Lisez! icon: Search engine
Pocket
EAN : 9782266286084
Code sériel : 58
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 256
Format : 108 x 177 mm

La rate au court-bouillon

Date de parution : 24/01/2019
Ah, les filles à papa ! Ça pourrait s’acheter la Riviera en coupures de un dollar, mais faut quand même leur payer la bouteille de champ’. Sur un salaire de poulet, merci bien ! De Cannes à Menton, ça n’empêche pas de palper les unes ni de bécoter l’autre :... Ah, les filles à papa ! Ça pourrait s’acheter la Riviera en coupures de un dollar, mais faut quand même leur payer la bouteille de champ’. Sur un salaire de poulet, merci bien ! De Cannes à Menton, ça n’empêche pas de palper les unes ni de bécoter l’autre : son genre de dame, à San-Antonio… Le genre qui se fait toujours kidnapper. Qui vous embauche comme garde du corps. Puis vous embarque à des crémaillères d’armateurs milliardaires, sur des atolls paradisiaques… Problème : la dame n’est pas la seule bombe du coin. L’autre est moins jolie. Elle fait tic-tac et des gros champignons quand on la tripote… Maladroits s’abstenir !

SAN-ANTONIO ANNÉES 60

@ Disponible chez 12-21
L'ÉDITEUR NUMÉRIQUE
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266286084
Code sériel : 58
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 256
Format : 108 x 177 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Wyoming Posté le 9 Janvier 2019
    Dans ce numéro 58, paru en 1965, San-Antonio doit protéger une riche héritière victime de plusieurs tentatives d'enlèvement. Le scénario est plutôt faible, de bons moments de verbiage néanmoins, pour un San-Antonio en forme, toujours agréable à lire.
  • lecassin Posté le 25 Avril 2018
    Nous sommes dans la grande période San-Antonio ; enfin, celle que je préfère… Malgré tout, après l'excellent « Bérurier au sérail », on pouvait s'attendre à du moins bon pour ce « La rate au court bouillon », qui ne me rappelait rien … Et c'est le cas. Ce n'est pas mauvais. On retrouve pas mal d'ingrédients qui font le très bon : calembours, notes de bas de page, whisky et petites pépées, quelques digressions et énumérations comme seul sait le faire Frédéric Dard, mais bon… On a l'impression que ça n'avance pas. Pourtant l'intrigue se tient. Ça commence fort : le Palm Beach Hotel, une rencontre (et plus car affinités), la belle Gloria Victis. Elle est victime d'une tentative rapt, mais Zorro San-Antonio veille… Il faut dire que la belle n'est autre qu'une riche héritière qui n'en est pas à sa première tentative d'enlèvement. Mieux, elle est invitée sur l'île du Konkipok, dans l'archipel des Galapagos où se déroulera la pendaison de crémaillère organisée par le richissime armateur Okapis : il a acheté l'île du Konkipok et l'a littéralement transformée en paradis terrestre. Un grand rendez-vous de têtes couronnées… Gloria, apeurée, demande à son chevalier servant de l'accompagner. Et lui, vous le connaissez… Au... Nous sommes dans la grande période San-Antonio ; enfin, celle que je préfère… Malgré tout, après l'excellent « Bérurier au sérail », on pouvait s'attendre à du moins bon pour ce « La rate au court bouillon », qui ne me rappelait rien … Et c'est le cas. Ce n'est pas mauvais. On retrouve pas mal d'ingrédients qui font le très bon : calembours, notes de bas de page, whisky et petites pépées, quelques digressions et énumérations comme seul sait le faire Frédéric Dard, mais bon… On a l'impression que ça n'avance pas. Pourtant l'intrigue se tient. Ça commence fort : le Palm Beach Hotel, une rencontre (et plus car affinités), la belle Gloria Victis. Elle est victime d'une tentative rapt, mais Zorro San-Antonio veille… Il faut dire que la belle n'est autre qu'une riche héritière qui n'en est pas à sa première tentative d'enlèvement. Mieux, elle est invitée sur l'île du Konkipok, dans l'archipel des Galapagos où se déroulera la pendaison de crémaillère organisée par le richissime armateur Okapis : il a acheté l'île du Konkipok et l'a littéralement transformée en paradis terrestre. Un grand rendez-vous de têtes couronnées… Gloria, apeurée, demande à son chevalier servant de l'accompagner. Et lui, vous le connaissez… Au final, une intrigue qui manque un peu de peps , des longueurs et un final bâclé (pour ne pas dire raté)… Jusqu'à la couverture Gourdon de cet avant-dernier "type B2" n'est pas à ranger dans les meilleures. M'étonne pas qu'il ne me reste rien de cet épisode…
    Lire la suite
    En lire moins
  • domisylzen Posté le 15 Octobre 2015
    Rencontré lors d'un cocktail, San-Antonio emmène Gloria faire un balade entre Cannes et Saint-Raphaël. Lors de cette virée, ils seront victimes d'une tentative d'enlèvement. La belle milliardaire est blasée c'est la quatrième fois en six mois, que cela se produit. Elle demande alors à Sana de devenir son garde du corps, elle part pour l'île de Kontipok dans deux jours. Une très bonne intrigue, à la Frédéric Dard, c'est drôle et divertissant. Le langage est particulier, enfin très particulier, donc pas pour les puristes de la langue française. Mais on peut aimer les grands auteurs et se lâcher par moment. Non ! Ah bon !
  • houba50 Posté le 15 Octobre 2015
    Un polar de Frédéric Dard. C'est une découverte pour moi car je n'avais jamais lu un San Antonio. C'est divertissant, malgré une histoire super tirée par les cheveux et des clichés très caricaturaux (espionnage, bimbos nymphomanes, princes arabes rois du pétrole....). L'ambiance sympa tient beaucoup au fait que j'ai écouté ce livre en livre audio (éditions road book), et que la bande son est très riche, avec plein de figurants, dont l'homme qui fait la voix française de Bruce Willis au cinéma. A part ça, ça n'est pas bien littéraire et pas bien ficelé, mais on sourit quand même.
  • Beathi Posté le 16 Novembre 2014
    58ème roman de San-Antonio publié en 1965 (dépôt légal 1ème trimestre 1965). L'histoire se déroule en été 1964 sur l'île du Konkipok (encore imaginée par F. Dard) dans l'archipel des Galápagos pendant 6 jours. Histoire : San-Antonio profite de ses vacances pour courtiser une fille de milliardaire et la sauve d'une tentative d'enlèvement. Elle lui propose d'être son garde du corps car elle est invité à une réunion de têtes couronnées dans l'archipel des Galápagos ... De nouveau une aventure qui démarre uniquement avec San-Antonio mais qui est rejoint par Bérurier. Une bonne intrigue et avec de nombreux rebondissements. L'année 1965 démarre bien. On regrette l'absence de Pinaud. Voici les informations concernant le commissaire dans ce livre : - a une nouvelle voiture : une Marchal
Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.