En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer votre expérience de navigation et réaliser des mesures d’audience.
OK
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        La Sénilité de Vladimir P.

        Pocket
        EAN : 9782266276153
        Code sériel : 16970
        Façonnage normé : POCHE
        Nombre de pages : 352
        Format : 108 x 177 mm
        La Sénilité de Vladimir P.

        Laura BOURGEOIS (Traducteur)
        Date de parution : 04/01/2018
        Au crépuscule de sa vie, Vladimir P. habite reclus dans sa luxueuse datcha de la campagne moscovite. Pris de démence, il s’imagine encore président, et vit comme un tyran gâteux entouré de vautours – vieux copains oligarques, espions ou domestiques, qui n’hésitent pas à se servir sur la bête. Seul... Au crépuscule de sa vie, Vladimir P. habite reclus dans sa luxueuse datcha de la campagne moscovite. Pris de démence, il s’imagine encore président, et vit comme un tyran gâteux entouré de vautours – vieux copains oligarques, espions ou domestiques, qui n’hésitent pas à se servir sur la bête. Seul son infirmier personnel, Nikolaï Ilitch, fait encore figure d’intégrité.
        Mais le monde de ce brave homme s'écroule lorsque son neveu Pavel est jeté en prison pour avoir critiqué le régime. Si sa famille ne paie pas l'énorme caution demandée contre sa libération, le sort du garçon est scellé. Mère Russie, celle de tous les vices, n’épargne aucun de ses enfants… Et l’urgence d’un bakchich conséquent aura tôt fait de l’écarter du droit chemin…

        « Huis clos bien ficelé, La Sénilité de Vladimir P. offre en creux une réflexion cinglante sur les mécanismes du pouvoir et de la corruption. » Le Canard enchaîné
        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782266276153
        Code sériel : 16970
        Façonnage normé : POCHE
        Nombre de pages : 352
        Format : 108 x 177 mm
        Pocket
        7.50 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • som Posté le 8 Janvier 2018
          Imaginez une datcha tout confort, ultra sécurisée, aux alentours de Moscou. Là s’affaire tout un petit monde autour d’un vieillard sénile qui s’imagine régner sur la vaste Russie. Un pur délire. Nul le détrompe tant l’homme inspire encore la crainte. Dans ce jeu de faux semblants, seul un modeste infirmier semble prend soin de Vladimir P. avec sincérité. Mais, l’enlèvement de son neveu et un chantage de la mafia locale vont mettre à mal sa droiture. Roman à clé, gentiment potache, à l’humour ravageur, la « Sénilité de Vladimir P. » joue joyeusement sur le burlesque et la dénonciation d’un système qu’on rêverait en fin de course. Utopie, dystopie, ce roman se dévore comme un bon thriller sans oublier d’apprécier à sa juste valeur le tableau d’une société corrompue à tous les étages et l’analyse au vitriol de son système économique.
        • Loubhi Posté le 13 Novembre 2016
          Un livre original, mi tragique, mi comique et par ailleurs une excellente connaissance de la société Russe et de ses travers. A l'heure où les circonstances internationales mettent en avant une Russie en pleine hégémonie avec à sa tête le trop présent et hégémonique Tsar rouge, le héros ? de ce récit d'anticipation. Si retrouver Vladimir en pleine dépossession de ses facultés mentales et physiques, en retrait de la vie politique ou juste une potiche, victime (enfin) des pratiques de pots de vin et d'escroqueries diverses (pratiques qu'il a instituer à un niveau rare) comme poursuivi par ses fantômes est en soit un juste retour des choses, il n'en est pas de même des mésaventures de son infirmier, le dernier homme honnête de ce pays. Michael Honig a su parfaitement dans ce livre, développer, au niveau de la datcha surveillée et dorée de Vladimir où son pays le fait croupir, la société Russe dans son ensemble avec ses travers. Alternant les scènes de guerres internes tragico comiques entre les membres du personnel dédiés aux vieux jours du dictateur, cherchant à obtenir le plus de commissions illégales possibles, et le portrait du seul personnage honnête de l'histoire ;  l'infirmier Nikolaï qui dénote par sa... Un livre original, mi tragique, mi comique et par ailleurs une excellente connaissance de la société Russe et de ses travers. A l'heure où les circonstances internationales mettent en avant une Russie en pleine hégémonie avec à sa tête le trop présent et hégémonique Tsar rouge, le héros ? de ce récit d'anticipation. Si retrouver Vladimir en pleine dépossession de ses facultés mentales et physiques, en retrait de la vie politique ou juste une potiche, victime (enfin) des pratiques de pots de vin et d'escroqueries diverses (pratiques qu'il a instituer à un niveau rare) comme poursuivi par ses fantômes est en soit un juste retour des choses, il n'en est pas de même des mésaventures de son infirmier, le dernier homme honnête de ce pays. Michael Honig a su parfaitement dans ce livre, développer, au niveau de la datcha surveillée et dorée de Vladimir où son pays le fait croupir, la société Russe dans son ensemble avec ses travers. Alternant les scènes de guerres internes tragico comiques entre les membres du personnel dédiés aux vieux jours du dictateur, cherchant à obtenir le plus de commissions illégales possibles, et le portrait du seul personnage honnête de l'histoire ;  l'infirmier Nikolaï qui dénote par sa probité et son extrême naïveté alors qu'il a payé au prix fort le système corrompu russe, perdant sa femme et dans un certaine mesure son fils. A la fois malmené par son sinistre patient, les autres membres de l'équipe de la Datcha, par les flics corrompus comme par sa conscience, il va céder aux sirènes de la corruption généralisée mais même pas à des fins personnelles. Ce récit de la chute vers les sirènes du vol et de l'escroquerie est parfaitement rendu et parfaitement pathétique mais séduisant... Un peu de burlesque (Audiard aurait aimé), quelques longueurs aussi (l'évocation des personnages avec lesquels l'esprit dérangé de Vladimir croît discuter encore) mais dans l'ensemble une lecture agréable et divertissante.
          Lire la suite
          En lire moins
        • aurore73 Posté le 11 Novembre 2016
          C’est un roman à la fois désopilant et féroce. Et, à la fin, quasiment désespérant. Il y est démontré que, plongé dans un milieu particulièrement gangrené par la corruption à tous les niveaux, du plus haut (un ancien chef de l’Etat et son entourage, médecins compris) au plus modeste (cuisinier, gouvernante, chauffeur, jardinier, gardes du corps…), même le plus honnête des hommes peut se faire acheter. Un livre vraiment différent de ce que je lis d'habitude
        • valdemosa38 Posté le 7 Novembre 2016
          Il ne s'agit pas d'une grande oeuvre mais d'un conte...Un conte édifiant centré sur le grand méchant loup, celui qui dirige ou a dirigé la meute, gesticulant, hanté par des visions cauchemardesques mais finalement bien habitué à la terreur qu'il inspire ( ou plutôt à inspiré ) autant qu'à celle qui l'habite. Vladimir est le roi de la riposte. Quelle soit verbale ou physique, il est indéboulonnable. Et dans ce sens là, il a un frère d'arme dans le personnage du roman de Gabriel Garcia Marquez: l'Automne du Patriarche. Ce vieux dictateur qui pue et n'en finit pas de crever. Le pays est pourri, tout comme le corps de ce vieux dictateur. Bien sur Vladimir n'est pas tout seul...On pourrait même dire que tout son peuple est derrière lui et attend avec impatience les miettes, tout son peuple est responsable de sa créature. Chacun se gave à son échelle, c'est la loi de la jungle, l’honnêteté est une tare, un manque d'adaptation, une condamnation, elle est ridicule comme l'est l'infirmier de Vladimir qui n'a toujours pas compris comment fonctionne son pays. Le style se rapproche de celui de Jorn Riel ou de Paasilinna. Factuel, efficace. Il sert bien le propos et ne fait... Il ne s'agit pas d'une grande oeuvre mais d'un conte...Un conte édifiant centré sur le grand méchant loup, celui qui dirige ou a dirigé la meute, gesticulant, hanté par des visions cauchemardesques mais finalement bien habitué à la terreur qu'il inspire ( ou plutôt à inspiré ) autant qu'à celle qui l'habite. Vladimir est le roi de la riposte. Quelle soit verbale ou physique, il est indéboulonnable. Et dans ce sens là, il a un frère d'arme dans le personnage du roman de Gabriel Garcia Marquez: l'Automne du Patriarche. Ce vieux dictateur qui pue et n'en finit pas de crever. Le pays est pourri, tout comme le corps de ce vieux dictateur. Bien sur Vladimir n'est pas tout seul...On pourrait même dire que tout son peuple est derrière lui et attend avec impatience les miettes, tout son peuple est responsable de sa créature. Chacun se gave à son échelle, c'est la loi de la jungle, l’honnêteté est une tare, un manque d'adaptation, une condamnation, elle est ridicule comme l'est l'infirmier de Vladimir qui n'a toujours pas compris comment fonctionne son pays. Le style se rapproche de celui de Jorn Riel ou de Paasilinna. Factuel, efficace. Il sert bien le propos et ne fait pas dans le sentimentalisme inutile. Ce livre fait bien son boulot. Le sourire est là, se fige un peu. Il est question de la Russie ? Que de la Russie ? Vous en êtes sur ?
          Lire la suite
          En lire moins
        • dbrun Posté le 2 Novembre 2016
          « La sénilité de Vladimir P. » Dans ce roman, l'auteur nous raconte l'histoire de l'infirmier personnel d'un ancien Président Russe octogénaire et n'ayant plus toute sa tête. Nikolaï Ilitch Cheremetiev, infirmier honnête se retrouve confronté aux magouilles et à la corruption de la kyrielle de domestique qui entoure l'ancien Président vingt-quatre heures sur vingt-quatre. Lorsqu'il va apprendre que son neveu est emprisonné et qu'il lui faut trouver une très grosse somme d'argent pour le délivrer il va se retrouver pris entre deux feux : sa morale et les possibilités malhonnêtes qui s'offrent à lui. Quelle bonne idée de la part de l'auteur de parler de la corruption qui règne en Russie en inventant un futur dans une comédie à la fois pleine d'humour et quelque peu satirique. J'ai beaucoup apprécié les deux personnages principaux : un ancien Président devenu sénile qui entretien des conversations du passés avec ses vieux acolytes et des anciens du KGB , et un infirmier en marge de ce qui se passe autour de lui et totalement dévoué à son client. Une lecture agréable - avec parfois quelques longueurs – une histoire bien ficelée, mais une fin qui nous laisse quelques questions… J'étais sceptique lorsque j'ai reçu ce roman et lu... « La sénilité de Vladimir P. » Dans ce roman, l'auteur nous raconte l'histoire de l'infirmier personnel d'un ancien Président Russe octogénaire et n'ayant plus toute sa tête. Nikolaï Ilitch Cheremetiev, infirmier honnête se retrouve confronté aux magouilles et à la corruption de la kyrielle de domestique qui entoure l'ancien Président vingt-quatre heures sur vingt-quatre. Lorsqu'il va apprendre que son neveu est emprisonné et qu'il lui faut trouver une très grosse somme d'argent pour le délivrer il va se retrouver pris entre deux feux : sa morale et les possibilités malhonnêtes qui s'offrent à lui. Quelle bonne idée de la part de l'auteur de parler de la corruption qui règne en Russie en inventant un futur dans une comédie à la fois pleine d'humour et quelque peu satirique. J'ai beaucoup apprécié les deux personnages principaux : un ancien Président devenu sénile qui entretien des conversations du passés avec ses vieux acolytes et des anciens du KGB , et un infirmier en marge de ce qui se passe autour de lui et totalement dévoué à son client. Une lecture agréable - avec parfois quelques longueurs – une histoire bien ficelée, mais une fin qui nous laisse quelques questions… J'étais sceptique lorsque j'ai reçu ce roman et lu le résumé éditeur mais au final j'ai passé un moment agréable. Bonne lecture
          Lire la suite
          En lire moins

        Ils en parlent

        « Pour son premier livre traduit en France, c'est un coup de maître, iconoclaste et très politiquement incorrect. C'est un roman à la fois désopilant et féroce. » – Livres Hebdo
        « Huit clos bien ficelé, La Sénilité de Vladimir P. offre en creux une réflexion cinglante sur les mécanismes du pouvoir et de la corruption. » – Le Canard enchaîné
        « Autant dire que cette comédie acide déclenche des torrents de rire, tout en dressant un portrait cruel de la Russie actuelle, gangrenée par la corruption généralisée et la déliquescence morale. » – Paris Match
        « Le thème pourrait se révéler difficile, si l'auteur ne s'était pas tiré avec brio de l'histoire, en usant d'une arme fatale : l'humour. On s'amuse beaucoup à lire ce roman, véritable satire de la société russe. Et ça fait du bien... » – Le Courrier Indépendant
         « Une histoire loufoque qui reprend les ressorts du premier roman de David Safier, Maudit karma, avec tout autant de succès. » – Avantages
        « Michael Honig a eu une idée de génie et l'a réalisée d'une façon complètement dingue. L'auteur nous livre avec style une comédie burlesque mais aussi une satire de la société. » – The Independent
        Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
        Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.
        Notre politique relative aux données personnelles est accessible dans nos CGU.
        Vous pouvez exercer vos droits d’accès, de rectification, d’effacement, de limitation, de portabilité et d’opposition au traitement de vos données à caractère personnel dans les conditions fixées par la loi informatique et libertés du 6 janvier 1978 selon les modalités de notre politique de confidentialité.