RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            La nuit appartient au tigre

            10/18
            EAN : 9782264069535
            Code sériel : 5346
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 192
            Format : 108 x 177 mm
            La nuit appartient au tigre

            Date de parution : 08/11/2018
            Ancien des forces spéciales, Derek Ardo cherche à fuir son lourd passé. Reconverti dans l’humanitaire, il est engagé par une fondation pour prendre la tête d’une médiathèque dans un quartier neuf d’Aramsha, en Inde. Hormis Aparajita, une petite fille au caractère bien trempé, et Trishna, une jeune femme bannie par... Ancien des forces spéciales, Derek Ardo cherche à fuir son lourd passé. Reconverti dans l’humanitaire, il est engagé par une fondation pour prendre la tête d’une médiathèque dans un quartier neuf d’Aramsha, en Inde. Hormis Aparajita, une petite fille au caractère bien trempé, et Trishna, une jeune femme bannie par sa famille pour avoir fui un mariage forcé, les visiteurs sont rares, et sa vie s’annoncerait des plus tranquilles s’il n’y avait la présence d’un tigre mangeur d’hommes, dont les victimes se multiplient. Un climat de méfiance et de peur s’installe en ville, et Derek engage alors une guerre personnelle contre le fauve.
            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782264069535
            Code sériel : 5346
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 192
            Format : 108 x 177 mm

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • Wendat69 Posté le 19 Novembre 2018
              Michel Honaker nous offre, dans ce court roman, une belle confrontation entre l'homme et le fauve, pas n'importe lequel, celui qui représente -tant symboliquement que dans la réalité -le caractère sauvage d'une nature agressée, un animal en lutte perpétuelle pour sa survie, le Tigre. L'action se déroule en Inde, pays immense, dont la population est à sa démesure, en mutation perpétuelle et pourtant figé dans le rigorisme de sa hiérarchie sociale, ou la modernisation outrancière n'occulte pas le poids pesant d'un système de castes. Ce bon roman est une forme réussie d'allégorie, une dénonciation de la culture du profit immédiat, du mépris de l'homme pour le milieu, une mise en abyme de cette destruction progressive et rapide de la Nature et du Sauvage, qui ne conduira qu'à la propre destruction de l'homme. Le tigre mangeur d'hommes n'est pas un concept fantasmagorique mais bien une réalité dans un pays comme l'Inde, où régulièrement le fauve tue. Mais ces attaques restent le tribut qu'il fait payer à une expansion incessante, son territoire est mangé par les pelleteuses, et lui, parfois mange ceux qui les conduisent... Un roman intéressant donc, qui appelle à d'autres lectures ambitieuses et profondes sur le Tigre et tout... Michel Honaker nous offre, dans ce court roman, une belle confrontation entre l'homme et le fauve, pas n'importe lequel, celui qui représente -tant symboliquement que dans la réalité -le caractère sauvage d'une nature agressée, un animal en lutte perpétuelle pour sa survie, le Tigre. L'action se déroule en Inde, pays immense, dont la population est à sa démesure, en mutation perpétuelle et pourtant figé dans le rigorisme de sa hiérarchie sociale, ou la modernisation outrancière n'occulte pas le poids pesant d'un système de castes. Ce bon roman est une forme réussie d'allégorie, une dénonciation de la culture du profit immédiat, du mépris de l'homme pour le milieu, une mise en abyme de cette destruction progressive et rapide de la Nature et du Sauvage, qui ne conduira qu'à la propre destruction de l'homme. Le tigre mangeur d'hommes n'est pas un concept fantasmagorique mais bien une réalité dans un pays comme l'Inde, où régulièrement le fauve tue. Mais ces attaques restent le tribut qu'il fait payer à une expansion incessante, son territoire est mangé par les pelleteuses, et lui, parfois mange ceux qui les conduisent... Un roman intéressant donc, qui appelle à d'autres lectures ambitieuses et profondes sur le Tigre et tout ce qu'il représente, comme "le Tigre", de John Vaillant, ou bien encore Des tigres et des hommes, le Grand Van et autres nouvelles, de Nicolas Baïkov.
              Lire la suite
              En lire moins
            • Krout Posté le 29 Décembre 2016
              "La neige est tombée sur les Ghâts. Si l'évènement n'est pas rare en hiver, il atteint rarement la vallée. Sous cette couche de duvet immaculé, Aramsha prend des allure de ville d'Autriche... S'il n'y avait la présence des macaques dont le nez et l'arrière train en cette occasion, sont plus écarlates que jamais." p.190 Bien sûr tout commence dès la couverture avec cette étrange figure géométrique composée de symboles simples dans une séquence répétitive. Quel magnétisme ! Le titre en son milieu sonne comme un mystérieux avertissement : La nuit appartient au tigre. Je l'apprendrai plus tard par l'intermédiaire de la délicieuse Trishna qui porte sa beauté comme un fardeau : c'est un kolam ! " Trishna me considère avec une sorte d'indulgence amusée. - Le kolam n'est pas que décoratif. C'est aussi un message spirituel. Sa raison d'être est de plaire au regard, et d'inciter à la méditation, au questionnement sur soi. Il est comme la vie : éphémère. Le vent peut l'emporter, il n'en reste rien, que le souvenir de sa beauté." p.72 Et moi de penser que cette définition colle parfaitement à ce récit d'aventure aux échos fabuleux, écologiques et philosophiques. Une histoire simplement racontée mais aussi dense et... "La neige est tombée sur les Ghâts. Si l'évènement n'est pas rare en hiver, il atteint rarement la vallée. Sous cette couche de duvet immaculé, Aramsha prend des allure de ville d'Autriche... S'il n'y avait la présence des macaques dont le nez et l'arrière train en cette occasion, sont plus écarlates que jamais." p.190 Bien sûr tout commence dès la couverture avec cette étrange figure géométrique composée de symboles simples dans une séquence répétitive. Quel magnétisme ! Le titre en son milieu sonne comme un mystérieux avertissement : La nuit appartient au tigre. Je l'apprendrai plus tard par l'intermédiaire de la délicieuse Trishna qui porte sa beauté comme un fardeau : c'est un kolam ! " Trishna me considère avec une sorte d'indulgence amusée. - Le kolam n'est pas que décoratif. C'est aussi un message spirituel. Sa raison d'être est de plaire au regard, et d'inciter à la méditation, au questionnement sur soi. Il est comme la vie : éphémère. Le vent peut l'emporter, il n'en reste rien, que le souvenir de sa beauté." p.72 Et moi de penser que cette définition colle parfaitement à ce récit d'aventure aux échos fabuleux, écologiques et philosophiques. Une histoire simplement racontée mais aussi dense et profonde que la jungle dans laquelle nous allons pénétrer sur les traces du tigre à la suite de Derek Ardo. Faites vite vos vaccins et préparez vos machettes. ;) Je vous le dis Derek Ardo est parti en Inde à la rencontre des autres et à la recherche de lui-même plus que pour fuir les cauchemars de son passé militaire. Avec la joie de partager la connaissance et le plaisir de la lecture. La naissance d'une belle histoire avec Trishna, Aparajita, Kanshal terriblement attachants ... et bien d'autres encore... L'Inde fascinante, la terrifiante confrontation avec une nature grouillante et hostile atteint son paroxysme dans la lutte avec Akhil le Tigre séculaire et déjà légendaire, menacé sur son propre territoire par de nouveaux projets immobiliers. Comment ne pas voir dans ce roman une élogieuse évocation moderne du très célèbre livre de la jungle de Kippling ? Dépaysement garanti, frissons, déconvenues et espoirs à la clé. Joie, peur, colère, tristesse, dégoût, je suis passé très souvent d'un sentiment à l'autre comme quand j'étais enfant, c'est rare. Michel Honacker nous entraîne à la découverte de l'Inde mais surtout dans un merveilleux voyage intérieur. Mais quel est ce feulement ? Il me semble aussi sentir une odeur fauve, dans mon dos. - NE TE MÉPRENDS PAS TOUT CE QUE TU CONNAIS NE SONT QUE DES PAROLES MISES DANS MA GUEULE PAR MICHEL HONAKER. FAIS GAFFE A LA TIENNE ! TOI QUI TE GAUSSES DE MON TRÈS LOINTAIN COUSIN LE CHAT DANS UN CONTE. TU NE ME CONNAIS PAS. MAIS JE SERAI TOUJOURS LA. DERRIÈRE TOI. - AKHIL écoute bien ceci : "En ce qui me concerne, je n'ai plus aucune peur." p.191 Car toi non plus tu ne sais pas tout. Et certainement pas que j'étais accompagné pendant toute ma lecture par une petite fée, celle-la même qui par son enthousiasme partagé ma littéralement mis ce roman entre les mains. Une fée vous promet un voyage enchanteur et dépose l'étiquette envoûtant sur un roman, moi je n'ai pas pu résister. Je savais que je ne serais pas déçu et qu'elle serait là pour me protéger. Je vous conseille d'aller voir sa critique avant d'entamer la lecture, elle est magique. Merci Stelphique. "A la fin, je referme le livre à regret, ainsi que l'on referme une fenêtre sur un autre monde, avec pour seule consolation de pouvoir à nouveau en franchir le seuil magique quand il me plaira." p.55
              Lire la suite
              En lire moins
            • Stelphique Posté le 21 Septembre 2016
              Ce que j’ai ressenti:…Un voyage enchanteur…pour rugir de plaisir… Dépaysement: •Partons en Inde…Apprenons à dessiner des kolam , manger du poulet épicé, rencontrer une civilisation différente…Je suis toujours partante pour voir d’autres Horizons, d’autres Ailleurs, mais celui ci de voyage, m’a enivrée! « Le monde appartient aux Hommes, mais la nuit appartient au Tigre. » •Rencontrons un être fascinant: le Tigre. Presque une Divinité, un Danger latent, une Peur ancestrale. Laissons le prendre son territoire, nous fasciner, nous effrayer. La nuit lui appartient, et vous découvrirez à quel point, si vous ouvrez ce roman enchanteur. Il impose un respect, ce Tigre, une ambiance électrisante. Connaître ses pensées, c’est se confronter aux nôtres… « Vous êtes ainsi, Hommes, fascinés par ce qui est médiocre et futile. » C’est presque un conte. Et les contes ont toujours sur moi, cet effet fascinant. C’est presque un roman d’aventures. Et quel plaisir de parcourir d’autres Terres. Je me suis délectée de chaque mot. J’ai adoré où l’auteur nous emmène, ce qu’il nous apprend sur l’Inde, sa fascination pour la Nature. Il donne une voix puissante, une magie imprégnante à son texte, un œil avisé sur les travers de l’Homme. J’aime beaucoup cette forme de texte merveilleux, qui cache souvent... Ce que j’ai ressenti:…Un voyage enchanteur…pour rugir de plaisir… Dépaysement: •Partons en Inde…Apprenons à dessiner des kolam , manger du poulet épicé, rencontrer une civilisation différente…Je suis toujours partante pour voir d’autres Horizons, d’autres Ailleurs, mais celui ci de voyage, m’a enivrée! « Le monde appartient aux Hommes, mais la nuit appartient au Tigre. » •Rencontrons un être fascinant: le Tigre. Presque une Divinité, un Danger latent, une Peur ancestrale. Laissons le prendre son territoire, nous fasciner, nous effrayer. La nuit lui appartient, et vous découvrirez à quel point, si vous ouvrez ce roman enchanteur. Il impose un respect, ce Tigre, une ambiance électrisante. Connaître ses pensées, c’est se confronter aux nôtres… « Vous êtes ainsi, Hommes, fascinés par ce qui est médiocre et futile. » C’est presque un conte. Et les contes ont toujours sur moi, cet effet fascinant. C’est presque un roman d’aventures. Et quel plaisir de parcourir d’autres Terres. Je me suis délectée de chaque mot. J’ai adoré où l’auteur nous emmène, ce qu’il nous apprend sur l’Inde, sa fascination pour la Nature. Il donne une voix puissante, une magie imprégnante à son texte, un œil avisé sur les travers de l’Homme. J’aime beaucoup cette forme de texte merveilleux, qui cache souvent une réalité pas tout à fait reluisante, les messages forts qui passe derrière le folklore, les leçons qu’on en tire une fois la dernière page tournée…En fait, il est difficilement à mettre dans une case avec une étiquette: il est juste envoûtant. Plus que tout, j’ai adoré la fin, qui nous pousse inexorablement à relire une fois encore, ce roman fascinant! Je le mets en coup de cœur forcement, car tout un tas d’émotions diverses m’a traversée durant cette lecture: de la peur avec l’ombre du Tigre, de la peine pour la condition des femmes indiennes, de l’émerveillement pour cette jungle luxuriante, de la joie pour ce projet de mettre à disposition la Lecture dans ce coin reculé, de l’enthousiasme de suivre un auteur talentueux… « Tout le problème est là, de la difficulté d’entraîner les enfants vers le savoir et non vers la servitude. »
              Lire la suite
              En lire moins
            • sofynet Posté le 19 Juillet 2016
              L'histoire/Le sujet : S'installer au calme dans une petite ville d'Inde est ce à quoi Derek aspire, après les horreurs dont il a pu être témoin durant la guerre. L'arrivée dans cette toute nouvelle médiathèque, à peine sortie de terre, ne pouvait que le combler. Mais il s'y trouve seul, et très peu de personnes lui rendent visite au long de ces chaudes journées. Quand un buffle est retrouvé massacré, un réel climat de tension se pose sur le quartier nouveau où se trouve la médiathèque. D'autant que très vite, les langues se délient, et on parle de disparitions... et du tigre. Très vite, Derek comprendra qu'il est entré dans une nouvelle guerre... Le style : Un roman à la premiere personne, presque un journal, qui nous happe dès les premières pages. D'autant que quelques chapitres sont d'un autre point de vue... très surperenant. Très très agréable à lire. Et la couverture alors ? Très simple, et aux inspirations indiennes. Jolie. En conclusion ? Voilà un auteur que je découvre au travers de ce roman, je ne connaissais aucun de ses nombreux écrits. Et j'ai vraiment beaucoup aimé. Comme je l'ai dit,... L'histoire/Le sujet : S'installer au calme dans une petite ville d'Inde est ce à quoi Derek aspire, après les horreurs dont il a pu être témoin durant la guerre. L'arrivée dans cette toute nouvelle médiathèque, à peine sortie de terre, ne pouvait que le combler. Mais il s'y trouve seul, et très peu de personnes lui rendent visite au long de ces chaudes journées. Quand un buffle est retrouvé massacré, un réel climat de tension se pose sur le quartier nouveau où se trouve la médiathèque. D'autant que très vite, les langues se délient, et on parle de disparitions... et du tigre. Très vite, Derek comprendra qu'il est entré dans une nouvelle guerre... Le style : Un roman à la premiere personne, presque un journal, qui nous happe dès les premières pages. D'autant que quelques chapitres sont d'un autre point de vue... très surperenant. Très très agréable à lire. Et la couverture alors ? Très simple, et aux inspirations indiennes. Jolie. En conclusion ? Voilà un auteur que je découvre au travers de ce roman, je ne connaissais aucun de ses nombreux écrits. Et j'ai vraiment beaucoup aimé. Comme je l'ai dit, l'histoire nous happe dès les premières lignes. Le personnage de Derek, conteur de cette histoire, est très attachant par sa force et ses nombreuses faiblesses. On le suit avec plaisir, puis avec angoisse, et on vit au travers de ses yeux cette aventure éprouvante. Les autres personnages, secondaires, sont très bien amenés et décrits, et prennent toute leur profondeur au coeur de l'action. Les descriptions ne sont pas longues et lourdes, mais on y sent malgré tous les épices, les paysages, la moiteur de l'Inde, et c'est également envoutant. L'histoire est très simple, mais c'est le choix qu'à fait l'auteur de la faire vivre au travers de ce personnage ancien soldat, devenu animateur culturel, aspirant à une vie calme et saine, qui en donne toute sa puissance. Le face à face qui se pose là est fort et violent, et passionnant. Bref, je n'ai pu lacher le livre (au prix de mes heures de sommeil - ne pas commencer ce livre tard le soir) une fois que je l'ai commencé. Les chapitres y sont courts, ce qui rythme parfaitement l'action, mais chacun nous pousse un peu plus dans l'angoisse, et il est impossible de ne pas continuer pour enfin savoir. Un excellent roman selon moi, coup de coeur !
              Lire la suite
              En lire moins
            • Colibrille Posté le 17 Mai 2016
              S'il y a bien longtemps que Michel Honaker a conquis mon cœur de lectrice, ce nouveau roman ne fait que renforcer l'admiration que j'ai pour son travail. C'est en lisant les aventures de "Rocambole" que j'ai découvert ce formidable auteur jeunesse. Je me suis ensuite lancée dans la lecture de "L'enchanteur de sable", puis de "Terre Noire" et de "L'Agence Pinkerton", autant de séries passionnantes que je ne me lasse pas de relire. Il ne s'agit là que de quelques titres parmi tant d'autres, mais qui sont les meilleurs selon moi ! S'il ne fait aucun doute que Michel Honaker est un brillant auteur jeunesse et ado, j'ignorais en revanche qu'il possédait le même talent en littérature adulte. En effet, avec "La nuit appartient au tigre", l'auteur signe là son premier roman pour adultes. Cette incursion dans la littérature générale est une belle réussite. Dès les premières lignes, il se dégage de l'écriture incisive de Michel Honaker une atmosphère sombre, chargée de tension. Cette tension qui s'installe dès le chapitre d'ouverture ne fait que croître au fil des pages et finit par nous gagner complètement. Entre les lignes plane une menace presque palpable. Alors que le tigre et l'homme ne se... S'il y a bien longtemps que Michel Honaker a conquis mon cœur de lectrice, ce nouveau roman ne fait que renforcer l'admiration que j'ai pour son travail. C'est en lisant les aventures de "Rocambole" que j'ai découvert ce formidable auteur jeunesse. Je me suis ensuite lancée dans la lecture de "L'enchanteur de sable", puis de "Terre Noire" et de "L'Agence Pinkerton", autant de séries passionnantes que je ne me lasse pas de relire. Il ne s'agit là que de quelques titres parmi tant d'autres, mais qui sont les meilleurs selon moi ! S'il ne fait aucun doute que Michel Honaker est un brillant auteur jeunesse et ado, j'ignorais en revanche qu'il possédait le même talent en littérature adulte. En effet, avec "La nuit appartient au tigre", l'auteur signe là son premier roman pour adultes. Cette incursion dans la littérature générale est une belle réussite. Dès les premières lignes, il se dégage de l'écriture incisive de Michel Honaker une atmosphère sombre, chargée de tension. Cette tension qui s'installe dès le chapitre d'ouverture ne fait que croître au fil des pages et finit par nous gagner complètement. Entre les lignes plane une menace presque palpable. Alors que le tigre et l'homme ne se sont pas encore croisés, on sent pourtant que l'affrontement a déjà commencé. L'intrigue du roman se révèle aussi intense que celle d'un thriller. Si le suspense est présent, l'histoire est aussi porteuse d'un message fort. L'auteur nous rappelle combien l'équilibre entre l'homme et l'animal est fragile. J'ai apprécié la construction du roman car Michel Honaker y alterne la voix du tigre avec celle de l'homme. J'ai cependant trouvé dommage que cette alternance narrative ne soit pas tout à fait équilibrée. Le récit de Derek Ardo compose en effet les deux tiers du roman. Si sur le plan quantitatif, leurs deux voix ne sont pas à égalité, sur le plan qualitatif, elles se répondent à merveille. J'avoue avoir eu une faiblesse pour le discours du tigre, sauvage mais aussi sensé, peut-être même plus que celui tenu par l'homme... Une fable des temps modernes aussi passionnante que poignante.
              Lire la suite
              En lire moins
            Lisez inspiré avec 10/18 !
            Voyagez hors des sentiers battus, loin d'une littérature conventionnelle et attendue…