Lisez! icon: Search engine
Archipoche
EAN : 9782377359554
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 600
Format : 10,8 x 17,7 mm

La malédiction du roi

Collection : Roman & évasion
Date de parution : 18/03/2021
« À travers le regard de Margaret, Philippa Gregory nous montre la transformation d’Henri VIII en un tyran despotique. Une héroïne d’exception. Une autrice au sommet de sa forme. » Sunday Express
Angleterre, 1499. Après la décapitation de son frère sur ordre d’Henri VII, Margaret Plantagenêt se retrouve l’une des dernières héritières de la maison d’York. Un nom dangereux à porter depuis que les Tudors se sont emparés du trône...

Pour assurer sa sécurité, elle épouse Richard Pole, un cousin du roi. À...
Angleterre, 1499. Après la décapitation de son frère sur ordre d’Henri VII, Margaret Plantagenêt se retrouve l’une des dernières héritières de la maison d’York. Un nom dangereux à porter depuis que les Tudors se sont emparés du trône...

Pour assurer sa sécurité, elle épouse Richard Pole, un cousin du roi. À la mort de celui-ci, veuve et sans ressources, elle ne doit son salut qu’à l’arrivée à la cour de la future souveraine, Catherine d’Aragon.

Désormais comtesse de Salisbury, Margaret devient première dame de compagnie de la reine. Au point de susciter des jalousies.

Philippa Gregory ressuscite avec maestria les heures les plus sombres de la royauté anglaise, où complots et trahisons se règlent souvent dans le sang...
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782377359554
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 600
Format : 10,8 x 17,7 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • opheliedms Posté le 8 Octobre 2021
    Je ne connaissais pas cette auteure mais après en avoir beaucoup entendu parler grâce à ses talents de conteuse, je me suis dis que je devais absolument découvrir sa plume. Et bien ce que je peux dire c'est que je n'ai pas été déçue. J'ai adoré découvrir la famille Plantagenêt et l'histoire de Margaret qui est une femme de l'ombre qui se bat pour s'en sortir. Les trahisons, la jalousie, les persécutions religieuses et la vengeance sont les thèmes récurrents de ce livre et l'autrice arrive à manier tous ces éléments avec brio, rendant la lecture vraiment additive. Margaret, 26 ans, vient de perdre son mari. Elle est une Plantagenêt d'York, considérée comme la maison rivale des Tudors. L'histoire se déroule à la mort d'Elisabeth York, mère d'Henry VIII. Margaret va suivre l'ascension de son amie Catherine d'Aragon qui va devenir reine d'Angleterre aux côtés d'Henry VIIII.  C'est une femme qui pour survivre va jusqu'à renier ses origines et faire des sacrifices douloureux afin que ses enfants puissent avoir une vie digne de ce nom. Ce nom, qui l'a fait souffrir depuis qu'elle est enfant puisqu'elle voit ses proches en mourir. Son amitié avec Catherine d'Aragon va la sauver un certain nombre de... Je ne connaissais pas cette auteure mais après en avoir beaucoup entendu parler grâce à ses talents de conteuse, je me suis dis que je devais absolument découvrir sa plume. Et bien ce que je peux dire c'est que je n'ai pas été déçue. J'ai adoré découvrir la famille Plantagenêt et l'histoire de Margaret qui est une femme de l'ombre qui se bat pour s'en sortir. Les trahisons, la jalousie, les persécutions religieuses et la vengeance sont les thèmes récurrents de ce livre et l'autrice arrive à manier tous ces éléments avec brio, rendant la lecture vraiment additive. Margaret, 26 ans, vient de perdre son mari. Elle est une Plantagenêt d'York, considérée comme la maison rivale des Tudors. L'histoire se déroule à la mort d'Elisabeth York, mère d'Henry VIII. Margaret va suivre l'ascension de son amie Catherine d'Aragon qui va devenir reine d'Angleterre aux côtés d'Henry VIIII.  C'est une femme qui pour survivre va jusqu'à renier ses origines et faire des sacrifices douloureux afin que ses enfants puissent avoir une vie digne de ce nom. Ce nom, qui l'a fait souffrir depuis qu'elle est enfant puisqu'elle voit ses proches en mourir. Son amitié avec Catherine d'Aragon va la sauver un certain nombre de fois. On ne peut qu'être admiratif de son courage et de sa détermination. C'est une mère aimante, prête à tout pour sauver les siens. Son sens de l'honneur est infaillible. En effet, elle va garder les secrets pour se sauver et maintes fois. Nous allons suivre son évolution au sein de la Cour d'Angleterre, découvrir les différents complots de l'époque en même temps que Margaret qui se doit de faire profil bas suite à l'exécution de son frère car né Plantagenêt. Son nom, elle va tenter de l'oublier, pour faire patte blanche et ne pas risquer sa vie en contrariant le roi qui connaît bien ses origines. Nous allons également découvrir les débuts d'un jeune roi hésitant et qui va se transformer en "Barbe Bleue", connu pour ses mariages successifs et ses coups de colère à faire trembler les murs du château. La pression d'Henry VIII ne cesse de croître. Il lui faut un héritier mâle afin de perpétuer le nom des Tudors. Catherine d'Aragon va tenter tant bien que mal de sauver sa peau des griffes du roi qui est persuadé qu'une malédiction s'acharne sur lui et sa descendance. L'absence d'héritier va rendre Henry VIII fou de rage car il voit bien que la famille rivale, les York, ont une descendance qui assure leur nom. Pour lui, les York sont toujours une menace. Persuadé qu'une malédiction le touche, il va se renfermer sur lui et devenir méfiant vis-à-vis de tout le monde, le rendant cruel. Nous suivons bien l'évolution du roi qui au fur et à mesure sombre dans la folie, ayant de nombreuses sautes d'humeur toutes plus violentes les unes que les autres. Avec ce livre, Philippa Gregory a su me maintenir en haleine tout le long grâce à sa plume unique et fluide. Un livre historique mêlant histoire et fiction et j'ai adoré. J'ai trouvé quelques petites longueurs mais nécessaires pour mieux comprendre les avis des gens de l'époque. Les complots et rebondissements sont bien présents, rendant la lecture dynamique : on veut savoir le fin mot de l'histoire. L'autrice arrive à nous expliquer bien en détails les enjeux de l'époque et la guerre entre les familles d'York et Tudor. Il s'agit de mon premier livre de cette autrice et certainement pas le dernier !
    Lire la suite
    En lire moins
  • Charliebbtl Posté le 12 Septembre 2021
    Le personnage d’Henri VIII est sans doute avec Elisabeth Ière l’un des plus fascinants de l’histoire de la monarchie britannique. Et c’est lui qui se retrouve sans le vouloir au cœur de ce roman de Philippa Gregory. En effet, comme elle avait pu le faire dans "La Fille du faiseur de rois", c’est à travers le regard d’un personnage « secondaire » de l’histoire, Margaret Plantagenêt, qu’on assiste à une grande partie du règne de ce roi qui bouscula le destin du royaume par ses caprices et ses frénésies amoureuses. Et ce choix est loin d’être anodin car la narratrice, en tant qu’héritière de la lignée des York, a beaucoup à reprocher aux Tudors, à commencer par la mort de son père, Georges, et surtout celle de son frère, Edouard, emprisonné sur l’ordre d’Edouard VII dès l’âge de 10 ans à la Tour de Londres, tour qu’il ne quittera que pour être décapité à 24 ans. Cependant, Margaret maîtrise l’art d’œuvrer en coulisses, d’autant que l’accès au pouvoir d’Edouard VIII est, pour elle, un signe d’espoir dans la mesure où elle est quand même celle qui a été en charge de son éducation jusqu’alors. Elle commence ainsi par se dire... Le personnage d’Henri VIII est sans doute avec Elisabeth Ière l’un des plus fascinants de l’histoire de la monarchie britannique. Et c’est lui qui se retrouve sans le vouloir au cœur de ce roman de Philippa Gregory. En effet, comme elle avait pu le faire dans "La Fille du faiseur de rois", c’est à travers le regard d’un personnage « secondaire » de l’histoire, Margaret Plantagenêt, qu’on assiste à une grande partie du règne de ce roi qui bouscula le destin du royaume par ses caprices et ses frénésies amoureuses. Et ce choix est loin d’être anodin car la narratrice, en tant qu’héritière de la lignée des York, a beaucoup à reprocher aux Tudors, à commencer par la mort de son père, Georges, et surtout celle de son frère, Edouard, emprisonné sur l’ordre d’Edouard VII dès l’âge de 10 ans à la Tour de Londres, tour qu’il ne quittera que pour être décapité à 24 ans. Cependant, Margaret maîtrise l’art d’œuvrer en coulisses, d’autant que l’accès au pouvoir d’Edouard VIII est, pour elle, un signe d’espoir dans la mesure où elle est quand même celle qui a été en charge de son éducation jusqu’alors. Elle commence ainsi par se dire qu’elle devrait pouvoir retrouver petit à petit sa place à la Cour. Elle réalisera que les choses ne sont pas aussi simples que cela dans la mesure où le pouvoir change inéluctablement les hommes et Edouard VIII ne fait pas exception. Philippa Gregory réussit ici à dresser le portrait d’une véritable héroïne qui lutte contre l’injustice et la folie d’un monarque afin de préserver au mieux sa famille constamment sous la menace d’être anéantie. Bien que l’Histoire ne l’ait pas épargnée, Margaret est une résistante, un pilier pour sa famille qu’elle va essayer de sauver face à un monarque totalement aveuglé par son entourage mais également sa libido ou son hypocondrie. Elle en arrivera même à contraindre l’un de ses fils à rentrer dans les ordres dès son plus âge, seul moyen qu’elle trouvera pour lui épargner le joug des caprices royaux. C’est peu dire ! Je vous laisse également découvrir avec horreur la scène de l’exécution de Margaret Plantagenêt qui ressemble vraiment à une véritable boucherie du fait de l’inexpérience de son bourreau. Petit conseil : évitez de déjeuner avant de la lire. On aurait presque du mal à imaginer qu’une telle chose ait pu avoir lieu et, pourtant, cet épisode a été clairement authentifié par les historiens de l’époque. Mais la plus grande réussite de Philippa Gregory restera le fait que jusqu’au bout le lecteur n’espère qu’une chose, c’est que Margaret réussisse dans son projet. On y croit et on ne cesse de se dire que non, l’Histoire ne peut avoir été celle-ci. Et pourtant ! Philippa Gregory maîtrise l’art du suspense mais, hélas, ne possède pas encore les talents d’un démiurge.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Manonlitetvadrouilleaussi Posté le 23 Juin 2021
    La malédiction du roi, c’est plongé au cœur de l’histoire anglaise du XVIe siècle. Notre narratrice n’est autre que Margaret Pole, née Plantagenêt, l’une des dernières héritières de la maison d’York. Le récit débute en novembre 1499, l’Angleterre est alors gouvernée par Henri VII, fondateur de la dynastie des Tudors. Ce dernier est monté sur le trône suite à sa victoire contre le roi en place, Richard III. Marié à Elisabeth d’York, il a sept enfants dont un certain Henri. Elisabeth étant sa cousine, Margaret reste proche de la famille royale durant près de quarante ans. Mais cette proximité a un prix : renier ses origines. Le nom Plantagenêt est dorénavant dangereux à porter, Henri VII craignant une reprise du trône par la famille de Richard III. La paranoïa s’installe et les exécutions se poursuivent. À la mort d’Henri VII, son fils cadet Henri, lui succède sous le nom d’Henri VIII. Arthur, le fils ainé, étant décédé quelques années plus tôt, laisse pour veuve une princesse espagnole : Catherine d’Aragon. Tout au long du récit, nous vivons au rythme des trahisons, des conspirations, des exécutions, mais surtout de la folie croissante d’Henri VIII. Vous retrouverez ses trois premières femmes (pour rappel, il... La malédiction du roi, c’est plongé au cœur de l’histoire anglaise du XVIe siècle. Notre narratrice n’est autre que Margaret Pole, née Plantagenêt, l’une des dernières héritières de la maison d’York. Le récit débute en novembre 1499, l’Angleterre est alors gouvernée par Henri VII, fondateur de la dynastie des Tudors. Ce dernier est monté sur le trône suite à sa victoire contre le roi en place, Richard III. Marié à Elisabeth d’York, il a sept enfants dont un certain Henri. Elisabeth étant sa cousine, Margaret reste proche de la famille royale durant près de quarante ans. Mais cette proximité a un prix : renier ses origines. Le nom Plantagenêt est dorénavant dangereux à porter, Henri VII craignant une reprise du trône par la famille de Richard III. La paranoïa s’installe et les exécutions se poursuivent. À la mort d’Henri VII, son fils cadet Henri, lui succède sous le nom d’Henri VIII. Arthur, le fils ainé, étant décédé quelques années plus tôt, laisse pour veuve une princesse espagnole : Catherine d’Aragon. Tout au long du récit, nous vivons au rythme des trahisons, des conspirations, des exécutions, mais surtout de la folie croissante d’Henri VIII. Vous retrouverez ses trois premières femmes (pour rappel, il en a eu 6) : Catherine d’Aragon, Anne Boleyn (mère d’Elisabeth I, la reine vierge) et Jeanne Seymour et découvrirez ou redécouvrirez le sort qu’il leur a réservé. Si je connaissais les grandes lignes de la vie d’Henri VIII (merci à la série Les Tudors et au film Deux sœurs pour un roi), je n’avais pas le souvenir que des Plantagenêts étaient encore au sein de la cour. Margaret était une femme de l’ombre , qui a vécu toute sa vie de mère avec la peur que sa famille soit de nouveau menacée. Douce et aimante, elle était très proche d’Arthur et de la princesse Marie. Elle a vu naître Henri VIII, l’a vu grandir, mais malheureusement rien n’arrête la folie d’un roi… Un roman que j’ai aimé même si j’ai trouvé qu’il manquait de romanesque. En effet, je l’ai vécu plus comme une succession de faits historiques qui ne laissait que peu de place à l’imaginaire, mais étant fan d’histoire ça ne m’a pas dérangée pour autant. Par ailleurs, nous ne pouvons que saluer le travail d’historienne de Philippa Gregory ! Si vous souhaitez en apprendre davantage sur la famille Plantagenêt, je vous conseille le roman « La révolte » de Clara Dupont-Monod qui traite d’Aliénor d’Aquitaine, mère de Richard Cœur de Lion.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Ninis47 Posté le 20 Avril 2021
    Philippa Gregory est incontestablement une reine pour retracer l'Histoire anglaise. Ici, elle nous raconte le destin de Margaret Pole, une des dernières héritières de la grande lignée Plantagenêt. Elle reste une menace pour les Tudors, qui ont toujours peur que le trône leur soit repris. Elle va vivre énormément d'épreuves au cours de sa vie, destin qui sera marqué notamment par son amitié avec Catherine d'Aragon, première épouse d'Henri VIII. J'ai vraiment adoré ce roman. La vie de Margaret Pole est une véritable épopée, faite de disgrâce et de moments plus heureux, on la suit au fil des mois, des années et j'ai trouvé cette lecture passionnante. C'est une héroïne qui m'a beaucoup touchée, car dans sa vie, peu importe les épreuves, les deuils, elle n'a jamais arrêté de se battre pour sa famille. Elle fait preuve d'un courage et d'une abnégation à toute épreuve, elle m'a beaucoup impressionnée. A travers sa vie, on voit le début du règne d'Henri VIII, qui n'était pas destiné à monter sur le trône, n'étant pas le fils aîné. Mais il va devoir devenir roi, et on le voit évoluer, grandir, de petit garçon insouciant, pétillant au monarque aigri, autoritaire que l'on connaît. Il vit constamment... Philippa Gregory est incontestablement une reine pour retracer l'Histoire anglaise. Ici, elle nous raconte le destin de Margaret Pole, une des dernières héritières de la grande lignée Plantagenêt. Elle reste une menace pour les Tudors, qui ont toujours peur que le trône leur soit repris. Elle va vivre énormément d'épreuves au cours de sa vie, destin qui sera marqué notamment par son amitié avec Catherine d'Aragon, première épouse d'Henri VIII. J'ai vraiment adoré ce roman. La vie de Margaret Pole est une véritable épopée, faite de disgrâce et de moments plus heureux, on la suit au fil des mois, des années et j'ai trouvé cette lecture passionnante. C'est une héroïne qui m'a beaucoup touchée, car dans sa vie, peu importe les épreuves, les deuils, elle n'a jamais arrêté de se battre pour sa famille. Elle fait preuve d'un courage et d'une abnégation à toute épreuve, elle m'a beaucoup impressionnée. A travers sa vie, on voit le début du règne d'Henri VIII, qui n'était pas destiné à monter sur le trône, n'étant pas le fils aîné. Mais il va devoir devenir roi, et on le voit évoluer, grandir, de petit garçon insouciant, pétillant au monarque aigri, autoritaire que l'on connaît. Il vit constamment dans la peur de perdre sa couronne, de ne pas avoir d'héritier mâle pour pérenniser sa lignée, d'être victime de la malédiction des Tudors. On découvre également un autre visage de Catherine d'Aragon. Cette jeune fille arrivée en Angleterre pour devenir reine, qui a été élevée uniquement dans ce but, et toute sa vie, elle va devoir se battre pour être la souveraine respectée qu'elle veut être. Elle va petit à petit perdre l'affection d'Henri, elle va vivre fausse couche sur fausse couche, elle m'a fait beaucoup de peine à bien des moments. Ce roman a beau être une belle brique, je l'ai dévorée. ça se lit très facilement, c'est très accessible, même si vous ne connaissez pas grand chose à l'Histoire Britannique. L'écriture de Philippa Gregory est très agréable et très fluide à lire (même si, j'avoue le nombre de pages fait peur, à moi la première !!). Encore une fois, je me suis laissée happer par ce destin qu'elle nous conte ici. C'est, à la fois, plein de tendresse, d'émotions et de sang, de trahisons (ils avaient la décapitation facile à l'époque...!). Je vous conseille de découvrir cette autrice, qui n'est plus à présenter.
    Lire la suite
    En lire moins
  • BlaBlaMum Posté le 9 Avril 2021
    Un roman historique vraiment très bien écrit qui nous plonge dans la royauté Anglaise au temps des Tudors. Nous allons suivre Margaret Pole, membre de la famille Plantagenet, pendant 40 ans de sa vie, suivre les complots, les non dits et les secrets liés à la monarchie et à la cour. De par sa place, nous allons suivre la vie de Catherine d'Aragon mais aussi d'Henri VIII. Ce roman est complexe par les noms proches de tous les personnages, mais très instructif et je l'ai refermé en ayant l'envie d'en savoir encore plus !
Lisez! La newsletter qui vous inspire !
Découvrez toutes les actualités de nos maisons d'édition et de vos auteurs préférés