Lisez! icon: Search engine
Archipoche
EAN : 9782377353309
Façonnage normé : POCHE
Format : 108 x 177 mm

La Fille du maître de chai

Jacqueline Odin (Traducteur)
Date de parution : 04/09/2019
Traduite dans 5 pays, l'épopée d'une jeune Française obligée de fuir son Val de Loire natal pour s'installer en Californie et assouvir son rêve de devenir viticultrice.
Un destin de femme entre Val-de-Loire et Napa Valley  1895. Sarah Thibault, 17 ans, vit avec ses parents et sa sœur Lydie dans le Val de Loire, ou la famille exploite un vignoble.A la mort de son mari, la mère de Sarah est contrainte de vendre le domaine... Un destin de femme entre Val-de-Loire et Napa Valley  1895. Sarah Thibault, 17 ans, vit avec ses parents et sa sœur Lydie dans le Val de Loire, ou la famille exploite un vignoble.A la mort de son mari, la mère de Sarah est contrainte de vendre le domaine a une famille de négociants, les Lemieux, dont le fils aîné épouse Lydie.  Mais un nouveau drame oblige les deux sœurs a quitter la France. Sarah, qui n’a pas abandonné son rêve de devenir viticultrice, s’installe dans la Napa Valley, en Californie. Sur place, elle fait la connaissance d’un certain... Philippe Lemieux, qui s’est lui aussi lance dans l’aventure viticole.  Les deux Français décident d’associer leurs talents. Mais les affaires et l’amour peuvent-ils faire bon ménage ? D’autant que Sarah cache un indicible secret...  Dans la lignée des romans de Tamara McKinley et Sarah Lark, le destin d’une jeune femme courageuse qui n’a d’autre choix que l’exil pour réinventer sa vie.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782377353309
Façonnage normé : POCHE
Format : 108 x 177 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • leBoudoirdulivre Posté le 4 Septembre 2020
    J’ai découvert le premier roman de Kristen Harnisch dans la boîte aux livres de ma ville. Je pensais vu que ça se passait dans les vignobles que j’allais découvrir un roman du terroir, le genre de livres que je n’aime pas car l’action (quand il y en a) se passe trop lentement. Dès les premiers mots, j’ai été prise dans l’histoire de Sarah aux prises avec son destin. Les descriptions des vignobles, le style de l’auteur font de ce premier tome, l’un de mes coups de cœur si particulier. Un conseil : Pour savourer pleinement ce roman comme un bon vin, fermez les yeux, laissez les descriptions des vignobles, le goût du vin titiller vos sens ou bien déguster un verre de bon vin en laissant vos pensées vagabonder au fil des pages de ce premier roman des vignobles français à ceux de la Napa Valley. 30 juin 1896, New York. Sarah Thibault ne s’attendait pas à ça en arrivant en Amérique. Et sa culpabilité face à son lourd secret ne cessera de la hanter et ce malgré la distance. On a beau fuir, le passé nous rattrape toujours. 1895, Vouvray. Sarah est la digne héritière du clos de Saint-Martin, le vignoble familial. Celle qui... J’ai découvert le premier roman de Kristen Harnisch dans la boîte aux livres de ma ville. Je pensais vu que ça se passait dans les vignobles que j’allais découvrir un roman du terroir, le genre de livres que je n’aime pas car l’action (quand il y en a) se passe trop lentement. Dès les premiers mots, j’ai été prise dans l’histoire de Sarah aux prises avec son destin. Les descriptions des vignobles, le style de l’auteur font de ce premier tome, l’un de mes coups de cœur si particulier. Un conseil : Pour savourer pleinement ce roman comme un bon vin, fermez les yeux, laissez les descriptions des vignobles, le goût du vin titiller vos sens ou bien déguster un verre de bon vin en laissant vos pensées vagabonder au fil des pages de ce premier roman des vignobles français à ceux de la Napa Valley. 30 juin 1896, New York. Sarah Thibault ne s’attendait pas à ça en arrivant en Amérique. Et sa culpabilité face à son lourd secret ne cessera de la hanter et ce malgré la distance. On a beau fuir, le passé nous rattrape toujours. 1895, Vouvray. Sarah est la digne héritière du clos de Saint-Martin, le vignoble familial. Celle qui fait la fierté de son père à la passion du vin et de l’héritage familial au grand dam de sa mère qui ne souhaite pas voir sa fille faire des tâches réservées aux hommes. Du haut de ses 17 ans, Sarah est affirmée et à le sens pratique. Tandis que sa mère fait tout pour la position sociale de la famille, Sarah et son père font face au phylloxéra qui détruit leurs vignes. Problème qu’ils vont éviter de dire au reste de la famille surtout maintenant que Lydie s’apprête à épouser Jean Lemieux dont la famille est le négociant principal en vin de la région. Sarah est la seule à se méfier de ce sinistre individu et voit clair dans son jeu, redorer leur nom de famille après le scandale de son frère Philippe en exil en Amérique. Pour les Thibault, l’année 1895 sera celle d’une année maudite. Le phylloxéra, les dettes, la mort brutale de son père, le rachat du domaine par les Lemieux et cette nuit horrible qui les a obligé à fuir là où on ne les retrouverait pas. Sarah aura-t-elle droit au bonheur ? Leur arrivée en Amérique est très loin d’un conte de fées. Après le redoutable passage à Ellis Island, elles n’ont d’autres choix que de vivre au couvent le temps que Lydie ait son bébé. C’est là que Sarah voit l’espoir renaître quand elle entend parler de la Napa Valley, lieu emblématique du vin et des plus beaux domaines viticoles américains. De hasard en rencontres, Sarah se retrouve à travailler dans le vignoble de Philippe. Fasciné par l’audace de la jeune femme, il en tombe amoureux, de même pour Sarah qui est fortement troublée par cette attirance malgré son lourd secret qui la condamne à nier l’évidence. Que fera Philippe s’il venait à découvrir la vérité ? Qui ne craquerait pas sur un roman se déroulant à une époque et dans un pays si intéressant ? Ne connaissant pas grand-chose à la vie aux Etats-Unis à cette époque, j’ai lu avec avidité le combat de Sarah pour accomplir son rêve et obtenir justice. Les thèmes abordés sont des plus intéressants (le travail de la terre, les difficultés rencontrées avec le phylloxéra, de la prohibition de l’alcool, des suffragettes avec le droit de vote des femmes, des immigrés Chinois, Italiens venus en Amérique pour une meilleure vie) et j’espère qu’ils seront davantage développés dans le second tome. Sarah est une jeune femme qui est visionnaire et à son franc-parler. Indépendante, elle a des idées très novatrices sur le devenir du vin et des vignobles et a le don de convaincre son auditoire du bien fondé de ses actions. Philippe est plus terre à terre. C’est un homme de principes et de valeurs. Têtu et borné, il est assez vieille école et traditionaliste, un brin macho avec les femmes. Il est fier de voir une femme travailler dans le domaine du vin mais est réfractaire à l’indépendance des femmes (droit de vote…), il ne comprend pas leur désir d’être l’égale des hommes et toutes leurs démarches en ce sens qui peuvent entacher son travail. Loin d’un roman du terroir, une saga viticole dans la lignée d’Anna Jacobs, Sarah Lark et Tamara McKinley ! Le courage d’une femme à la conquête d’une nouvelle vie et prête à se battre pour réaliser ses rêves ! L’auteur nous fait partager son amour du vin et des vignobles avec passion ! De sa plume magnifique et prenante se dévoile un premier roman bouleversant de forces et de courage ! Une romance viticole sur fond d’exil aux soupçons d’interdits !
    Lire la suite
    En lire moins
  • AmaliadeLessines Posté le 3 Juin 2020
    Sarah a, malgré ses 17 ans, de solides connaissances sur la culture de la vigne. Son père est le propriétaire d'un vignoble, à Vouvray. Mais la vie de Sarah bascule petit à petit : à la mort de son père, le domaine est vendu. Et sa sœur, Lydie, se marie à un odieux personnage... Très beau roman, qui nous fait voyager de la Loire à la Californie, en passant par New York, et qui nous fait découvrir le monde de la vigne. L'histoire est très prenante et les personnages sont attachants. L'idéal pour se changer les idées pendant le confinement.
  • simonjean Posté le 21 Février 2020
    Ce roman est présenté comme se situant dans la lignée de ceux de Tamara McKinley ou Sarah Lark. Je trouve qu'on en est loin ! Le style est quelconque, pas très travaillé.... aucune description de paysage , peu de tension dramatique et on reste à la surface des personnages . Quant à l'intrigue , elle repose sur une rencontre plutôt étonnante ! L'héroïne fuit la France , va à New-York , traverse les États-Unis et , en Californie ..... tombe pile sur l'homme qu'elle ne devait surtout pas rencontrer ! Comme on dit...." Le monde est petit ! " . Ce livre , vite lu , n'est pas inoubliable car il manque de souffle romanesque ! Contrairement aux livres des auteures citées ci-dessus , il ne m'a pas emporté ! Lirai- je la suite ? Pas sûr !
  • sorcika01 Posté le 22 Octobre 2019
    La fille du maître de chai Attention au spoiler du résumé apéritif (qui est en fait plat de résistance et desser compris) : il en dit tellement trop ! Bien que l’on sache où l’on va avec ce genre de saga, il n’est quand même pas nécessaire de nous raconter l’histoire à l’avance... sinon l’écriture est belle et fluide, les termes vinicoles sont exotiques, j’évolue dans les caves du domaine avec Le maitre de chai. Les personnages sont parfois un peu caricaturaux (Bastien, le beau fiancé violent et fourbe, incapable d’aimer et pourtant admiré ...). La période évoquée est riche d’un point de vue historique et il est agréable de suivre de loin les premiers combats pour le droit de vote ainsi que la condition féminine de l’époque (les choses ont-elles vraiment évolué ?) ainsi que les inquiétudes concernant la prohibition (viendra ? Viendra pas ? Quelles en seront les conséquences ?). Sarah est d’une combattivité exemplaire, pugnace et douce en même temps, c’est elle qui emmène toute l’histoire et qui nous fait passer d’un sentiment à un autre. Grâce à elle principalement, j’ai passé un agréable moment de lecture. A découvrir, agrémenté d’un bon verre de chenin blanc... merci... La fille du maître de chai Attention au spoiler du résumé apéritif (qui est en fait plat de résistance et desser compris) : il en dit tellement trop ! Bien que l’on sache où l’on va avec ce genre de saga, il n’est quand même pas nécessaire de nous raconter l’histoire à l’avance... sinon l’écriture est belle et fluide, les termes vinicoles sont exotiques, j’évolue dans les caves du domaine avec Le maitre de chai. Les personnages sont parfois un peu caricaturaux (Bastien, le beau fiancé violent et fourbe, incapable d’aimer et pourtant admiré ...). La période évoquée est riche d’un point de vue historique et il est agréable de suivre de loin les premiers combats pour le droit de vote ainsi que la condition féminine de l’époque (les choses ont-elles vraiment évolué ?) ainsi que les inquiétudes concernant la prohibition (viendra ? Viendra pas ? Quelles en seront les conséquences ?). Sarah est d’une combattivité exemplaire, pugnace et douce en même temps, c’est elle qui emmène toute l’histoire et qui nous fait passer d’un sentiment à un autre. Grâce à elle principalement, j’ai passé un agréable moment de lecture. A découvrir, agrémenté d’un bon verre de chenin blanc... merci aux éditions archipel pour leur confiance !
    Lire la suite
    En lire moins
  • LeslivresdeRose Posté le 13 Octobre 2019
    Je tenais tout d’abord à remercier chaleureusement les éditions de l’Archipel ainsi que Babelio pour l’envoi de ce service presse ! J’avais repéré « La fille du maitre de Chai » lors de sa sortie en grand format mais, ayant déjà quelques romans du même genre à lire (comme la suite de la première série de Sarah Lark), je ne me l’étais pas procurée immédiatement. Toutefois, quand j’ai vu qu’il était réédité en poche et proposé lors de la masse critique Babelio de septembre, je n’ai pas hésité très longtemps à le demander ! La relecture de son résumé a, en effet, ravivé mon envie de le lire ! Et je ne regrette absolument pas ce choix puisque j’ai trouvé dans ce titre tout ce que j’étais venue chercher : une intrigue passionnante en plus d’être instructive, une héroïne forte et une bonne dose de dépaysement ! Ce récit nous entraine, dans un premier temps, en France, plus précisément dans le Val de Loire au cœur d’un domaine viticole prospère. Nous y rencontrons l’héroïne, Sarah, entourée de sa famille. Sarah rêve de suivre les traces de son père et, comme lui, de devenir un jour vigneronne. Elle passe ses journées à parcourir les... Je tenais tout d’abord à remercier chaleureusement les éditions de l’Archipel ainsi que Babelio pour l’envoi de ce service presse ! J’avais repéré « La fille du maitre de Chai » lors de sa sortie en grand format mais, ayant déjà quelques romans du même genre à lire (comme la suite de la première série de Sarah Lark), je ne me l’étais pas procurée immédiatement. Toutefois, quand j’ai vu qu’il était réédité en poche et proposé lors de la masse critique Babelio de septembre, je n’ai pas hésité très longtemps à le demander ! La relecture de son résumé a, en effet, ravivé mon envie de le lire ! Et je ne regrette absolument pas ce choix puisque j’ai trouvé dans ce titre tout ce que j’étais venue chercher : une intrigue passionnante en plus d’être instructive, une héroïne forte et une bonne dose de dépaysement ! Ce récit nous entraine, dans un premier temps, en France, plus précisément dans le Val de Loire au cœur d’un domaine viticole prospère. Nous y rencontrons l’héroïne, Sarah, entourée de sa famille. Sarah rêve de suivre les traces de son père et, comme lui, de devenir un jour vigneronne. Elle passe ses journées à parcourir les arpents de terre couverts de vigne de leur domaine ; elle observe, s’instruit et n’hésite pas à mettre la main à la pâte quand c’est nécessaire ! Elle est intelligente et visionnaire en ce qui concerne le métier du vin : de l’entretien des vignes au vendange en passant par la mise en bouteille et la vente, rien ne lui échappe ! Contrairement à sa sœur qui ne pense que mariage et enfant, Sarah aspire, pour sa part, à plus d’indépendance et de liberté ! Ses beaux espoirs vont cependant être balayés par plusieurs drames familiaux qui, par la suite, la pousseront à quitter son pays natal pour l’Amérique ! Là, elle va tenter de poursuivre ses rêves malgré les embûches qui se mettent régulièrement au travers de son chemin ! L’intrigue, bien que par moments un peu trop prévisible, a su me tenir en haleine. Suivant la vie de l’héroïne, elle n’est pas toujours égale au niveau du rythme : parfois plus lente, parfois plus dynamique selon les moments décrits ! Pour ma part, c’est un parti pris que j’ai apprécié. Les passages avec moins d’actions ne m’ont pas gênée ; ils font partie de la vie de Sarah au même titre que les autres. De plus, ils ne sont pas dénués d’intérêts ou de révélations importantes pour la suite du récit ! Le seul petit hic, pour moi, dans cette intrigue, se situe au niveau des thématiques abordées (autres que celles tournant autour du vin). J’aurais aimé qu’elles soient davantage développées. Il est question, par exemple, des suffragettes, de la prohibition de l’alcool, du racisme entourant les nouvelles communautés chinoises ou encore italiennes,…Autant de sujets très intéressants qui ne sont malheureusement qu’à peine effleurés jusqu’à présent. Ils gravitent autour de l’héroïne sans être vraiment creusés. Peut-être le second tome les approfondira-t-il plus (ou peut-être est-ce simplement un choix de l’autrice…) ? Si je prends plaisir à me promener au milieu de vignes chargées de raisins (ou non d’ailleurs, les vignes en automne offre également de très jolis tableaux) et s’il m’est arrivé à plusieurs reprises de visiter des domaines viticoles, de découvrir leurs caves où s’entassent les fûts et de gouter à leurs vins, il n’empêche que je suis loin d’être une experte en la matière ! J’ai donc d’autant plus apprécié ma plongée dans cet univers : non seulement l’ambiance qui s’en dégage m’a plu, mais j’ai, par la même occasion, pu en apprendre davantage sur ce sujet ! Pour autant, cet apprentissage n’est pas lourd et ne prend pas le pas sur l’intrigue. L’autrice en dit juste assez pour immerger son lecteur dans ce monde très particulier des « maîtres de chai » sans le perdre sous une tonne de précisions techniques et/ou de vocabulaire spécialisé. Le seul élément qui m’a moins passionnée concerne les passages dédiés aux stratégies commerciales ! Certes, celles-ci sont inséparables, en un sens, de l’activité viticole : pour survivre, il faut bien que les vignerons vendent leurs vins...Toutefois, ce n’est pas, contrairement au reste de la « chaîne », une étape qui m’intéresse. De ce fait, je lisais ces passages un peu en diagonale sans en comprendre tous les détails…Juste assez, cependant, pour pouvoir suivre le récit ! Heureusement, les transactions commerciales sont loin d’être au centre de l’histoire et les quelques paragraphes où il en est question ne m’ont donc pas du tout gênée (d’autant que, comme je l’ai dit, il me parait logique qu’elles soient présentes !). Sarah m’a assez rapidement séduite : par sa manière de concevoir son avenir et sa vie en général, par son besoin d’espace et de grand air, par sa loyauté aussi et par son courage ! Elle m’a un peu fait penser à Scarlett O’Hara dans sa volonté de s’accrocher au but qu’elle s’est fixée. Je dis « un peu » parce que la comparaison s’arrête là : elle n’a pas le côté manipulateur, séducteur et calculateur de l’héroïne de Margaret Mitchell. Elle n’a sans doute pas non plus son charisme….par contre, sa force de caractère, oui ! J’ai également été touchée par la plupart des autres personnages qui gravitent autour de Sarah comme sa sœur, Jacques, Philippe, Marie ou encore Aurora. Tous ont un petit quelque chose d’attachant (que je vous laisse le soin de découvrir en lisant ce roman !). En ce qui concerne le dépaysement, le simple fait d’être transportée en France, dans un domaine viticole, m’aurait déjà comblée ! Toutefois, la suite du voyage en vaut également la peine : New-York et la Californie sont autant de lieux que j’ai adoré visiter depuis mon canapé ! Les descriptions proposées par l’autrice étaient, en effet, assez évocatrices pour m’y emmener via mon imagination ! En bref, un roman que j’ai pris grand plaisir à lire et une héroïne que j’ai adoré suivre tout au long de son périple ! Ce titre est effectivement dans la même veine que les ouvrages de Sarah Lark ! Si vous aimez ce genre de grande épopée romanesque, je ne peux donc que vous le recommander ! Pour ma part, je suis impatiente de lire le tome 2 !
    Lire la suite
    En lire moins
Lisez! La newsletter qui vous inspire !
Il ne s'agit pas d'une newsletter classique. Il s'agit d'une promesse. La promesse de prendre, reprendre ou cultiver le goût de la lecture. La promesse de ne rien manquer de l'actualité de Lisez.