RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            La femme qui se cognait dans les portes

            Robert Laffont
            EAN : 9782221239940
            Façonnage normé : POCHE
            Format : 1 x 182 mm
            La femme qui se cognait dans les portes

            Isabelle D. PHILIPPE (Traducteur)
            Collection : Pavillons Poche
            Date de parution : 21/02/2019

            « Un de ces sujets qu’il faut aborder avec précaution, en évitant le pathos. Sans se priver d’un humour discret, Roddy Doyle évite cette facilité. Il crée un fort portrait de femme et dit l’horreur avec un réalisme mesuré. » Le Monde

            C’est avec un mélange d’humour – irlandais, bien sûr – et de cruauté que Roddy Doyle prend la voix de Paula Spencer, une Dublinoise dont la vie conjugale a été ponctuée de raclées, de dents cassées et de côtes brisées, alcoolique au surplus et par voie de conséquence. Mais qui...

            C’est avec un mélange d’humour – irlandais, bien sûr – et de cruauté que Roddy Doyle prend la voix de Paula Spencer, une Dublinoise dont la vie conjugale a été ponctuée de raclées, de dents cassées et de côtes brisées, alcoolique au surplus et par voie de conséquence. Mais qui reste digne et persiste à prétendre, à l’hôpital, après chaque dérouillée, qu’elle s’est « cognée dans la porte ».
            Un roman nécessaire, magistral, dans lequel Roddy Doyle réussit le tour de force de trouver – lui, un homme – le ton juste pour dire : « Moi, Paula, trente-neuf ans, femme battue… »

            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782221239940
            Façonnage normé : POCHE
            Format : 1 x 182 mm

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • Melieetleslivres Posté le 12 Novembre 2018
              Résumé : Le livre s'ouvre sur la mort de Charlo, le mari de Paula, 4 enfants, 39 ans. Son mari qu'elle a mis à la porte un an plus tôt. Il est mort, abattu par les Guards (policiers irlandais). Lorsqu'elle l'apprend, Paula revient au jour où elle l'a connu, vers ses 17 ans. Elle en est devenue immédiatement amoureuse, lui l'a aimée depuis ce jour aussi. Cet homme va pourtant la battre, presque la tuer, pendant dix-sept ans. Cette mère de famille revient sur son enfance, sur l'école et son milieu social qui l'ont faite telle qu'elle est : de famille pauvre, habituée aux insultes jetées aux filles "quoi que tu fasses ou que tu ne fasses pas : tu es une salope", habituée à être polie, gentille, aimable, elle sait par ailleurs que les garçons ne le sont pas. L'enfance et l'adolescence de Paula sont tragicomiques, des souvenirs de bêtises ou de bons moments avec ses soeurs et ses amis, elle en a et nous en raconte. Ce n'est qu'au dernier quart du livre que soudain, elle raconte. Tout. Du tout premier coup, les excuses de son mari, ses espoirs que ça ne recommence pas, jusqu'aux moments où... Résumé : Le livre s'ouvre sur la mort de Charlo, le mari de Paula, 4 enfants, 39 ans. Son mari qu'elle a mis à la porte un an plus tôt. Il est mort, abattu par les Guards (policiers irlandais). Lorsqu'elle l'apprend, Paula revient au jour où elle l'a connu, vers ses 17 ans. Elle en est devenue immédiatement amoureuse, lui l'a aimée depuis ce jour aussi. Cet homme va pourtant la battre, presque la tuer, pendant dix-sept ans. Cette mère de famille revient sur son enfance, sur l'école et son milieu social qui l'ont faite telle qu'elle est : de famille pauvre, habituée aux insultes jetées aux filles "quoi que tu fasses ou que tu ne fasses pas : tu es une salope", habituée à être polie, gentille, aimable, elle sait par ailleurs que les garçons ne le sont pas. L'enfance et l'adolescence de Paula sont tragicomiques, des souvenirs de bêtises ou de bons moments avec ses soeurs et ses amis, elle en a et nous en raconte. Ce n'est qu'au dernier quart du livre que soudain, elle raconte. Tout. Du tout premier coup, les excuses de son mari, ses espoirs que ça ne recommence pas, jusqu'aux moments où elle ne vit plus parce que tout sera prétexte aux cruautés d'un mari violent. Et ensuite, elle s'accuse, elle. Et si elle n'avait pas répondu? Et si? Et si?.. et les coups pleuvent, les dents cassent, les os aussi. On est estomaqués de ces douleurs, de ce qu'elle ressent, de ce qu'elle pense. Ce sont dix-sept ans de vie dont on ne croit pas qu'on puisse se remettre.. Mon avis : J'adore cet Roddy Doyle. J'adore la littérature irlandaise, l'écrit du "parlé". J'aime ces ouvertures sur ce milieu ouvrier, des banlieues dublinoises qui a donné à l'Irlande de grands écrivains, d'immenses écrivains. Mais plus encore, dans ce roman-là, je suis époustouflée de la façon dont Doyle s'est enfoncé dans la peau de cette femme battue, dans sa peau et dans ses réflexions. Ce roman date de 1976, et, bon sang, rien n'a changé pour elles. Même en France ! Bref. Ce roman est un pur chef d'oeuvre.
              Lire la suite
              En lire moins
            • Lili017 Posté le 23 Septembre 2018
              Jamais la dépendance à l'alcool n'avait à mon sens été aussi bien décrite.
            • Nikoz Posté le 5 Mars 2018
              Un portrait (un double portrait) magistral de Roddy Doyle, un auteur majeur et si simple.
            • fred200175 Posté le 8 Mai 2017
              Roddy Doyle, à lire son nom et son livre, j'aurais juré que c'était une femme. Et pourtant! Un livre qui nous plonge dans la vie de Paula, une femme battue qui se sent coupable du calvaire que lui fait subir son mari. Parler de la condition de la femme battue est difficile et l'aborder sous cet angle d'attaque (naviguer dans ses pensées) est assurément un exercice plutôt casse-gueule. Mais Roddy Doyle est parvenu à imposer un rythme à ce livre qui nous fait ressentir à chaque page la douleur de Paula, à chaque phrase sa déchéance psychique. J'ai eu un peu de mal à rentrer dans l'histoire mais une fois que j'ai pu plonger dans la tête de Paula, j'ai commencé à aimer ce livre.
            • Cocotte8017 Posté le 19 Février 2015
              Le roman débute lorsque Paula apprend la mort de son mari des dix-sept dernières années, Charlo Spencer, un homme violent qui lui aura fait vivre les pires atrocités. Paula raconte sa vie ponctuée de coups, d'alcool et surtout d'une grande détresse. Ce roman a été pour moi un coup de poing dans la gueule, sans mauvaise blague. Chapeau à Roddy Doyle d'avoir réussit à traduire les pensées de Paula. C'est d'ailleurs ce qui fait en sorte que ce livre touche autant, c'est Paula qui raconte son histoire de sa rencontre avec cet homme jusqu'à la dernière chicane. On suit pas à pas ce qui se passe dans la tête de Paula. Le sentiment de se sentir idiote (si je n'avais pas fait ça, il ne m'aurait pas frappée), l'indifférence des autres, l'espoir de voir son mari changer, et même l'amour qu'elle lui porte malgré tout. L'aspect psychologique est très intéressant. Certains passages plus violents m'ont carrément donné la nausée. Dire que c'est une histoire réaliste qui se passe plus près qu'on pense, c'est troublant!
            ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER DE ROBERT LAFFONT
            Les Éditions Robert Laffont publient de la littérature française et étrangère, des biographies, des témoignages, des mémoires, des romans policiers et d'espionnage, des livres de spiritualité ou encore des livres pratiques.
            Chaque mois, recevez toutes les actualités de la maison en vous abonnant à notre newsletter.