En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer votre expérience de navigation et réaliser des mesures d’audience.
OK
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        La maison Atlantique

        10/18
        EAN : 9782264064769
        Code sériel : 4887
        Façonnage normé : POCHE
        Nombre de pages : 192
        Format : 108 x 177 mm
        La maison Atlantique

        Date de parution : 02/01/2015
        Jusqu’à l’été de ses dix-huit ans, tout le séparait de son père, un séducteur impénitent, sûr de lui, et qui s’était surtout illustré par son absence. Alors quand père et fils se trouvent enfin réunis dans la maison familiale, face à l’océan, l’occasion semble propice à la réconciliation. Mais en... Jusqu’à l’été de ses dix-huit ans, tout le séparait de son père, un séducteur impénitent, sûr de lui, et qui s’était surtout illustré par son absence. Alors quand père et fils se trouvent enfin réunis dans la maison familiale, face à l’océan, l’occasion semble propice à la réconciliation. Mais en huis clos, les rancoeurs enfouies peuvent resurgir, le souvenir d’une disparue remonter à la surface. Et certaines retrouvailles, prendre des allures de vengeance en marche…
         
        « On sait que l'on ira jusqu'au bout, que l'on tournera les pages fébrilement - d'autant plus fébrilement que ce diable de Besson écrit court, sec, vif, à la manière d'un bon polar : on dirait Simenon égaré sur la côte atlantique. » François Busnel, Lire
         
        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782264064769
        Code sériel : 4887
        Façonnage normé : POCHE
        Nombre de pages : 192
        Format : 108 x 177 mm
        10/18
        7.10 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • diablotin0 Posté le 24 Août 2017
          Ce livre est plus dur qu'il n'y parait dans un premier temps. Le narrateur met bien en évidence sa difficulté à vivre la mort de sa mère et ses relations compliquées avec son père. outre le "conflit intergénérationnel" que beaucoup d'adolescents ou jeunes adultes vivent, le narrateur souligne son soutien sans faille à sa mère qui est, selon lui, morte de chagrin, suite à la séparation d'avec son père. Le père n'a ici aucune chance d'être réhabilité, de renouer avec son fils qui l'a condamné de façon tranchée et définitive. La fin l'est encore plus...
        • Entournantlespages Posté le 12 Juin 2017
          Je dois dire que je ne me suis pas encore complètement remise d'un de mes plus beaux coups de cœur de l'année dernière, En l'absence des hommes. Avec ce premier livre lu de Philippe Besson, j'ai signé un longue route à parcourir ses multiples ouvrages. Et à chacun de ses livres, je suis toujours autant scotchée par cette plume percutante qui sait également se montrer douce et poétique, ce qui rend une histoire simple d'autant plus touchante. Avec La Maison Atlantique, je m'attendais à plonger dans les eaux tempétueuses d'une relation père-fils complexe, seulement il n'y a pas que cela. Philippe Besson nous prévient dès le début, ces vacances vont représentaient dans le dernier acte un événement fondamental dans la vie du narrateur et de son père. Alors âgé de dix-huit ans, le jeune homme reste surpris que son père ait désiré se rendre en vacances avec lui dans la Maison Atlantique, un des derniers héritages de sa défunte mère. Seulement, en mauvais terme depuis plusieurs années, ce séjour qui aurait du pouvoir réconcilier ces deux hommes ne va que les éloigner davantage. Car le père est un dragueur invétéré, flambeur et arrogant, et son fils tout le... Je dois dire que je ne me suis pas encore complètement remise d'un de mes plus beaux coups de cœur de l'année dernière, En l'absence des hommes. Avec ce premier livre lu de Philippe Besson, j'ai signé un longue route à parcourir ses multiples ouvrages. Et à chacun de ses livres, je suis toujours autant scotchée par cette plume percutante qui sait également se montrer douce et poétique, ce qui rend une histoire simple d'autant plus touchante. Avec La Maison Atlantique, je m'attendais à plonger dans les eaux tempétueuses d'une relation père-fils complexe, seulement il n'y a pas que cela. Philippe Besson nous prévient dès le début, ces vacances vont représentaient dans le dernier acte un événement fondamental dans la vie du narrateur et de son père. Alors âgé de dix-huit ans, le jeune homme reste surpris que son père ait désiré se rendre en vacances avec lui dans la Maison Atlantique, un des derniers héritages de sa défunte mère. Seulement, en mauvais terme depuis plusieurs années, ce séjour qui aurait du pouvoir réconcilier ces deux hommes ne va que les éloigner davantage. Car le père est un dragueur invétéré, flambeur et arrogant, et son fils tout le contraire. Les conquêtes de son père ne l'avait jamais réellement intéressé depuis la mort de sa mère, mais celle-ci va rapidement le placer en tant que complice involontaire. Restant muet lors de l'évolution de cette relation amoureuse secrète, le jeune homme va rester spectateur de la pièce que joue son père avec sa nouvelle amante. Les vacances du narrateur vont donc être entrecoupés entre ses moments intimes avec une relation florissante mais loin d'être passionnelle, ses confrontations avec son père, et les indices que laissent s'éparpiller les deux autres tourtereaux sur leur relation secrète. En fin de compte, le jeune homme reste finalement à l'écart et n'est présent pratiquement que pour observer la tournure de l'idylle de son père, mentant parfois pour son compte. Celle-ci ne va faire que renforcer sa haine contre son paternel et va l'aider à se rebeller quelque peu pour la première fois. Se découvrant personnellement, il va tenter de profiter a maximum de ses vacances. Ses émotions sont très bien retranscrites par l'auteur, sa colère, sa tristesse mais aussi souvent son côté apathique. N'ayant que son point de vue, son père est érigé réellement comme le grand méchant de l'histoire, même s'il reconnaît lui-même ses propres défauts qu'il excuse le plus souvent. On a alors le droit, comme avec Vincent dans En l'absence des hommes, à un adolescent conscient de la chance qu'il a (matériellement dans ce livre-ci), naïf, de mauvaise foi et susceptible, ce qu'il explique par son jeune âge. On aurait donc envie de lui remettre les idées en place à ces moments-là mais c'est ce qui fait également la sympathie du personnage. Il est de mauvaise foi et il en joue, il s'en amuse même. Lors de ma lecture, je me suis laissé surprendre à espérer quelques passage offrant le point de vue du père, mais je me suis dis qu'au final, ça n'aurait pas servi à grand chose. Plus occupé à vivre son histoire passionnelle entre amour et chantage affectif, il n'aurait eu presque aucune pensée pour son fils ce qui aurait rendu son personnage d'autant plus irritant. Mais je dois dire que pendant la majorité du récit, c'est bien de cette histoire d'amour que je me suis le plus préoccupée et de la place que prend le narrateur dans celle-ci. Comme je l'ai dit plus haut, il ne réagit pas, ne dit rien, mais observe toutes les étapes pour pouvoir raconter le tout avec nombre détails au sein de cette histoire. Ce n'est seulement après sa rencontre avec Jérémy que les passages sur les escapades du narrateur m'ont réellement intéressé. J'ai donc passé un bon moment de lecture avec ce récit qui n'apporte pas forcément de nouvelles thématiques mais qui décrit très bien celles avancées et explorées, avec tout la beauté et le naturel dont faire preuve style de Philippe Besson. Par contre, comme dans La Trahison de Thomas Spencer, je suis assez déçue que la fin soit si prévisible, surtout quand l'auteur prévient dès l'incipit que quelque chose d'éminent va se produire. Et même si j'aurais aimé être plus surprise, je n'ai pas non plus apprécié toute la rapidité dont l'histoire fait preuve pour se conclure. J'ai ressenti cette fin comme bâclée, pas assez approfondie et décrite contrairement au reste du récit. Je ressors donc de ce livre un peu déçue par cette fin tout en ayant apprécié tout ce que l'auteur explore tout au long de son roman. Et ça m'a donné évidemment envie de continuer sur ma lancée, avec sûrement Vivre vite, une biographie de l'icône James Dean.
          Lire la suite
          En lire moins
        • clauclau28 Posté le 17 Mars 2017
          La "maison Atlantique", c'est la maison familiale où le père est si longtemps absent pour son fils ; c'est la maison que la mère a choisie : une mère absente aussi, par la force des choses, elle est morte de chagrin un an après son divorce. La "maison Atlantique, c'est l'endroit où le narrateur revient passer ses vacances lorsqu'il a dix-huit ans, dont le but est de le rapprocher de son père. Pourtant, une tension s'instaure entre les deux hommes. p 66 " Ces vacances qui avaient pour objectif de nous rapprocher à défaut de nous souder étaient en train de nous séparer un peu plus. " De nouveaux voisins, Cécile et Raphaël, s'installent dans la maison d'à côté qu'ils louent pour trois semaines. Le père du narrateur veut de prime abord séduire Cécile. Cet homme est un véritable Dom Juan et s'oppose à la fragilité de son fils. Cécile et lui n'ont rien en commun, et c'est justement ce qui les rapproche. Alors s'installe entre eux une histoire adultérine dont Raphaël n'est évidemment pas au courant. Que deviendra cette histoire à trois personnages : la femme, l'amant et le mari trompé, histoire que l'on retrouve dans bien des romans ? Et... La "maison Atlantique", c'est la maison familiale où le père est si longtemps absent pour son fils ; c'est la maison que la mère a choisie : une mère absente aussi, par la force des choses, elle est morte de chagrin un an après son divorce. La "maison Atlantique, c'est l'endroit où le narrateur revient passer ses vacances lorsqu'il a dix-huit ans, dont le but est de le rapprocher de son père. Pourtant, une tension s'instaure entre les deux hommes. p 66 " Ces vacances qui avaient pour objectif de nous rapprocher à défaut de nous souder étaient en train de nous séparer un peu plus. " De nouveaux voisins, Cécile et Raphaël, s'installent dans la maison d'à côté qu'ils louent pour trois semaines. Le père du narrateur veut de prime abord séduire Cécile. Cet homme est un véritable Dom Juan et s'oppose à la fragilité de son fils. Cécile et lui n'ont rien en commun, et c'est justement ce qui les rapproche. Alors s'installe entre eux une histoire adultérine dont Raphaël n'est évidemment pas au courant. Que deviendra cette histoire à trois personnages : la femme, l'amant et le mari trompé, histoire que l'on retrouve dans bien des romans ? Et quel rôle va jouer le narrateur ? Ce livre est plus tendu qu'un geyser sur le point de jaillir, un volcan dont la lave est prêt à couler, une bouteille de champagne que l'on débouche. Et on sent venir une fin tumultueuse. Mais laquelle ? C'est mon premier Besson et j'en relirai d'autres. J'ai bien aimé, mais je n'irai pas jusqu'à l'adoration car l'on pressent une fin houleuse depuis presque le début. Cependant, la tension que l'auteur maintient du début à la fin est le point fort du roman, un roman fort au style tout à fait particulier : le récit se fabrique à coup^de phrases courtes et percutantes grâce à l'utilisation de mot précisément choisis. C'est en véritable orfèvre que Philippe Besson écrit ce roman contemporain.
          Lire la suite
          En lire moins
        • Seraphita Posté le 16 Octobre 2016
          C’est dans la maison atlantique, résidence de vacances en bord de mer, que la mère du narrateur est morte. Un excès de vide, un débordement de désespoir sont venus clôturer son existence. Et pourtant, son père va contraindre son fils à de nouvelles vacances en ce lieu trop chargé de souvenirs. Le narrateur tisse une rancœur sourde et une haine tenace à son égard. Oisif, il cultive son talent d’observateur des mœurs de cet homme qu’il hait. Et il remarque sans peine un ballet à quatre voix, quatre corps, le sien compris, entre la maison atlantique et celle d’en face où un couple a élu domicile pour le temps éphémère de l’été. Derrière le tranquille bonheur des jours vacants, une vengeance lente va s’ourdir… « La maison atlantique » est un roman écrit par Philippe Besson, auteur de « L’Arrière-saison » et de « De là, on voit la mer ». Dès le départ, l’auteur annonce la fin, sans fioritures. Cette certitude ne gâche en rien la lecture mais génère un mystère qui incite à tourner les pages de ce bref roman (un peu plus de 200 pages) pour connaître les modalités de l’issue. Cependant cette clôture annoncée a son revers... C’est dans la maison atlantique, résidence de vacances en bord de mer, que la mère du narrateur est morte. Un excès de vide, un débordement de désespoir sont venus clôturer son existence. Et pourtant, son père va contraindre son fils à de nouvelles vacances en ce lieu trop chargé de souvenirs. Le narrateur tisse une rancœur sourde et une haine tenace à son égard. Oisif, il cultive son talent d’observateur des mœurs de cet homme qu’il hait. Et il remarque sans peine un ballet à quatre voix, quatre corps, le sien compris, entre la maison atlantique et celle d’en face où un couple a élu domicile pour le temps éphémère de l’été. Derrière le tranquille bonheur des jours vacants, une vengeance lente va s’ourdir… « La maison atlantique » est un roman écrit par Philippe Besson, auteur de « L’Arrière-saison » et de « De là, on voit la mer ». Dès le départ, l’auteur annonce la fin, sans fioritures. Cette certitude ne gâche en rien la lecture mais génère un mystère qui incite à tourner les pages de ce bref roman (un peu plus de 200 pages) pour connaître les modalités de l’issue. Cependant cette clôture annoncée a son revers : la tonalité dramatique est trop appuyée, ce qui donne à l’intrigue une dimension théâtrale excessive. L’écriture est incisive, le style soigné à l’extrême. Les chapitres courts sont écrits du point de vue du jeune homme, traversé par les tourments de l’adolescence auxquels se rajoute le drame de la perte de sa mère. Philippe Besson a l’art des intrigues dans lesquelles l’anodin (son apparence, tout du moins) tient le premier rôle. C’est un roman psychologique subtil, où l’essentiel se déroule en toile de fond, dans l’esprit tourmenté d’un adolescent qui a perdu sa mère. L’intensité dramatique ne décroît jamais au fil des pages, jusqu’à l’éclosion finale, l’acmé brutale à laquelle l’ensemble avait préparé le lecteur. « La maison atlantique » prend la forme d’un huis clos intense, ramassé. Ce roman dresse le procès sans concession d’un père égoïste en un réquisitoire implacable.
          Lire la suite
          En lire moins
        • fflo Posté le 2 Juillet 2016
          En peu de mots Philippe Besson nous immerge dans l'ambiance crépusculaire de ce drame familial. La tension monte au fil des courts chapitres, tout se met en place pour que le fils assouvisse sa haine du père, mais par procuration. Je n'ai pu lâcher ce livre qu'arrivée à la dernière page. Quel plaisir! C'est rare.
        Lisez inspiré avec 10/18 !
        Voyagez hors des sentiers battus, loin d'une littérature conventionnelle et attendue…
        Notre politique relative aux données personnelles est accessible dans nos CGU.
        Vous pouvez exercer vos droits d’accès, de rectification, d’effacement, de limitation, de portabilité et d’opposition au traitement de vos données à caractère personnel dans les conditions fixées par la loi informatique et libertés du 6 janvier 1978 selon les modalités de notre politique de confidentialité.