Lisez! icon: Search engine
Pocket
EAN : 9782266300155
Code sériel : 17760
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 216
Format : 108 x 177 mm

La Morsure de la goyave

Margot NGUYEN BÉRAUD (Traducteur)
Date de parution : 10/06/2021
Quelque part en Amérique latine, un après-midi de l'année 1939, Julia frappe à la porte de doña Yolanda pour demander du travail. Nul ne se doute alors que grandit en elle le fruit d'un péché. La maîtresse de maison prédit que l'enfant, Alfonso, sera responsable du destin tragique des femmes... Quelque part en Amérique latine, un après-midi de l'année 1939, Julia frappe à la porte de doña Yolanda pour demander du travail. Nul ne se doute alors que grandit en elle le fruit d'un péché. La maîtresse de maison prédit que l'enfant, Alfonso, sera responsable du destin tragique des femmes de la famille. Hélas, la prophétie se réalise : doña Yolanda puis toutes ses descendantes sombrent dans la folie.
Quand Primitiva, l'arrière-petite-fille timide de doña Yolanda, commence à perdre la raison à son tour, elle laisse place à son alter ego, Mulatona, une femme forte et irrévérencieuse... Pour raconter son histoire, et celle des autres avant elle, là où tout a commencé. Avant qu’il ne soit trop tard…
 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266300155
Code sériel : 17760
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 216
Format : 108 x 177 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Cestecrit Posté le 8 Octobre 2021
    Ce roman retrace l’histoire d’une famille sud-américaine, dont les femmes semblent toutes avoir sombré dans la folie au contact d’un seul homme, nommé ici » le poète ». Malédiction ou coup du sort? J’ai un avis assez mitigé sur ce roman: à vrai dire, je suis incapable de dire si je l’ai aimé ou non. Je sais que la lecture a été addictive, que j’avais très envie de découvrir la suite, que l’ambiance latine m’a enivré comme un poison et que ce personnage masculin m’a beaucoup questionné. Les personnages féminins ne m’ont pas particulièrement touché ou ému alors qu’elles sont mises en avant dans cette quatrième de couverture. Je n’ai pas forcément adhéré à leurs actes, pas forcément compris leurs choix. L’écriture de Maria Eugenia Mayobre est tantôt crue, tantôt poétique et m’a porté sans difficulté jusqu’à la dernière page. Pour autant, encore une fois, ai-je apprécié ce roman? Je ne sais pas le dire. J’ai bien conscience que cette chronique est décousue mais pour vous faire une idée, je ne peux que vous conseiller de vous faire votre propre avis. C’est un roman spécial qui vaut le détour.
Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.

Lisez maintenant, tout de suite !

  • Sélection
    Lisez

    25 romans en petit format à glisser dans votre valise

    Il reste une petite place dans votre valise ? Ça tombe bien, nous avons des petits formats à vous proposer. Découvrez l'histoire de la maîtresse de Rembrandt, remontez le fil de l'histoire avec une ancienne résistante de la Seconde Guerre mondiale, revivez un premier amour...

    Lire l'article