Lisez! icon: Search engine
EAN : 9782221259986
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 624
Format : 108 x 177 mm
Nouveauté
La Terre inhabitable
Vivre avec 4°C de plus
Cécile Leclère (traduit par)
Collection : Arion
Date de parution : 24/02/2022
Éditeurs :
Robert Laffont
Nouveauté

La Terre inhabitable

Vivre avec 4°C de plus

Cécile Leclère (traduit par)
Collection : Arion
Date de parution : 24/02/2022

« La situation est pire, bien pire que ce que vous pouvez imaginer. Si votre inquiétude face au réchauffement climatique se résume à une crainte de la montée du niveau...

« La situation est pire, bien pire que ce que vous pouvez imaginer. Si votre inquiétude face au réchauffement climatique se résume à une crainte de la montée du niveau de la mer, vous ne faites qu’effleurer la surface des catastrophes à venir… »

Écouter la science et faire connaître la...

« La situation est pire, bien pire que ce que vous pouvez imaginer. Si votre inquiétude face au réchauffement climatique se résume à une crainte de la montée du niveau de la mer, vous ne faites qu’effleurer la surface des catastrophes à venir… »

Écouter la science et faire connaître la vérité. David Wallace-Wells a décidé de se confronter aux réalités scientifiques du changement climatique. Non comme un spécialiste, un avocat ou un militant écologiste, mais comme un journaliste, un citoyen, un enquêteur.
Il a interviewé des dizaines de scientifi ques, lu des centaines d’articles parmi ceux publiés ces dix dernières années et collecté toutes les données qui tombaient, jour après jour, sur son fil d’actualité Twitter pour nous offrir une vue d’ensemble sur la situation. Et la situation est grave.
Pénuries alimentaires, sécheresses et inondations, incendies, océans à l’agonie… David Wallace-Wells étudie toutes les facettes des problèmes climatiques. Et, surtout, il démontre brillamment comment le réchauffement aura des conséquences directes sur tous les aspects de la vie humaine. Sans une révolution radicale de notre mode de vie, d’immenses parties de la Terre deviendront inhabitables et d’autres très inhospitalières dès la fin du siècle.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782221259986
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 624
Format : 108 x 177 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • indramandarine Posté le 21 Mars 2022
    "La Terre inhabitable" est un essai essentiel qui m’a profondément marquée. Assez dense et abordant un large panel de thématiques liées au climat et à son dérèglement, il est globalement très accessible au "noob de la science" (ce que je suis, hein, team L qui n’a pas fait d’SVT depuis 15 ans). Il dresse un portrait très clair de l’état actuel des choses et de ce qui est à venir (malgré des incertitudes principalement axées sur le timing). David Wallace-Wells est un chercheur et journaliste. Ici, il nous offre de quoi tout comprendre, nous épargnant la tâche immense de lire des centaines et centaines d’articles scientifiques (en anglais pour la plupart), tout en usant de vulgarisation et de pédagogie – sans langue de bois et sans nous prendre pour des cons. Le truc en plus vraiment non négligeable : la 2e partie qui s’attarde à analyser le déni et l’inaction climatique, d’un point de vue psycho, philo et socio. 👌 Pour ça, j’ai envie de le remercier du fond du cœur. 🙏
  • ged7fr Posté le 30 Août 2021
    Le livre est intéressant et brosse un tableau complet du changement climatique. Il traduit bien l’angoisse de l’auteur (et du lecteur) et son espoir quasi désespéré. Dans la mythologie grecque, Pandore a libéré tous les maux du monde sauf un : (que l’on traduit par) l’espoir. En fait chez les grecques il y a deux types d’espoir, l’une positive qui croit et construit un monde meilleur, l’autre négative qui ne mène qu’a l’apitoiement et à une fin pitoyable. Pandore a retenu dans son outre ce dernier. Nous voilà avoir ouvert à nouveau l’outre de Pandore : que reste t’il au fond ?
  • Nomic Posté le 16 Décembre 2019
    Pour écrire The Uninhabitable Earth (2019), David Wallace-Wells a lu les mêmes livres que moi. Enfin, certainement bien plus, mais le fait est que j'ai eu l'impression de relire des choses lues ailleurs. Tout peut changer de Naomi Klein, Le syndrome de l'autruche de George Marshall pour l'aspect psychologique, Les guerres du climat de Harald Welzer, Drawdown sur les pistes de sortie plus ou moins techno-utopiques, les bouquins de Jared Diamond pour la prise de recul évolutionnaire ou encore, pour mettre des français, L'événement anthropocène et le très bon Cataclysmes de Laurent Testot... J'ai donc lu The Uninhabitable Earth en diagonale. L'auteur récapitule les effet du bouleversement environnemental, l'inertie sociétale qui bloque l'action et termine même, il faut croire que c'est une tradition, sur le paradoxe de Fermi en posant l’effondrement environnemental comme potentiel Grand Filtre. C'est pas joyeux. Il récapitule les effets qui risquent de rendre une partie de la Terre inhabitable d'ici 100 ans en différents chapitres. Faisons brièvement le tour, en gardant en tête que ces points sont bien sûr liés entre eux et s'influencent négativement : hausse de la température (entre 4 et 7 degrés, si ce n'est plus), baisse des récoltes et famines, montée des eaux... Pour écrire The Uninhabitable Earth (2019), David Wallace-Wells a lu les mêmes livres que moi. Enfin, certainement bien plus, mais le fait est que j'ai eu l'impression de relire des choses lues ailleurs. Tout peut changer de Naomi Klein, Le syndrome de l'autruche de George Marshall pour l'aspect psychologique, Les guerres du climat de Harald Welzer, Drawdown sur les pistes de sortie plus ou moins techno-utopiques, les bouquins de Jared Diamond pour la prise de recul évolutionnaire ou encore, pour mettre des français, L'événement anthropocène et le très bon Cataclysmes de Laurent Testot... J'ai donc lu The Uninhabitable Earth en diagonale. L'auteur récapitule les effet du bouleversement environnemental, l'inertie sociétale qui bloque l'action et termine même, il faut croire que c'est une tradition, sur le paradoxe de Fermi en posant l’effondrement environnemental comme potentiel Grand Filtre. C'est pas joyeux. Il récapitule les effets qui risquent de rendre une partie de la Terre inhabitable d'ici 100 ans en différents chapitres. Faisons brièvement le tour, en gardant en tête que ces points sont bien sûr liés entre eux et s'influencent négativement : hausse de la température (entre 4 et 7 degrés, si ce n'est plus), baisse des récoltes et famines, montée des eaux et inondations, feux de forêts (et du reste) de plus en plus fréquents, désastres en tous genre (typhons, tempêtes...), pénurie d'eau douce, mort des océans, pollution atmosphérique, épidémies, effondrement économique et guerres du climat. Vraiment, après avoir pas mal lu sur le sujet, la conclusion me semble assez limpide : à moins d'une improbable surprise, le vingt-et-unième siècle et les suivants frapperont l'humanité par un déclin constant du niveau de vie, un déclin de l'espérance de vie, des migrations inimaginablement massives, une chute des démocraties libérales, une recrudescence des conflits armés et une zone équatoriale progressivement inhabitable. Bon, je relève quelques points. Pour chaque degré de plus, les récoltes de céréales baissent de 10%. D'ici 2080, l’Europe du sud sera en état de sécheresse permanent. Sans parler du reste du monde. La hausse du taux de CO2 dans l'air entraine une importante baisse de la qualité nutritionnelle des aliments : moins de vitamines, plus de glucides. La hausse du taux de CO2 dans l'air entraine une baisse des capacités cognitives. Jusqu'à présent, les océans ont absorbé la majeure partie de la nouvelle chaleur : ils arrivent à leur limite. Feedback loop : plus de CO2 = feuilles des végétaux plus épaisses = plantes absorbent moins de CO2. Feedback loop : Albedo effect : moins de glace aux pôles = moins de rayons solaires réfléchis par le blanc de la glace = plus de réchauffement. Feedback loop : fonte du permafrost = libération massive, mais vraiment massive, de méthane = plus de réchauffement (d'ici 2100, équivalent à la moitié du carbone relâche par l'humanité depuis l'industrialisation) Feedback loop : réchauffement = plus de feux de forêts = plus de carbone relâché et moins d'arbres pour le réabsorber Le climat changerait plus rapidement qu'à n'importe quel moment depuis la fin des dinosaures. D'ici 2050, 140 millions de migrants climatiques. Et ce chiffre, c'est selon la Banque Mondiale. Donc probablement optimiste. Entre 200 millions et 1 milliard selon... les Nations Unies. Les humains brûlent actuellement 80% plus de charbon qu'en 2000.
    Lire la suite
    En lire moins
Abonnez-vous à la newsletter Robert Laffont
Les Éditions Robert Laffont publient de la littérature française et étrangère, des biographies, des témoignages, des mémoires, des romans policiers et d'espionnage, des livres de spiritualité ou encore des livres pratiques.
Chaque mois, recevez toutes les actualités de la maison en vous abonnant à notre newsletter.