RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            La fille qui tombe du ciel

            Pocket
            EAN : 9782266234924
            Code sériel : 15391
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 512
            Format : 108 x 177 mm
            La fille qui tombe du ciel

            Karine LALECHÈRE (Traducteur)
            Date de parution : 02/04/2015
            Londres, 1941. Alors que la guerre fait rage de l'autre côté de la Manche, la jeune Marian s'engage dans les services secrets britanniques. Sa fougue, son courage et sa connaissance du français en font la recrue idéale pour être parachutée en pays occupé. Sa mission ? Rejoindre la Résistance, gagner... Londres, 1941. Alors que la guerre fait rage de l'autre côté de la Manche, la jeune Marian s'engage dans les services secrets britanniques. Sa fougue, son courage et sa connaissance du français en font la recrue idéale pour être parachutée en pays occupé. Sa mission ? Rejoindre la Résistance, gagner clandestinement Paris et rallier à sa cause un brillant physicien, Clément, son amour de jeunesse... Mais partagée entre ses souvenirs et son histoire naissante avec Benoît, un Résistant français, Marian se fraye dangereusement un chemin dans une France déchirée en deux...

            « La description des rouages de la Résistance est passionnante, le personnage féminin plein de complexité. Et rien ne se passe comme on l'imagine, même pas la fin. » Pascale Frey – ELLE

            « Facile à lire, truffé de dialogues plus vrais que nature, La fille qui tombe du ciel est un récit haletant qui célèbre le courage féminin. Trop souvent oublié. » Paris Match

             
            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782266234924
            Code sériel : 15391
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 512
            Format : 108 x 177 mm
            Pocket
            8.60 €
            Acheter

            Ils en parlent

            « La description des rouages de la Résistance est passionnante, le personnage féminin plein de complexité. Et rien ne se passe comme on l'imagine, même pas la fin. » Pascale Frey, ELLE
            « Le talent majeur de Simon Mawer est de parvenir à décrire l'apparente banalité du danger dans la clandestinité. » Télérama
            « Facile à lire, truffé de dialogues plus vrais que nature, La fille qui tombe du ciel est un récit haletant qui célèbre le courage féminin. Trop souvent oublié. » Paris Match
            « Je l'ai fini tard dans la nuit et je l'ai refermé les larmes aux yeux. Simon Mawer écrit sur la peur et le courage mieux que n'importe lequel de ses contemporains. » The Guardian
            « Mawer nous donne un roman aussi élégant et accompli que Le Palais de verre. C'est un livre qu'on ne peut pas lâcher. » The Independent
            « D'une tension et d'une intensité extrêmes, c'est un roman qu'on lit d'une traite. » Daily Mail

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • emi13 Posté le 29 Juin 2016
              Simon Mawer rend un hommage aux femmes qui entre 1941 – 1944 ont été parachutées en France pour les services Anglais. En 1941 Mariam Sutro vit à Genèvre, elle a l’avantage d’être bilingue, pour les services secret anglais c’est vraiment une très bonne recrue pour eux. La voilà partie accompagné par Benoit un résistant français au charme fou. Son entrainement est très dur entre le combat corps à corps, apprendre à tirer, apprendre à tuer et surtout apprendre le saut de parachute. Elle sera parachutée en France pour convaincre son amour d’adolescente Pelletier Clément un physicien dont les travaux sont très important pour la suite de leur mission. Entre amour, jalousie, tristesse, tradition, la fille qui tombe du ciel raconte la vie de femmes ordinaire confrontée à des dangers dans l’occupation allemande. J'ai vraiment apprécier ce livre.
            • adtraviata Posté le 27 Février 2016
              Attention, page-turner en vue… Lu à l'occasion de l’anniversaire du Débarquement en Normandie, il m’est tombé dans les mains et je ne l’ai plus lâché. On est bien loin du 6 juin 1944 encore, les Français qui accueillent Alice (le nom de guerre de Marian) demandent avec insistance quand aura lieu le Débarquement et se moquent un peu des tas de précautions théoriques qui sont enseignées aux agents anglais lors de leur formation. Le roman raconte donc comment Marian est recrutée puis formée (avec Yvette, qui devient son amie), entraînée à tous les aspects d’une mission, militaire, physique, psychologique, apprendre à se servir d’une arme, à se taire, à manipuler une radio, à sauter en parachute, à créer des boîtes aux lettres et des coupe-circuit, à résister aux interrogatoires… Lorsqu’elle est envoyée en France, Alice est vraiment opérationnelle. De plus, elle a reçu une mission supplémentaire des services secrets britanniques : approcher Clément Pelletier, un scientifique français qui travaille avec Frédéric Jolliot et Irène Curie au Collège de France. On sait que Clément est l’amour de jeunesse de Marian-Alice : elle sera plus efficace pour le convaincre d’aller travailler en Angleterre avec d’autres scientifiques. Ce qui était passionnant dans ce récit,... Attention, page-turner en vue… Lu à l'occasion de l’anniversaire du Débarquement en Normandie, il m’est tombé dans les mains et je ne l’ai plus lâché. On est bien loin du 6 juin 1944 encore, les Français qui accueillent Alice (le nom de guerre de Marian) demandent avec insistance quand aura lieu le Débarquement et se moquent un peu des tas de précautions théoriques qui sont enseignées aux agents anglais lors de leur formation. Le roman raconte donc comment Marian est recrutée puis formée (avec Yvette, qui devient son amie), entraînée à tous les aspects d’une mission, militaire, physique, psychologique, apprendre à se servir d’une arme, à se taire, à manipuler une radio, à sauter en parachute, à créer des boîtes aux lettres et des coupe-circuit, à résister aux interrogatoires… Lorsqu’elle est envoyée en France, Alice est vraiment opérationnelle. De plus, elle a reçu une mission supplémentaire des services secrets britanniques : approcher Clément Pelletier, un scientifique français qui travaille avec Frédéric Jolliot et Irène Curie au Collège de France. On sait que Clément est l’amour de jeunesse de Marian-Alice : elle sera plus efficace pour le convaincre d’aller travailler en Angleterre avec d’autres scientifiques. Ce qui était passionnant dans ce récit, c’est bien sûr tout cet aspect de formation, d’entraînement des Résistants, les risques permanents auxquels ils doivent faire face (s’ils ne sont pas sans cesse sur leurs gardes, ils peuvent devenir leur meilleur propre ennemi), tout le travail sur le terrain, le danger, les filatures, les messages radio… et je ne vous en dis pas trop pour garder le suspense. Après avoir travaillé dans le Sud-Ouest de la France, Alice découvre la misère dans laquelle vivent les Parisiens, oh pas seulement la misère de ne pas manger à sa faim et de se faire contrôler régulièrement, non, une misère morale aussi, la masse grise de ceux qui ne sont pas franchement collabos mais vendraient leur âme pour se débarrasser des emm… que sont les Juifs et les Anglais. On sent à travers ces péripéties la méfiance instinctive que les Anglais ressentaient vis-à-vis des Français pendant la guerre, et Alice, qui connaît très bien la France, ressent cela, elle est « prise entre le marteau et l’enclume » comme elle l’était dans les jeux de son frère Ned et de Clément avant la guerre. Mais on sent bien aussi le courage de tous ceux et celles qui agissent pour la liberté, sans réfléchir, parce qu’il faut le faire. Le récit est vif, rythmé, on suit avec angoisse les tribulations d’Alice dans les trains, dans les gares, dans les rues de Paris et le suspense est présent jusqu’à la dernière ligne (que d’émotion m’a procurée cette fin). On suit aussi une jeune femme qui évolue, se transforme, à la fois sur le plan du courage et sur le plan de la féminité. Ce n’est pas le roman du siècle, on devine certaines « ficelles » (qui sera le traître ?) et Marian-Alice est sans doute l’archétype de ces femmes parachutées en France par le Special Operations Executive, un service créé par Churchill pour soutenir la résistance européenne, il n’en reste pas moins que La Fille qui tombe du ciel m’a fait passer un très bon moment de lecture !
              Lire la suite
              En lire moins
            • Exquimots Posté le 5 Février 2016
              « La fille qui tombe du ciel » de Simon Mawer rend un bel hommage à ces femmes courageuses, qui ont marqué l’histoire, en sacrifiant leur vie pour mener à bien leurs missions. Le sujet est intéressant, mais a été traité, un peu trop rapidement, à mon goût. A découvrir quand même. Salutations d’Exquimots !
            • Marcellina Posté le 26 Octobre 2015
              Un livre pêché au hasard dans ma boîte surprise et encore une belle découverte. Très bien écrit et super bien documenté, ce roman nous plonge dans la nuit de l'espionnage pendant la seconde guerre mondiale. Un rythme soutenu et haletant, une tension qui monte au fil des pages, et un personnage principal qui incarne ces quelques femmes qui se sont dévouées jusqu'à la mort pour que la France redevienne libre. De l'engagement surprise, en passant par l'entraînement parfois surréaliste, au travail sur le terrain, l'émotion évolue de l'insouciance à l'amusement du jeu et se termine par la peur tenace qui tient au ventre tout en gardant bien clair à l'esprit la mission à accomplir. Un roman qui parle du courage des femmes de l'ombre, des femmes jeunes et même très jeunes qui ont pris un chemin difficile et dangereux pour faire un travail nécessaire à la cohésion des réseaux de résistance. Un roman émouvant qui voit une jeune fille un peu naïve devenir femme par la force des choses. Un roman qui interpelle sur l'honneur, la trahison et surtout, notre propre réaction face à ce genre de situation. Un auteur à suivre et en ce qui concerne le sujet, la SOE,... Un livre pêché au hasard dans ma boîte surprise et encore une belle découverte. Très bien écrit et super bien documenté, ce roman nous plonge dans la nuit de l'espionnage pendant la seconde guerre mondiale. Un rythme soutenu et haletant, une tension qui monte au fil des pages, et un personnage principal qui incarne ces quelques femmes qui se sont dévouées jusqu'à la mort pour que la France redevienne libre. De l'engagement surprise, en passant par l'entraînement parfois surréaliste, au travail sur le terrain, l'émotion évolue de l'insouciance à l'amusement du jeu et se termine par la peur tenace qui tient au ventre tout en gardant bien clair à l'esprit la mission à accomplir. Un roman qui parle du courage des femmes de l'ombre, des femmes jeunes et même très jeunes qui ont pris un chemin difficile et dangereux pour faire un travail nécessaire à la cohésion des réseaux de résistance. Un roman émouvant qui voit une jeune fille un peu naïve devenir femme par la force des choses. Un roman qui interpelle sur l'honneur, la trahison et surtout, notre propre réaction face à ce genre de situation. Un auteur à suivre et en ce qui concerne le sujet, la SOE, je viens de voir que « Les derniers jours de nos pères » de Joël Dicker est sorti en poche :-)
              Lire la suite
              En lire moins
            • Deslivres Posté le 16 Mars 2015
            Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
            Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.