Lisez! icon: Search engine
Pocket
EAN : 9782266254113
Code sériel : 16139
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 352
Format : 108 x 177 mm

La Terre des cavaliers

Voyage au coeur de l'Afghanistan

Collection : Aventure Humaine
Date de parution : 18/06/2015
Partir au bout du monde et vivre des aventures extraordinaires… En 2002, Louis Meunier veut étancher cette soif de découverte et décide de se rendre en Afghanistan. Il est ébloui par la beauté du pays et la dignité de ses habitants. Mais surtout, fasciné par la lecture des Cavaliers de... Partir au bout du monde et vivre des aventures extraordinaires… En 2002, Louis Meunier veut étancher cette soif de découverte et décide de se rendre en Afghanistan. Il est ébloui par la beauté du pays et la dignité de ses habitants. Mais surtout, fasciné par la lecture des Cavaliers de Kessel, il rêve d’assister à un buzkashi, tournoi où les hommes et leurs chevaux ont droit à tous les coups pour déposer dans un cercle une dépouille de chèvre. Ces combattants redoutables, les tchopendoz, ne craignent ni les blessures ni la mort. Louis n’aura bientôt plus qu’une idée en tête : trouver la monture idéale pour, à son tour, faire partie du clan.

« Un aventurier de plus qu’il faudra ajouter à la longue liste des écrivains voyageurs. » Le Figaro

« Louis Meunier livre un puissant récit initiatique dans l’Afghanistan des légendes et des esprits. »  Ouest France 

Cet ouvrage a reçu le prix Pégase du Cadre Noir et le prix de la Toison d’or du livre d’aventure.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266254113
Code sériel : 16139
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 352
Format : 108 x 177 mm

Ils en parlent

« Un récit formidable. » Livres Hebdo
« Louis Meunier livre un puissant récit initiatique dans l'Afghanistan des légendes et des esprits. » Ouest France 
« Un aventurier de plus qu'il faudra ajouter à la longue liste des écrivains voyageurs. » Le Figaro
« Un livre captivant. » La Croix
« Un témoignage éclairant. » LiRE
« Une belle histoire autobiographique loin de celles, habituelles, dont l'actualité et les fantasmes Hollywoodiens nous inondent. » 7 Officiel 

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Pippolin Posté le 7 Juin 2017
    D'où vient ce sentiment mitigé au terme de ce livre qui sent bon le sable chaud des plateaux arides d'Afghanistan ? Pas du style en tout cas, car le livre est bien écrit : vif, enlevé, il colle au sujet et la richesse du vocabulaire pousse à accepter les répétitions dans les derniers chapitres qu'une relecture attentive aurait pu éviter. Non, ce sentiment provient peut-être de la construction un peu curieuse du livre, dans lequel l'auteur, guidé par sa passion des chevaux alliée à celle de l'Afghanistan, suit des buts différents. Dans un premier temps, inspiré par la lecture du roman "Les Cavaliers" de Kessel, il veut participer à des rencontres de buzkashi - sorte de polo ultra violent dans lequel les cavaliers se disputent une carcasse de veau. Durant le premier tiers du livre, l'auteur n'aspire qu'à cela et met tout en oeuvre pour réaliser son rêve. Puis dans une deuxième partie, il n'est plus question, de buzkashi mais de la traversée à cheval de l'Afghanistan. Enfin, son voyage avorté, l'auteur en revient au buzkahi et c'est là la troisième partie du livre. Ces changements d'orientation déroutent. Et puis, surtout, il y a le fait que, malgré l'enthousiasme de... D'où vient ce sentiment mitigé au terme de ce livre qui sent bon le sable chaud des plateaux arides d'Afghanistan ? Pas du style en tout cas, car le livre est bien écrit : vif, enlevé, il colle au sujet et la richesse du vocabulaire pousse à accepter les répétitions dans les derniers chapitres qu'une relecture attentive aurait pu éviter. Non, ce sentiment provient peut-être de la construction un peu curieuse du livre, dans lequel l'auteur, guidé par sa passion des chevaux alliée à celle de l'Afghanistan, suit des buts différents. Dans un premier temps, inspiré par la lecture du roman "Les Cavaliers" de Kessel, il veut participer à des rencontres de buzkashi - sorte de polo ultra violent dans lequel les cavaliers se disputent une carcasse de veau. Durant le premier tiers du livre, l'auteur n'aspire qu'à cela et met tout en oeuvre pour réaliser son rêve. Puis dans une deuxième partie, il n'est plus question, de buzkashi mais de la traversée à cheval de l'Afghanistan. Enfin, son voyage avorté, l'auteur en revient au buzkahi et c'est là la troisième partie du livre. Ces changements d'orientation déroutent. Et puis, surtout, il y a le fait que, malgré l'enthousiasme de Louis Meunier pour rendre hommage à l'Afghanistan et à son peuple fier et parfois très généreux, toutes les tentatives se soldent par des échecs et aboutissent à un départ précipité du pays. Quand l'échec ne résulte pas d'une maladie lors de la traversée du pays (une amibiase), il est lié aux agissements des hommes, qui soit le volent (l'auteur se fait voler le cheval qu'il a acheté puis élevé, puis une grosse somme d'argent), soit n'honorent pas leurs promesses, soit le menacent et qui, malgré tous les efforts de Louis Meunier pour partager leurs passions et leur mode de vie, ne voient en lui qu'un "Kalenji" - un étranger. Et c'est ce rejet définitif - et si regrettable - qui laisse un goût amer. Un témoignage intéressant cependant.
    Lire la suite
    En lire moins
  • MarielleBriffaux Posté le 25 Décembre 2015
    L'auteur part sur les traces Joseph Kessel en Afghanistan à la découverte de ces hommes durs, âpres mais humbles, dans une nature sauvage et hostile mais ô combien magnifique et vierge, tous unis autour du sport national qu'est le buzkashi, véritable tradition séculaire, où le cheval tient une place à part entière, à égalité avec les hommes. Louis Meunier nous offre une autre image de l'Afghanistan et de ce peuple divers et varié différente de celle que connaissent les Occidentaux à travers un prisme réducteur et péjoratif. De ce roman souffle un vent d'épopée et d'initiations, d'amitiés fortes et indéfectibles.... initiation au voyage et au périple à travers un paysage à couper le souffle, beau, digne et austère à la fois, initiation à la connaissance des diverses ethnies qui forment l'entité du peuple afghan, initiation au buskashi. Bref ce que j'appelle un "vrai voyage", loin des sentiers battus et des circuits touristiques, où l'on peut faire de réelles rencontres, de vraies découvertes et apprendre des autres donc de soi. Merci Monsieur Meunier d'avoir marché sur les traces des "Cavaliers" de Joseph Kessel, vous avez apporté également votre empreinte. L'un et l'autre roman peuvent se lire séparément mais ensemble c'est encore mieux.
Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.