RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            La Maison au bord de la nuit

            Pocket
            EAN : 9782266285087
            Code sériel : 17202
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 576
            Format : 108 x 177 mm
            La Maison au bord de la nuit

            Marion ROMAN (Traducteur)
            Date de parution : 03/05/2018
            Castellamare. C’est un caillou perdu, au large de Syracuse. Une île de légendes et de malédictions. Là, le jeune médecin Amadeo Esposito trouvera son premier poste. Et posera pour toujours ses valises. Malgré les tranchées de 1914, malgré le fascisme, les ragots, les scandales, celui qui naquit à Florence sans... Castellamare. C’est un caillou perdu, au large de Syracuse. Une île de légendes et de malédictions. Là, le jeune médecin Amadeo Esposito trouvera son premier poste. Et posera pour toujours ses valises. Malgré les tranchées de 1914, malgré le fascisme, les ragots, les scandales, celui qui naquit à Florence sans parents ni famille y fondera la sienne – les siennes… C'est ici, dans la Maison Au Bord de la Nuit, que trois générations d'Esposito vont vivre, mourir, aimer, se déchirer, s'effondrer et se relever, sous le regard de la sainte patronne locale, Sant'Agata, toujours prompte à réaliser quelques miracles...

            « À grandes touches impressionnistes et colorées, Catherine Banner peint un tableau inoubliable de l'Italie de 1914 à 2009, au fil de cette foisonnante saga familiale. Le tourbillon de la vie et le vent de l'Histoire. » Marie Rogatien – Le Figaro Magazine
            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782266285087
            Code sériel : 17202
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 576
            Format : 108 x 177 mm
            Pocket
            8.60 €
            Acheter

            Ils en parlent

            " À grandes touches impressionnistes et colorées, Catherine Banner peint un tableau inoubliable de l'Italie de 1914 à 2009, au fil de cette foisonnante saga familiale. Le tourbillon de la vie et le vent de l'Histoire." Marie Rogatien - Le Figaro Magazine
            "Captivant !" Cosmopolitan


             

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • Mariecke Posté le 4 Avril 2019
              Au début je craignais que le livre ne reste dans le registre du conte. Mais après une centaine de pages, l'histoire familiale commence vraiment. On apprécie de suivre les personnages de génération en génération. L'auteur pose aussi la question de la transmission des conflits des parents aux enfants, alors que ces derniers ne sont pas concernés. L'influence du fascisme sur la vie des habitants est aussi suivie tout au long du roman, ce qui en fait une belle peinture italienne. Enfin, le ton et le phrasé de l'auteur se rapproche souvent de Pagnol et instille une petite voix chantante dans nos esprits brumeux. Un excellent moment de lecture !
            • 19chantal Posté le 16 Mars 2019
              Saga italienne sur 4 générations. Cela se passe sur une petite île au large de Syracuse. C'est sympathique mais je suis un peu passée à côté.
            • Beatrice258 Posté le 12 Mars 2019
              Magnifique saga et description superbe de l'île ... Ce roman est tellement bien écrit, qu’on visualise parfaitement cette île perdue au large de Syracuse en Sicile. L’histoire débute en 1914 et se termine de nos jours en 2010. J’ai beaucoup apprécié les personnages féminins avec des caractères très forts. L’écriture est fluide donc un véritable moment de plaisir. Les faits historiques sur la montée du fascisme avec Mussolini, chemises brunes etc.. sont très bien intégrés et documentés. (Bon travail de recherche de la part de l’auteur). Et puis l’attachement viscéral des habitants pour leur île qu’ils y soient nés, ou d’adoption, comme Amedeo le médecin qui y débarquera en 1914 ou plus tard, cet anglais, Robert. Ce petit bout de rocher, ce bar « Au Bord de la Nuit » connaîtra des périodes tourmentées : tantôt très pauvres, puis fastes, dans cet Italie rurale et populaire où tout y est forcément plus prononcé encore, car c’est sur une île isolée que tout se déroule. Seul petit bémol, c’est la répétition infinie (inutile pour moi) en italique de mots italiens : boulettes de riz frites, limoncello, arancello, joueur de scoppa etc..qui m’ont légèrement dérangés. En conclusion , ce roman achevé me laisse une impression de délicieuse nostalgie. J’ai la chance de... Magnifique saga et description superbe de l'île ... Ce roman est tellement bien écrit, qu’on visualise parfaitement cette île perdue au large de Syracuse en Sicile. L’histoire débute en 1914 et se termine de nos jours en 2010. J’ai beaucoup apprécié les personnages féminins avec des caractères très forts. L’écriture est fluide donc un véritable moment de plaisir. Les faits historiques sur la montée du fascisme avec Mussolini, chemises brunes etc.. sont très bien intégrés et documentés. (Bon travail de recherche de la part de l’auteur). Et puis l’attachement viscéral des habitants pour leur île qu’ils y soient nés, ou d’adoption, comme Amedeo le médecin qui y débarquera en 1914 ou plus tard, cet anglais, Robert. Ce petit bout de rocher, ce bar « Au Bord de la Nuit » connaîtra des périodes tourmentées : tantôt très pauvres, puis fastes, dans cet Italie rurale et populaire où tout y est forcément plus prononcé encore, car c’est sur une île isolée que tout se déroule. Seul petit bémol, c’est la répétition infinie (inutile pour moi) en italique de mots italiens : boulettes de riz frites, limoncello, arancello, joueur de scoppa etc..qui m’ont légèrement dérangés. En conclusion , ce roman achevé me laisse une impression de délicieuse nostalgie. J’ai la chance de pouvoir m’y replonger régulièrement car j’habite près de la frontière italienne et par bonheur lors de ces escapades régulières dans ces petits villages (du Nord de l’Italie mais peu importe) je retrouve tellement de similitudes avec « la maison au bord de la nuit » l’odeur des bougainvilliers, les couleurs locales, les habitants, les vieilles maisons et ruelles , les délicieux et très simples mets dont les arancinis et aussi quelques vieux bars, très typiques, où se déroulent toujours les fameuses parties de scoppa très animées entre les anciens. Un merveilleux livre que je recommande vivement.
              Lire la suite
              En lire moins
            • MAPATOU Posté le 12 Février 2019
              Catherine Banner est une auteure à succès pour les jeunes adultes. « La maison au bord de la nuit » est son premier roman. Je suis tombée sous le charme de son histoire dès les premières pages. Car bien qu’elle soit anglaise, l’auteure dépeint à merveille les paysages et les tempéraments plutôt fougueux des habitants de la petite île de Castellamare, caillou semé au large de la Sicile, peut-être par un des personnages des légendes qui y sont racontées. En janvier 1875, est déposé à l’orphelinat de Florence un nourrisson de sexe masculin. Prénommé Amedéo, et grâce au soutien du médecin de l’orphelinat qui sera son tuteur, il devient médecin de campagne. Après les horreurs de la Première Guerre Mondiale, Amedéo ne trouve comme poste de médecin que celui qui vient d’être créé sur la toute petite île de Castallemare. Amedéo y débarque le jour de la Fête de la Sant’Agata, la sainte locale pourvoyeuse de miracles : » La place était en proie à un joyeux chaos. Des femmes se pressaient, portant à bout de bras de grands plateaux chargés de poissons. On versait le vin à co- pieuses rasades, des mélodies carnavalesques qu’on égrenait à la guitare et à l’organetto emplissaient... Catherine Banner est une auteure à succès pour les jeunes adultes. « La maison au bord de la nuit » est son premier roman. Je suis tombée sous le charme de son histoire dès les premières pages. Car bien qu’elle soit anglaise, l’auteure dépeint à merveille les paysages et les tempéraments plutôt fougueux des habitants de la petite île de Castellamare, caillou semé au large de la Sicile, peut-être par un des personnages des légendes qui y sont racontées. En janvier 1875, est déposé à l’orphelinat de Florence un nourrisson de sexe masculin. Prénommé Amedéo, et grâce au soutien du médecin de l’orphelinat qui sera son tuteur, il devient médecin de campagne. Après les horreurs de la Première Guerre Mondiale, Amedéo ne trouve comme poste de médecin que celui qui vient d’être créé sur la toute petite île de Castallemare. Amedéo y débarque le jour de la Fête de la Sant’Agata, la sainte locale pourvoyeuse de miracles : » La place était en proie à un joyeux chaos. Des femmes se pressaient, portant à bout de bras de grands plateaux chargés de poissons. On versait le vin à co- pieuses rasades, des mélodies carnavalesques qu’on égrenait à la guitare et à l’organetto emplissaient l’air nocturne. (…) Sur une estrade, on avait dressé une grande sculpture de plâtre peint à l’effigie d’une sainte, une femme à l’épaisse tresse noire et au regard effrayant, embrasé par le feu de cent bougies rouges. (…) Il lui semblait assister à un phénomène merveilleux, magique et réso- lument inédit, et il s’y engagea comme dans une mer accueillante. » Amedéo va tomber aussitôt sous le charme de l’île. Il y trouvera l’amour en la personne de Pina avec laquelle il va créer une famille. « La maison au bord de la nuit » est le récit de cette saga familiale avec ses joies, ses peines, ses tourments et tragédies (notamment celles induites par le courant de l’Histoire), ses départs. On suit avec bonheur les parcours des descendants d’Amedéo jusqu’à sa petite fille Lena. J’ai ADORE ce roman !
              Lire la suite
              En lire moins
            • Klinya Posté le 27 Décembre 2018
              A lire, ne vous gênez pas ! L'Histoire d'un homme, non d'une femme, non d'une île plutôt. Une nouvelle familiale pleine de légendes, de rebondissements, de trahison et de passion. Dans la même lignée que la Maison aux esprits que j'ai lu précédemment. C'est très bien écrit, rapide à lire et très sympathique :) !
            Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
            Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.