RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            La Maison des intentions particulières

            Pocket
            EAN : 9782266240383
            Code sériel : 15658
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 544
            Format : 108 x 177 mm
            La Maison des intentions particulières

            Laurent BURY (Traducteur)
            Date de parution : 17/03/2016
            Russie, 1915. Un acte de bravoure a fait passer en un instant le jeune Gueorgui de simple moujik à garde du corps du tsarévitch, le jeune Alexeï. Il quitte alors son petit village de Kachine et la rudesse du monde paysan pour les fastes du palais d’Hiver à Saint-Pétersbourg.
            Désormais, son...
            Russie, 1915. Un acte de bravoure a fait passer en un instant le jeune Gueorgui de simple moujik à garde du corps du tsarévitch, le jeune Alexeï. Il quitte alors son petit village de Kachine et la rudesse du monde paysan pour les fastes du palais d’Hiver à Saint-Pétersbourg.
            Désormais, son destin est lié à celui, tragique, des Romanov. C’est un nouveau monde qui s’ouvre à lui, côtoyant quotidiennement la famille du tsar et, surtout, la belle Anastasia.
            Mais la révolution approche et va s’écrire dans le sang. Obligé de fuir, Gueorgui emportera avec lui bien plus que ses souvenirs de la Russie impériale...

            « Un récit excitant et enlevé... à l'intrigue habile et aux dialogues puissants. Fascinant. » The Times
            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782266240383
            Code sériel : 15658
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 544
            Format : 108 x 177 mm
            Pocket
            8.10 €
            Acheter

            Ils en parlent

            « Un roman idéal pour s'évader. » Avantages
            « Un tour de force, aussi grandiose qu’intime, mais avant tout un merveilleux récit. » John Banville
            « John Boyne aborde les histoires les plus importantes avec un œil tout à fait neuf. Il ne recule pas devant la pénombre et arrive toujours à trouver la lumière qui  était là depuis le début. Il nous emmène dans le royaume de l’histoire et rend le voyage saisissant, poignant, réel. Il est à ranger parmi les grands artisans de la littérature contemporaine. » Colum McCann
            « Boyne a un contrôle total du rythme et du rebondissement. Un travail en écho parfait avec notre temps. » The Irish Times
            « Aucun auteur irlandais, à part peut-être (feu) Brian Moore, ne possède cette aisance à recréer de différentes époques historiques comme John Boyne. Boyne est un conteur né… Ce roman est intriguant, mesuré et plein d’émotion, imprégné d’un sens désuet de la fidélité. » Sunday Independant
            « Un récit excitant et enlevé… à l’intrigue habile et aux dialogues puissants. Fascinant et extrêmement satisfaisant. » The Times (UK)
            « Boyne écrit avec une parfaite aisance et peint particulièrement bien le monde des Romanov. » The Independant
             
            « Un roman merveilleux, à multiples niveaux, écrit avec esprit et tendresse… Hypnotisant. » The Irish Examiner
            « Un récit qui vous attrape… Boyne a peint avec talent un personnage de chair et de sang. » Daily Express
             

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • Mezou Posté le 3 Juillet 2016
              Avant toute chose, il faut savoir que ce livre est sorti sous le nom de La maison Ipatiev il y a quelques temps, et qu'il a été renommé La Maison des intentions particulières cette année seulement lors de sa réédition. On y retrouve en parallèle deux histoires liées par un même homme : Gueorgui, à deux stades de sa vie : en 1917, alors qu'il n'était qu'un adolescent, et en 1981, devenu un vieil homme. Au fil de l'histoire, le temps défile en 1917 et recule en 1981, pour finalement que les deux histoires se rejoignent au moment où tout se bouscule, au moment décisif, au moment où le livre prend tout son sens. J'ai adoré cette chronologie-là. Ça cultivait un certain mystère, ça posait beaucoup de questions : quand le décompte va-t-il s'arrêter ? Quand est-ce que tout va s’éclaircir ? Parce que le gros point fort du livre, c'est justement ça : on connait le début, on connait la fin, et pourtant l'auteur arrive à gérer un certain suspense et à nous faire découvrir des choses petit à petit. C'était la première fois que ça m'arrivait avec John Boyne : j'ai deviné le truc, le retournement, ce qui... Avant toute chose, il faut savoir que ce livre est sorti sous le nom de La maison Ipatiev il y a quelques temps, et qu'il a été renommé La Maison des intentions particulières cette année seulement lors de sa réédition. On y retrouve en parallèle deux histoires liées par un même homme : Gueorgui, à deux stades de sa vie : en 1917, alors qu'il n'était qu'un adolescent, et en 1981, devenu un vieil homme. Au fil de l'histoire, le temps défile en 1917 et recule en 1981, pour finalement que les deux histoires se rejoignent au moment où tout se bouscule, au moment décisif, au moment où le livre prend tout son sens. J'ai adoré cette chronologie-là. Ça cultivait un certain mystère, ça posait beaucoup de questions : quand le décompte va-t-il s'arrêter ? Quand est-ce que tout va s’éclaircir ? Parce que le gros point fort du livre, c'est justement ça : on connait le début, on connait la fin, et pourtant l'auteur arrive à gérer un certain suspense et à nous faire découvrir des choses petit à petit. C'était la première fois que ça m'arrivait avec John Boyne : j'ai deviné le truc, le retournement, ce qui me cause habituellement avec ses livres le traditionnel choc. Et ça, c'est à cause de quelque chose que je dirais pas (ce serait presque du spoil, si je ne dis rien peut-être que ça passera inaperçu pour vous), qui a été vraiment mal choisi selon moi. Donc juste un avertissement : ne cherchez pas trop sur Internet d'info sur le livre pendant votre lecture, n'allez pas préparer votre chronique par avance ou quelque chose comme ça. Cependant, ça n'a pas gâché ma lecture, puisqu'il restait tout de même la question principale : pourquoi ? L'aspect historique du livre est très intéressant, même si j'aurais aimé être encore plus plongée dans la révolution russe, même si cela prend déjà de la place dans l'histoire ! Quant à la romance, malgré un début un peu facile à mon avis, je crois que c'est une des plus belles histoires d'amour que j'ai lue. Loin de là les déclarations passionnées, le romantisme à toute épreuve et les scènes mignonnes toutes les trois pages, pourtant l'auteur montre ici l'amour d'une manière toute aussi belle. Gueorgui est selon moi un personnage très original, sans que je sache pourquoi. Peut-être parce que je l'ai vu rajeunir et vieillir en même temps, et que ça m'a donné une idée très particulière sur son évolution dans la vie, mais je l'ai trouvé très intéressant et attachant. Il a une vision unique du monde qui l'entoure, et j'ai vraiment aimé découvrir la vie avec ses yeux, même s'il n'était pas toujours des plus optimistes (en fait, il est même carrément pessimiste). L'histoire est surtout basée sur lui, même si on découvre d'autres personnages importants pour lui et pour l'histoire, tout reste très axé sur lui-même et c'est un peu dommage parce que j'aurais aimé en apprendre plus sur certains. Malgré tout, Zoïa m'a beaucoup touchée et émue, c'est un personnage pour qui j'éprouve autant d'admiration que de pitié et qui va rester dans un coin de ma tête un moment encore, je pense. J'ai besoin de parler de l'écriture de John Boyne, vraiment ? Comme d'habitude j'ai adoré, c'est très fluide tout en étant percutant, beau tout en étant horrible. J'ai fini ce livre un soir, et ça m'a un peu déprimée sur le coup, la fin reste une fin dans son style, quoique moins choquante et plus attendue que les autres. Ce qui m'a rendue morose aussi c'est le sentiment très négatif sur le fait de vieillir qu'a Gueorgui, au moment où j'ai fini le livre j'aurais bien voulu m'en passer, mais avec du recul, je crois que c'est nécessaire et que ça a un sens pour ce personnage. C'était donc une très bonne lecture pour moi, je vous la recommande mille fois ! Quant à moi, je vais lire les deux derniers livres de John Boyne traduits en français le plus vite possible.
              Lire la suite
              En lire moins
            • Adeuxlignes Posté le 14 Juin 2016
              Je n'ai pas trop d'affinités avec la Russie et les intrigues qui s'y passent en général ... J'ai lu Anna Karénine une fois, j'ai essayé de m'intéresser à Dostoïevski aussi, sans véritable coup de cœur. J'ai choisi cet ouvrage à la librairie pour son auteur, John Boyne sans trop m'attarder sur la quatrième de couverture ni sur la première d'ailleurs ... J'ai découvert et encensé John Boyne lors de la lecture du garçon en pyjama rayé, que je vous encourage à découvrir. Ici, l'auteur nous propose l'histoire d'un personnage très attachant comme il sait apparemment très bien les construire. Gueorgui Daniilovitch, né dans une famille modeste, sauve la vie du grand duc Nicolas Nicolaïevitch ce qui lui vaut de devenir le protecteur du tsarévitch Alexeï. Commence alors pour lui une vie nouvelle entre les murs dorés du palais d'hiver de Saint-Pétersbourg que l'auteur nous narre avec talent et dextérité. En effet, Boyne nous raconte cette histoire en rythmant habilement son récit ; il alterne les chapitres qui exposent l'adolescence de Gueorgui et sa vie adulte si bien que l'on a de la peine à devoir refermer le livre avide de connaître la suite ... La chronologie ainsi entrecoupée harmonise efficacement toute l'intrigue. Ce roman... Je n'ai pas trop d'affinités avec la Russie et les intrigues qui s'y passent en général ... J'ai lu Anna Karénine une fois, j'ai essayé de m'intéresser à Dostoïevski aussi, sans véritable coup de cœur. J'ai choisi cet ouvrage à la librairie pour son auteur, John Boyne sans trop m'attarder sur la quatrième de couverture ni sur la première d'ailleurs ... J'ai découvert et encensé John Boyne lors de la lecture du garçon en pyjama rayé, que je vous encourage à découvrir. Ici, l'auteur nous propose l'histoire d'un personnage très attachant comme il sait apparemment très bien les construire. Gueorgui Daniilovitch, né dans une famille modeste, sauve la vie du grand duc Nicolas Nicolaïevitch ce qui lui vaut de devenir le protecteur du tsarévitch Alexeï. Commence alors pour lui une vie nouvelle entre les murs dorés du palais d'hiver de Saint-Pétersbourg que l'auteur nous narre avec talent et dextérité. En effet, Boyne nous raconte cette histoire en rythmant habilement son récit ; il alterne les chapitres qui exposent l'adolescence de Gueorgui et sa vie adulte si bien que l'on a de la peine à devoir refermer le livre avide de connaître la suite ... La chronologie ainsi entrecoupée harmonise efficacement toute l'intrigue. Ce roman se lit comme un passionnant cours d'Histoire. Boyne en aborde les grandes pages en y glissant parfois des réflexions engagées sur les agissements contestables des hommes ou leurs convictions légitimes. Cela donne de l'épaisseur à l'ouvrage au sens propre comme au figuré. Les personnages sont intéressants, le style est efficace, le cadre franchement attrayant, c'est très souvent émouvant ; La maison des intentions particulières est tout simplement un très très beau roman.
              Lire la suite
              En lire moins
            • Leshayah Posté le 16 Mai 2016
              Le roman s'ouvre sur les adieux déchirants d'un couple qui s'est aimé pendant plus de soixante ans. Zoïa, atteinte d'un cancer, va bientôt s'éteindre. Gueorgui, 80 ans, son mari, est complètement anéanti. C'est avec autant de tristesse que d'amour, autant de douleur que de nostalgie que Gueorgui rembobine leur vie. Partant de 1981 pour arriver au drame de la maison Ipatiev en 1918, on alterne souvenirs présents et passés grâce à un habile jeu de miroirs. Ce beau roman vous fera vivre la fin de la Russie Impériale de l'intérieur.
            Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
            Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.