Lisez! icon: Search engine
Pocket
EAN : 9782266272544
Code sériel : 16837
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 272
Format : 108 x 177 mm

La Reine du tango

Date de parution : 28/06/2018
Professeur de tango dans un petit cours parisien, Suzanne croule sous le poids d’un lourd héritage. Car sur la piste de sa vie plane toujours l’ombre de sa mère – la plus grande, la plus flamboyante tanguera de l’histoire. Une reine disparue dans les flammes, la laissant orpheline très jeune... Professeur de tango dans un petit cours parisien, Suzanne croule sous le poids d’un lourd héritage. Car sur la piste de sa vie plane toujours l’ombre de sa mère – la plus grande, la plus flamboyante tanguera de l’histoire. Une reine disparue dans les flammes, la laissant orpheline très jeune et rongée par le doute. Qui était son père ? Comment se libérer de ses fantômes pour danser le tango avec le même feu que celui de sa mère ? Et, si le tango se danse à deux, se pourrait-il qu’un jeune voyou aux yeux jaunes, rencontré par hasard, soit le partenaire qu’elle attend ?

Cet ouvrage a reçu le Prix Nice Baie des Anges

« Roman trépidant et léger, mais empreint d'une certaine mélancolie, qui est un hymne au tango, sa sensualité et sa glorieuse geste. » L'Obs
 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266272544
Code sériel : 16837
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 272
Format : 108 x 177 mm

Ils en parlent

« Roman trépidant et léger, mais empreint d’une certaine mélancolie, qui est un hymne au tango, sa sensualité et sa glorieuse geste. » L’Obs
« Un roman plus que recommandable. » Style
« Ouvrez La Reine du Tango, fermez à demi les persiennes et laissez-vous guider dans une traversée de la vie mélancolique et pétillante. » Le Parisien
« Un réalisme saisissant, une poussée sensuelle. » Nice-Matin

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Sirenedesmers Posté le 17 Novembre 2019
    Je ris rarement autant en lisant qu'avec Akli Tadjer. Merci pour ça. On referme ce livre avec l'envie de se mettre au tango et de trouver l'amour. Je recommande à tou.t.es les célibataires (qui rêveront d'amour) et à ceux qui sont casés (qui se diront "suis je avec mon grand amour ?").
  • dido600 Posté le 11 Décembre 2018
    Paris et tout, tout sur le Tango. L'histoire est somme toute banale. Celle d'une belle (pas très belle mais tout de même attirante) jeune femme, Suzanne, professeur de tango... dont les élèves, en couple ou seuls, plus ou moins paumés, sont à la recherche d'une délivrance grâce à une danse mythique venue d'un pays qui l'est tout autant. Elle a de qui tenir. Sa mère, décédée en pleine gloire alors qu'elle n'avait que huit ans, était une star, la « Reine du tango » : Admirée, adulée, aimée (par plusieurs hommes)... une femme qui n'avait de temps que pour sa danse, pour son homme du moment (qui lui servait d'accompagnateur dans ses danses) ... et sa petite fille... qu'elle a eue elle ne sait comment ni avec qui. La maman rêvait, bien sûr, que la prunelle de ses yeux lui succède un jour. C'est l'histoire, aussi, d'une rencontre inattendue avec Yan (Yanis), un petit voyou, un « sale mec » à la tête d'un gitan, d'origine arabe (d'où la fougue !), tout le temps recherché par la police (car c'est un voleur d'appartements) ... qui, comme par hasard, a, en plus de ses qualités au lit, le... Paris et tout, tout sur le Tango. L'histoire est somme toute banale. Celle d'une belle (pas très belle mais tout de même attirante) jeune femme, Suzanne, professeur de tango... dont les élèves, en couple ou seuls, plus ou moins paumés, sont à la recherche d'une délivrance grâce à une danse mythique venue d'un pays qui l'est tout autant. Elle a de qui tenir. Sa mère, décédée en pleine gloire alors qu'elle n'avait que huit ans, était une star, la « Reine du tango » : Admirée, adulée, aimée (par plusieurs hommes)... une femme qui n'avait de temps que pour sa danse, pour son homme du moment (qui lui servait d'accompagnateur dans ses danses) ... et sa petite fille... qu'elle a eue elle ne sait comment ni avec qui. La maman rêvait, bien sûr, que la prunelle de ses yeux lui succède un jour. C'est l'histoire, aussi, d'une rencontre inattendue avec Yan (Yanis), un petit voyou, un « sale mec » à la tête d'un gitan, d'origine arabe (d'où la fougue !), tout le temps recherché par la police (car c'est un voleur d'appartements) ... qui, comme par hasard, a, en plus de ses qualités au lit, le déhanchement et la danse dans le sang. On a, aussi, un flic homo, un petit café, « Le Maquereau Nostalgique », lieu confidentiel bien caché dans une impasse, où se rencontrent tous les fans du tango. Une secte, presque ... Bref, le Paris dont rêvent tous les paumés, ni d'en haut ni d'en bas, le milieu pacifique. Le Paris de toutes les promesses et de tous les rêves. Le Paris où « tout est assez mal qui finit bien ». A la fin, Suzanne et Yan(nis) partiront en Argentine, à Buenos Aires. Ils danseront en couple. Ils s'aimeront. Elle recherchera le fantôme de sa mère et de ses amants pour retrouver, peut-être, son père ou ses pères... Et elle réalisera le rêve de sa mère en devenant la nouvelle Reine du Tango. Avis : Ecriture très fluide et parsemée d'humour#133; ce qui facilite la lecture. L'histoire est, en elle-même, bien banale... qui pourrait concerner Mlle ou Mr Tout le monde, comme celle contée dans « Les Thermes du paradis ». Il reste, malgré quelques « coups d'oeil » très rapides sur les populations « immigrées », assez parisianiste... et c'est ce qui fait, peut-être, son succès. Un roman de gare bien structuré autour d'une passion, la danse, d'un chagrin, la perte d'une mère admirée, d'un amour pour un ténébreux « tanguero », bien écrit. Pour les vacances ou les moments de détente. Seulement !
    Lire la suite
    En lire moins
  • isabelleisapure Posté le 31 Août 2017
    Je ressors étourdie par cette lecture. Pourquoi ai-je tellement aimé ce roman ? Parce qu’il parle de tango, de musique, d’amour, d’amitié, d’entraide, de fraternité, de Buenos Aires, de Paris et tellement plus encore, le tout dans une langue somptueuse. Suzanne est professeur de tango, une passion qui lui vient de sa mère, une tanguera adulée de tous, elle était « La reine du tango ». « Lorsqu’elle danse, ses enchaînements sont si fluides qu’elle devient complice du sol, de la musique, et son corps se fond dans celui de son partenaire. On croirait que le tango a été créé pour elle. » Suzanne partage sa vie entre son métier, et les visites qu’elle rend régulièrement à un ami de sa mère, en train de mourir d’un cancer avec l’espoir d’obtenir du vieil homme, avant qu’il ne soit trop tard, quelques clés pour arrêter de se poser des questions sur son passé lourd de non-dits : qui est son père dont on lui a jamais parlé ? Comment sa mère est-elle morte dans un théatre en feu un soir de gala ? Akli Tadjer signe un très joli roman à la fois nostalgique et rythmé en nous immergeant à merveille dans le monde... Je ressors étourdie par cette lecture. Pourquoi ai-je tellement aimé ce roman ? Parce qu’il parle de tango, de musique, d’amour, d’amitié, d’entraide, de fraternité, de Buenos Aires, de Paris et tellement plus encore, le tout dans une langue somptueuse. Suzanne est professeur de tango, une passion qui lui vient de sa mère, une tanguera adulée de tous, elle était « La reine du tango ». « Lorsqu’elle danse, ses enchaînements sont si fluides qu’elle devient complice du sol, de la musique, et son corps se fond dans celui de son partenaire. On croirait que le tango a été créé pour elle. » Suzanne partage sa vie entre son métier, et les visites qu’elle rend régulièrement à un ami de sa mère, en train de mourir d’un cancer avec l’espoir d’obtenir du vieil homme, avant qu’il ne soit trop tard, quelques clés pour arrêter de se poser des questions sur son passé lourd de non-dits : qui est son père dont on lui a jamais parlé ? Comment sa mère est-elle morte dans un théatre en feu un soir de gala ? Akli Tadjer signe un très joli roman à la fois nostalgique et rythmé en nous immergeant à merveille dans le monde singulier du tango avec une héroïne un brin fuyante, insaisissable, qui se voue à la danse comme elle est en amour, sans retenue ni calcul, avec un appétit immense. Les personnages secondaires habitent le récit en le colorant d’une touche de fantaisie. Je pense notamment à ce jeune et beau cambrioleur aux yeux jaunes qui va peu à peu devenir par amour un séduisant tanguero. J’ai été emportée par cette belle histoire dont j’avais vraiment besoin après une lecture particulièrement éprouvante.
    Lire la suite
    En lire moins
  • cecille Posté le 19 Mai 2017
    Un roman qui fait du bien, chaud au cœur..des personnages attachant comme dans tous les romans d'Akli Tadger avec l'humour qui lui est propre, les moments intenses pendant lesquels il est impossible de lâcher le livre tant l'histoire nous tient en haleine..Amusant dans ce tout dernier roman de retrouver des noms connus comme celui d'Adèle, héroïne de son roman précédent...joli clin d'oeil au passage ! A la dernière page, on a envie de reprendre sa vie en main, de se dire qu'il faut OSER, j'apprécie l'optimisme de l'auteur malgré les souffrances portées par ces personnages..la vie nous réserve tout de même de belles surprises à nous de savoir les saisir !!
  • Dridjo Posté le 3 Mai 2017
    Voilà un livre très intimiste sur l’amour pour la danse, le tango, l’amour d’une fille pour sa mère, pour l’amour tug-life envers le sémillant Yan, et la tragédie qu’apporte Diego, l’ami-père Diego. Bien qu’il y ait un côté un peu gnian-gnian dans cette histoire d’amour, bien que l’on eut souhaité plus de noir polar sur le fil du flic, limite psychopathe, amoureux (ça se termine vraiment trop banalement) ; il n’en reste pas moins que ce fut un beau moment de lecture. Un très beau roman. Bravo au prix Ethiophile pour ce livre que j’ai pioché dans la sélection 2017. (Chronique complète: http://loumeto.com/mes-lectures/article/la-reine-du-tango-de-akli-tadjer)
Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.