Lisez! icon: Search engine
Pocket
EAN : 9782266257152
Code sériel : 16283
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 608
Format : 108 x 177 mm

La Jeune fille sous l'olivier

Laurence VIDELOUP (Traducteur)
Date de parution : 23/06/2016
1938. Invitée à rejoindre sa sœur à Athènes, la jeune et fougueuse Penny voit dans ce voyage l’occasion de rompre avec le carcan de la bonne société anglaise et de prendre enfin son indépendance. C'est là, dans la riche cité antique, que son chemin croise celui de Bruce, un séduisant... 1938. Invitée à rejoindre sa sœur à Athènes, la jeune et fougueuse Penny voit dans ce voyage l’occasion de rompre avec le carcan de la bonne société anglaise et de prendre enfin son indépendance. C'est là, dans la riche cité antique, que son chemin croise celui de Bruce, un séduisant archéologue néo-zélandais. Et déjà la guerre gronde...
Penny se porte alors volontaire pour aider la Croix-Rouge en Crète et s’improvise infirmière. Mais comment tenir sans nouvelles de Bruce ? Comment protéger son amie Yolanda, jeune infirmière juive ? Et, surtout, comment ne pas céder à cette fascination pour Rainer, ce haut gradé allemand que le hasard ne cesse de mettre sur sa route ?
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266257152
Code sériel : 16283
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 608
Format : 108 x 177 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • zenzibar Posté le 26 Avril 2020
    Leah Fleming a écrit une très belle histoire, à partir de la vie d'une infirmière héroïque, Johanna Stravridi prise dans la tourmente de ces années d'épouvante. Ce roman met en scène Pénélope, (Penny pour les intimes) femme de l'aristocratie britannique, dans cet univers guindé et artificiel. Une vie dans les terres écossaises du coté de Blair Atholl (Le blair athol …un whisky extraordinaire mais là l'auteure n'en fait pas mention…). Le tableau introductif de cette famille aristocrate est peu flatteur mais très représentatif, une sensibilité de classe étriquée, ultra conservatrice jusqu'à flirter dans ces années 30 au plus haut niveau avec le nazisme, par naturel et aussi par haine du rouge. L'auteure est aussi taisante sur cet aspect beaucoup moins accessoire. L'héroïne est Pénélope Georgiou par son père, dont le nom n'est pas en cour dans ce petit monde, des racines grecques qui ne demandent qu'à fleurir, à s'embraser. Au royaume de downton abbey, un besoin d'oxygène pour Pénélope qui s'évade pour courir la lande, se frotter avec la terre, s'exercer au tir et… lit passionnément …tout ce qu'une jeune fille « bien née » ne doit pas faire. Elle se passionne pour l'archéologie, là-aussi en pratique occulte, tant ce goût est contraire à l'étiquette. Et... Leah Fleming a écrit une très belle histoire, à partir de la vie d'une infirmière héroïque, Johanna Stravridi prise dans la tourmente de ces années d'épouvante. Ce roman met en scène Pénélope, (Penny pour les intimes) femme de l'aristocratie britannique, dans cet univers guindé et artificiel. Une vie dans les terres écossaises du coté de Blair Atholl (Le blair athol …un whisky extraordinaire mais là l'auteure n'en fait pas mention…). Le tableau introductif de cette famille aristocrate est peu flatteur mais très représentatif, une sensibilité de classe étriquée, ultra conservatrice jusqu'à flirter dans ces années 30 au plus haut niveau avec le nazisme, par naturel et aussi par haine du rouge. L'auteure est aussi taisante sur cet aspect beaucoup moins accessoire. L'héroïne est Pénélope Georgiou par son père, dont le nom n'est pas en cour dans ce petit monde, des racines grecques qui ne demandent qu'à fleurir, à s'embraser. Au royaume de downton abbey, un besoin d'oxygène pour Pénélope qui s'évade pour courir la lande, se frotter avec la terre, s'exercer au tir et… lit passionnément …tout ce qu'une jeune fille « bien née » ne doit pas faire. Elle se passionne pour l'archéologie, là-aussi en pratique occulte, tant ce goût est contraire à l'étiquette. Et puis sa bonne étoile lui offre deux ouvertures miraculeuses pour saisir la clef des champs Lors du « bal de l'ambassadeur » elle fait la connaissance de Bruce le mauvais garçon, elle est séduite par celui qui se présente comme archéologue, en mission en particulier en Grêce. Il l'incite puissamment à vivre sa vie, ses passions, à briser le carcan familial. Nous sommes en 1937, Penny a seize ans Sa soeur Evadné se marie avec un distingué membre du Foreign Office affecté à Athènes. Penelope rejoint les just maried, l'opportunité, officiellement d'ajouter une couche de vernis à la bonne éducation, en réalité de commencer son émancipation en inscrivant à l'Ecole britannique d'archéologie à Athènes. Mais rapidement elle rompt avec la famille et s'engage dans un cursus de formation d'infirmière à la Croix Rouge, où elle fait connaissance de Yolanda avec laquelle une amitié profonde va se nouer. Les cours d'archéologie n'auront guère d'application pratique, mais sa formation d'infirmière va se révéler infiniment précieuse. La funeste année 1941 est celle de la guerre contre l'Italie de Mussolini, Penny est sur le front en Albanie et se forge un savoir faire médical et humain hors pair dans des conditions éprouvantes. Mais le pire reste à venir, Hitler lance ses troupes dans les Balkans pour sauver son alliée ; la courageuse armée grecque cette fois ci est balayée malgré le secours des Britanniques qui doivent abandonner sans gloire avec un second Dunkerque. Une partie importante des débris de ce corps expéditionnaire fait escale en Crète, Penny découvre aussi cette île dans toute sa beauté printanière. Une grâce qui ne durera pas, au mois de mai 1941, l'ile est envahie par les airs et après un premier jour sanglant pour les parachutistes, la victoire est acquise aux soldats nazis. Pénélope refuse l'évacuation, préférant demeurer à quai pour accompagner ses blessés. Elle se retrouve prise dans les drames de l'occupation nazie de la Crète qui ne cessera qu'au mois de mai 1945 avec la reddition des troupes enfermées dans la ville de Chania (nommée aujourd'hui La Canée). Mille et une péripéties, toujours sur le fil du rasoir, pour soulager la misère mais aussi aider la résistance homérique des Crétois, aidés par les Britanniques. Dans ces aventures, elle retrouve Yolanda, également sur le front des soins et réfugiée avec sa famille dans la communauté juive, pensant naïvement et tragiquement qu'un communautarisme renforcé est la voie du salut. Sa vie intègre aussi deux hommes, Bruce l'insaisissable et infatigable combattant et encore plus déstabilisant, Rainer cet officier allemand, guerrier dans l'âme mais aussi peu à peu en rupture avec les excès sanglants de l'occupation. Un livre vraiment remarquable, à la fois tant par sa construction que par le fonds documentaire historique sur les événements tragiques directement évoqués, que l'on perçoit collecté, exploité minutieusement. Mais le récit offre encore davantage ; régulièrement au fil de l'eau, quad on y prête suffisamment d'attention c'est tout le patrimoine historique, géographique, culturel, humain de la Crète qui est célébré. Le titre est aussi très beau, sous sa fausse simplicité, très évocateur. Penny dans ce lieu devenu refuge se pose régulièrement sous un vénérable olivier avec lequel elle partage ses émotions, arbre bienfaisant, rassurant, comme on la comprend... Ce roman aurait mérité au moins le même succès que celui de Victoria Hislop « l'ile des oubliés », beau récit également sur la Crète mais pour « La jeune fille et l'olivier » c'est malheureusement le roman oublié..
    Lire la suite
    En lire moins
  • leblogdelaety Posté le 20 Avril 2020
    Dès les premiers jours du confinement, j’ai saisi un livre de ma Pile de livres à lire et c’est celui-ci que j’ai choisi. Ca fait un petit moment qu’il m’attend. Je l’ai un peu laissé de côté, de par son nombre de pages assez conséquent. Je voulais avoir du temps pour me consacrer à lui. Cette période était donc la bonne. Nous rencontrons une jeune anglaise prénommée Penny qui est régulièrement en confrontation avec ses parents qui souhaitent à tout prix la voir participer au bal des débutantes afin de s’y trouver un mari. Mais Penny aspire à d’autres choses: elle souhaite devenir archéologue. Alors lorsque sa soeur et son mari décide de partir en Grêce et en Crête, elle saisit l’occasion. Sauf que nous sommes aux prémices de la seconde guerre mondiale et celle-ci va bouleverser le destin de Penny. Désormais infirmière à la Croix Rouge, elle y fera des rencontres qui bouleverseront sa vie, notamment celle de Yolanda, jeune femme juive, avec qui elle se liera d’amitié, Bruce, anglais mystérieux membre de la résistance et Rainer, soldat allemand. Ce roman alterne entre passé ( 1938-1944) et présent (2001 ici). Les récits de Penny et de Rainer s’entrechoquent pour nous raconter... Dès les premiers jours du confinement, j’ai saisi un livre de ma Pile de livres à lire et c’est celui-ci que j’ai choisi. Ca fait un petit moment qu’il m’attend. Je l’ai un peu laissé de côté, de par son nombre de pages assez conséquent. Je voulais avoir du temps pour me consacrer à lui. Cette période était donc la bonne. Nous rencontrons une jeune anglaise prénommée Penny qui est régulièrement en confrontation avec ses parents qui souhaitent à tout prix la voir participer au bal des débutantes afin de s’y trouver un mari. Mais Penny aspire à d’autres choses: elle souhaite devenir archéologue. Alors lorsque sa soeur et son mari décide de partir en Grêce et en Crête, elle saisit l’occasion. Sauf que nous sommes aux prémices de la seconde guerre mondiale et celle-ci va bouleverser le destin de Penny. Désormais infirmière à la Croix Rouge, elle y fera des rencontres qui bouleverseront sa vie, notamment celle de Yolanda, jeune femme juive, avec qui elle se liera d’amitié, Bruce, anglais mystérieux membre de la résistance et Rainer, soldat allemand. Ce roman alterne entre passé ( 1938-1944) et présent (2001 ici). Les récits de Penny et de Rainer s’entrechoquent pour nous raconter les horreurs de la guerre sur les sols grecs et crétois, la Résistance mais aussi leur propre histoire, dans la grande. Les personnages de ce roman sont d’une grande force: Penny et Yolanda sont d’un courage et d’une détermination sans faille, Rainer est torturée par les agissements de son peuple. Ma préférence va pour le personnage de Yolanda, que j’ai trouvé touchante, déchirée entre son amour pour un médecin auprès de qui elle travaille et le respect des traditions de sa famille, déchirée entre ses obligations et ses émotions et à qui la guerre ne fera pas de cadeau. Ce livre n’est toutefois pas un coup de coeur: je regrette certaines longueurs au milieu de l’intrigue. Heureusement, la dernière partie permet de dérouler de nombreux mystères et ajoute donc du palpitant à ce roman, qui m’a permis de découvrir la guerre sous l’oeil de la Grèce et de la Crète, histoire peu connue. L’écriture de Leah Fleming m’a beaucoup plu et m’a fait penser à celle de Victoria Hislop, autre auteure dont les histoires se déroulent en Grèce. Je conseille cette lecture aux amateurs de romans historiques ( romance ou teintés de fiction), il est particulièrement addictif et plaisant à lire.
    Lire la suite
    En lire moins
  • LesChroniquesdEmilie Posté le 13 Septembre 2019
    Un livre sur la Seconde Guerre Mondiale dont je garde un très bon souvenir car léger à lire. Ça fait du bien de lire un livre sur ce thème sans que ce soit indigeste. Un décor de rêve: la Grèce. Un excellent roman
  • SanDespi Posté le 4 Août 2019
    Un magnifique roman de Leah Fleming. Un roman d'amitié, de courage et une fresque historique sur un épisode méconnu (enfin de moi) de la seconde guerre mondiale en Crète. Pénélope va traverser les années d'occupation sur l'île avec dignité, audace, témérité et empathie. C'est son histoire que l'auteur conte à merveille. L'histoire d'une jeune femme qui veut s'émanciper des principes de son rang et des traditions familiales. Une jeune femme éprise de liberté qui va traverser bien des épreuves. J'avais adoré L'enfant du Titanic, La jeune fille sous l'olivier m'a conforté dans mon appréciation de l'écriture de Leah Fleming. Un vrai coup de cœur !
  • rugi Posté le 3 Décembre 2017
    Le début est un peu long mais j'ai dévoré la fin. Au final, un bon roman qui ne m'a pas laissé indifférente. Hâte de lire "L'enfant du Titanic"...
Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.