En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez le dépôt de cookies qui nous permettront, ainsi qu’à nos partenaires, de vous proposer des offres et contenus adaptés à vos centres d’intérêts, des fonctions de partage vers les réseaux sociaux, d’analyser le trafic et la performance du site et d’effectuer des statistiques.
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        La femme d'argile et l'homme de feu

        Pocket
        EAN : 9782266275576
        Code sériel : 16977
        Façonnage normé : POCHE
        Nombre de pages : 736
        Format : 108 x 177 mm
        La femme d'argile et l'homme de feu

        Michèle ALBARET-MAATSCH (Traducteur)
        Date de parution : 16/11/2017
        New York, 1899. Un Nouveau Monde. Voilà ce que découvrent, en ouvrant les yeux, Chava et Ahmad, deux créatures hors du commun. Chava, la femme d’argile se réveille sur un paquebot qui mène son mari à Ellis Island. Quant à Ahmad, l’homme de feu, le destin l’a réveillé dans une arrière-boutique du... New York, 1899. Un Nouveau Monde. Voilà ce que découvrent, en ouvrant les yeux, Chava et Ahmad, deux créatures hors du commun. Chava, la femme d’argile se réveille sur un paquebot qui mène son mari à Ellis Island. Quant à Ahmad, l’homme de feu, le destin l’a réveillé dans une arrière-boutique du quartier syrien.
        Ils se rencontrent au hasard d'une nuit, dans les dédales de Manhattan et l'amitié qui naît entre eux est immédiate. Malgré la menace qui pèse sur eux, ces deux êtres d'exception vont se battre, ensemble, pour trouver leur place et vivre libres, enfin.
        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782266275576
        Code sériel : 16977
        Façonnage normé : POCHE
        Nombre de pages : 736
        Format : 108 x 177 mm
        Pocket
        10.00 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • BlackWolf Posté le 5 Janvier 2017
          En Résumé : Au final même si ce roman n’a pas complètement répondu aux attentes que j’avais en me lançant dans sa lecture, j’ai tout de même passé un très agréable moment de lecture. L’auteur nous plonge ainsi dans un New York du 19ème siècle réaliste, vivant et qui donne envie d’être découvert. On se retrouve à suivre le destin d’une golème et d’un djinn, , héros déracinés et perdus, qui vont se croiser et tenter d’oublier leurs solitudes. On découvre ainsi des personnages soignés, denses humains, que ce soit les héros principaux comme les protagonistes secondaires et on se retrouve à les suivre avec un minimum de plaisir. Mais ce récit traite aussi de sujet important comme la notion d’immigration, l’acceptation de l’autre, les choix que chacun fait ou bien encore la notion de changement très présent à cette époque. J’ai trouvé aussi que la relation entre nos deux héros sonnaient juste, l’auteur la maitrisant parfaitement sans jamais tomber dans le côté guimauve. Le style s’avère ainsi simple, riche, ciselé et poétique, présentant ainsi le récit comme un conte moderne rappelant parfois aussi dans la construction comme dans certains passages Les Mille et une Nuits. Sauf que voilà j’ai... En Résumé : Au final même si ce roman n’a pas complètement répondu aux attentes que j’avais en me lançant dans sa lecture, j’ai tout de même passé un très agréable moment de lecture. L’auteur nous plonge ainsi dans un New York du 19ème siècle réaliste, vivant et qui donne envie d’être découvert. On se retrouve à suivre le destin d’une golème et d’un djinn, , héros déracinés et perdus, qui vont se croiser et tenter d’oublier leurs solitudes. On découvre ainsi des personnages soignés, denses humains, que ce soit les héros principaux comme les protagonistes secondaires et on se retrouve à les suivre avec un minimum de plaisir. Mais ce récit traite aussi de sujet important comme la notion d’immigration, l’acceptation de l’autre, les choix que chacun fait ou bien encore la notion de changement très présent à cette époque. J’ai trouvé aussi que la relation entre nos deux héros sonnaient juste, l’auteur la maitrisant parfaitement sans jamais tomber dans le côté guimauve. Le style s’avère ainsi simple, riche, ciselé et poétique, présentant ainsi le récit comme un conte moderne rappelant parfois aussi dans la construction comme dans certains passages Les Mille et une Nuits. Sauf que voilà j’ai trouvé que ce récit possédait quelques longueurs, que la conclusion m’a paru trop abrupte et enfin quand je posais ce livre je n’avais pas cet empressement et cette envie de m’y replonger rapidement dedans comme s’il manquait une légère tension. Cela n’enlève en rien les qualité du récit, surtout qu’il s’agit d’un premier roman, et même s’il n’a pas complètement répondu aux attentes que je pouvais avoir je lirai sans soucis d’autres écrits de l’auteur. Retrouvez ma chronique complète sur mon blog.
          Lire la suite
          En lire moins
        • Keikana Posté le 30 Mai 2016
          C’est le thème qui m’a attiré dans ce livre. Je ne suis pas très familière de la culture juive et des mythes arabes mais le résumé laissait espérer du dépaysement, de la magie et de l’amour! Aussi, je me suis laissée porter par cette histoire de golem et de génie. C’est une histoire chorale: une multitude de personnages produit autant de points de vue et de pensées disparates entremêlés. On s’intéresse à un panel vertigineux de caractères, d’objectifs contradictoires, de volontés hétérogènes. D’habitude, je n’aime pas trop ce genre de récit: le peu de temps qu’on passe avec chaque personnages ne me permet pas de m’attacher réellement et de compatir complètement avec chacun d’entre eux. Ce qui, sans surprise, s’est révélé être le cas ici aussi. Cependant, Wecker réussit l’imbrication des vies de tous ces personnages qui au final avaient tous une raison d’être là. Et j’ai beaucoup aimé l’ambiance qui ce dégageait des pages. C’est ce qui est, à mon avis, le seul côté positif d’un récit choral: l’atmosphère créée autours d’un lieu. Tous ses habitants, examinés dans leurs particularités, le parent de couleurs, de sensations et de textures singulières. Dans ce livre, le Manhattan de la fin du XIXème prend... C’est le thème qui m’a attiré dans ce livre. Je ne suis pas très familière de la culture juive et des mythes arabes mais le résumé laissait espérer du dépaysement, de la magie et de l’amour! Aussi, je me suis laissée porter par cette histoire de golem et de génie. C’est une histoire chorale: une multitude de personnages produit autant de points de vue et de pensées disparates entremêlés. On s’intéresse à un panel vertigineux de caractères, d’objectifs contradictoires, de volontés hétérogènes. D’habitude, je n’aime pas trop ce genre de récit: le peu de temps qu’on passe avec chaque personnages ne me permet pas de m’attacher réellement et de compatir complètement avec chacun d’entre eux. Ce qui, sans surprise, s’est révélé être le cas ici aussi. Cependant, Wecker réussit l’imbrication des vies de tous ces personnages qui au final avaient tous une raison d’être là. Et j’ai beaucoup aimé l’ambiance qui ce dégageait des pages. C’est ce qui est, à mon avis, le seul côté positif d’un récit choral: l’atmosphère créée autours d’un lieu. Tous ses habitants, examinés dans leurs particularités, le parent de couleurs, de sensations et de textures singulières. Dans ce livre, le Manhattan de la fin du XIXème prend vie, comme la golem, grâce à toutes les personnes différentes que nous croisons dans ses rues. Parallèlement, je n’ai pas particulièrement aimé les personnages principaux. La forme du récit n’a pas aidé, c’est certain, mais même sans ça, il y avait une distance entre eux et moi que je n’ai jamais pu franchir. Je n’ai pas vraiment apprécié leur personnalité ou l’évolution de leur relation. L’histoire d’amour n’est pas très agréable à lire non plus, je lui trouve un manque d’émotion certain. Pour moi, c’est une vraie déception sur ces points. Je crois que ce que j’ai le plus apprécié, c’est que ce livre soulève énormément de thèmes. L’immigration, l’intégration, la religion, la morale, la liberté, la gratitude, la tolérance, le désirs, le deuil,… Chaque lecteur peut y piocher ce qu’il veut, ces pages donnent beaucoup à réfléchir. Le premier roman de Helene Wecker ne manque pas d’une certaine poésie et de philosophie mais il n’y a pas assez d’émotion pour qu’il devienne une de ces aventures épiques qu’on prend plaisir à relire.
          Lire la suite
          En lire moins
        • Zephyrine Posté le 24 Mai 2016
          Très très belle découverte...Comme d'autres lecteurs ici, je me suis laissée séduire par le titre et la couverture...Deux êtres magiques et mystiques, Chava, une golème et Ahmad, un djinn, se retrouvent à New-York à la fin des années 1800. Tous deux doivent taire leur vraie nature et apprendre à cohabiter avec les humains. Ils finissent par se découvrir et s'épaulent pour vivre ce changement ensemble. Ces deux personnages principaux, parfois aux antipodes l'un de l'autre, commencent une véritable amitié...Autour d'eux, une multitude de personnages secondaires façonnent leur quotidien et nous permettent de comprendre la création de ces deux êtres. La ville est également un cadre magnifique, très bien décrit par l'auteur. Je ne suis pas trop portée fantaisy, et ici rien ne m'a dérangé car c'est avant tout un roman, un brin magique et envoûtant puisque pendant quelques jours, j'ai vraiment eu l'impression de cohabiter avec ces personnages dans New-York...
        • Aujardinsuspendu Posté le 13 Février 2016
          Ce roman m'a attirée grâce aux éléments abordés de l'ordre du fantastique. J'avais déjà entendu parler des golems mais pas des djinns, et, surtout l'alliance des deux dans ce livre a suscité ma curiosité. Ce livre qui est un petit pavé de plus de 500 pages m'a accompagnée pendant quelques jours mais pas si longtemps que ça vu le nombre de pages. Malgré des débuts un peu difficile (les premières pages), je me suis complètement immergée dans ce monde extraordinaire au sens littéral du terme. La magie nous enveloppe et nous entraine dans les années 1890 dans un New York où les migrants affluent. Au sein de Little Syria, qui comme son nom l'indique renferme essentiellement des syriens dans son quartier, la communauté et un homme en particulier vont voir leur vie changer. En voulant réparer un ancien flacon apporté par une cliente, le dinandier va voir apparaitre sur son sol un djinn. Une étrange créature qui suscite tout d'abord la peur et l'appréhension mais le djinn n'est pas un être malveillant et au fil des pages une complicité va naitre entre les deux hommes. Sur le bateau devant l'amener à New York, Chava, une golème, attend que son maître lui... Ce roman m'a attirée grâce aux éléments abordés de l'ordre du fantastique. J'avais déjà entendu parler des golems mais pas des djinns, et, surtout l'alliance des deux dans ce livre a suscité ma curiosité. Ce livre qui est un petit pavé de plus de 500 pages m'a accompagnée pendant quelques jours mais pas si longtemps que ça vu le nombre de pages. Malgré des débuts un peu difficile (les premières pages), je me suis complètement immergée dans ce monde extraordinaire au sens littéral du terme. La magie nous enveloppe et nous entraine dans les années 1890 dans un New York où les migrants affluent. Au sein de Little Syria, qui comme son nom l'indique renferme essentiellement des syriens dans son quartier, la communauté et un homme en particulier vont voir leur vie changer. En voulant réparer un ancien flacon apporté par une cliente, le dinandier va voir apparaitre sur son sol un djinn. Une étrange créature qui suscite tout d'abord la peur et l'appréhension mais le djinn n'est pas un être malveillant et au fil des pages une complicité va naitre entre les deux hommes. Sur le bateau devant l'amener à New York, Chava, une golème, attend que son maître lui donne vie. Une fois que cela sera fait toute sa vie sera faite de servitude afin d'assouvir les désirs et les besoins de son mari. Mais, les choses ne se passent pas comme prévu et lorsque deux êtres aussi incroyables qu'eux se trouvent dans la même ville le calme ne peut continuer à régner... Des surprises nous attendent et on découvre que tous les deux sont liés d'une façon que l'on n'aurait pu imaginer. Néanmoins, on pressent que le dénouement ne saurait être favorable à ces êtres différents qui doivent à tout prix cacher leur véritable nature. En bref, ce roman est ce qui s'approche le plus du conte dans ce qu'il contient d'extraordinaire et de quasi onirique. C'est un hymne à la différence, à son acceptation et à l'amour. Une belle surprise que j'ai beaucoup aimé.
          Lire la suite
          En lire moins
        • FannyNetherfieldPark Posté le 27 Décembre 2015
          J’avoue avoir craqué sur ce roman pour sa très belle couverture, le résumé franchement mystérieux et les critiques américaines élogieuses. Le début est un peu particulier voire perturbant. En effet, l’auteur nous emmène en Syrie afin de nous expliquer l’histoire d’un djinn. On ne comprendre pas forcément où elle veut en venir ni où elle souhaite emmener son lecteur. C’est d’abord un peu flou le temps de s’adapter au contexte et de bien comprendre d’où viennent les protagonistes. L’auteur prend son temps pour mettre en place son intrigue, mais une fois bien installée le tout s’éclaircit et c’est un véritable régal. L’accélération du rythme du récit au moment de la chute est bien menée. Pour tout vous dire j’ai adoré cette fin. C’est histoire est l’occasion de nous balader dans New York. Les descriptions de cette ville sont superbes. Helene Wecker a su petit à petit me faire entrer dans son univers. J’ai adoré suivre les deux personnages principaux, Chava et Ahmad, qui suivent un véritable parcours initiatique et sentimental. Ils sont hors du commun et tentent de s’adapter à la vie New-Yorkaise. Nous découvrons deux créatures qui doivent vivre sous forme humaine ainsi que leur quête pour s’adapter à un... J’avoue avoir craqué sur ce roman pour sa très belle couverture, le résumé franchement mystérieux et les critiques américaines élogieuses. Le début est un peu particulier voire perturbant. En effet, l’auteur nous emmène en Syrie afin de nous expliquer l’histoire d’un djinn. On ne comprendre pas forcément où elle veut en venir ni où elle souhaite emmener son lecteur. C’est d’abord un peu flou le temps de s’adapter au contexte et de bien comprendre d’où viennent les protagonistes. L’auteur prend son temps pour mettre en place son intrigue, mais une fois bien installée le tout s’éclaircit et c’est un véritable régal. L’accélération du rythme du récit au moment de la chute est bien menée. Pour tout vous dire j’ai adoré cette fin. C’est histoire est l’occasion de nous balader dans New York. Les descriptions de cette ville sont superbes. Helene Wecker a su petit à petit me faire entrer dans son univers. J’ai adoré suivre les deux personnages principaux, Chava et Ahmad, qui suivent un véritable parcours initiatique et sentimental. Ils sont hors du commun et tentent de s’adapter à la vie New-Yorkaise. Nous découvrons deux créatures qui doivent vivre sous forme humaine ainsi que leur quête pour s’adapter à un environnement qui n’est pas du tout le leur. Je me suis régalée à essayer de les comprendre, à découvrir leur dilemme et leur peur, à voir la façon dont ils allaient s’en sortir. Je me suis également terriblement attachée à tous les habitants de Little Syria et à tous ceux que j’ai croisé. Helene Wecker ne cache pas le message profond de son roman. C’est une histoire de tolérance, d’acceptation d’autrui dans ce qu’il a de différent mais aussi parfois de crainte de l’autre. Ce roman se déroulant à la fin du XIXe siècle s’inscrit totalement dans notre actualité. Le mélange de culture juive et d’islam montre que la possibilité de vivre ensemble et en bonne intelligence est possible. Un superbe roman qui m’a appris beaucoup à propos de différentes cultures. C’est aussi une belle histoire d’amour teintée de fantastique et de magie. Les quelques longueurs du début sont vite oubliées face aux différents messages que l’auteur a su parfaitement insérer dans son récit.
          Lire la suite
          En lire moins
        Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
        Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.
        Les informations collectées par SOGEDIF (une société du groupe EDITIS) font l’objet d’un traitement automatisé ayant pour finalité de vous adresser des actualités et des offres, de vous proposer du contenu adapté à votre profil et à vos goûts, et de gérer sa relation avec vous. Les informations marquées d’un astérisque sont obligatoires. A défaut, SOGEDIF ne sera pas en mesure de répondre à votre demande. Ces informations sont à destination exclusive des maisons d’Edition du Groupe EDITIS et seront conservées pendant 3 ans à compter de votre dernière visite. Conformément au Règlement (UE) 2016/679 relatif à la protection des données à caractère personnel, vous disposez des droits suivants sur vos données : droit d’accès, droit de rectification, droit à l’effacement (droit à l’oubli), droit d’opposition, droit à la limitation du traitement, droit à la portabilité. Vous pouvez également définir des directives relatives à la conservation, à l'effacement et à la communication de vos données à caractère personnel après votre décès. Pour exercer vos droits, merci d’adresser votre courrier recommandé AR à l’adresse suivante : DPO EDITIS, 30 place d’Italie, 75013 Paris, en y joignant la copie d’une pièce d’identité. En cas de manquement aux dispositions ci-dessus, vous avez le droit d’introduire une réclamation auprès de la CNIL. Enfin, pour une simple résiliation de votre inscription au service, contactez notre équipe à l’adresse électronique suivante : inscription@lisez.com