RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            La Tentation de Pénélope

            Pocket
            EAN : 9782266261739
            Code sériel : 386
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 224
            Format : 108 x 177 mm
            La Tentation de Pénélope

            Collection : Agora
            Date de parution : 22/06/2017
            Comment conjuguer féminisme et vie harmonieuse avec les hommes ?
            Qu'est-ce que se sentir femme aujourd’hui ? L'opinion commune, fondée sur la différence des sexes, postule l’existence d'une « nature féminine » liée à la capacité d’enfanter. Contre cette conception régressive, cet essai percutant appelle à ne pas défaire ce que les générations précédentes ont conquis : à résister à... Qu'est-ce que se sentir femme aujourd’hui ? L'opinion commune, fondée sur la différence des sexes, postule l’existence d'une « nature féminine » liée à la capacité d’enfanter. Contre cette conception régressive, cet essai percutant appelle à ne pas défaire ce que les générations précédentes ont conquis : à résister à la tentation de Pénélope. Car c'est à partir de l'expérience réellement vécue qu'on peut envisager un féminisme qui ne soit ni abstrait ni belliqueux.
            Le désir et la liberté sont le moteur et l'horizon de ce livre qui s'inscrit contre les revendications identitaires et les préjugés. Trente-six brefs chapitres évoquant, entre autres, le cerveau des femmes, l'aliénation, la politique, la beauté des hommes, le non-désir d'enfant, la possibilité de la suspension des genres ou la prostitution, et sont autant d'invitations à réinventer sans cesse nos vies.

            « Belinda Cannone ne croit qu’à l’égalité, à la liberté. Et au désir, thème omniprésent de son œuvre. Désir de vivre, désir d’écrire, désir de l’autre. Un désir à l’image de sa pensée, délicate et enthousiaste. »
            Catherine Vincent – Le Monde
             
            « Belinda Cannone s’empare du féminisme pour le remodeler, le renouveler et ainsi sortir de la guerre des sexes, tout en s’interrogeant sur la spécificité de la féminité. »
            Laure Adler – « L’Heure bleue », France Inter

            Édition revue et augmentée par l’auteur

             
            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782266261739
            Code sériel : 386
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 224
            Format : 108 x 177 mm
            Pocket
            7.50 €
            Acheter

            Ils en parlent

            « Avec La Tentation de Pénélope, Belinda Cannone signe un essai canon, où le féminisme est léger et plein d’humour. » ELLE
            « Il n’est pas fréquent (on n’a jamais vu ?) qu’un essai compose ainsi un puzzle à la fois didactique et sensuel, érotique et militant. » l’Humanité
            « On aime, dans ce livre vif et souvent drôle, que l’auteur entrelace l’implication personnelle, l’allégresse reconnaissante de son désir de l’autre, les confidences apaisées sur le refus d’enfant qui n’est pas rejet de la vie, la réflexion doucement ironique sur les représentations historiques de la longue histoire des sexes, les errances et vérités du féminisme, et même ces quelques conseils, donnés aux messieurs, de soigner leur apparence et leur silhouette, car il existe aussi une beauté masculine. » Le Magazine littéraire
            « Si les femmes ont un utérus, elles ont d’abord un cerveau comme tout le monde. » fabula.org

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • Apoapo Posté le 11 Février 2016
              Envie de lire des pages intelligentes sur le féminisme. Exhaussée. La thèse de cet essai, c'est que le recul de la condition des femmes (et du discours féministe dans les dernières années) est dû à un retour de la représentation différentialiste de la femme (liée à une "nature", une "essence" voire à la biologie) : Tota mulier in utero (p. 21). Une fois la condition féminine remise en perspective historique, la question se pose en termes philosophiques sur l'opposition entre liberté et identité (de très belles pages sur la manière dont celle-ci s'est hypertrophiée au détriment de celle-là). Autre conséquence, le rétrécissement (et relative dévalorisation, j'ajoute) des espaces du "neutre", pendant que les gender studies semblent se fourvoyer sur le flottement, l'indétermination sexuelle et autres sexualités "queer", difficilement défendables et surtout ramenant vers le biologique. Pars construens : revenir à la maxime de Simone de Beauvoir : "On ne naît pas femme, on le devient", et à Françoise Héritier selon laquelle le fondement de la domination masculine réside dans "la volonté de contrôle de la reproduction de la part de ceux qui ne disposent pas de ce pouvoir si particulier" (cit. p. 124). Je suis en désaccord avec l'auteure sur la question de la... Envie de lire des pages intelligentes sur le féminisme. Exhaussée. La thèse de cet essai, c'est que le recul de la condition des femmes (et du discours féministe dans les dernières années) est dû à un retour de la représentation différentialiste de la femme (liée à une "nature", une "essence" voire à la biologie) : Tota mulier in utero (p. 21). Une fois la condition féminine remise en perspective historique, la question se pose en termes philosophiques sur l'opposition entre liberté et identité (de très belles pages sur la manière dont celle-ci s'est hypertrophiée au détriment de celle-là). Autre conséquence, le rétrécissement (et relative dévalorisation, j'ajoute) des espaces du "neutre", pendant que les gender studies semblent se fourvoyer sur le flottement, l'indétermination sexuelle et autres sexualités "queer", difficilement défendables et surtout ramenant vers le biologique. Pars construens : revenir à la maxime de Simone de Beauvoir : "On ne naît pas femme, on le devient", et à Françoise Héritier selon laquelle le fondement de la domination masculine réside dans "la volonté de contrôle de la reproduction de la part de ceux qui ne disposent pas de ce pouvoir si particulier" (cit. p. 124). Je suis en désaccord avec l'auteure sur la question de la prostitution (qu'elle réprimande sans songer à la voir pénalisée) : sa démarche est religieuse bien qu'elle le refuse. Elle parle de "la dimension sacrée du corps" (p. 180), et finit par avouer que "la discussion sur la prostitution est sans fin, aussi vaine que celle qui met parfois aux prises un croyant et un athée [...]" (p. 185) Le style est celui que l'on connaît de cette auteure, avec cependant une argumentation plus systématique et rigoureuse que dans d'autres ouvrages moins bien réussis. PS : Autre point de désaccord avec l'auteure : sa répréhension du voile des femmes musulmanes. Elle a, dans son chapitre "Jeunes filles encapuchonnées", un discours d'une désolante superficialité, où s'alignent les plus faciles stéréotypes (style "Ni putes ni soumises", mouvement loué au passage, p. 96) aux relents d'islamophobie. Le plus drôle, c'est qu'elle tombe en contradiction dans son argumentation même : "Pour se donner une chance de comprendre comment le genre nous conditionne, il faut tenir compte de la variété des situations sociales et penser les femmes non comme un groupe indistinct de victimes mais comme incluses dans la société." (p. 97) Variété de situations sociales donc, justement...
              Lire la suite
              En lire moins
            Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
            Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.

            Lisez maintenant, tout de suite !