Lisez! icon: Search engine
10/18
EAN : 9782264064769
Code sériel : 4887
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 192
Format : 108 x 177 mm

La maison Atlantique

Collection : Domaine Français
Date de parution : 02/01/2015
Jusqu’à l’été de ses dix-huit ans, tout le séparait de son père, un séducteur impénitent, sûr de lui, et qui s’était surtout illustré par son absence. Alors quand père et fils se trouvent enfin réunis dans la maison familiale, face à l’océan, l’occasion semble propice à la réconciliation. Mais en... Jusqu’à l’été de ses dix-huit ans, tout le séparait de son père, un séducteur impénitent, sûr de lui, et qui s’était surtout illustré par son absence. Alors quand père et fils se trouvent enfin réunis dans la maison familiale, face à l’océan, l’occasion semble propice à la réconciliation. Mais en huis clos, les rancoeurs enfouies peuvent resurgir, le souvenir d’une disparue remonter à la surface. Et certaines retrouvailles, prendre des allures de vengeance en marche…
 
« On sait que l'on ira jusqu'au bout, que l'on tournera les pages fébrilement - d'autant plus fébrilement que ce diable de Besson écrit court, sec, vif, à la manière d'un bon polar : on dirait Simenon égaré sur la côte atlantique. » François Busnel, Lire
 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782264064769
Code sériel : 4887
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 192
Format : 108 x 177 mm
10/18

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Dwalin Posté le 16 Novembre 2019
    Bien que le sujet ne m'attire pas spontanément, j'ai pris ce livre dans les "coups de cœur" de la bibliothèque municipale, en me disant qu'au vu du format cela passerait vite de toute façon. Le narrateur explique qu'il a perdu sa mère jeune, puis son père, dans des circonstances qu'il se propose de nous relater. On découvre au fur-et-à-mesure l'histoire de ses parents et la sienne, dans cette maison de vacances sur la côte atlantique. Bien que je reste assez mitigé, je comprends qu'on puisse aimer ce livre. C'est bien écrit, les révélations sont progressives, il n'y a pas excès de pathos.
  • Sabine57 Posté le 15 Avril 2019
    Un jeune homme orphelin nous conte ses terribles vacances au bord de l'océan, dans la maison de l'atlantique où sa mère c'est éteint. On y rencontre son premier amour de vacances, puis on fait connaissance avec les nouveaux voisins et c'est là que tout va basculer. Quand on joue avec le feu on se brûle souvent les ailes. Son père va l'entraîner dans un tourbillon de mensonges qui vont le pousser à la limite du supportable, il est malade de voir ce qu'il se passe dans cette maison à côté, il observe et garde en lui toute la rancœur et la haine qu'il porte à son paternel, un personnage assez détestable dans cette histoire. Je vous laisse découvrir ce récit poignant qui nous emporte un peu au bord de l'océan atlantique, manque juste une odeur iodée. Ce roman m'a mis une claque hier après-midi je l'ai lu d'un trait , il est très bien écrit et d'une telle façon où, je me suis imprégnée de toutes ses émotions.
  • CSecq Posté le 31 Janvier 2019
    Comme à son habitude, Philippe Besson nous offre une belle écriture sensible sur un de ses sujets préférés : la complexité des sentiments de ses personnages. Je sors à chaque fois troublée de ces lectures. La réalité est parfois bien amère.
  • La_Bibliotheque_de_Juju Posté le 25 Septembre 2018
    Une maison de vacances. Un père et son fils. Entre eux, le fantôme de cette mère qui quelques années plus tôt a mis fin ces jours. Dans la maison atlantique. Monsieur Besson s’attaque cette fois à cette relation père / fils. A ces non dits. A ces rancœurs. A cette dualité qui habite le fils, entre amour et dégoût. Tragique. Complexe. Terrible et humain. Toujours une réelle fascination pour les écrits de Philippe Besson. Ce live, une nouvelle fois, m’a captivé. Huis-clos terrible dans la langueur des mois de chaleur, le lecteur sait dés le départ qu’un drame va arriver. Sorte de tragédie grecque à la sauce Besson. Dévoré en quelques heures. Les personnages et leurs tourments intérieurs sont encore une fois d’une réalité poignante. Avec cette maison en point de mire. Véritable mémoire de cette famille détruite. Point d’orgue d’une relation difficile d’amour , de haine. Une incompréhension. Une réflexion intime, profonde sur le deuil, la transmission, les liens délicats qui unissent les êtres. Une histoire douloureuse. Philippe Besson a encore frappé. Dans mon mille.
  • ZeroJanvier79 Posté le 1 Septembre 2018
    Une belle et triste histoire de paternité, d'amour, et de fatalité. Un plaisir de retrouver Philippe Besson dans un de ses meilleurs romans.
Lisez inspiré avec 10/18 !
Voyagez hors des sentiers battus, loin d'une littérature conventionnelle et attendue…