En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez le dépôt de cookies qui nous permettront, ainsi qu’à nos partenaires, de vous proposer des offres et contenus adaptés à vos centres d’intérêts, des fonctions de partage vers les réseaux sociaux, d’analyser le trafic et la performance du site et d’effectuer des statistiques.
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        La nuit n'est jamais complète

        Pocket
        EAN : 9782266269018
        Code sériel : 16712
        Façonnage normé : POCHE
        Nombre de pages : 256
        Format : 108 x 177 mm
        La nuit n'est jamais complète

        Date de parution : 13/04/2017
        La route à perte de vue au milieu d’un désert de rocaille. Arielle et Jimmy parcourent le bitume au volant de leur vieille Ford. Mais quand le père et la fille tombent sur un barrage de police et sont obligés de passer la nuit sur place, tout dérape… Ils se... La route à perte de vue au milieu d’un désert de rocaille. Arielle et Jimmy parcourent le bitume au volant de leur vieille Ford. Mais quand le père et la fille tombent sur un barrage de police et sont obligés de passer la nuit sur place, tout dérape… Ils se réveillent seuls, abandonnés, naufragés de l’asphalte. À quelques kilomètres de là, deux immenses tours métalliques se dressent, cadavres rongés par la rouille et le temps. Quelques maisons en tôle froissée se serrent pour se protéger du vent. Cette ancienne mine sera leur refuge. Ou leur pire cauchemar…
        Mais ce voyage au cœur des ténèbres est-il vraiment un hasard ?
         
        « Des chapitres courts et intenses, une écriture fluide, l’auteur mène la danse au fil des pages, ne laissant aucun répit. » Le Havre-Presse
        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782266269018
        Code sériel : 16712
        Façonnage normé : POCHE
        Nombre de pages : 256
        Format : 108 x 177 mm
        Pocket
        6.70 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • lilibookncook Posté le 2 Août 2018
          Il y a bien longtemps qu'un roman de ce genre ne m'avait pas autant emballé ! Entre triller et fantastique, des chapitres courts, une cadence effrénée, ce roman possède tout ce que j'aime : une obscure fascination. Je sens encore le soleil mordre la peau d'Arielle et Jimmy, ce duo père/fille filant sur la route au milieu d'un désert sud-américain. Sens encore la peur suinter par tous leurs pores, naufragés d'un paysage sauvage. Sens l'angoisse s'emparer de leur corps à la découverte d'une mine abandonnée, là où plane une ombre menaçante. Compagnons de hasard, Arielle, Jimmy et trois hommes se piquent à la solitude et l'hostilité des lieux, mais pour combien de temps ? Et s'ils n'étaient pas seuls ? Traversant à perte de vue la route n°33 quelque part en Amérique du Sud, Arielle et Jimmy, père et fille, sont stoppés net dans leur progression, un barrage de police empêchant toute avancée suite à un glissement de terrain. Pris au piège et cernés par le désert, ils n'ont d'autres choix avec Florencio, Juan et Victor, trois autres compagnons d'infortune, de dormir dans leur voiture. Au réveil, sans plus aucune présence policière et les batteries de voitures à plats, ils ne leur reste plus qu'un mince espoir de trouver des habitations. N'écoutant... Il y a bien longtemps qu'un roman de ce genre ne m'avait pas autant emballé ! Entre triller et fantastique, des chapitres courts, une cadence effrénée, ce roman possède tout ce que j'aime : une obscure fascination. Je sens encore le soleil mordre la peau d'Arielle et Jimmy, ce duo père/fille filant sur la route au milieu d'un désert sud-américain. Sens encore la peur suinter par tous leurs pores, naufragés d'un paysage sauvage. Sens l'angoisse s'emparer de leur corps à la découverte d'une mine abandonnée, là où plane une ombre menaçante. Compagnons de hasard, Arielle, Jimmy et trois hommes se piquent à la solitude et l'hostilité des lieux, mais pour combien de temps ? Et s'ils n'étaient pas seuls ? Traversant à perte de vue la route n°33 quelque part en Amérique du Sud, Arielle et Jimmy, père et fille, sont stoppés net dans leur progression, un barrage de police empêchant toute avancée suite à un glissement de terrain. Pris au piège et cernés par le désert, ils n'ont d'autres choix avec Florencio, Juan et Victor, trois autres compagnons d'infortune, de dormir dans leur voiture. Au réveil, sans plus aucune présence policière et les batteries de voitures à plats, ils ne leur reste plus qu'un mince espoir de trouver des habitations. N'écoutant que leur instinct et parcourant quelques kilomètres sous un soleil ardent, au loin, ils aperçoivent deux tours métalliques révélant un village laissé à l'abandon. Ancienne mine désormais déserte, ce lieu sera leur refuge, mais pour combien de temps ? Alors que chacun découvre cet étrange lieu, une bête rôde... La mine semble cacher de sombres secrets. Et si le hasard n'avait rien à voir ? Thriller fantastique, j'avoue que l'univers de Niko Tackian est fascinant. Façon Stephen King, il distille avec brio des éléments empruntés au fantastique pour les mêler avec subtilité au thriller. Quel est le vrai du faux ? Où est la part de réel ? La fluidité de l'écriture, la rapidité des chapitres et l'intensité des événements renforce cette ambiance étouffante pour en faire un huis-clos haletant puisque, malgré un vaste paysage, il est étonnant de constater la sensation de claustrophobie qui se dégage de ces pages. De ce paysage écrasant, j'ai complètement adhéré aux descriptions et comportements réalistes qui s'emparent des personnages. Comment réagir face à une telle situation ? Tandis que Victor tente, seul, de regagner la route, Juan est irrésistiblement attiré par la mine pendant que Florencio, Jimmy et Arielle explore les maisons restantes à la recherche de nourriture. Ambiance film d'horreur, car bientôt, d'étranges apparitions et hurlements de bêtes perturbent leurs nuits. Flippant ! Une fois ouvert, vous ne pourrez plus lâcher ce livre où la raison vacille un peu plus à chaque page. Hypnotique, j'ai adoré la tension grandissante, les relations entre personnages, mais aussi la finesse psychologique avec laquelle joue le romancier. De la fin étonnante, ce roman de 250 pages devrait ravir les amateurs de bizarreries en série... Une gourmandise à la lecture d'un roman ? Vous savez bien que je ne dis pas non ! Alors pour celui-ci, j'opte pour le thé Boost Kusmi Tea et des bâtonnets aux amandes enrobés de chocolat pour survivre jusqu'au bout de la nuit...
          Lire la suite
          En lire moins
        • Lorrainedesmordusdelecture Posté le 17 Juillet 2018
          La nuit n'est jamais complète, de Niko Tackian Résumé : La route à perte de vue au milieu d'un désert de rocaille. Arielle et Jimmy parcourent le bitume au volant de leur vieille Ford. Mais quand le père et la fille tombent sur un barrage de police et sont obligés de passer la nuit sur place, tout dérape... ils se réveillent seul, abandonnés, naufragés de l'asphalte. À quelques kilomètres de là, deux immenses tours métalliques se dressent, cadavres rongés par la rouille et le temps. Quelques maisons en tôle froissée se serrent pour se protéger du vent. Cette ancienne mine sera le refuge. Ou leur pire cauchemar... Mais ce voyage au cœur des ténèbres est-il vraiment un hasard? Mon avis: Une fois passé les quelques passages dans le désert se livre nous ennivre dans une histoire palpitante dont on ne devine pas la fin. J'avoue voir trouvé le début un peu long, mais une fois le final lu, ces débuts sont finalement presque indispensables ! Si je devais comparer, je dirai que j'ai quand même préféré " Quelque part avant l'enfer ", du même auteur. La fin est donc, comme je vous l'ai dit, surprenante et les sentiment des personnages sont vraiment très... La nuit n'est jamais complète, de Niko Tackian Résumé : La route à perte de vue au milieu d'un désert de rocaille. Arielle et Jimmy parcourent le bitume au volant de leur vieille Ford. Mais quand le père et la fille tombent sur un barrage de police et sont obligés de passer la nuit sur place, tout dérape... ils se réveillent seul, abandonnés, naufragés de l'asphalte. À quelques kilomètres de là, deux immenses tours métalliques se dressent, cadavres rongés par la rouille et le temps. Quelques maisons en tôle froissée se serrent pour se protéger du vent. Cette ancienne mine sera le refuge. Ou leur pire cauchemar... Mais ce voyage au cœur des ténèbres est-il vraiment un hasard? Mon avis: Une fois passé les quelques passages dans le désert se livre nous ennivre dans une histoire palpitante dont on ne devine pas la fin. J'avoue voir trouvé le début un peu long, mais une fois le final lu, ces débuts sont finalement presque indispensables ! Si je devais comparer, je dirai que j'ai quand même préféré " Quelque part avant l'enfer ", du même auteur. La fin est donc, comme je vous l'ai dit, surprenante et les sentiment des personnages sont vraiment très bien décrits et l'histoire en elle même est vraiment prenante , car je voulais à tout prix savoir ce qu'il allait advenir de tous ces protagonistes.
          Lire la suite
          En lire moins
        • chroniquesdepapiers Posté le 23 Mai 2018
          Niko Tackian est un auteur aux multiples facettes. Écrivain, il participe régulièrement en tant que scénariste pour des séries télévisées, dont Alex Hugo, série policière française parue en 2014, co-écrite avec Franck Thilliez. Réalisateur du téléfilm Azad paru en 2009, qui traite du génocide arménien, il se lance en 2015 dans la littérature avec la sortie de Quelque part avant l’enfer, suivi l’année suivante par La nuit n’est jamais complète. Abordant certains côtés méconnus de la science humaine, Tackian propose ici un récit court, très dense, où l’on se demande à quelle sauce il a été tourné : horreur, thriller, drame,… Le doute perdure autant que les péripéties se succèdent. Un véritable page-turner, même si le rythme n’est pas forcément maintenu à une cadence folle. Première approche dans l’histoire : un désert, des collines, une mine abandonnée près de laquelle quatre hommes et une femme vont devoir se réfugier. De forts relents du long-métrage La Colline à des Yeux, survival horrifique réalisé par Wes Craven (pour l’original) en 1977. Un décor qui pose l’ambiance donc. Opressante, chaude et malsaine. Un road-trip dévastateur. Mais Niko Tackian brouille les pistes rapidement, et donne l’envie d’en savoir plus. Pari réussi, tant les pages s’avalent facilement. L’isolement et la chaleur... Niko Tackian est un auteur aux multiples facettes. Écrivain, il participe régulièrement en tant que scénariste pour des séries télévisées, dont Alex Hugo, série policière française parue en 2014, co-écrite avec Franck Thilliez. Réalisateur du téléfilm Azad paru en 2009, qui traite du génocide arménien, il se lance en 2015 dans la littérature avec la sortie de Quelque part avant l’enfer, suivi l’année suivante par La nuit n’est jamais complète. Abordant certains côtés méconnus de la science humaine, Tackian propose ici un récit court, très dense, où l’on se demande à quelle sauce il a été tourné : horreur, thriller, drame,… Le doute perdure autant que les péripéties se succèdent. Un véritable page-turner, même si le rythme n’est pas forcément maintenu à une cadence folle. Première approche dans l’histoire : un désert, des collines, une mine abandonnée près de laquelle quatre hommes et une femme vont devoir se réfugier. De forts relents du long-métrage La Colline à des Yeux, survival horrifique réalisé par Wes Craven (pour l’original) en 1977. Un décor qui pose l’ambiance donc. Opressante, chaude et malsaine. Un road-trip dévastateur. Mais Niko Tackian brouille les pistes rapidement, et donne l’envie d’en savoir plus. Pari réussi, tant les pages s’avalent facilement. L’isolement et la chaleur va vite démanteler la faible osmose créée par la force des événements, et chacun des personnages va vivre des situations compliquées. Mais l’auteur ne dévoile rien, seules les suppositions sont là pour nourrir cet intérêt croissant lors de la lecture. Puis la fin, ou tout prend sens. Et là, l’écrivain maîtrise son sujet car les métaphores employées sont rondement menées. Un vrai plaisir, mélangé à de la tristesse, car c’est un aspect de la vie pouvant toucher n’importe qui. Dans le cas présent, l’auteur y rajoute néanmoins son grain de sel. Une fois la dernière page tournée, des similitudes avec d’autres romans à succès peuvent se faire sentir, même si le sujet est complètement différent. Un peu de frustration donc, mais ce roman reste (et est) une histoire prenante.
          Lire la suite
          En lire moins
        • laiafunky Posté le 10 Avril 2018
          Jimmy et sa fille Arielle partent à bord de leur vieille ford et se retrouvent bloqués par un barrage de police. N'ayant plus le choix que de passer la nuit dans leur voiture comme les trois autres personnes. Le lendemain est le début de beaucoup d'évènements inattendus et vont se retrouver dans une mine désaffectée... Ce livre est fin au niveau pages mais est très fort au point de vue écriture, histoire. Très bon thriller, je le recommande comme tous les thrillers de cet auteur.
        • druspike Posté le 6 Avril 2018
          Facebook: https://www.facebook.com/Les-lectures-de-druspike-1848209112084092/ Insta: https://www.instagram.com/druspike/ Voilà un livre qui me faisait de l’œil depuis un très long moment ! Je pense ne pas l’avoir lu au meilleur moment, je l’ai sorti de ma PAL en me disant j’ai 2 jours pour le lire avant un week-end que je savais sans lecture, mais les choses ont été un peu différentes ! Les imprévues juste avant un week-end très chargé sportivement pour mon petit avec 3 jours complet de tournoi de hockey, je n’ai finalement pas eu le temps de me plonger vraiment dedans. De quoi ça parle ? « La route à perte de vue au milieu d'un désert de rocaille. Arielle et Jimmy parcourent le bitume au volant de leur vieille Ford. Mais quand le père et la fille tombent sur un barrage de police et sont obligés de passer la nuit sur place, tout dérape... Ils se réveillent seuls, abandonnés, naufragés de l'asphalte. À quelques kilomètres de là, deux immenses tours métalliques se dressent, cadavres rongés par la rouille et le temps. Quelques maisons en tôle froissée se serrent pour se protéger du vent. Cette ancienne mine sera leur refuge. Ou leur pire cauchemar... Mais ce voyage au cœur des ténèbres est-il vraiment un... Facebook: https://www.facebook.com/Les-lectures-de-druspike-1848209112084092/ Insta: https://www.instagram.com/druspike/ Voilà un livre qui me faisait de l’œil depuis un très long moment ! Je pense ne pas l’avoir lu au meilleur moment, je l’ai sorti de ma PAL en me disant j’ai 2 jours pour le lire avant un week-end que je savais sans lecture, mais les choses ont été un peu différentes ! Les imprévues juste avant un week-end très chargé sportivement pour mon petit avec 3 jours complet de tournoi de hockey, je n’ai finalement pas eu le temps de me plonger vraiment dedans. De quoi ça parle ? « La route à perte de vue au milieu d'un désert de rocaille. Arielle et Jimmy parcourent le bitume au volant de leur vieille Ford. Mais quand le père et la fille tombent sur un barrage de police et sont obligés de passer la nuit sur place, tout dérape... Ils se réveillent seuls, abandonnés, naufragés de l'asphalte. À quelques kilomètres de là, deux immenses tours métalliques se dressent, cadavres rongés par la rouille et le temps. Quelques maisons en tôle froissée se serrent pour se protéger du vent. Cette ancienne mine sera leur refuge. Ou leur pire cauchemar... Mais ce voyage au cœur des ténèbres est-il vraiment un hasard ? » Bon je ne suis pas doué pour « chroniquer » les petits livres (-300 pages), j’ai toujours peur d’en dire trop, de spoiler du coup c’est pas forcément ce que je préfère faire. Je pense que ce livre se lit en immersion totale, sur une ou deux journées ! Malheureusement on ne fait pas toujours ce qu’on veut dans la vie ! L’avantage c’est que les chapitres sont très courts donc même quand on se retrouve sans temps de lecture possible on arrive quand même à se caser quelques chapitres / jours histoire de ne pas perdre le fil. Ce livre aura été une belle façon pour moi de faire connaissance avec l’écriture de Niko Tackian. J’ai adoré sa plume, son style d’écriture. Les personnages sont très bien décrits, l’histoire est vraiment très intéressante, on est dans un huis clos, oppressant, étouffant avec des chapitres très très courts ce qui en fait un très bon page turner. Niko Tackian a une écriture très descriptive, assez cinématographique même. On est transporté, et on peut voir les scènes du livre prendre vie dans notre tête. Les personnages de Jimmy et d’Arielle sont très attachants, l’auteur a réussi à leur donner une vraie dimension. On voit souvent de ce livre que la fin est époustouflante, alors pour le coup moi elle ne m’a pas scotchée. Sûrement parce que j’attendais un truc démentiel alors que bon c’était un peu du déjà-vu. C’est le souci quand on voit beaucoup passer un livre. Je lis très rarement les avis quand les livres sont dans ma PAL mais pour celui là j’ai quand même vu beaucoup passer attention fin de dingue ! Bref c’est une très bonne fin mais pas aussi scotchante que ce que j’attendais. Je recommande vraiment ce livre, surtout à toi là qui n’a pas l’habitude de lire du thriller tu vas adorer !
          Lire la suite
          En lire moins

        Ils en parlent

        « Des chapitres courts, une écriture cinématographique, un style efficace, le lecteur se laisse vite prendre au piège. » Vincennes informations

        « Des chapitres courts et intenses, une écriture fluide, l’auteur mène la danse au fil des pages, ne laissant aucun répit aux acteurs de ce huis clos angoissant qui explore les (dé)connexions du cerveau humain avec une précision surprenante. » Le Havre-Presse

        « Une histoire passionnante, consumante même, à l’image de la chaleur aride du récit. » Pleine Vie
         
        Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
        Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.
        Les informations collectées par SOGEDIF (une société du groupe EDITIS) font l’objet d’un traitement automatisé ayant pour finalité de vous adresser des actualités et des offres, de vous proposer du contenu adapté à votre profil et à vos goûts, et de gérer sa relation avec vous. Les informations marquées d’un astérisque sont obligatoires. A défaut, SOGEDIF ne sera pas en mesure de répondre à votre demande. Ces informations sont à destination exclusive des maisons d’Edition du Groupe EDITIS et seront conservées pendant 3 ans à compter de votre dernière visite. Conformément au Règlement (UE) 2016/679 relatif à la protection des données à caractère personnel, vous disposez des droits suivants sur vos données : droit d’accès, droit de rectification, droit à l’effacement (droit à l’oubli), droit d’opposition, droit à la limitation du traitement, droit à la portabilité. Vous pouvez également définir des directives relatives à la conservation, à l'effacement et à la communication de vos données à caractère personnel après votre décès. Pour exercer vos droits, merci d’adresser votre courrier recommandé AR à l’adresse suivante : DPO EDITIS, 30 place d’Italie, 75013 Paris, en y joignant la copie d’une pièce d’identité. En cas de manquement aux dispositions ci-dessus, vous avez le droit d’introduire une réclamation auprès de la CNIL. Enfin, pour une simple résiliation de votre inscription au service, contactez notre équipe à l’adresse électronique suivante : inscription@lisez.com