RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            La maison au bout du monde

            10/18
            EAN : 9782264068675
            Code sériel : 5110
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 480
            Format : 108 x 177 mm
            La maison au bout du monde

            Rémi CASSAIGNE (Traducteur)
            Collection : Domaine Policier
            Date de parution : 15/09/2016
            Deux ans ont passé depuis qu’Erick Winter a échappé à la mort. Il rentre en Suède pour une nouvelle enquête : une femme et ses deux enfants viennent d’être retrouvés assassinés. Seul un nourrisson a survécu au massacre. Pourquoi le meurtrier l’a-t-il épargné ? 
            Erik Winter a failli mourir noyer au fond d’une piscine de la Costa del Sol. Après deux ans de repos, il souffre toujours d’un implacable acouphène. Il vient de rentrer en Suède afin de reprendre son travail et a laissé derrière lui sa famille en Espagne. Son retour est intense :... Erik Winter a failli mourir noyer au fond d’une piscine de la Costa del Sol. Après deux ans de repos, il souffre toujours d’un implacable acouphène. Il vient de rentrer en Suède afin de reprendre son travail et a laissé derrière lui sa famille en Espagne. Son retour est intense : la ville est paralysée par le froid et il doit faire face à un premier crime des plus monstrueux : une femme et deux enfants ont été assassinés dans une villa de banlieue. Le seul survivant de cette scène d’horreur est un nourrisson retrouvé dans la maison. Le bébé est mal en point. Une foule de questions s’imposent alors aux enquêteurs. Pourquoi personne n’a-t-il donné l’alarme ? Pourquoi le bébé a-t-il été épargné ? Et enfin, comment a-t-il survécu tout ce temps ? 
            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782264068675
            Code sériel : 5110
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 480
            Format : 108 x 177 mm
            10/18
            9.10 €
            Acheter

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • Entournantlespages Posté le 10 Mai 2018
              Avec cette maison quelque peu isolée des autres, cette ville enneigée, cette aire de jeux givrée, j’avais bien envie d’un chocolat chaud ! J’ai totalement été immergée au sein de cette ville suédoise décrite par l’auteur avec divers détails.Et si l’intrigue se déroule autour d’une enquête criminelle, l’histoire s’articule réellement autour des personnages qui prennent une place essentielle, qu’ils soient enquêteurs, témoins ou présumés coupables. Après deux ans de repos en Espagne, Erik Winter est prêt à reprendre du service en tant que commissaire. Laissant alors sa femme et ses deux filles au soleil, il retourne dans le froid suédois afin de prendre part à la nouvelle affaire que prennent en main ses collègues. La Maison au bout du chemin est le onzième roman mettant en scène Erik Winter et ses collègues, donc ne vous étonnez pas si vous peinez à comprendre parfois les liens entre les personnages si, comme moi, vous n’avez jamais lu de livres d’Åke Edwardson. Appelés tantôt par leur prénom, tantôt par le nom de famille, j’ai parfois eu du mal à ne pas mélanger les identités au sein de l’équipe de police dirigée par Fedrik Halders et à comprendre les diverses relations. Mais même si... Avec cette maison quelque peu isolée des autres, cette ville enneigée, cette aire de jeux givrée, j’avais bien envie d’un chocolat chaud ! J’ai totalement été immergée au sein de cette ville suédoise décrite par l’auteur avec divers détails.Et si l’intrigue se déroule autour d’une enquête criminelle, l’histoire s’articule réellement autour des personnages qui prennent une place essentielle, qu’ils soient enquêteurs, témoins ou présumés coupables. Après deux ans de repos en Espagne, Erik Winter est prêt à reprendre du service en tant que commissaire. Laissant alors sa femme et ses deux filles au soleil, il retourne dans le froid suédois afin de prendre part à la nouvelle affaire que prennent en main ses collègues. La Maison au bout du chemin est le onzième roman mettant en scène Erik Winter et ses collègues, donc ne vous étonnez pas si vous peinez à comprendre parfois les liens entre les personnages si, comme moi, vous n’avez jamais lu de livres d’Åke Edwardson. Appelés tantôt par leur prénom, tantôt par le nom de famille, j’ai parfois eu du mal à ne pas mélanger les identités au sein de l’équipe de police dirigée par Fedrik Halders et à comprendre les diverses relations. Mais même si certaines références des romans précédents sont disséminés au fil du récit, il n’est finalement pas très difficile de s’y retrouver. Winter, Halders, Öberg, Hoffner et les autres vont alors tenter d’élucider un nouveau meurtre affreux. Alertés par un voisin, les policiers sont prévenus de la mort suspecte d’une femme et de ses deux enfants. Le nourrisson est le seul survivant de cette tuerie. Le mari en déplacement possède-t-il réellement un alibi ? La victime entretenait-elle une liaison ? Une histoire de vengeance ou de hasard ? Winter et ses collègues vont tout entreprendre pour faire toute la lumière sur cette affaire. Et pour cela, ils commencent un travail minutieux où ils vont tenter d’aller au plus près de la psychologie du tueur en se posant les bonnes questions. Les méthodes de déduction et de travail de l’enquête sont très peu tournées vers les techniques scientifiques mais davantage vers l’imagination et la déduction des différents enquêteurs et surtout d’Erik Winter. Ils s’imprègnent du meurtre, des circonstances, des indices et potentiels mobiles. Minutieusement, ils retournent plusieurs fois dans la maison, interrogent de nouveau les mêmes suspects jusqu’à découvrir tous les détails, les mystères. Ce roman policier ne repose donc pas sur l’action et un dynamisme fou à coups de retournements de situation et de révélations chocs mais plutôt sur un modèle de répétition jusqu’à récupérer les bonnes informations et des témoignages utiles pour l’avancement de l’enquête. Les policiers grattent jusqu’à la moelle les différents alibis et mobiles en jouant sur les mots, en rentrant frontalement dans leurs interlocuteurs qu’il faut pousser dans leurs retranchements afin qu’ils délivrent des réponses utiles. Les dialogues comme la narration suivent également ce schéma avec des répétitions, des phrases courtes, beaucoup de questions. Le style est bien particulier, spécifique à l’auteur. On a l’impression d’entrer réellement dans la tête des personnages, de naviguer entre leurs différentes réflexions qui peuvent partir dans tous les sens. En s’accrochant bien, il est facile de se laisser porter par ce flot de questions, d’observations, de souvenirs,… même si je me suis parfois sentie perdue face aux références faites sur les précédents livres que je n’ai pas lu. Erik Winter est réellement au centre du récit avec des épisodes de son passé racontés et une histoire familiale actuelle bien développée. En parallèle de l’enquête principale, un personnage fait rapidement une entrée remarquée par son caractère peu appréciable. Raciste, homophobe, fermé d’esprit et prêt à en découdre par la violence, il semble être le suspect parfait. J’ai apprécié suivre ce protagoniste ambigu sur lequel on s’interroge à propos de ses agissements face à la police et à face à sa vie personnelle. Je ressors donc contente de cette lecture et de son atmosphère particulière qui, j’espère, ressemble à celles des autres romans de l’écrivain. J’ai maintenant envie de découvrir davantage la bibliographie de cet auteur suédois même si La Maison au bout du chemin ne fait pas partie de mes meilleurs romans policiers lus. Mais peut-être aurais-je un coup de cœur avec l’un des dix précédents livres mettant en scène le commissaire Erik Winter. Et si l’intrigue se déroule autour d’une enquête criminelle, l’histoire s’articule réellement autour des personnages qui prennent une place essentielle, qu’ils soient enquêteurs, témoins ou présumés coupables. Après deux ans de repos en Espagne, Erik Winter est prêt à reprendre du service en tant que commissaire. Laissant alors sa femme et ses deux filles au soleil, il retourne dans le froid suédois afin de prendre part à la nouvelle affaire que prennent en main ses collègues. La Maison au bout du chemin est le onzième roman mettant en scène Erik Winter et ses collègues, donc ne vous étonnez pas si vous peinez à comprendre parfois les liens entre les personnages si, comme moi, vous n’avez jamais lu de livres d’Åke Edwardson. Appelés tantôt par leur prénom, tantôt par le nom de famille, j’ai parfois eu du mal à ne pas mélanger les identités au sein de l’équipe de police dirigée par Fedrik Halders et à comprendre les diverses relations. Mais même si certaines références des romans précédents sont disséminés au fil du récit, il n’est finalement pas très difficile de s’y retrouver.
              Lire la suite
              En lire moins
            • GB Posté le 24 Juillet 2017
              Bonne enquête bien menée, mais certains personnages, dont Sandra, sont un peu inachevés. On referme le livre avec des questions sans réponses. Dommage!!!
            • FredocheR Posté le 26 Avril 2017
              Je ne connaissais absolument pas l'auteur, ni a fortiori le héros de ce bouquin, mais j'ai été conquise par la construction de cette histoire, cette façon de juxtaposer les angles narratifs. C'est assez déstabilisant au début de la lecture, mais cela fait finalement le principal intérêt du bouquin, au final. Même si l'intrigue reste très bien menée, c'est le style qui m'a conquise.
            • chris973 Posté le 7 Novembre 2016
              Erik Winter a failli se noyer au fond d'une piscine de la Costa del Sol et, après deux ans de repos Il vient de laisser sa famille en Espagne pour reprendre son travail en Suède. Göteborg est paralysée par le froid, ce qui n'empêche pas les crimes : une femme et deux enfants assassinés dans une villa de banlieue. Un nourrisson est également retrouvé dans la maison, en vie, mais mal en point. Personne ne semble avoir vu ou entendu quoi que ce soit. Winter retrouve ses vieilles habitudes (entre autre l'alcool) mais saura mener à bien cette enquête. Par contre il a (ou son auteur) certaines obsessions : le jazz notamment. Quand j'avais 15 ans dans ces années 60 moi c'était le MJQ, Ray Charles, les grands orchestres, Duke, le Count, les jazz messengers Horace Silver, Hancock, Peterson ...Miles mais j'avais du mal avec certains et notamment Coltrane. Or Winter est obsédé par John et notamment son album "a love supreme" édité en 1964 alors que Winter avait 4 ans . (Coltrane est décédé en 1967). Et pourtant dans cette enquête Winter va en parler ... au moins 22 fois ! J'ai voulu réécouter l'album; je suis donc allé sur... Erik Winter a failli se noyer au fond d'une piscine de la Costa del Sol et, après deux ans de repos Il vient de laisser sa famille en Espagne pour reprendre son travail en Suède. Göteborg est paralysée par le froid, ce qui n'empêche pas les crimes : une femme et deux enfants assassinés dans une villa de banlieue. Un nourrisson est également retrouvé dans la maison, en vie, mais mal en point. Personne ne semble avoir vu ou entendu quoi que ce soit. Winter retrouve ses vieilles habitudes (entre autre l'alcool) mais saura mener à bien cette enquête. Par contre il a (ou son auteur) certaines obsessions : le jazz notamment. Quand j'avais 15 ans dans ces années 60 moi c'était le MJQ, Ray Charles, les grands orchestres, Duke, le Count, les jazz messengers Horace Silver, Hancock, Peterson ...Miles mais j'avais du mal avec certains et notamment Coltrane. Or Winter est obsédé par John et notamment son album "a love supreme" édité en 1964 alors que Winter avait 4 ans . (Coltrane est décédé en 1967). Et pourtant dans cette enquête Winter va en parler ... au moins 22 fois ! J'ai voulu réécouter l'album; je suis donc allé sur "vous"tube mais bon je n'ai pas changé tant que ça car au bout de quelques minutes j'avais atteint les limites de ma résistance. C'est peut-être pour cela que Winter a des accouphènes :-)
              Lire la suite
              En lire moins
            • LN Posté le 25 Mai 2016
              Laissé pour mort au fond de la piscine en Espagne, Winter ressuscite sous nos yeux. Il quitte cette Espagne rédemptrice qu'il habite depuis deux ans pour retrouver sa Suède glaciale et son travail. Plongé en plein cauchemar, il doit enquêter sur le meurtre d'une jeune femme et de ses deux enfants. Seul un bébé a survécu au drame. Winter se plonge dans cette enquête au rythme lancinant, se remettant doucement au diapason du pays. S'il reprend goût à la vie, profite des crevettes de Göteborg, et trouve le goût du sel unique, il souffre aussi d'acouphènes et son angoisse s'est accrue par l'expérience qu'il a vécue. Mais il est aussi devenu plus humain suite à son congé forcé : "Nous faisons de notre mieux, répéta Winter. - Pour l'écrouer ? - Pour rétablir la justice, dit Winter en se levant. Pour amener la paix sur terre. Pour nous délivrer du mal. Pour nous apprendre à nous aimer les uns les autres." p. 234 Winter rôde autour du lieu du drame, cette maison du bout du monde, s'en éloignant pour mieux y revenir, à la fois dépité et fasciné par ce lieu à part... Ce que j'ai moins aimé : Le meurtrier était bien... Laissé pour mort au fond de la piscine en Espagne, Winter ressuscite sous nos yeux. Il quitte cette Espagne rédemptrice qu'il habite depuis deux ans pour retrouver sa Suède glaciale et son travail. Plongé en plein cauchemar, il doit enquêter sur le meurtre d'une jeune femme et de ses deux enfants. Seul un bébé a survécu au drame. Winter se plonge dans cette enquête au rythme lancinant, se remettant doucement au diapason du pays. S'il reprend goût à la vie, profite des crevettes de Göteborg, et trouve le goût du sel unique, il souffre aussi d'acouphènes et son angoisse s'est accrue par l'expérience qu'il a vécue. Mais il est aussi devenu plus humain suite à son congé forcé : "Nous faisons de notre mieux, répéta Winter. - Pour l'écrouer ? - Pour rétablir la justice, dit Winter en se levant. Pour amener la paix sur terre. Pour nous délivrer du mal. Pour nous apprendre à nous aimer les uns les autres." p. 234 Winter rôde autour du lieu du drame, cette maison du bout du monde, s'en éloignant pour mieux y revenir, à la fois dépité et fasciné par ce lieu à part... Ce que j'ai moins aimé : Le meurtrier était bien celui que je suspectais depuis le début. En conclusion : La maison du bout du monde est plus un roman d'atmosphère qu'un roman que l'on lit pour le suspens ou la résolution de l'intrigue. Il offre une peinture très juste de la Suède, entre montée du racisme ordinaire et douceur de vivre.
              Lire la suite
              En lire moins
            Lisez inspiré avec 10/18 !
            Voyagez hors des sentiers battus, loin d'une littérature conventionnelle et attendue…