Lisez! icon: Search engine
10/18
EAN : 9782264052025
Code sériel : 4454
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 336
Format : 108 x 177 mm

La sibylle de la révolution

Collection : Grands Détectives
Date de parution : 19/05/2011

Paris. La Terreur gronde au rythme des exécutions qui cueillent les têtes des ennemis de la Révolution. Sénart, secrétaire du Comité de Sûreté Générale, est chargé par Vadier, dit « le grand inquisiteur », d'enquêter sur un crime à la mise en scène macabre et… maçonnique. Aidé dans sa mission...

Paris. La Terreur gronde au rythme des exécutions qui cueillent les têtes des ennemis de la Révolution. Sénart, secrétaire du Comité de Sûreté Générale, est chargé par Vadier, dit « le grand inquisiteur », d'enquêter sur un crime à la mise en scène macabre et… maçonnique. Aidé dans sa mission par la célèbre voyante Marie-Adélaïde Lenormand, il sait que cela n'augure rien de bon…

« Bouchard n'a pas l'ambition de réécrire l'histoire, mais d'en écrire une, et il y parvient de fort belle manière, sur les fantasmes historiques qu'ont provoqués les loges. »
Marianne, Olivier Maison

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782264052025
Code sériel : 4454
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 336
Format : 108 x 177 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Boogers Posté le 22 Février 2017
    Le livre vaut ce qu'il vaut : c'est un polar historique plutôt bien ficelé, sans être pourtant un chef-d'oeuvre. Contrairement à d'autres commentateurs j'ai bien apprécié le dénouement. Le lecteur se rend compte que tout comme le personnage principal, il s'est laissé duper de bout en bout. J'ai d'ailleurs bien apprécié comment Bouchard a campé ce personnage principal : un homme sans trop d'illusions qui se fait prendre dans un engrenage auquel il ne comprend finalement pas grand-chose.
  • stefmet Posté le 31 Mars 2014
    Ayant lu les différentes critiques de «La Sybille de La Révolution» je savais à peu près ce à quoi j'allais avoir entre les mains. Je ne reviendrai pas sur le mélange histoire + fantastique (fantastique pas très poussé non plus). Ni sur la fin relativement expéditive. Sans être un chef-d'oeuvre du genre, ce récit se laisse lire. Certains passages comme la fête de la célébration de l'Être Suprême, chère au tyran Robespierre, valent le détour, il me semble. Toutefois je mettrai quelques bémols en raison de plusieurs "incohérences" [comme le choix de Sénart et de la Sybille, soit disant en fuite, de se cacher... chez la Sybille elle-même - ceci n'étant qu'un exemple] De plus je trouve le personnage de Gabriel-Jérôme Sénart assez peu attachant. Surtout au début avec son sens aiguë du devoir et sa volonté de ne pas juger les crimes de la Terreur. Heureusement, au fil des événements la carapace se brise et l'humanité qu'il laisse apparaître le rend plus intéressant. Marie Adélaïde, la Sybille, possède un vrai potentiel de personnage passionnant, pas suffisamment exploité à mon humble avis. J'ai donc envie de voir ce qu'en a fait Nicolas Bouchard dans les épisodes suivants.
  • Isambour Posté le 25 Février 2014
    Ce qui est bien avec les romans historiques, c'est que l'on apprend/révise des périodes de l'histoire avec un plaisir et un attachement bien plus convaincus que lors des -studieuses...- leçons d'école. Ici, c'est en partie le cas. L'auteur montre en effet le versant plus négatif de la Révolution, cette période où chacun pouvait craindre pour son cou, où tous ceux qui avaient mis beaucoup d'espoir se retrouvaient finalement désemparés, voire aussi misérables. Côté polar, ça commence bien, avec un crime aussi mystérieux que sanglant, un enquêteur complètement novice aidé d'une voyante. Mais là où, à mon sens, ça commence à "clocher", c'est quand l'auteur insère une histoire de "loge noire". Et là, ça part vite dans le fantasque. Ça m'a un peu déçue car le roman en perd de sa cohérence. Une héroïne voyante, c'était sympa et drôle comme idée, mais la loge noire, les démons etc... En matière d'horreur, l'époque se suffisait amplement à elle-même. Donc du bon et du moins bon. C'était bien parti, mais entre deux, le polar s'est presque transformé en roman fantastique avant de conclure brutalement par une fin aussi rapide que décevante.
  • Patmarob Posté le 6 Octobre 2013
    Ce roman historique a pour cadre la période la plus trouble de la révolution française : 1794 et la Terreur, au coeur des conflits politiques : Paris . L' intrigue policière plonge le lecteur dans l'atmosphère ésotérique du XVIII ème siècle qui mêle la franc-maçonnerie, la voyance, une secte satanique...Le début du roman place avec succès les personnages, l'atmosphère, l'intrigue...cependant les péripéties se succèdant , des longueurs apparaissent , l' histoire verse dans le fantastique ..et devient peu crédible. La fin du roman est attendue, l'ensemble ne répond pas à l'attente du début.
  • athena1 Posté le 27 Octobre 2012
    Cet ouvrage est un polar historique. Historique, nul doute la dessus, c'est avec beaucoup de minutie et abondance de détails que notre auteur nous conte la terreur, ce passage post révolution que nul n'avait pu imaginer. Ici nous pouvons revivre l'incompréhension et la peur de ceux qui ont destitué leur roi et remis leur destin entre les mains d'hommes de "liberté". Polar, et bien sans nul doute puisque nous avons un cadavre au début, des suspects qui fleurissent à travers les pages, un assassin à la fin et surtout une énigme résolue, mais cette dernière vient un peu comme un cheveu sur la soupe, le dénouement me paraît quelque peu avorté... Quelques pages supplémentaires pour agencer la chute n'auraient pas été superflues...Toutefois, parce que je suis du genre obstiné, je vais de ce pas faire l'acquisition du second tome.
Plongez dans l'univers du polar historique avec la newsletter Grands Détectives.
Voyagez au fil des enquêtes de la collection Grands Détectives.