Lisez! icon: Search engine
Pocket
EAN : 9782266210959
Code sériel : 4483
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 384
Format : 108 x 177 mm

La muselière

Philippe BONNET (Traducteur)
Date de parution : 03/11/2010

Mathilda Gillespie parlait trop, buvait trop et terrorisait son entourage. Elle était richissime, avare et fabulatrice. Sa fille se droguait, sa petite-fille la volait. Son testament, ignoré de tous, les déshéritait.
On la retrouva noyée dans sa baignoire, enguirlandée d'asters et d'orties blanches, comme Ophélie, et affublée d'une muselière en fer...

Mathilda Gillespie parlait trop, buvait trop et terrorisait son entourage. Elle était richissime, avare et fabulatrice. Sa fille se droguait, sa petite-fille la volait. Son testament, ignoré de tous, les déshéritait.
On la retrouva noyée dans sa baignoire, enguirlandée d'asters et d'orties blanches, comme Ophélie, et affublée d'une muselière en fer rouillé, comme une sorcière médiévale.
Ce suicide, ou plus vraisemblablement ce meurtre, était un sorte de chef-d'œuvre, une énigme résultant d'une vie entière de mensonges, d'amours étranges, de haine et de violence. Seul le journal intime de Mathilda pourrait peut-être en livrer tous les secrets. Mais ce journal a disparu.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266210959
Code sériel : 4483
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 384
Format : 108 x 177 mm

Ils en parlent

« La muselière est un opéra qui titube entre l'amour fou et les couteaux de cuisine. On s'immerge dans cette sombre lumière avec une volupté horrifiée. »

Renaud Matignon - Le Figaro

PRESSE

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • ADAMSY Posté le 30 Mai 2019
    Une vieille femme est assassinée. Elle ne remportait pas l'estime de tous : elle avait un caractère épouvantable, était cynique et dénigrait tout le monde. Petit à petit, et grâce à son journal intime, on découvre qui elle est et pourquoi elle est ainsi. En même temps, on fait connaissance avec le petit monde qui l'entoure : sa famille, ses voisins, son médecin... Chaque profil est passé au peigne fin au niveau psychologique. On se prend à aimer certains personnages, même s'ils deviennent les meurtriers possibles de cette vieille dame. Les secrets de famille sont mis à jour de manière progressive. Une excellente intrigue, notamment par rapport à l'héritage.
  • MagEv Posté le 27 Juillet 2016
    Mathilde Gillespsie est retrouvée morte dans sa baignoire, veines tranchées. La mise en scène est plutôt macabre car elle portait une muselière en fer sur son visage et autour se trouvaient des orties et des fleurs. Cette femme était méchante et méprisante, beaucoup de personnes l’aimaient peu, à commencer par sa propre fille. Pourtant, la police conclut à un suicide mais l’inspecteur Cooper en doute et va mener son enquête. Une petite enquête sans prétention mais efficace ! L’auteur nous embarque sur des fausses pistes et ce jusque dans les dernières pages. De plus au fil des pages, les secrets de famille se dévoilent les uns après les autres et certains sont vraiment, vraiment inavouables. Une famille du genre que l’on ne souhaiterait nullement avoir. L’intrigue est bien ficelée, peut-être un peu trop de bla-bla à mon coup au détriment de l’action. Les personnages, quant à eux, sont sympathiques ou… pas, attachants ou... pas mais restent agréables à découvrir. J’ai d’ailleurs eu un petit coup de cœur pour Jack, drôle et cynique à souhait. En bref, même si pour moi ce n’est pas le meilleur roman policier que j’ai lu, je retenterai tout de même cet auteur avec plaisir !
  • jfponge Posté le 18 Octobre 2015
    En digne héritière d'Agatha Christie, Minette Walters nous convie à un huis-clos familial où, de mensonge en mensonge, tout le monde se trouve engagé dans une spirale infernale conduisant à la mort. Mathilda Gillespie, qui faisait régner la terreur autour d'elle, est retrouvée morte dans sa baignoire, les poignets tailladés et le visage affublé d'un horrible masque de métal rouillé en forme de muselière. Un testament rédigé peu de temps avant sa mort semble désigner la coupable. Mais s'agit-il vraiment d'un meurtre ? Grâce au flair et à la ténacité de l'inspecteur Cooper, et à sa connaissance approfondie de Shakespeare, des secrets savamment enfouis vont refaire surface et le conduire vers la résolution de l'énigme. Lecteurs curieux et fins connaisseurs des énigmes policières, ne cherchez pas à deviner la fin de l'histoire, vous n'y parviendrez pas, malgré toute votre perspicacité, tant Minette Walters sait jongler avec les fausses-pistes. L'étrangeté, si typique de cette auteure féconde ("Le sang du renard"), est encore absente de cet opus qui fait partie de ses tout premiers romans, mais le talent est là, et bien là. Á déguster, avec un chat sur les genoux et une bonne tasse de thé sur le guéridon…
  • Cocotte8017 Posté le 21 Février 2015
    Mathilda, une vieille dame détestable, est retrouvée morte dans sa baignoire. A-t-elle mis fin à ses jours? L'inspecteur Cooper en doute et il aura raison de penser qu'il s'agit d'un meurtre. Débute alors l'enquête afin de trouver le coupable, une tâche qui s'avérera ardue, car plusieurs avaient de bonne raisons de se débarasser de Mathilda... J'ai bien aimé ce policier classique, mais tout à fait efficace! L'intrigue est bien menée, les personnages intéressants, l'auteur nous transporte d'une piste à l'autre sans qu'on ne se doute de rien. On sait que le coupable n'est pas celui qu'on pense, mais pas facile de mettre le doigt dessus avant la fin. Les ingrédients nécessaires pour un bon polcier étaient au rendez-vous!
  • mauriceandre Posté le 27 Janvier 2015
    Si vous aimez les policiers où, jusqu'à la dernière page, vous n'arrivez pas à savoir qui est l'assassin, alors lisez ce roman de Minette Walters. Les suspects sont innombrables et les secrets de famille horribles. Quand on lit ce genre de livre, on en vient à douter de l'humanité.
Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.