RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            La Servante écarlate

            Robert Laffont
            EAN : 9782221203323
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 544
            Format : 122 x 182 mm
            La Servante écarlate
            The Handmaid's tale

            Sylviane RUE (Traducteur)
            Collection : Pavillons Poche
            Date de parution : 08/06/2017

            Devant la chute drastique de la fécondité, la république de Gilead, récemment fondée par des fanatiques religieux, a réduit au rang d’esclaves sexuelles les quelques femmes encore fertiles. Vêtue de rouge, Defred, « servante écarlate » parmi d’autres, à qui l’on a ôté jusqu’à son nom, met donc son corps...

            Devant la chute drastique de la fécondité, la république de Gilead, récemment fondée par des fanatiques religieux, a réduit au rang d’esclaves sexuelles les quelques femmes encore fertiles. Vêtue de rouge, Defred, « servante écarlate » parmi d’autres, à qui l’on a ôté jusqu’à son nom, met donc son corps au service de son Commandant et de son épouse. Le soir, en regagnant sa chambre à l’austérité monacale, elle songe au temps où les femmes avaient le droit de lire, de travailler… En rejoignant un réseau secret, elle va tout tenter pour recouvrer sa liberté. Paru pour la première fois en 1985, La Servante écarlate s’est vendu à des millions d’exemplaires à travers le monde. Devenu un classique de la littérature anglophone, ce roman, qui n’est pas sans évoquer le 1984 de George Orwell, décrit un quotidien glaçant qui n’a jamais semblé aussi proche, nous rappelant combien fragiles sont nos libertés. La série adaptée de ce chef-d’oeuvre de Margaret Atwood, diffusée sous le titre original The Handmaid’s Tale, avec Elisabeth Moss dans le rôle principal, a été unanimement saluée par la critique.

            « Les meilleurs récits dystopiques sont universels et intemporels. Écrit il y a plus de trente ans, La Servante écarlate éclaire d’une lumière terrifiante l’Amérique contemporaine. » Télérama

            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782221203323
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 544
            Format : 122 x 182 mm
            Robert Laffont
            11.50 €
            Acheter

            Ils en parlent

            Margaret Atwood décrypte La Servante écarlate à l’ère de Donald Trump
            Courrier international
            Au milieu des années 80, la prolifique écrivaine canadienne imagine l’histoire de “La Servante écarlate”, bien connue depuis qu’Elisabeth Moss incarne à l’écran la domestique rebelle. Portrait de cette féministe engagée et visionnaire.
            Nathalie Crom / Télérama

            Il y a trente ans, dans « La Servante écarlate », Margaret Atwood imaginait les Etats-Unis en théocratie totalitaire asservissant les femmes. L’élection de Donald Trump en a fait un livre prophétique. Et un manuel de résistance.
             
            Macha Séry / Le Monde

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • manuedecaen Posté le 13 Mars 2019
              Lecture avec des hauts et des bas… J'ai mis un peu de temps à m'adapter au style en qq sorte épistolaire, au rythme lent et saccadé… puis soit je me suis habituée soit j'ai saisis le pourquoi du comment… et je suis entrée à Gilead… La fin est une réussite. les 100 dernières pages sont excellentes ! Le postface est édifiant.
            • druspike Posté le 12 Mars 2019
              Insta: https://www.instagram.com/druspike/ Facebook: https://www.facebook.com/Les-lectures-de-druspike-1848209112084092 Ce livre je l'avais acheté parce que je voulais la collection collector en hardback mais la librairie ne l'avais plus et m'a envoyé celui là … Sur le coup ça été une grosse déception, j'ai rtangé ce livre dans ma PAL en me disant que je ne le lirais probablement jamais parce qu'il ne m'interpelle pas plus que ça ! Mais voilà 1 an et demi après je suis arrivée au moment où il fallait absolument que je lise autre chose que du thriller et je voulais faire le challenge #marsaufeminin et en regardant ma PAL j'ai eu follement envie de me lancer dans ce roman ! De quoi ça parle ? «Devant la chute drastique de la fécondité, la république de Gilead, récemment fondée par des fanatiques religieux, a réduit au rang d’esclaves sexuelles les quelques femmes encore fertiles. Vêtue de rouge, Defred, « servante écarlate » parmi d’autres, à qui l’on a ôté jusqu’à son nom, met donc son corps au service de son Commandant et de son épouse. Le soir, en regagnant sa chambre à l’austérité monacale, elle songe au temps où les femmes avaient le droit de lire, de travailler… En rejoignant un réseau secret, elle va tout... Insta: https://www.instagram.com/druspike/ Facebook: https://www.facebook.com/Les-lectures-de-druspike-1848209112084092 Ce livre je l'avais acheté parce que je voulais la collection collector en hardback mais la librairie ne l'avais plus et m'a envoyé celui là … Sur le coup ça été une grosse déception, j'ai rtangé ce livre dans ma PAL en me disant que je ne le lirais probablement jamais parce qu'il ne m'interpelle pas plus que ça ! Mais voilà 1 an et demi après je suis arrivée au moment où il fallait absolument que je lise autre chose que du thriller et je voulais faire le challenge #marsaufeminin et en regardant ma PAL j'ai eu follement envie de me lancer dans ce roman ! De quoi ça parle ? «Devant la chute drastique de la fécondité, la république de Gilead, récemment fondée par des fanatiques religieux, a réduit au rang d’esclaves sexuelles les quelques femmes encore fertiles. Vêtue de rouge, Defred, « servante écarlate » parmi d’autres, à qui l’on a ôté jusqu’à son nom, met donc son corps au service de son Commandant et de son épouse. Le soir, en regagnant sa chambre à l’austérité monacale, elle songe au temps où les femmes avaient le droit de lire, de travailler… En rejoignant un réseau secret, elle va tout tenter pour recouvrer sa liberté. Paru pour la première fois en 1985, La Servante écarlate s’est vendu à des millions d’exemplaires à travers le monde. Devenu un classique de la littérature anglophone, ce roman, qui n’est pas sans évoquer le 1984 de George Orwell, décrit un quotidien glaçant qui n’a jamais semblé aussi proche, nous rappelant combien fragiles sont nos libertés. La série adaptée de ce chef-d’oeuvre de Margaret Atwood, avec Elisabeth Moss dans le rôle principal, a été unanimement saluée par la critique. » Alors je vais le dire tout de suite j'ai adoré ce roman ! Je l'ai clairement lu au bon moment, j'avais vraiment besoin de changer radicalement de genre de lecture, de partir vers autre chose et de sortir de ma zone de confort ! Lire ce livre pour le challenge #marsaufeminin vu le sujet du livre c'est carrément cool mais alors avoir passé le 08/03, journée de lutte pour l'égalité et les droits des femmes avec pour le coup ça prend une certaine dimension ! Ce livre nous dépeint le quotidien des femmes dans une Amérique aux airs de fin du monde mais qui aujourd'hui en 2019 nous semble si proche … Est ce qu'un jour on pourrait en arriver là ? J'ai bien peur que oui ! On suit Defred, servante écarlate, c'est à dire une femme dont le corps fonctionne bien et qui est réduite au rôle de reproductrice. Ces femmes vivent chez un commandent et son épouse, elle ne sortent que pour faire les courses, n'ont plus de contact avec l'extérieur. Elles sont surveillées en permanence et complètement livrées aux caprices et au bon vouloir des épouses. C'est un roman coup de poing qui amène au questionnement sur notre société, sur l'avenir de l'humain et des femmes ! Parce que oui en 2019 on a malheureusement encore conscience qui si tout devait partir en cacahuète les femmes et les hommes ne serait pas sur le même pied d'égalité ! Defred nous emmène avec elle dans son quotidien, elle nous raconte sa vie de servante, nous parle de ce qu'est devenu sa ville, de ce qui arrive aux gens qui désobéissent. Elle nous emmène faire le marché, nous parle de sa chambre et de son lieu de vie. Mais Defred nous emmène aussi dans ses souvenirs quand elle repense à sa vie d'avant, à ce qu'elle a perdu ! J'ai adoré les personnages de ce roman, Defred est hyper attachante, elle est au centre de l'histoire mais j'ai eu aussi un attachement aux personnages plus secondaire. Margaret Atwood nous offre des personnages forts et bien campés. Chaque personnage apporte quelque chose, une part d'humanité ou d'inhumanité qui servent l'histoire. Le récit est noir, pessimiste mais par certains côtés nous laisse croire un peu en l'humanité. C'est une lecture dans laquelle il faut être attentif , l'écriture est très descriptive, les « sauts » dans les souvenirs sont mélangés au récit. Personnellement j'étais en immersion totale, je me suis régalée et j'ai pris une claque totalement inattendue ! C'est un roman que je recommande à 300%. Un roman considéré comme un classique de la littérature anglaise qui ne vous laissera pas indifférent ! Le seul truc qui m'a un peu gêné sur le coup c'est la fin ouverte ! J'aurais voulu passer encore un peu de temps avec Defred et surtout j'aurais aimé une fin clair ! Mais bon j'ai vu que la suite était prévu pour 2019 donc je suis ravie et assez impatiente j'avoue ! Note 10/10 COUP DE COEUR
              Lire la suite
              En lire moins
            • Bookooning Posté le 12 Mars 2019
              L’histoire, nous plonge dans la République de Giléad, fondée par des fanatiques religieux. Giléad s’est mise en place petit à petit, à la fin du XXe siècle, avec la montée du puritanisme (lutte contre la pornographie) et du contrôle (monnaie dématérialisée puis confisquée aux femmes, fermeture des frontières et vérification d’identité). Ils ont instauré un système ou tout ce qui n’est pas nécessaire pour vivre a été complétement banni. Désormais tout est contrôlé et surveillé de près, on ne peut faire confiance à personne car au moindre soupçon ou incartade est passible de mort ou pire … C’est un état totalitaire qui justifie tout par la religion. Les femmes sont réduites à quatre fonctions. Il y’a les Tantes, des nones religieuses, les servantes écarlates considérées comme fertiles et qui sont réduites au rang d’esclaves sexuelles au service d’un couple de privilégiés. Les Marthas qui entretiennent la maison des Commandants. Enfin, il reste les femmes de Commandants, les Épouses, ce sont elles qui ont le pouvoir sur les autres femmes de la maison. Quant aux hommes, ceux qui ne font pas partis des privilégiés, sont soient des soldats ou des hommes à tout faire. Seuls ceux qui ont une forte position sociale peuvent avoir... L’histoire, nous plonge dans la République de Giléad, fondée par des fanatiques religieux. Giléad s’est mise en place petit à petit, à la fin du XXe siècle, avec la montée du puritanisme (lutte contre la pornographie) et du contrôle (monnaie dématérialisée puis confisquée aux femmes, fermeture des frontières et vérification d’identité). Ils ont instauré un système ou tout ce qui n’est pas nécessaire pour vivre a été complétement banni. Désormais tout est contrôlé et surveillé de près, on ne peut faire confiance à personne car au moindre soupçon ou incartade est passible de mort ou pire … C’est un état totalitaire qui justifie tout par la religion. Les femmes sont réduites à quatre fonctions. Il y’a les Tantes, des nones religieuses, les servantes écarlates considérées comme fertiles et qui sont réduites au rang d’esclaves sexuelles au service d’un couple de privilégiés. Les Marthas qui entretiennent la maison des Commandants. Enfin, il reste les femmes de Commandants, les Épouses, ce sont elles qui ont le pouvoir sur les autres femmes de la maison. Quant aux hommes, ceux qui ne font pas partis des privilégiés, sont soient des soldats ou des hommes à tout faire. Seuls ceux qui ont une forte position sociale peuvent avoir une femme et avec de la chance des enfants. C’est dans cet univers dystopique, que nous suivons Defred, une servante écarlate au service d’un Commandant et de son Épouse. A coup d’humour noir, d’ironie, Defred nous raconte son quotidien, la cruelle monotonie de sa vie, de sa tâche en tant que servante écarlate et comment ses rêves de liberté et ses envies de suicide s’entremêlent. Elle nous livre aussi ses souvenirs, nous permettant ainsi de comprendre la chronologie des évènements qui les ont menés à ce monde de privation. Comment tout doucement, les droits, les lois, les règles ont changé et le peuple n’ont pu réagir par peur et incompréhension. Elle songe également au temps où les femmes avaient le droit de lire, d’écrire, d’échanger des confidences, de dépenser de l’argent, d’avoir un travail, un nom, des amants, une famille … Je dois dire que je ne sais pas trop ce que je ressens pour Defred, je suis un peu mitigée quand je pense à elle. Même si on sait qu’elle est en désaccord avec ce nouveau régime, ce qu’elle subit quotidiennement, je trouve qu’elle manque un peu de réactivité. Pourtant les passages ou elle parle de son passée, et dont j’ai été plus touchée par elle, on peut déceler une jeune femme forte et courageuse. Je ne dis pas qu’elle n’est pas forte au moment où elle raconte son histoire, car au contraire pour vivre et supporter ce qu’elle subit quotidiennement, ça demande du courage et une grande force morale. Mais je m’attendais à ce qu’elle soit plus combative et non passive. Mais après réflexion, je pense que l’auteure a fait le choix à travers une Defred plus réaliste qu’héroïque, de nous décrire ce monde tel qu’il est avec ses pires travers, sans nous ménager, pour mieux nous bouleverser et nous faire réfléchir … Cela n’aurait peut-être pas eu le même résultat, ni le même impact si elle avait inclus plus de combativité. Margaret Atwood a une plume efficace, percutante, elle ne passe pas par quatre chemins et dit les choses tels qu’elles sont. Le roman est très narratif, il ne faut pas s’attendre à des pages de dialogue ou à de l’action et des rebondissements. Cela ne m’a pas dérangé, car je voulais toujours en savoir plus cette lenteur. De plus, cette narration correspond parfaitement au quotidien pesant et oppressant de Defred. La façon dont s’est racontée, on comprend que l’auteure a écrit son histoire à la manière d’un journal intime. Cependant, les va et vient entre le passé de l’héroïne, avant et après la formation de Giléad et le présent m’a peu perturbé. J’avais parfois l’impression de passer du coq à l’âne, j’étais perdu à des moments. Par contre, j’ai beaucoup apprécié les notes explicatives à la fin, une sorte d’épilogue qui remet bien en contexte le récit de Defred et de mieux la comprendre d’une certaine façon. Au final, ma lecture de La Servante Écarlate a été très perturbante mais aussi inspirante car ça nous fait vraiment réfléchir sur notre perception de vie, du bonheur et de la liberté. Margaret Atwood a créé un univers fascinant tellement il est effrayant et terriblement réaliste. Ce fut une bonne lecture bouleversante et je pense qui faut le lire au moins une fois dans sa vie car ça nous pousse à réfléchir sur la fragilité de la liberté et nos droits. Si on n’y prend pas garde, on peut facilement tout perdre, jusqu’à notre identité propre.
              Lire la suite
              En lire moins
            • ekaplan75 Posté le 9 Mars 2019
              Livre édifiant, haletant également : on ne le lache pas. C’est une dystopie très reussie Fin très (trop) ouverte.
            • Nananinja Posté le 6 Mars 2019
              J'avais énormément entedu parler de ce livre et je ne suis pas déçue. J'ai beaucoup aimé les flashbacks et voir l'évolution des personnages. Seul petit bémol, çà manque d'action. Tout le livre, j'ai attendu qu'il se passe un truc mais non.
            ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER DE ROBERT LAFFONT
            Les Éditions Robert Laffont publient de la littérature française et étrangère, des biographies, des témoignages, des mémoires, des romans policiers et d'espionnage, des livres de spiritualité ou encore des livres pratiques.
            Chaque mois, recevez toutes les actualités de la maison en vous abonnant à notre newsletter.

            Lisez maintenant, tout de suite !

            • Par Lisez

              5 conseils pour se remettre d'une dépression post-livre

              La dépression post-livre, vous connaissez ? Elle désigne notre incapacité à commencer un nouveau livre, notre pauvre tête étant toujours coincée dans l’univers du précédent. Mais rassurez-vous, il existe quelques petites astuces pour s’en sortir. Amis lecteurs, amies lectrices, voici nos 5 conseils pour se remettre d’une gueule de bois livresque !

              Lire l'article
            • Par Robert Laffont

              La servante écarlate : la deuxième saison que tout le monde attendait arrive !

              On l’attendait tous avec beaucoup d’impatience et ce jour est enfin arrivé ! La deuxième saison de The Handmaid’s Tale, l’adaptation de La servante écarlate de Margaret Atwood est diffusée dès ce soir aux Etats-Unis, et sera disponible demain, le 26 avril, sur OCS en France. #ImpatienceExtreme

              Lire l'article