Lisez! icon: Search engine
10/18
EAN : 9782264063557
Code sériel : 4796
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 312
Format : 108 x 177 mm

La méthode du crocodile

Collection : Domaine Policier
Date de parution : 05/06/2014
Polar lauréat du prix Giorgio Scerbanenco 2012 (meilleur roman policier de l’année) par l’un des auteurs italiens les plus en vogue du moment !
L’inspecteur Lojacono est seul au commissariat le soir où l’on signale le meurtre d’un adolescent, abattu d’une balle dans la nuque devant chez lui. Deux autres adolescents, d’âges et de milieux sociaux différents, sont retrouvés assassinés selon le même mode opératoire peu de temps après. À proximité de chacun des... L’inspecteur Lojacono est seul au commissariat le soir où l’on signale le meurtre d’un adolescent, abattu d’une balle dans la nuque devant chez lui. Deux autres adolescents, d’âges et de milieux sociaux différents, sont retrouvés assassinés selon le même mode opératoire peu de temps après. À proximité de chacun des corps, le meurtrier a semé des mouchoirs en papier… Leur analyse révèle qu’ils sont imbibés de larmes. La presse surnomme aussitôt ce tueur en série « le crocodile », car comme le prédateur, il semble pleurer au moment où il tue ses victimes.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782264063557
Code sériel : 4796
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 312
Format : 108 x 177 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • lehibook Posté le 9 Février 2021
    Premier volume de la série consacrée par De Giovanni au commissaire Lojacono. On retrouve la patte de l’auteur : un héros « maudit », rejeté par son entourage professionnel, une narration qui nous transporte de manière énigmatique dans la tête et le passé des personnages avec leurs fantômes et leurs blessures. Et bien entendu Naples , le décor , mais de manière moins approfondie et empathique que dans la série « Ricciardi » . La maîtrise du récit est parfaite et tient en haleine le lecteur jusqu’à la dernière page de cette histoire d’amour mué en haine et en désir de vengeance.
  • Herve-Lionel Posté le 27 Novembre 2020
    N° 1514 – Novembre 2020 La méthode du crocodile – Maurizio de Giovanni - Fleuve Noir. Traduit de l’italien par Jean Luc Defromont. A la suite d’une dénonciation malveillante, l’inspecteur Guiseppe Lojacono, accusé d’avoir eu des contacts avec la Mafia est déplacé d’Agrigente en Sicile à Naples. Comme un drame n’arrive jamais seul, sa femme l’a quitté le privant de la présence de sa fille, ses collègues le méprisent, sauf peut-être le brigadier Guiffrè  et il est carrément mis sur la touche. Un soir qu’il était de garde, il constate la mort d’un adolescent tué d’une balle dans la tête devant chez lui avec autour de son corps des mouchoirs en papier imbibés de larmes comme si l’assassin avait pleuré ! Plus tard deux jeunes de milieux sociaux différents sont également assassinés selon le même mode opératoire avec toujours autour d’eux les mêmes mouchoirs et la presse locale parle alors d’un homme qu’elle surnomme « le crocodile » qui, selon la légende pleure avant d’exécuter ses victimes. Malgré les réticences de ses collègues, la substitut du procureur, la belle Laura Piras, l’intègre au sein de l’équipe d’enquêteurs. En effet Lojacono découvre que le tueur est un homme discret, invisible même, qui attend patiemment, dans l’ombre le... N° 1514 – Novembre 2020 La méthode du crocodile – Maurizio de Giovanni - Fleuve Noir. Traduit de l’italien par Jean Luc Defromont. A la suite d’une dénonciation malveillante, l’inspecteur Guiseppe Lojacono, accusé d’avoir eu des contacts avec la Mafia est déplacé d’Agrigente en Sicile à Naples. Comme un drame n’arrive jamais seul, sa femme l’a quitté le privant de la présence de sa fille, ses collègues le méprisent, sauf peut-être le brigadier Guiffrè  et il est carrément mis sur la touche. Un soir qu’il était de garde, il constate la mort d’un adolescent tué d’une balle dans la tête devant chez lui avec autour de son corps des mouchoirs en papier imbibés de larmes comme si l’assassin avait pleuré ! Plus tard deux jeunes de milieux sociaux différents sont également assassinés selon le même mode opératoire avec toujours autour d’eux les mêmes mouchoirs et la presse locale parle alors d’un homme qu’elle surnomme « le crocodile » qui, selon la légende pleure avant d’exécuter ses victimes. Malgré les réticences de ses collègues, la substitut du procureur, la belle Laura Piras, l’intègre au sein de l’équipe d’enquêteurs. En effet Lojacono découvre que le tueur est un homme discret, invisible même, qui attend patiemment, dans l’ombre le moment favorable pour tuer. Ce choix d’adolescents appartenant à des couches sociales diverses et dissemblables ressemble à un acte gratuit, le fait d’un déséquilibré ou un crime rituel; le modus operandi évoque la Camorra mais Lojacono n’y croit pas trop et devant cette série de crimes atypiques décide de raisonner autrement au grand dam des autres policiers, mais, malheureusement pour eux, cette intuition, au vrai une idée un peu folle, retient l’attention de la magistrate au point qu’elle participe activement elle-même à sa mise en œuvre. Cela fait appel à la mémoire de chacun, à son intimité, au temps qui passe mais n’efface rien du désir d’une vengeance diabolique et ainsi révélera ce qui échappe aux autres enquêteurs : le mobile de tous ces meurtres que rien ne relie à priori entre eux. Dans la conclusion de cette affaire, l’échec se mêlera au succès parce que Lojacono n’est finalement pas si seul. Il y a cette magistrate qui lui témoigne de l’intérêt mais aussi Letizia, la patronne de la trattoria où il prend ses repas. Ce sont ses deux véritables soutiens dans cette affaire, mais c’est une autre histoire. C’est pour L’inspecteur non seulement l’occasion de sortir de l’anonymat où la hiérarchie l’avait cantonné un peu vite mais surtout c’est la consécration de sa qualité de bon policier. Il en fait une affaire personnelle et c’est un combat entre deux solitaires, deux invisibles, un flic et un assassin, tous les deux aux prises avec leurs fantômes personnels. C’est un roman policier passionnant, bien écrit, avec des analyses psychologiques pertinentes malgré un contexte difficile où des parents sont confrontés à la mort de leur enfant. L’auteur maintient, par une architecture originale, le suspense jusqu’à la fin. Ce fut pour moi un agréable moment de lecture. J’ai commencé à lire les romans policiers de Maurizio de Giovanni avec la série consacrée au commissaire Ricciardi. Ici c’est un autre genre de policier qui nous est présenté et dont l’auteur déclinera ses enquêtes dans une autre suite à laquelle je serai volontiers attentif.
    Lire la suite
    En lire moins
  • collectifpolar Posté le 6 Février 2020
    Flic à la dérive souffrant de problèmes familiaux et impliqué dans un scandale judiciaire, l'inspecteur Lojacono enquête sur une série de meurtres d'adolescents perpétrés dans les rues de Naples. La méthode opératoire du tueur s'apparente aux techniques de chasse du crocodile : tapi dans l'ombre et immobile, il observe patiemment sa victime avant de l'attaquer. Une intrigue bien construite avec Naples pour décor. L'auteur évite les clichés sur cette ville et en montre la diversité. Une écriture fluide et des personnages attachants. Tout ici jusqu'au flic abîmé est dans la droite ligne du bon polar italien. Un auteur à suivre assurément. Belle découverte
  • meknes56 Posté le 4 Septembre 2019
    Un excellent roman policier tellement prenant que je l'ai lu en une journée.
  • lolomito Posté le 2 Juin 2019
    Maurizio de Giovanni, un auteur italien que je ne connaissais pas et que je découvre avec ce livre. Un thriller au rythme relativement lent et constant qui nous plonge toutefois dans l'ambiance et l'atmosphère de la ville de Naples. Les décors sont parlants et l'Italie est bien décrite avec ses petites ruelles, ses porches et ses petites cours intérieures. L'intrigue se met en place crescendo et le puzzle se reconstitue piano piano. La comparaison faite au crocodile est admirable et de ce fait le titre est très explicite. En somme, c'est un roman bien mené pour les amateurs du genre même si j'ai vu venir de loin le dénouement final. Un peu trop convenu selon moi. Un livre qui se laisse lire plus pour ses descriptions que pour le suspens qu'il suscite.
Lisez inspiré avec 10/18 !
Voyagez hors des sentiers battus, loin d'une littérature conventionnelle et attendue…