Lisez! icon: Search engine
Pocket
EAN : 9782266289924
Code sériel : 15475
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 288
Format : 108 x 177 mm

La Religieuse

Date de parution : 12/09/2018
LES GRANDS TEXTES DU XVIIIe SIÈCLE

Parce qu’elle est une enfant illégitime, Suzanne Simonin est enfermée par ses parents chez les religieuses de Longchamp où on la force à prononcer ses vœux. Pieuse et innocente, elle tombe sous la coupe d’une nonne illuminée déjà perdue de mysticisme, avant de devenir la...
LES GRANDS TEXTES DU XVIIIe SIÈCLE

Parce qu’elle est une enfant illégitime, Suzanne Simonin est enfermée par ses parents chez les religieuses de Longchamp où on la force à prononcer ses vœux. Pieuse et innocente, elle tombe sous la coupe d’une nonne illuminée déjà perdue de mysticisme, avant de devenir la proie d’une mère supérieure qui va faire de sa réclusion un enfer. Harcelée, martyrisée, elle subit les pires sévices. Femme cloîtrée soumise à toutes les perversions de la vie monastique, Suzanne peut-elle échapper à la folie ?
De ce violent réquisitoire social, Diderot fait un chef-d’œuvre de roman anticlérical, gothique et libertin.

@ Disponible chez 12-21
L'ÉDITEUR NUMÉRIQUE

 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266289924
Code sériel : 15475
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 288
Format : 108 x 177 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • MadameElephant Posté le 11 Mars 2020
    Un texte terrible et puissant. Critique de la société prude et mortifère, des faux semblants en religion, de la haine de son prochain dans les lieux qui prônent l'inverse. Une œuvre qui ne manquerait pas de parler à ceux qui ont vécu du harcèlement, et à tous les apostats et autres hérétiques !
  • Regala Posté le 26 Janvier 2020
    La plupart du temps, j’ai du mal avec les œuvres dites « classiques », car elles résonnent comme des textes que l’on doit absolument avoir lu en tant que lecteur(ice)s, même si parfois le sens nous échappe. Je dois dire que, cette fois, un roman du passé m’a clairement ramené à notre réalité. Bien plus que les souffrances d’une jeune fille injustement placée dans un couvent, cette histoire nous parle de liberté, celle à laquelle nous avons le droit, et surtout celui de ne pas être enfermés. Suzanne est née illégitime, sa mère décide donc de la faire rentrer dans un couvent à vie, malgré, évidemment ses protestations plus légitimes. Sous forme de lettres qui nous apparaît comme un journal, Suzanne livre au marquis de Croismare ses mésaventures face à un destin qu’elle n’a pas décidé. Rejetée par ses parents, elle va également subir d’ignobles traitements lors de ses séjours dans les trois couvents dans lesquelles elle ira. On se sent réellement tristes et oppressées dans ce quotidien monacal austère, auquel Suzanne tente de résister et on ne peut qu’espérer pour elle une fin heureuse. J’ai trouvé qu’il y avait du génie dans la plume de Diderot d’arriver ainsi à... La plupart du temps, j’ai du mal avec les œuvres dites « classiques », car elles résonnent comme des textes que l’on doit absolument avoir lu en tant que lecteur(ice)s, même si parfois le sens nous échappe. Je dois dire que, cette fois, un roman du passé m’a clairement ramené à notre réalité. Bien plus que les souffrances d’une jeune fille injustement placée dans un couvent, cette histoire nous parle de liberté, celle à laquelle nous avons le droit, et surtout celui de ne pas être enfermés. Suzanne est née illégitime, sa mère décide donc de la faire rentrer dans un couvent à vie, malgré, évidemment ses protestations plus légitimes. Sous forme de lettres qui nous apparaît comme un journal, Suzanne livre au marquis de Croismare ses mésaventures face à un destin qu’elle n’a pas décidé. Rejetée par ses parents, elle va également subir d’ignobles traitements lors de ses séjours dans les trois couvents dans lesquelles elle ira. On se sent réellement tristes et oppressées dans ce quotidien monacal austère, auquel Suzanne tente de résister et on ne peut qu’espérer pour elle une fin heureuse. J’ai trouvé qu’il y avait du génie dans la plume de Diderot d’arriver ainsi à se glisser dans la peau d’une femme avec autant de justesse, bien qu’on découvre parfois une gentillesse et une naïveté presque navrante à l’égard du monde. Et pour cause, on lui refuse tout, même le droit d’exister. Si les crimes finissent par se payer, il n’en reste pas moins que les séquelles restent et que l’espoir entretenu par la jeune femme de « vivre en société » se mût en un désir de se faire oublier, tout cela pour apaiser des conséquences qu’elle n’a pas déclenchées. Une réflexion juste qui s’entremêle de sous-entendu suffisamment explicite pour faire comprendre aux lecteur(ice)s les travers d’une institution qui laisse entrer des gens dont ce n’est ni le souhait, ni la vocation d’appartenir à Dieu, et dont l’isolement amène à de dangereuses extrémités. Un texte brillant et éclairant, digne des Lumières.
    Lire la suite
    En lire moins
  • bfauriaux Posté le 28 Novembre 2019
    Un livre qui a toujours fait scandale : La relecture aujourd'hui me semble beaucoup moins sulfureuse mis quel courage pour faire paraitre à cette époque un tel ouvrage : La lecture est tres agreable l'histoire tres credible et la force subversive n'a pas pris une ride !
  • cvd64 Posté le 26 Septembre 2019
    Le style est recherché dans ce roman de Diderot, les événements subis sont forts et cruels, voir d'un autre temps, quoique...
  • meknes56 Posté le 27 Juillet 2019
    Un grand classique, certes mais qui me "parle". Cet œuvre amène maintes réflexions et c'est certainement un des buts de l'auteur.
Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.