Lisez! icon: Search engine

La mort et la belle vie

10/18
EAN : 9782264027917
Code sériel : 3126
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 272
Format : 108 x 177 mm
La mort et la belle vie

Michel LEDERER (Traducteur), James WELCH (Préface)
Date de parution : 02/09/1999

Al Barnes dit La-Tendresse, policier las du crime, et poète à ses heures, s’est retiré dans la paisible bourgade de Plains, Montana. Paisible ? Un double meurtre l’entraîne dans l’enquête la plus trouble de sa carrière et convoque d’anciens cadavres. De fausses pistes en rencontres escamotées, il lui faudra démêler...

Al Barnes dit La-Tendresse, policier las du crime, et poète à ses heures, s’est retiré dans la paisible bourgade de Plains, Montana. Paisible ? Un double meurtre l’entraîne dans l’enquête la plus trouble de sa carrière et convoque d’anciens cadavres. De fausses pistes en rencontres escamotées, il lui faudra démêler la folie de femmes vénéneuses et d'hommes aveuglés.

Hommage aux maîtres du genre, cet unique roman de Richard Hugo est un savant mélange de noirceur et de poésie. Un coup d’essai, et un coup de maître. 

Traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Michel Lederer

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782264027917
Code sériel : 3126
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 272
Format : 108 x 177 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Des_livres_et_des_mousses Posté le 25 Mai 2018
    Un policier nature writing qui détend entre deux lectures ardu. L'auteur n'a rien inventé, ne révolutionne pas le genre mais on passe quand même un bon moment. Le personnage principal du policier poète est attachant. A lire à l'occasion.
  • Epictete Posté le 27 Juin 2017
    Une couverture dont la photo fait penser aux paysages du Montana ou du grand Nord : De la neige, un élan, une forêt. Mais à l’intérieur du livre, il n’y a pas ce genre de paysages. A part une partie de pêche au départ, le décor est plutôt urbain. On tombe sur un roman policier, un vrai policier de type américain. Al Barnes est un flic atypique, pas vraiment à sa place au milieu des délinquants : Il voulait être poète. Il y a quelques temps, il a choisi de travailler dans une petite ville tranquille, Plains, pour échapper aux tracas de Seattle. Pas de chance : C’est dans cette région que se produit une série de crimes ; Il faut bien enquêter... Il sera confronté à un groupe d’amis plutôt riches et sera amené à trouver le lien entre un crime ayant eu lieu dix-neuf ans plus tôt et un crime actuel qui ne semble pas trouver sa place dans une série de meurtres à la hache. L’auteur livre quelques descriptions très visuelles et très détaillées. Le rythme du récit est rapide, soutenu ; écrit à la première personne, le texte nous tiens en haleine jusqu’au bout. On se balade avec Barnes de... Une couverture dont la photo fait penser aux paysages du Montana ou du grand Nord : De la neige, un élan, une forêt. Mais à l’intérieur du livre, il n’y a pas ce genre de paysages. A part une partie de pêche au départ, le décor est plutôt urbain. On tombe sur un roman policier, un vrai policier de type américain. Al Barnes est un flic atypique, pas vraiment à sa place au milieu des délinquants : Il voulait être poète. Il y a quelques temps, il a choisi de travailler dans une petite ville tranquille, Plains, pour échapper aux tracas de Seattle. Pas de chance : C’est dans cette région que se produit une série de crimes ; Il faut bien enquêter... Il sera confronté à un groupe d’amis plutôt riches et sera amené à trouver le lien entre un crime ayant eu lieu dix-neuf ans plus tôt et un crime actuel qui ne semble pas trouver sa place dans une série de meurtres à la hache. L’auteur livre quelques descriptions très visuelles et très détaillées. Le rythme du récit est rapide, soutenu ; écrit à la première personne, le texte nous tiens en haleine jusqu’au bout. On se balade avec Barnes de fausses pistes en mensonges, même si l’intrigue est finalement un peu téléphonée. Ce roman est le premier et le seul qui ait été écrit par Richard Hugo. Une production plus importante nous aurait peut-être révélé un auteur à suivre.
    Lire la suite
    En lire moins
  • blandine5674 Posté le 1 Août 2016
    3 pêcheurs partent titiller le poisson dans le Montana. Deux prennent la barque, tandis que le troisième reste sur la berge. Il sera retrouvé tué à coups de hache. Ce serait une femme de deux mètres qu’un témoin a vu. L’inspecteur Al Barnes, fervent de pêche également, plein d’humour, de gentillesse et de poésie est attachant, mènera l’enquête. Page 75 fin de la première partie, meurtre élucidé ? Eh bien pas tout puisqu’on repart sur une nouvelle affaire. L’idée est originale, les dialogues amusants. On y trouve du sexe, de l’alcool à la manière de Jim Harrison. Richard Hugo a écrit cet unique roman policier publié en 1980 aux USA, et est l'un des pionniers du groupe surnommé les Écrivains du Montana.
  • alberthenri Posté le 22 Septembre 2015
    L'atout majeur de ce roman policier, ne réside pas son intrigue, bonne mais assez classique, mais dans le personnage principal et narrateur. Al Barnes la tendresse,policier ainsi surnommé pour la mansuétude dont il faisait preuve quand il exerçait à Seattle. A la suite d'une grave blessure, il s'exile dans le Montana, où il espère vivre une "pré-retraite" tranquille en tant qu'adjoint du sheriff. Hélas, un double meurtre va l'obliger à sortir de sa routine. Al, est un flic atypique, ce n'est pas un dur à cuire, ni une épave, traumatisé ou rongé par la culpabilité. Il s'agit, simplement d'un homme passé à côté de son rêve (devenir poète) , et qui faute de mieux s'applique à bien faire son travail. Ajoutons qu'il est d'une grande humanité, et que ses traits d'humour font mouche. J'ai passé un bon moment de lecture avec ce polar, genre qui n'est pourtant pas mon préféré.
  • HannibalLectrice Posté le 29 Août 2015
    Ce livre est tombé par hasard entre mes paluches. Le titre plus ou moins accrocheur et la lecture de la quatrième de couverture qui vous présente Al Barnes policier surnommé La-Tendresse, et qui en plus est poète. Un flic La-Tendresse amateur de poésie, quézako ????? y'avait plus qu'à le lire. Je fis donc la connaissance d'Al Barnes policier, consciencieux, idéaliste lucide, recherchant le luxe, le calme et la volupté dans une bourgade du Montana. Une recherche qui sera avec humour, brio et poésie parfois, entachée, perturbée par l'enquête sur le meurtre à la hache de deux individus. La mort et la belle vie n'est pas seulement l'apologie du bien être, mais est aussi et surtout la critique de la haute socièté. Hélas, La mort et la belle vie est le seul et unique livre de feu M. Hugo, car ses qualités d'auteur m'ont conquise.
Lisez inspiré avec 10/18 !
Voyagez hors des sentiers battus, loin d'une littérature conventionnelle et attendue…