Lisez! icon: Search engine
Pocket
EAN : 9782266317894
Code sériel : 178
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 512
Format : 108 x 177 mm

La Haute République: La Lumière des Jedi

Lucile GALLIOT (Traducteur), Sandy JULIEN (Traducteur)
Collection : Star Wars
Date de parution : 25/03/2021
Premier roman lançant le nouveau grand projet cross-media Star Wars : «La Haute République »
BIEN AVANT LE PREMIER ORDRE 
AVANT L’EMPIRE
AVANT LA GUERRE DES CLONES…
LA LUMIÈRE DES JEDI OUVRE LA VOIE D’UNE NOUVELLE ÈRE POUR LA GALAXIE :
LA HAUTE RÉPUBLIQUE !
 
C'est un âge d’or pour la galaxie. Les intrépides prospecteurs hyperspatiaux étendent les frontières de la République jusqu’aux étoiles les plus lointaines, les mondes s’épanouissent sous...
BIEN AVANT LE PREMIER ORDRE 
AVANT L’EMPIRE
AVANT LA GUERRE DES CLONES…
LA LUMIÈRE DES JEDI OUVRE LA VOIE D’UNE NOUVELLE ÈRE POUR LA GALAXIE :
LA HAUTE RÉPUBLIQUE !
 
C'est un âge d’or pour la galaxie. Les intrépides prospecteurs hyperspatiaux étendent les frontières de la République jusqu’aux étoiles les plus lointaines, les mondes s’épanouissent sous la direction bienveillante du Sénat et la paix règne, préservée par la sagesse et la puissance d’un ordre de Chevaliers connus sous le nom de Jedi. Toutefois, même l’éclat le plus lumineux peut projeter une ombre.
Lorsqu’un événement catastrophique a pour effet de disloquer un vaisseau au cœur de l’hyperespace, la pluie de débris qui en résulte met en péril un système stellaire tout entier. Les Jedi se rendent immédiatement sur place, mais l’envergure de la catastrophe pousse les valeureux Chevaliers à leurs limites.
Alors même que s’engage une lutte titanesque pour sauver des millions de vie, une menace grandit dans les ténèbres, capable d’instiller la peur jusque dans le cœur des Jedi.

 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266317894
Code sériel : 178
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 512
Format : 108 x 177 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Cer45Rt Posté le 5 Juillet 2021
    "La lumière des Jedi", est un roman, faisant partie de l'univers Star Wars, se déroulant durant la période de la Haute République, environ deux cents ans avant le premier épisode de la série de films. Pour la première fois depuis le rachat de Lucasfilm par Disney, et la décanonisation de l'univers "Legends", une période considérablement éloignée de celle explorée par les films, est explorée, ce qui fait plaisir : découvrir de nouveaux personnages, une autre conjoncture, une autre période, etc., dans l'univers de "Star Wars", pour lequel j'ai une affection toute particulière, peut difficilement me déplaire. "La lumière des Jedi", est ambitieux : non seulement, il présente toute une nouvelle période de l'univers "Star Wars", mais encore il pose les bases de toute une nouvelle intrigue, qui devraient être développée, dans les oeuvres ultérieures, que l'on sait déjà assez nombreuses... Pourtant, le roman, parvient à faire ceci, sans jamais sembler faire trop d'exposition artificielle ou sans aller beaucoup trop vite (bien que, quelquefois, je puisse comprendre, que l'on puisse trouver le rythme du roman, un peu trop rapide). Il parvient à attacher assez bien à ses personnages (même si ces derniers, demeurent trop peu développées). La fin, est particulièrement réussie... "La lumière des Jedi", est un roman, faisant partie de l'univers Star Wars, se déroulant durant la période de la Haute République, environ deux cents ans avant le premier épisode de la série de films. Pour la première fois depuis le rachat de Lucasfilm par Disney, et la décanonisation de l'univers "Legends", une période considérablement éloignée de celle explorée par les films, est explorée, ce qui fait plaisir : découvrir de nouveaux personnages, une autre conjoncture, une autre période, etc., dans l'univers de "Star Wars", pour lequel j'ai une affection toute particulière, peut difficilement me déplaire. "La lumière des Jedi", est ambitieux : non seulement, il présente toute une nouvelle période de l'univers "Star Wars", mais encore il pose les bases de toute une nouvelle intrigue, qui devraient être développée, dans les oeuvres ultérieures, que l'on sait déjà assez nombreuses... Pourtant, le roman, parvient à faire ceci, sans jamais sembler faire trop d'exposition artificielle ou sans aller beaucoup trop vite (bien que, quelquefois, je puisse comprendre, que l'on puisse trouver le rythme du roman, un peu trop rapide). Il parvient à attacher assez bien à ses personnages (même si ces derniers, demeurent trop peu développées). La fin, est particulièrement réussie ; c'est un "happy end" en trompe-l'oeil, qui interroge énormément sur la suite des événements. Le roman, sans être ce qui s'est fait de meilleur dans l'univers "Star Wars", est fort divertissant ; le début, en particulier, est marqué par une grande tension et la suite se laisse lire aisément et avec plaisir. J'ai toutefois certaines réserves mineures, à exprimer. Elles concernent principalement le manque de développement de ces personnages-qui semblent parfois un peu archétypaux et dont l'on connaît généralement peut de choses. Je pense que le roman aurait du être un peu plus long, pour pouvoir pleinement introduire ses personnages, au demeurent très intéressants et, pour certains, plutôt attachants (même si je m'y serais plus attaché, s'ils avaient été plus développés). Je trouve toutefois ce roman divertissant et, dans l'ensemble, plutôt sympathique à découvrir. Je serais curieux d'en savoir plus sur la Haute République.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Xapur Posté le 15 Mai 2021
    Dans le passé lointain de la saga Star Wars, on connaissait l’Ancienne République, lieu bien connu par les jeux vidéos de la série KOTOR ou le MMORG du même nom. Voici maintenant la Haute République, située dans un passé bien plus proche mais séparé quand même de la prélogie par quelques siècles (on est aux environs de 200 ans avant la Bataille de Yavin). Ce qui permet d’être proche des films (par exemple, Yoda est déjà Maître Jedi) mais sans être tributaire de la saga Skywalker – terminée de façon si calamiteuse au cinéma. Ici, c’est un âge d’or pour la République Galactique, débarrassée des guerres et menaces de grande ampleur, et pour ses alliés Jedi qui sont encore en grand nombre, tandis qu’il n’y a plus de trace des Siths. Pour autant, les dangers ne manquent pas, ni les occasions de servir les différents peuples et les planètes. Ce premier roman, interconnecté avec d’autres à venir et des comics (sans que cela ne soit gênant pour la compréhension), se déroule principalement dans le système de Hetzal, dans la Bordure Extérieure, non loin du lieu d’édification d’une immense plate-forme spatiale républicaine, le Flambeau Stellaire. Une menace touche à l’unité même de la... Dans le passé lointain de la saga Star Wars, on connaissait l’Ancienne République, lieu bien connu par les jeux vidéos de la série KOTOR ou le MMORG du même nom. Voici maintenant la Haute République, située dans un passé bien plus proche mais séparé quand même de la prélogie par quelques siècles (on est aux environs de 200 ans avant la Bataille de Yavin). Ce qui permet d’être proche des films (par exemple, Yoda est déjà Maître Jedi) mais sans être tributaire de la saga Skywalker – terminée de façon si calamiteuse au cinéma. Ici, c’est un âge d’or pour la République Galactique, débarrassée des guerres et menaces de grande ampleur, et pour ses alliés Jedi qui sont encore en grand nombre, tandis qu’il n’y a plus de trace des Siths. Pour autant, les dangers ne manquent pas, ni les occasions de servir les différents peuples et les planètes. Ce premier roman, interconnecté avec d’autres à venir et des comics (sans que cela ne soit gênant pour la compréhension), se déroule principalement dans le système de Hetzal, dans la Bordure Extérieure, non loin du lieu d’édification d’une immense plate-forme spatiale républicaine, le Flambeau Stellaire. Une menace touche à l’unité même de la galaxie, tandis qu’un accident projette des fragments de vaisseau hors de l’hyperespace, dévastant le système. Les Jedi sont alors envoyés en urgence pour essayer de limiter les dégâts causés par ces « émergences » et enquêter sur leur cause. Car pendant ce temps-là, le commerce intergalactique est partiellement suspendu, créant des situations de pénurie liées à la fermeture de ces autoroutes de l’espace. Le thème est relativement original, même si on reste un peu sur sa faim en ce qui concerne le structure même de l’hyperespace et la façon de l’utiliser, et le début est un peu trop long. Près d’un tiers du roman est en effet dédié aux conséquences de cette crise et aux actions des valeureux Jedi qui essaient de limiter la casse, le point de vue changeant rapidement entre ceux-ci, ce qui ne permet guère de différencier les personnages ni de s’y attacher. La lecture des comics est d’ailleurs de ce point de vue pour moi largement supérieure pour l’aspect « cinématographique » de l’ensemble, car j’ai toujours du mal à me représenter les races aliens de Star Wars dans les romans, surtout lorsqu’on jongle comme ici à chaque chapitre. Passé ce début, le roman est assez rythmé pour retenir l’attention, avec des scènes d’action au sol ou dans l’espace, des Jedi omniprésents (et on balaie tout l’éventail, du padawan wookie au Maître Trandoshan, du zen au féru d’aventure, du rigoureux au fantaisiste dans l’utilisation de la Force), mais avec des méchants qui manquent hélas singulièrement d’envergure : une flotte de pillards sanguinaires qui écume la Bordure Extérieure, on a vu mieux. Heureusement que la fin laisse entrevoir d’autres perspectives pour la suite ! On notera par contre une ambitieuse Chancelière qui a des projets de grands travaux pour la galaxie dans cette époque de prospérité, dont un réseau de stations à l’image du Flambeau Stellaire (que l’on voit finalement peu dans ce tome) censé symboliser la présence et la multiplicité de l’organisation, stabiliser la région, faciliter les communications à travers l’espace et servir d’avant-poste aux Jedi. Au chapitre des défauts, sans doute trop de longueurs, trop de points de vue qui sont censés donner du rythme mais cassent l’action, des noms de vaisseaux parfois traduits et… parfois non, l’interjection « Blast ! » aussi incongrue que ridicule et le mantra « Nous sommes tous la République » qui s’avère très rapidement agaçant. On finira quand même le roman par une menace latente qui remet en perspective ce que l’on croyait savoir, de nombreux mystères laissés en suspens ou un mini cliffhanger qui laisse augurer de gros problèmes pour l’avenir des Jedi. De quoi avoir envie de découvrir la suite. C’est un peu la tâche ingrate dévolue à ce tome, planter rapidement un décor qui sera développé dans une série d’œuvres à venir. Au final, une assez bonne entrée en matière dans cette nouvelle époque, en espérant que les histoires suivantes nous en apprendront plus sur la période, se concentreront sur moins de personnages et gommeront ces défauts. A moins que ceux-ci ne soient liés au style de l’auteur, Charles Soule, spécialisé également dans les comics (dont Star Wars, d’ailleurs mon guide lecture est ici) . Sachant qu’il y a quatre autres écrivains chargés de développer avec lui La Haute République, on attendra de lire la prose des autres pour se faire une idée. En attendant, un roman pour enfants ne va pas tarder à sortir (en Bibliothèque Verte !), tandis qu’un second tome est prévu chez Pocket Imaginaire (En Pleines Ténèbres, catalogué cette fois comme Young Adult), puis des comics – dont un premier softcover chez Panini en mai. L’histoire de La Haute République ne fait que commencer…
    Lire la suite
    En lire moins
  • Isuldof Posté le 27 Avril 2021
    Cette première œuvre du Projet Luminous, un travail cross-média de plusieurs auteurs en préparation depuis quelques années, est une franche réussite. En effet, ce roman de Charles Soules, qui sert d'introduction à la phase numéro une de la Haute République, possède des qualités dignes des plus grands ouvrages de l'Univers Légendes de Star Wars, sans toute fois les dépasser non plus. L'écriture est fluide et agréable, les actions sont suffisamment bien décrites pour être proprement imaginables, les personnages sont accrocheurs et intéressants, l'univers avec ses planètes, ses peuples et ses technologies, sont plutôt bien développées. N'étant pas du tout un fan du nouveau Canon depuis le rachat, je ne vais pas vous mentir, j'ai été agréablement surpris durant cette lecture. Moi qui adore l'univers étendu légendes, j'ai trouvé pas mal d'inspiration et de similitudes avec d’anciennes lectures. Particulièrement au niveau des références Old Republic et de développements assez similaires au Nouvel Ordre Jedi, entre autres. Nous y trouvons une multitude de personnages, peut-être un peu trop, tous aussi bien travaillés les uns que les autres, mais pas vraiment de personnages type « saga du héros » auquel s'accrocher. Le leader des vilains, du nom de Marchion Ro, qui a un côté Albator, est une petite pépite... Cette première œuvre du Projet Luminous, un travail cross-média de plusieurs auteurs en préparation depuis quelques années, est une franche réussite. En effet, ce roman de Charles Soules, qui sert d'introduction à la phase numéro une de la Haute République, possède des qualités dignes des plus grands ouvrages de l'Univers Légendes de Star Wars, sans toute fois les dépasser non plus. L'écriture est fluide et agréable, les actions sont suffisamment bien décrites pour être proprement imaginables, les personnages sont accrocheurs et intéressants, l'univers avec ses planètes, ses peuples et ses technologies, sont plutôt bien développées. N'étant pas du tout un fan du nouveau Canon depuis le rachat, je ne vais pas vous mentir, j'ai été agréablement surpris durant cette lecture. Moi qui adore l'univers étendu légendes, j'ai trouvé pas mal d'inspiration et de similitudes avec d’anciennes lectures. Particulièrement au niveau des références Old Republic et de développements assez similaires au Nouvel Ordre Jedi, entre autres. Nous y trouvons une multitude de personnages, peut-être un peu trop, tous aussi bien travaillés les uns que les autres, mais pas vraiment de personnages type « saga du héros » auquel s'accrocher. Le leader des vilains, du nom de Marchion Ro, qui a un côté Albator, est une petite pépite d'écriture. La technologie utilisée par les méchants Nihils, ce mélange de vikings et de méchants de Mad Max : Fury Road, est de bonnes factures aussi, quoi qu'un un peu tirée par les cheveux par moment, et ce, malgré l'univers. Les Jedi, qui sont le gros point fort, sont tous proprement développés, tous ayant en lien précis avec la Force, qui diffère des uns des autres. Leurs actions et leurs utilisations de la Force, donnent quelque chose de très épique durant de nombreux moments. On ressent bien l'inspiration comme cité plus haut, du NoJ et des œuvres ToR, mais ça reste très agréable à revoir. Concernant le rythme, c'est assez inégale. La première partie étant dans l'ascendance et dans le grandiose, la seconde en revanche, ralentie la cadence et est plus calme et intimiste. La troisième et dernière partie, remonte le niveau, donnant envie de connaître la suite. Oui, il y a une suite, car ce roman n'est qu'une introduction pour mettre une saga fantastique en place. Comme la perfection n'existe pas, ce roman n'échappant pas à la règle, plusieurs points m'ont ennuyés, à commencer par l'ambiance : C'est trop Peace and Love ! Tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil . Les politiques respectent le peuple et veulent réellement l'aider, sont prêt à se sacrifier et à s'investir pour ce dernier, les grands patrons de sociétés aussi, allant jusqu'à divulguer sans soucis leurs secrets professionnels pour aider, la paix règne dans toute la galaxie, on est tous la République,...et ça c'est tout le long du bouquin ! Un petit délire de la société parfaitement idyllique, qui n'existe que dans le cerveau de bisounours non en phase avec la réalité, ni avec celle de Star Wars depuis des décennies. Malgré la Grande Catastrophe, causant des millions de morts, puis le développement des pillards Nihils, un vent de légèreté est quasi-constant dans ce roman, surtout durant les deux premières parties. Un certain manque de développement sur l'histoire galactique, sauf deux ou trois références, font que l'on a du mal à se situer par moment. On peut facilement donner comme excuse que ce n'est que la première œuvre d'une longue série, qui développera plus proprement tout ça. Rajoutons sans se mentir, qu'un cahier des charges obligatoire, dit progressiste, fut rempli pour que la parution se fasse, niveau genre/couleur/orientation. On sent une volonté politique de Disney, à remplir des quota pour toucher un public plus large et lui demander d'être ouvert. Après, ce n'est pas forcément un mal suivant comme cela est emmené, surtout à notre époque. Dans ce roman, même pour quelqu'un d'assez traditionnel dans mon genre, ça reste léger et ça ne choque pas. Au contraire, ça emmène un petit vent de fraîcheur, car c'est assez subtil et ça fait naturel. On ne ressent pas le forcing, comme peuvent le décrire les critiques plus extrémistes du net. On peut dire qu'ils ont mis l'accent sur une période prospère et paisible, où règne l'entraide et la tolérance dans ce premier roman. Il manque quelques points à cette critique, mais j'ai fait le tour des plus marquants pour ma personne. Donc oui c'est un bon livre Star Wars, très bon si vous êtes fan des Jedi, agréable à la lecture et assez grandiose par moments. Il faut voir ce que les autres œuvres de cette période proposent, histoire de l'étoffer d'avantage, car il ne se suffit pas à lui tout seul malheureusement. N'hésitez-pas à le lire, vous passerez vraiment de bons moments.
    Lire la suite
    En lire moins
  • elessar Posté le 9 Avril 2021
    ----Chronique complète sur le blog---- [...] La lumière des Jedi avait pour mission de nous introduire à la Haute République, et il le fait de la plus belle des manières. Le roman de Charles Soule est d'une grande richesse, il est empreint de l'esprit Star Wars à chaque page tout en nous offrant en même temps une ambiance comme on n’en avait jamais vu. Il se passe énormément d'évènement dans ce roman, de nombreuses intrigues sont mises en place, une multitude de personnages nous est présenté n'attendant que d'être développés dans les années à venir. L'émotion est palpable à de nombreux moments, on ne peut qu'être touché par les événements, les Jedi, la République que rêve cette Chancelière suprême. La lumière des Jedi est une magnifique réussite, un roman enthousiasmant qui ouvre la voie à de nombreuses choses, qui fait rêver, passionne et ne donne qu'une envie, plonger encore un peu plus longtemps dans une galaxie très lointaine !
  • LesrecetteslitterairesdeMylene Posté le 7 Avril 2021
    Il y a bien longtemps dans une cuisine lointaine très lointaine... Bonjour à vous Bande de Lecteurs Fous, Maîtres, Chevaliers ou Padawans. Aujourd'hui avec mon Alfred nous vous embarquons en direction de la nouvelle Ère Star Wars, intitulée Haute République, avec comme point de départ le roman de Charles Soule, LA LUMIÈRE DES JEDI, aux Éditions Pocket Imaginaire. Au menu, un plongeon de 230 avant la bataille de Yavin. Vous prendrez bien d'une galaxie en paix, sous le règne de la Chancelière Soh. Vous y ajouterez une part d'un grand projet de station spatiale mais également des accidents sur les hypervoies, et des gros méchants les Nihils. Mais WAHOU ! Et c'est bien le terme ! C'était simplement magique de lire quelque chose de tout simplement inédit sur Star Wars. Un régal, que de découvrir cette nouvelle ère, avec une galaxie en paix, et ces prérogatives. J'ai adoré découvrir les nouveaux personnages qui font vivre ce roman, et qui nous permettent d'en apprendre davantage sur les Jedi, la Force, et leur rôle au sein de la galaxie. Quant aux "méchants" les Nihils, Charles Soule l'auteur les enrobe de mystère tout au long du roman et nous laisse pantois, sur un dernier rebondissement ! Un vrai roman Star Wars avec nombre de scènes d'action, de la bataille spatiale, quelques duels... Il y a bien longtemps dans une cuisine lointaine très lointaine... Bonjour à vous Bande de Lecteurs Fous, Maîtres, Chevaliers ou Padawans. Aujourd'hui avec mon Alfred nous vous embarquons en direction de la nouvelle Ère Star Wars, intitulée Haute République, avec comme point de départ le roman de Charles Soule, LA LUMIÈRE DES JEDI, aux Éditions Pocket Imaginaire. Au menu, un plongeon de 230 avant la bataille de Yavin. Vous prendrez bien d'une galaxie en paix, sous le règne de la Chancelière Soh. Vous y ajouterez une part d'un grand projet de station spatiale mais également des accidents sur les hypervoies, et des gros méchants les Nihils. Mais WAHOU ! Et c'est bien le terme ! C'était simplement magique de lire quelque chose de tout simplement inédit sur Star Wars. Un régal, que de découvrir cette nouvelle ère, avec une galaxie en paix, et ces prérogatives. J'ai adoré découvrir les nouveaux personnages qui font vivre ce roman, et qui nous permettent d'en apprendre davantage sur les Jedi, la Force, et leur rôle au sein de la galaxie. Quant aux "méchants" les Nihils, Charles Soule l'auteur les enrobe de mystère tout au long du roman et nous laisse pantois, sur un dernier rebondissement ! Un vrai roman Star Wars avec nombre de scènes d'action, de la bataille spatiale, quelques duels au sabre laser, enrobé par le chant de la Force ! Est-ce que je le recommande mon Alfred : bien évidemment, et je dis même à ceux qui n'ont encore jamais osé lire Star Wars, "vous pouvez commencer par ce roman-ci, les yeux fermés  !" Comme toujours que la Force soit avec vous et dans vos lectures !
    Lire la suite
    En lire moins
Accédez au pouvoir de la force !
Toute l'actualité de la licence la plus célèbre du monde.

Lisez maintenant, tout de suite !

  • Sélection
    Lisez

    Que la Force soit avec vous : 13 livres sur l'univers Star Wars

    Vous connaissez tous les films de la saga "Star Wars" par cœur. Vous avez déjà regardé (à plusieurs reprises) l’intégralité de la série "The Mandalorian". Mais vous êtes-vous déjà plongé dans l’un des livres issus de l’incroyable univers créé par George Lucas ?  

    Lire l'article