En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer votre expérience de navigation et réaliser des mesures d’audience.
OK
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        La Mémoire des Kawer

        Pocket
        EAN : 9782266281744
        Code sériel : 17136
        Façonnage normé : POCHE
        Nombre de pages : 192
        Format : 108 x 177 mm
        La Mémoire des Kawer

        Date de parution : 15/02/2018
        Autriche, 1938. Herbert Kawer a 10 ans lorsqu’il fuit Vienne en train pour rejoindre son père à Bordeaux. En 1943, il se retrouve seul. Caché et pris en charge par un réseau de résistance : il sera désormais Hubert, le petit de la Carbonera.
        Adulte, Hubert Cavert tait son histoire, et...
        Autriche, 1938. Herbert Kawer a 10 ans lorsqu’il fuit Vienne en train pour rejoindre son père à Bordeaux. En 1943, il se retrouve seul. Caché et pris en charge par un réseau de résistance : il sera désormais Hubert, le petit de la Carbonera.
        Adulte, Hubert Cavert tait son histoire, et ce n'est qu’à la veille de sa mort qu'il confie un manuscrit à ses enfants. Dépassant son parcours personnel, il retrace l’histoire de sa famille, de 1866 à la chute du IIIe Reich, en 1945. Us et coutumes évoluent ainsi au rythme d'une Europe en proie aux convulsions de la Grande Guerre, avant que la foudre s’abatte à nouveau.
         
        « Dans ce livre, le plus savoureux est la façon dont l’auteur évoque ses ascendants. C’est le monde de Joseph Roth et de Stefan Zweig, un monde englouti par la tragédie de l’Histoire. »  Le Figaro Magazine

        « La Mémoire des Kawer touche à l’universel sans jamais se départir d’une vraie singularité. » Livres Hebdo

        « J'ai été très émue par cet enfant. » Marceline Loridan-Ivens
         
        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782266281744
        Code sériel : 17136
        Façonnage normé : POCHE
        Nombre de pages : 192
        Format : 108 x 177 mm
        Pocket
        6.70 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • Ma_vie_en_livres Posté le 20 Mars 2018
          Ce récit intime, familial, est très réussi, bien que pas destiné à être publié. Du devoir de mémoire, son auteur, qui rassemble ici tous ses souvenirs pour les transmettre comme un héritage ou un testament à ses enfants, on passe à un tableau vivant et touchant de ce que trop de familles ont vécu pendant la Seconde Guerre mondiale. C'est le genre d'écrit qu'il faut faire connaître, car aucune ligne n'appartient au monde du roman, pour ne jamais oublier. Les yeux de l'enfant puis de l'adolescent apportent au fil des pages parfois un peu de légèreté, parfois un sourire... personnellement, je "voyais" les scènes à Vienne, puis dans le Roussillon où se termine le récit.
        • ArlieRose Posté le 16 Mars 2018
          C'est toujours avec intérêt que j'ouvre un livre "gagné" à la Masse critique Babelio, jusqu'ici je n'ai eu que de bonnes surprises. Cela me permet de lire des bouquins que peut-être je n'achèterais pas autrement, parce que je ne tomberais pas dessus et parce que j'en ai déjà beaucoup à lire. Encore une fois donc, merci Babelio. Depuis quelque temps on voit sortir des bouquins de témoignages, parfois romancés, qui se passent en Allemagne (ici en Autriche), pendant, ou juste avant ou après la seconde guerre mondiale. C'est très intéressant car si on a lu beaucoup de récits de Français ou autres alliés, ceci est assez nouveau, du moins pour moi. Hubert Cavert, qui s'appelait à sa naissance (en 1928) Herbert Kawer et vivait à Vienne en Autriche, a laissé des mémoires que son fils Denis a fait publier, avec l'aide d'un historien. Il commence avec ses ascendants, au milieu du XIXe siècle et explique le chemin suivi par les juifs issus de différentes régions d'Europe, souvent rurales, parfois très différents les uns des autres, qui se retrouvaient à Vienne par exemple. Les informations si elles sont nombreuses sont faciles à lire car c'est très vivant. Le récit s'arrête en 1945, bien que... C'est toujours avec intérêt que j'ouvre un livre "gagné" à la Masse critique Babelio, jusqu'ici je n'ai eu que de bonnes surprises. Cela me permet de lire des bouquins que peut-être je n'achèterais pas autrement, parce que je ne tomberais pas dessus et parce que j'en ai déjà beaucoup à lire. Encore une fois donc, merci Babelio. Depuis quelque temps on voit sortir des bouquins de témoignages, parfois romancés, qui se passent en Allemagne (ici en Autriche), pendant, ou juste avant ou après la seconde guerre mondiale. C'est très intéressant car si on a lu beaucoup de récits de Français ou autres alliés, ceci est assez nouveau, du moins pour moi. Hubert Cavert, qui s'appelait à sa naissance (en 1928) Herbert Kawer et vivait à Vienne en Autriche, a laissé des mémoires que son fils Denis a fait publier, avec l'aide d'un historien. Il commence avec ses ascendants, au milieu du XIXe siècle et explique le chemin suivi par les juifs issus de différentes régions d'Europe, souvent rurales, parfois très différents les uns des autres, qui se retrouvaient à Vienne par exemple. Les informations si elles sont nombreuses sont faciles à lire car c'est très vivant. Le récit s'arrête en 1945, bien que l'auteur ait vécu encore de nombreuses années. Il a voulu laisser ce témoignage pour ses descendants. Un petit bémol pour moi qui ne parle pas allemand, il y a beaucoup d'expressions dans cette langue, traduites soit dans le texte, soit en notes de bas de pages. Cela ne m'a pas empêchée d'aller au bout mais il vaut mieux le savoir.
          Lire la suite
          En lire moins
        • Calliope2017 Posté le 4 Mars 2018
          Ce récit n'aurait au départ jamais dû être publié : c'est un manuscrit qu'Hubert Cavert a laissé à ses enfants, afin que la mémoire de leur famille ne se perde pas. Ces derniers ont montré le témoignage à un historien, qui les a encouragés à le publier... Hubert Cavert raconte l'histoire de ses ancêtres dans l'Autriche de la deuxième moitié du XIXe siècle et du début du XXe. D'un côté, la famille de sa grand-mère paternelle, des juifs pratiquants, et de l'autre celle de sa mère, avec une mère au sacré caractère dont le but principal est la réussite sociale de ses enfants. On passe ensuite à l'enfance du narrateur, avec son père, sa grand-mère et une servante (ses parents se sont vite séparés). Puis arrive l'Anschluss, l'annexion de l'Autriche par l'Allemagne nazie, en 1938, alors que celui qui est encore Herbert Kawer n'a que dix ans. Lui et sa famille sont désormais pointés du doigt en tant que juifs. Ils vont donc fuir : sa mère à Londres, Herbert et son père en France. Ils se rendent d'abord à Bordeaux, puis à Millas, dans les Pyrénées-Orientales - et c'est à ce moment qu'ils francisent leur nom. Quand son père est... Ce récit n'aurait au départ jamais dû être publié : c'est un manuscrit qu'Hubert Cavert a laissé à ses enfants, afin que la mémoire de leur famille ne se perde pas. Ces derniers ont montré le témoignage à un historien, qui les a encouragés à le publier... Hubert Cavert raconte l'histoire de ses ancêtres dans l'Autriche de la deuxième moitié du XIXe siècle et du début du XXe. D'un côté, la famille de sa grand-mère paternelle, des juifs pratiquants, et de l'autre celle de sa mère, avec une mère au sacré caractère dont le but principal est la réussite sociale de ses enfants. On passe ensuite à l'enfance du narrateur, avec son père, sa grand-mère et une servante (ses parents se sont vite séparés). Puis arrive l'Anschluss, l'annexion de l'Autriche par l'Allemagne nazie, en 1938, alors que celui qui est encore Herbert Kawer n'a que dix ans. Lui et sa famille sont désormais pointés du doigt en tant que juifs. Ils vont donc fuir : sa mère à Londres, Herbert et son père en France. Ils se rendent d'abord à Bordeaux, puis à Millas, dans les Pyrénées-Orientales - et c'est à ce moment qu'ils francisent leur nom. Quand son père est déporté, le petit Hubert est recueilli par une résistante locale. Ce récit n'aurait jamais dû être un livre, donc on ne peut pas le juger comme tel. Si le tout début est assez lent, car on a juste une succession de faits sur l'histoire des ancêtres du narrateur, le reste devient ensuite passionnant et agréable à lire. L'auteur dépeint sa famille avec beaucoup d'humour et rend son récit très authentique en insérant de nombreuses expressions en allemand. Il se moque volontiers de lui-même et de ses proches, et ne fait pas un plaidoyer pour sa religion comme on pourrait s'y attendre : il ironise sur le contraste entre sa grand-mère croyante et son père qui ne l'est pas, mais lui fait faire ces entorses à la religion en cachette, et se définit lui-même comme agnostique. La partie sur la guerre n'est pas particulièrement pathétique et ne cherche pas à nous émouvoir : s'il a perdu ses proches, lui-même n'a pas directement souffert de la guerre. Il ne se lamente pas sur son sort, mais nous livre avec simplicité son expérience, celle d'un petit garçon déraciné mais qui a trouvé un nouveau pays et une nouvelle famille.
          Lire la suite
          En lire moins
        • bdelhausse Posté le 14 Mars 2017
          C'est un livre courageux que nous livrent les Editions Perrin. Courageux de la part de l'éditeur, qui fait oeuvre de mémoire et édite un récit de vie, ou plutôt un récit de famille vu à travers le prisme de la première moitié du XXè siécle. Courageux de la part de la famille qui a souhaité (et s'est certainement battue pour) éditer les mémoires de leur parent. Courageux, enfin, de la part d'Hubert Cavert, né Herbert Kawer et renommé "à la française" pour éviter d'être trop visible quand l'occupant allemand et ses séides français ont (dans un rush de désespoir) déporté les Juifs par milliers vers les camps. Beaucoup de familles ont ces récits, et il n'est pas évident de les mettre en forme. Hubert Cavert a souhaité laisser à ses enfants, et sûrement ses petits-enfants (voire plus loin) un témoignage. Pour savoir d'où ils viennent. Car c'est en sachant d'où on vient que l'on peut décider d'où aller. Je comprends la démarche de Hubert/Herbert, je viens d'une famille que la Seconde Guerre mondiale n'a pas épargné. Rien de comparable avec Herbert Kawer, dont beaucoup de proches ne sont jamais revenus des camps. Dont son père. Il y a une volonté d'expurger, de... C'est un livre courageux que nous livrent les Editions Perrin. Courageux de la part de l'éditeur, qui fait oeuvre de mémoire et édite un récit de vie, ou plutôt un récit de famille vu à travers le prisme de la première moitié du XXè siécle. Courageux de la part de la famille qui a souhaité (et s'est certainement battue pour) éditer les mémoires de leur parent. Courageux, enfin, de la part d'Hubert Cavert, né Herbert Kawer et renommé "à la française" pour éviter d'être trop visible quand l'occupant allemand et ses séides français ont (dans un rush de désespoir) déporté les Juifs par milliers vers les camps. Beaucoup de familles ont ces récits, et il n'est pas évident de les mettre en forme. Hubert Cavert a souhaité laisser à ses enfants, et sûrement ses petits-enfants (voire plus loin) un témoignage. Pour savoir d'où ils viennent. Car c'est en sachant d'où on vient que l'on peut décider d'où aller. Je comprends la démarche de Hubert/Herbert, je viens d'une famille que la Seconde Guerre mondiale n'a pas épargné. Rien de comparable avec Herbert Kawer, dont beaucoup de proches ne sont jamais revenus des camps. Dont son père. Il y a une volonté d'expurger, de sortir ce qu'il a vécu, ce besoin de montrer qu'il est devenu tel qu'il est suite aux épreuves. Et qu'il a su à chaque fois rebâtir une cellule familiale. Il nous livre un message d'amour, emballé dans un témoignage. Dans une constellation familiale, concept très à la mode voici des années. Il se replace au milieu des siens en débutant le récit bien avant sa naissance. Puis il nous fournit un récit teinté d'adolescence, il a 17 ans quand finit la guerre, l'âge de l'insouciance (normalement) qui va rimer avec une nouvelle famille, deux femmes républicaines et anarchistes, dont une a fui Franco. Cet aspect du récit est intéressant, quand il fait le pont entre les exodes, entre les combats. Hélas, courageux ne veut pas dire efficace. Et on se perd souvent dans les méandres de la mémoire, du récit. Il y a des moments forts, quand il décrit la montée du nazisme en Autriche ou ses multiples déplacements dans le Sud-Est français, avec des papiers falsifiés. Mais c'est inégal. J'ai toutefois retrouvé chez Hubert Cavert cette même pudeur qui empreint les anciens de ma famille, que l'on arrivera à faire parler de la guerre (très rarement, à force d'insistance et de persuasion), mais jamais, ô grand jamais, de l'après... de la libération, de la solitude, de la vie après la perte d'être chers. J'aurais aimé qu'Hubert Cavert nous parle de 1946... et d'après. Pour moi, il s'arrête trop tôt. Mais les témoignages sont faits pour exister et être conservés, pour ne jamais oublier. Merci à Babelio (Masse critique de janvier 2017) et aux Editions Perrin pour ce beau moment.
          Lire la suite
          En lire moins
        • PLOOM Posté le 26 Février 2017
          Certains témoignages nous aident à mieux saisir comment l’histoire peut influencer la vie des hommes. Celui d’Hubert Cavert est à ce titre exemplaire. Ce jeune autrichien de confession israélite qui naquit Herbert Kawer en 1928 grandit à Vienne alors que le péril nazi ne faisait que croître. En 1938 il fuit la capitale autrichienne en train pour rejoindre son père à Bordeaux . Commence une vie compliquée avec son père où il s’agit de survivre en conservant sa dignité. Son père s’épuisa rapidement pour assurer leur subsistance, il doivent bientôt fuir dans les Pyrénées orientales Son père est arrêté le 23 février 1943 par la gendarmerie, Herbert ne le reverra jamais. Il est immédiatement pris en charge par un réseau de résistance et confié aux bons soins de Marinette Brugat et de Palmire Vial. Avec les deux femmes celui qui est devenu Hubert va progressivement s’enraciner dans le village de Pia où il devient le petit de la Carbonera. Devenu adulte Herbert Kawer possède une carte d’idendité française au nom d’Hubert Cavert mais peu connaissent son histoire qu’il garde secrètement enfouie dans son coeur.... Certains témoignages nous aident à mieux saisir comment l’histoire peut influencer la vie des hommes. Celui d’Hubert Cavert est à ce titre exemplaire. Ce jeune autrichien de confession israélite qui naquit Herbert Kawer en 1928 grandit à Vienne alors que le péril nazi ne faisait que croître. En 1938 il fuit la capitale autrichienne en train pour rejoindre son père à Bordeaux . Commence une vie compliquée avec son père où il s’agit de survivre en conservant sa dignité. Son père s’épuisa rapidement pour assurer leur subsistance, il doivent bientôt fuir dans les Pyrénées orientales Son père est arrêté le 23 février 1943 par la gendarmerie, Herbert ne le reverra jamais. Il est immédiatement pris en charge par un réseau de résistance et confié aux bons soins de Marinette Brugat et de Palmire Vial. Avec les deux femmes celui qui est devenu Hubert va progressivement s’enraciner dans le village de Pia où il devient le petit de la Carbonera. Devenu adulte Herbert Kawer possède une carte d’idendité française au nom d’Hubert Cavert mais peu connaissent son histoire qu’il garde secrètement enfouie dans son coeur. Ce n’est qu’à la veille de sa mort qu’il confiera un manuscrit qui reprend l’histoire de sa famille puis son parcours quand il dut quitter Vienne. Grâce aux éditions Perrin le manuscrit est devenu un remarquable ouvrage autant par l’émouvant témoignage personnel tout en retenue de Cavert que par l’incroyable plongée dans l’histoire européenne qu’il nous propose. C’est une voix du passé qui nous permet de saisir dans quelle tourmente de nombreuses familles juives de la vieille Europe furent entrainées. On découvre l’histoire de la famille Kawer, de 1866 - quand l’empire des Habsbourg parvient à atteindre un équilibre respectueux des minorités – à la chute du III eme Reich. Certaines pages sont fortement évocatrices, restituant avec finesse un monde définitivement englouti par la guerre. On ne peut manquer d’être à la fois ému et édifié par ce récit poignant où les paradoxes de l’histoire anéantissent ou sauvent des êtres dans une infernale loterie. Archibald PLOOM (CULTURE-CHRONIQUE.COM)
          Lire la suite
          En lire moins

        Ils en parlent

        « Dans ce livre, le plus savoureux est la façon dont l’auteur évoque ses ascendants en restituant, avec force expressions dialectales viennoises, les coutumes et les mentalités des Juifs de l’Autriche d’autrefois. C’est le monde de Joseph Roth et de Stefan Zweig, un monde englouti par la tragédie de l’Histoire. » – Figaro magazine

        « À travers la vie d’un enfant juif viennois réfugié en France pendant la guerre, Hubert Cavert signe le grand livre de la fin du rêve multi-confessionnel austro-hongrois. » – Livres Hebdo

        « La Mémoire des Kawer touche à l’universel sans jamais se départir d’une vraie singularité. On songe en le lisant au sublime La mémoire retrouvée d’Edmunt de Waal (Albin Michel, 2011). » – Livres Hebdo

        « J’ai été très émue par cet enfant. » – Marceline Lodiran-Ivens

        « Un remarquable ouvrage autant par l’émouvant témoignage personnel tout en retenue de Cavert que par l’incroyable plongée dans l’histoire européenne qu’il nous propose. C’est une voix du passé qui nous permet de saisir dans quelle tourmente de nombreuses familles juives de la vieille Europe furent entraînées. » – culturechronique.com
        Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
        Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.
        Notre politique relative aux données personnelles est accessible dans nos CGU.
        Vous pouvez exercer vos droits d’accès, de rectification, d’effacement, de limitation, de portabilité et d’opposition au traitement de vos données à caractère personnel dans les conditions fixées par la loi informatique et libertés du 6 janvier 1978 selon les modalités de notre politique de confidentialité.