. Ce roman est donc riche en personnages maudits, en... La Famille Winter, premier western "romanesque" que j'ai eu le plaisir de lire. Une lecture plutôt enchantée pour une fiction totalement désenchantée, voire nihiliste. Nous sommes plongés dans une sanglante fresque historique qui émerge des cendres de la Guerre de Sécession dans les années 1860 jusqu'à l'émergence de la civilisation en 1900. Par ce tableau historique qui dépeint la transition d'une Amérique sauvage et meurtrière vers une Amérique industrialisée et corrompue , ce roman me faisait penser au fameux western Il était une fois dans l'Ouest où l'image du chemin de fer évoquait aussi celui d'un basculement , de l'émergence de cette grosse machine qu'est la civilisation. La Famille Winter est sur tout les fronts : Guerre de Sécession, élection politique à Chicago, attaque contre les derniers résistants apaches... Ce groupe de mercenaires psychopathes est sur tous les fronts et leur macabre odyssée résonne à coups de fusillades sur les chemins d'une Amérique en plein changement. Concernant La Famille Winter, nous avons droit à une sévère bande d'allumés, de hors-la-loi dénués de tout romantisme, qui pillent, violent et massacrent. Ce sont des personnes qui ont fait de l'absence de règles leurs mode de vie. Ce roman est donc riche en personnages maudits, en antihéros que les amateurs de bad guys pourront apprécier. Les personnages sont charismatiques et attachants dans leur cruauté sauvage aux relents pourris de liberté. J'ai beaucoup ce roman par son rythme, par cette narration nihiliste, par cette fusion entre une peinture désabusée de l'Amérique et cette odyssée meurtrière qui peut, en effet, rappeler le western de Peckinpah. Beaucoup d'action, un certain sens de la dramaturgie et un bon background historique bien exploité donnent toute son efficacité à La Famille Winter. Le seul bémol est que La Famille Winter a du mal à se débarrasser de certaines références. Ainsi, j'y vois du Clint Eastwood à travers l'opacité de son personnage principal, il y a du Tarantino, du Peckinpah, du Leone pour la thématique. La Famille Winter a du mal à sortir des sentiers battues et la lecture, pour celles et ceux qui aiment les westerns, sera peut-être un peu trop familière mais peu importe car si vous cherchez un excellent divertissement épique sur lequel souffle un jubilatoire désespoir alors n'hésitez pas à vous plonger dans cette funeste odyssée.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Judith63 Posté le 10 Septembre 2019
    En pleine guerre de Sécession, une famille se constitue, mais pas n'importe laquelle, La Famille Winter. Des hommes sans fois ni lois, si ce n'est les leurs. Des mercenaires , qui ont perdus leur âme, capables de tout. Meurtre, vol, viol, massacre, trahison, corruption tout y passe. Un portrait sombre d'une période de l'histoire des Etats-Unis, où on rencontrent des hommes politiques près à tout pour conserver leur pouvoir et leur privilège. Je rejoins la critique de Yaena, j'ai modérément accroché à ce livre. Trop de personnages avec trop de similitudes entre eux. Difficile de s'y retrouver !
  • Wendat69 Posté le 20 Mars 2019
    La Famille Winter chevauche à travers le temps de l'Ouest telle une horde sauvage, semant mort et la désolation sur son passage, rejetant toute conception du Bien ou du Mal, s'affranchissant de toute morale, et par là, se retranchant du monde des hommes. Ce feu dévastateur semble ne jamais devoir s'éteindre, les membres de cette famille, s'ils sont unis, c'est uniquement par les liens du sang, mais par le sang versé, celui des autres. Il n'y a pas d'échappatoire possible, chacun sème la mort et le chaos tout au long d'une existence grise, et ceux qui par malheur partent à la recherche de la conscience qu'ils ont abandonné depuis si longtemps, souffrent bien davantage que les membres les plus sauvages et les plus fous de cette famille maudite. Celui qui mène ce troupeau sanglant est-il le pire? C'est en tout cas celui qui a enfoui au plus profond toute notion de pardon, tout sentiment, toute émotion, celui qui fait de ce chemin de haine une forme de quête, qui n'a d'autre but que d'aller toujours plus loin sur les sentiers de la mort. Winter est la froideur absolue, dont l'évocation fige de stupeur et glace le sang. Fuyez bonnes... La Famille Winter chevauche à travers le temps de l'Ouest telle une horde sauvage, semant mort et la désolation sur son passage, rejetant toute conception du Bien ou du Mal, s'affranchissant de toute morale, et par là, se retranchant du monde des hommes. Ce feu dévastateur semble ne jamais devoir s'éteindre, les membres de cette famille, s'ils sont unis, c'est uniquement par les liens du sang, mais par le sang versé, celui des autres. Il n'y a pas d'échappatoire possible, chacun sème la mort et le chaos tout au long d'une existence grise, et ceux qui par malheur partent à la recherche de la conscience qu'ils ont abandonné depuis si longtemps, souffrent bien davantage que les membres les plus sauvages et les plus fous de cette famille maudite. Celui qui mène ce troupeau sanglant est-il le pire? C'est en tout cas celui qui a enfoui au plus profond toute notion de pardon, tout sentiment, toute émotion, celui qui fait de ce chemin de haine une forme de quête, qui n'a d'autre but que d'aller toujours plus loin sur les sentiers de la mort. Winter est la froideur absolue, dont l'évocation fige de stupeur et glace le sang. Fuyez bonnes gens, priez, et fuyez...Winter is comming !
    Lire la suite
    En lire moins
Lisez inspiré avec 10/18 !
Voyagez hors des sentiers battus, loin d'une littérature conventionnelle et attendue…