Lisez! icon: Search engine
Archipoche
EAN : 9782377351725
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 389
Format : 112 x 178 mm

La fiancée de Lammermoor

Louis Labat (Traducteur), Charles Chasse (Préface)
Collection : Classique
Date de parution : 09/05/2018
Un chef-d’œuvre de Walter Scott dans lequel se mêlent vengeances familiales et amours contrariées. Comparable à un Roméo et Juliette dans le décor des landes sauvages des Highlands, cette «  histoire d'amour et de mort  » a inspiré en 1835 le célèbre opéra de Donizetti, Lucia di Lammermoor. 
Sur la tombe de son père, l’impétueux Edgar Ravenswood a promis de venger son clan, dépossédé de son château et de ses terres par le garde des Sceaux d’Écosse, sir William Ashton. Sur le point de châtier l’usurpateur, il tombe sous le charme d’une pure jeune femme aux tresses d’or.... Sur la tombe de son père, l’impétueux Edgar Ravenswood a promis de venger son clan, dépossédé de son château et de ses terres par le garde des Sceaux d’Écosse, sir William Ashton. Sur le point de châtier l’usurpateur, il tombe sous le charme d’une pure jeune femme aux tresses d’or. Il ignore que Lucie n’est autre que sa fille...Prudent et craintif, sir William encourage leur amour, pourvu que retombe la colère de son jeune rival. Guidé par l’intérêt politique, il multiplie les gestes de concorde. Mais l’irascible lady Ashton, au contraire, est décidée à empêcher cette union. Elle envoie auprès de Lucie une guérisseuse, chargée de lui conter de vieilles légendes et de sinistres prophéties concernant la famille Ravenswood. La « fiancée de Lammermoor », douce et influençable, y perd peu à peu la santé et la raison. Hélas, le contrat de mariage est déjà signé...Dans le décor sauvage des Highlands, au début du xviiie siècle, le plus shakespearien des romans de Walter Scott mêle la tragédie romantique aux croyances populaires de l’ancienne Écosse. Parue en 1819, cette « histoire d’amour et de mort » inspira à Donizetti l’un de ses plus célèbres opéras. 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782377351725
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 389
Format : 112 x 178 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Manonlitetvadrouilleaussi Posté le 24 Septembre 2018
    Point de folle passion à la Claire et Jamie dans ce classique écossais 😆 mais je n’en attendais pas autant. Walter Scott a dicté ce récit alors qu’il était empreint de vives douleurs et alité. Il fut le premier surpris du résultat final•• Il nous livre ici un récit « d’amour et de mort » des plus Shakespearien entre Edgar Ravenswood dont la famille a été déposédée de ses biens et Lucie Ashton, fille du Garde des Sceaux d’Ecosse responsable de cette situation. • Alors, oui, le récit est lent , beaucoup de descriptions et de dialogues et il faut attendre la moitié du roman pour que l’histoire d’amour commence réellement mais j’ai tout de même passer un bon moment de lecture. Un classique du genre avec une pointe de surnatuel et un personnage haut en couleur sous les traits du serviteur Caleb. J’ai trouvé cependant qu’il manquait de l’intensité dans les sentiments amoureux des héros. Pour terminer, une bonne préface de Charles Chassé où l’on apprend que l’auteur s’est inspiré de faits réels!
  • SuzyBess Posté le 22 Août 2018
    Cela faisait des années que je souhaitais découvrir la plume de Walter Scott et je suis ravie d'avoir commencé avec ce récit dramatique. Son héritage dilapidé, il ne reste rien au jeune Edgar Ravenswood - dernier d'une ancestrale famille d'Ecosse - que sa haine pour sir William Ashton, désormais propriétaire du château des Ravenswood. Mais le jour où Edgar se rend au château pour s'expliquer ou se venger, il se retrouve dans une position contraire: à sauver la vie de sir William et de sa fille, Lucie. Quand les deux jeunes gens tombent sous le charme l'un de l'autre, sir William voit dans leur timide rapprochement l'occasion d'apaiser les tensions et d'endormir la colère et la méfiance de Ravenswood. Mais quand lady Ashton, la mère autoritaire de Lucie, apprend les rumeurs concernant sa fille et Edgar, elle est bien décidée et prête à tout risquer pour anéantir tout espoir de futur entre eux deux. Malgré ses longueurs, j'ai trouvée cette tragédie plutôt captivante. Car oui, longueurs il y a, l'auteur se perd souvent en descriptions, scènes et dialogues pas toujours utiles; il est d'ailleurs intéressant de constater que Scott se reconnaît lui-même ce défaut lorsqu'il s'exprime, en début de roman, sous les... Cela faisait des années que je souhaitais découvrir la plume de Walter Scott et je suis ravie d'avoir commencé avec ce récit dramatique. Son héritage dilapidé, il ne reste rien au jeune Edgar Ravenswood - dernier d'une ancestrale famille d'Ecosse - que sa haine pour sir William Ashton, désormais propriétaire du château des Ravenswood. Mais le jour où Edgar se rend au château pour s'expliquer ou se venger, il se retrouve dans une position contraire: à sauver la vie de sir William et de sa fille, Lucie. Quand les deux jeunes gens tombent sous le charme l'un de l'autre, sir William voit dans leur timide rapprochement l'occasion d'apaiser les tensions et d'endormir la colère et la méfiance de Ravenswood. Mais quand lady Ashton, la mère autoritaire de Lucie, apprend les rumeurs concernant sa fille et Edgar, elle est bien décidée et prête à tout risquer pour anéantir tout espoir de futur entre eux deux. Malgré ses longueurs, j'ai trouvée cette tragédie plutôt captivante. Car oui, longueurs il y a, l'auteur se perd souvent en descriptions, scènes et dialogues pas toujours utiles; il est d'ailleurs intéressant de constater que Scott se reconnaît lui-même ce défaut lorsqu'il s'exprime, en début de roman, sous les traits du narrateur, l'écrivain Pierre Patieson, tout en persistant dans sa volonté d'écrire de la manière qu'il l'entend. Alors même si l'on peut, à certains moments, présenter quelques signes d'ennui, on ne peut que respecter cette écriture. La lecture de ce roman se distingue par deux ressentis bien distincts: il y a d'abord l'ironie pleine de légèreté apportée par la présence de Caleb, le vieux serviteur d'Edgar Ravenswood - cet homme vaut le détour, il a un caractère atypique et est prêt à toutes les facéties pour conserver l'honneur de la famille qu'il sert depuis toujours -; et le sentiment constant de la tragédie sur le point d'arriver lorsque l'on est en présence de Ravenswood, sir William et Lucie Ashton. Comme signalé sur la quatrième de couverture, cette oeuvre n'est pas sans rappeler les pièces de William Shakespeare, les mêmes codes sont ici utilisés: histoire d'amours contrariées par une farouche haine familiale ("Roméo et Juliette" vous vient en tête ? oui, il y a une certaine résonance...), une épouse impérieuse prête à tout pour atteindre ses objectifs ("Hamlet", vous dites ?), un clown pour faire rire le public, une politique mise en avant, etc. la tragédie est là. Et le ressenti est même très semblable à ce que l'on peux éprouver en lisant une pièce du célèbre dramaturge, ce qui ne peut qu'être agréable (selon moi). Si Walter Scott s'intéresse aux sentiments du couple de héros, il ne les décrit cependant pas en profondeur (ce qui est dommageable), mais il présente avec force l'idée de fidélité tout comme l'intensité que peut atteindre la haine d'une personne ou même d'un nom, et cela est passionnant. A noter que la préface de Charles Chassé est très intéressante également. Enfin, quand on sait que l'auteur s'est inspiré de faits véritables, on est d'autant plus intrigué ! J'ai donc passé un bon moment avec cette oeuvre toute shakespearienne de Walter Scott.
    Lire la suite
    En lire moins
Lisez! La newsletter qui vous inspire !
Découvrez toutes les actualités de nos maisons d'édition et de vos auteurs préférés