En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez le dépôt de cookies qui nous permettront, ainsi qu’à nos partenaires, de vous proposer des offres et contenus adaptés à vos centres d’intérêts, des fonctions de partage vers les réseaux sociaux, d’analyser le trafic et la performance du site et d’effectuer des statistiques.
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        La fille du roi araignée

        10/18
        EAN : 9782264066244
        Code sériel : 5188
        Façonnage normé : POCHE
        Nombre de pages : 312
        Format : 108 x 177 mm
        La fille du roi araignée

        Sylvie SCHNEITER (Traducteur)
        Date de parution : 16/03/2017
        Une histoire d’amour passionnelle et contrariée tourne au thriller dans les rues de Lagos. Le premier roman d'une jeune prodige nigériane.
        À dix-sept ans, Abike Johnson, la fille d'un richissime magnat de Lagos, a l'habitude de se laisser porter par l'immense Mercedes de son père dans les rues de la ville. Un jour, alors que la voiture est assaillie par des vendeurs à la sauvette, le regard d'Abike croise celui d'un... À dix-sept ans, Abike Johnson, la fille d'un richissime magnat de Lagos, a l'habitude de se laisser porter par l'immense Mercedes de son père dans les rues de la ville. Un jour, alors que la voiture est assaillie par des vendeurs à la sauvette, le regard d'Abike croise celui d'un colporteur : jeune, beau, élégant sous ses haillons, il détonne dans la foule.
        Lui vit dans un quartier mal famé. Tous les jours, il parcourt des kilomètres en vendant des glaces pour subvenir aux besoins de sa soeur et de sa mère. Abike découvre un univers inconnu qui la fascine et invite le jeune homme dans son monde. Le coup de foudre initial se transforme bientôt en un jeu de séduction mortel, entre amour et haine, tandis que des secrets de famille les obligent à choisir leur camp.
         
        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782264066244
        Code sériel : 5188
        Façonnage normé : POCHE
        Nombre de pages : 312
        Format : 108 x 177 mm
        10/18
        7.80 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • isabelleisapure Posté le 22 Juillet 2018
          J’ai déniché ce livre par le plus grand des hasards, alors que je flânais chez un bouquiniste. En découvrant qu’il était édité par « Les Escales », dont j’apprécie particulièrement la ligne éditoriale, je me suis empressée d’en faire l’acquisition afin de l’ajouter à une PAL chancelante où il a séjourné plus d’un an avant que je me décide à l’en sortir. Dès les premières pages, je me suis immergée dans cette rencontre improbable entre une « pauvre petite fille riche » et un colporteur. Lors de leur première rencontre, c’est comme une évidence pour Abike, elle veut connaître le garçon, devenir son amie, l’attirer dans sa luxueuse demeure. Jour après jour, elle fait en sorte que son chauffeur croise la route du colporteur, faisant de chaque rencontre un moment de découverte. L’auteure donne du nerf à son récit en donnant la parole à chacun des protagonistes, elle met ainsi en avant le caractère et le ressenti de chacun. Il se dessine au fil des chapitres que ce que je pensais être une bluette assez banale était en réalité beaucoup plus complexe. On découvre la rivalité sournoise qui lie Abike à son père despote et manipulateur. Jusqu’où la jeune fille peut-elle aller pour narguer ce père... J’ai déniché ce livre par le plus grand des hasards, alors que je flânais chez un bouquiniste. En découvrant qu’il était édité par « Les Escales », dont j’apprécie particulièrement la ligne éditoriale, je me suis empressée d’en faire l’acquisition afin de l’ajouter à une PAL chancelante où il a séjourné plus d’un an avant que je me décide à l’en sortir. Dès les premières pages, je me suis immergée dans cette rencontre improbable entre une « pauvre petite fille riche » et un colporteur. Lors de leur première rencontre, c’est comme une évidence pour Abike, elle veut connaître le garçon, devenir son amie, l’attirer dans sa luxueuse demeure. Jour après jour, elle fait en sorte que son chauffeur croise la route du colporteur, faisant de chaque rencontre un moment de découverte. L’auteure donne du nerf à son récit en donnant la parole à chacun des protagonistes, elle met ainsi en avant le caractère et le ressenti de chacun. Il se dessine au fil des chapitres que ce que je pensais être une bluette assez banale était en réalité beaucoup plus complexe. On découvre la rivalité sournoise qui lie Abike à son père despote et manipulateur. Jusqu’où la jeune fille peut-elle aller pour narguer ce père qu’elle aime et déteste et ce colporteur qu’elle croit aimer ? Dans un jeu du chat et de la souris, nous suivons un garçon pris dans les filets d’une jeune perverse qui pourrait bien être aussi redoutable que son géniteur. Une histoire à deux voix, des secrets qui se révèlent peu à peu, une écriture tendue. Un premier roman particulièrement brillant si l’on songe que Chibundu Onuzo n’avait que 17 ans lorsqu’elle l’a écrit.
          Lire la suite
          En lire moins
        • Jeannepe Posté le 15 Mars 2018
          Abike Johnson et Runner G n’auraient pas dû se rencontrer. Elle a dix-sept ans et est la fille d’un homme riche et puissant. Lui est un peu plus âgé (si je ne m’abuse) et vend des glaces sur le bord de la route (ça j’en suis sûre). Tandis qu’elle joue le jeu de la Frustration avec son père – une joute verbale pleine d’un venin insidieux, une démonstration de force –, lui essaie de subvenir aux besoins de sa mère et de sa sœur. Privilèges et misère en face à face, avec au milieu une histoire d’amour, une tendance innée à la manipulation, un désir de vengeance, l’impunité de ceux qui se sacrent supérieurs, la peur, la cruauté, la perversion. Et puis Lagos, la ville aux mille visages. Une histoire d’amour qui se joue de toutes les conventions sociales, c’est une recette qui fonctionne. C’est le cas ici aussi, et pourtant La Fille du roi araignée me laisse, après plusieurs mois de lectures, un petit hochement de tête accompagnée d’une moue indécise, une je ne sais quoi de pas convaincu. Chibundu Onuzo parvient à dépeindre les différentes sphères de la société nigériane et les atmosphères qui s’y associent. Un point pour... Abike Johnson et Runner G n’auraient pas dû se rencontrer. Elle a dix-sept ans et est la fille d’un homme riche et puissant. Lui est un peu plus âgé (si je ne m’abuse) et vend des glaces sur le bord de la route (ça j’en suis sûre). Tandis qu’elle joue le jeu de la Frustration avec son père – une joute verbale pleine d’un venin insidieux, une démonstration de force –, lui essaie de subvenir aux besoins de sa mère et de sa sœur. Privilèges et misère en face à face, avec au milieu une histoire d’amour, une tendance innée à la manipulation, un désir de vengeance, l’impunité de ceux qui se sacrent supérieurs, la peur, la cruauté, la perversion. Et puis Lagos, la ville aux mille visages. Une histoire d’amour qui se joue de toutes les conventions sociales, c’est une recette qui fonctionne. C’est le cas ici aussi, et pourtant La Fille du roi araignée me laisse, après plusieurs mois de lectures, un petit hochement de tête accompagnée d’une moue indécise, une je ne sais quoi de pas convaincu. Chibundu Onuzo parvient à dépeindre les différentes sphères de la société nigériane et les atmosphères qui s’y associent. Un point pour elle. Elle aborde des thématiques qui m’intéressent. Deux points pour elle. Son roman est agréable à lire. Un troisième point. Et pourtant, ça manque de relief et de profondeur, avec un petit quelque chose de dérangeant. Le sentiment que la réflexion ou l’écriture n’est pas aboutie, une simplicité et une ingénuité (qui persiste malgré la violence palpable) qui ne devraient pas avoir leur place dans ce roman. Balle au centre finalement.
          Lire la suite
          En lire moins
        • missmolko1 Posté le 5 Septembre 2017
          J'ai posé mes valises au Nigéria pour y faire la connaissance d' Abike, jeune fille riche et d'un jeune homme colporteur. Malgré leur différence de classe sociale, ces deux-là font flirtait en tout innocence au début mais rapidement, les secrets de famille qui entoure Abike vont refaire surface. Rien que pour le dépaysement, ce roman vaut le détour. J'ai adoré cette ambiance africaine, découvrir les us et coutumes et la manière de vivre. "Le soulagement de profiter de la bise du soir a vite cédé la place à la déprime quand je me suis rappelé dans quel quartier je me rendais. Même les ordures n'ont qu'une idée : se tailler." Le personnage du colporteur m'a beaucoup plu et on s'attache forcement à lui. Pour Abike, c'est différent. Au départ, elle m'a beaucoup agacé mais au final, on éprouve forcement un peu de pitié pour elle. Grandir dans une famille comme la sienne ne doit pas être facile. J'ai aimé l'écriture de l'auteur ainsi que la construction du roman qui alterne les points de vue de nos deux personnages. J'espère que l'auteur ne s'arrêtera pas la et nous offrira d'autres romans comme celui-ci.
        • djelisaweta Posté le 17 Mai 2017
          Un nouveau voyage, en Afrique celui-ci. Nous sommes à Lagos, au Nigéria. Abike est une jeune fille dont le père est riche, elle se déplace en 4x4 avec chauffeur. C'est au cours d'un trajet qu'elle croise un colporteur, jeune homme au physique attirant qui vend des sucreries glacées dans la rue. Bien qu'elle évolue dans un milieu très aisé, Abike porte tout de suite de l'intérêt à Runner-G. Voilà le départ de cette histoire. On va apprendre rapidement que Runner-G n'est pas forcément celui qu'on croit... A travers leur relation on va naviguer entre différentes classes sociales de cette société qui parait impitoyable. D'un côté ces personnes qui essaient de survivre en vendant un peu tout et rien, des choses qui nous paraitraient impensables en France tellement ça parait dérisoire. D'un autre côté les riches qui dépensent sans compter, qui ont des demeures démesurées avec gardes armés pour se protéger de cette population qui n'a rien. Et puis au fur et à mesure on découvre Abike, ses relations avec son père. Ce père qui va devenir un personnage majeur dans cette histoire, rattrapé par le passé. Au début du livre on découvre doucement les différents personnages, puis cette relation entre ces 2... Un nouveau voyage, en Afrique celui-ci. Nous sommes à Lagos, au Nigéria. Abike est une jeune fille dont le père est riche, elle se déplace en 4x4 avec chauffeur. C'est au cours d'un trajet qu'elle croise un colporteur, jeune homme au physique attirant qui vend des sucreries glacées dans la rue. Bien qu'elle évolue dans un milieu très aisé, Abike porte tout de suite de l'intérêt à Runner-G. Voilà le départ de cette histoire. On va apprendre rapidement que Runner-G n'est pas forcément celui qu'on croit... A travers leur relation on va naviguer entre différentes classes sociales de cette société qui parait impitoyable. D'un côté ces personnes qui essaient de survivre en vendant un peu tout et rien, des choses qui nous paraitraient impensables en France tellement ça parait dérisoire. D'un autre côté les riches qui dépensent sans compter, qui ont des demeures démesurées avec gardes armés pour se protéger de cette population qui n'a rien. Et puis au fur et à mesure on découvre Abike, ses relations avec son père. Ce père qui va devenir un personnage majeur dans cette histoire, rattrapé par le passé. Au début du livre on découvre doucement les différents personnages, puis cette relation entre ces 2 jeunes gens va finalement nous révéler une autre histoire, plus profonde. Les visages de chacun aussi. Ne pensez pas que ceci est une jolie histoire d'amour, ce roman est plutôt cruel. Un très bon roman, une critique féroce d'une société corrompue où les inégalités sont extrêmes.
          Lire la suite
          En lire moins
        • TheBeakApple Posté le 7 Mars 2016
          Excellent !
        Lisez inspiré avec 10/18 !
        Voyagez hors des sentiers battus, loin d'une littérature conventionnelle et attendue…
        Les informations collectées par SOGEDIF (une société du groupe EDITIS) font l’objet d’un traitement automatisé ayant pour finalité de vous adresser des actualités et des offres, de vous proposer du contenu adapté à votre profil et à vos goûts, et de gérer sa relation avec vous. Les informations marquées d’un astérisque sont obligatoires. A défaut, SOGEDIF ne sera pas en mesure de répondre à votre demande. Ces informations sont à destination exclusive des maisons d’Edition du Groupe EDITIS et seront conservées pendant 3 ans à compter de votre dernière visite. Conformément au Règlement (UE) 2016/679 relatif à la protection des données à caractère personnel, vous disposez des droits suivants sur vos données : droit d’accès, droit de rectification, droit à l’effacement (droit à l’oubli), droit d’opposition, droit à la limitation du traitement, droit à la portabilité. Vous pouvez également définir des directives relatives à la conservation, à l'effacement et à la communication de vos données à caractère personnel après votre décès. Pour exercer vos droits, merci d’adresser votre courrier recommandé AR à l’adresse suivante : DPO EDITIS, 30 place d’Italie, 75013 Paris, en y joignant la copie d’une pièce d’identité. En cas de manquement aux dispositions ci-dessus, vous avez le droit d’introduire une réclamation auprès de la CNIL. Enfin, pour une simple résiliation de votre inscription au service, contactez notre équipe à l’adresse électronique suivante : inscription@lisez.com