Lisez! icon: Search engine
EAN : 9782266319584
Code sériel : 18356
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 456
Format : 108 x 177 mm
À Paraître
La Traque
Date de parution : 07/07/2022
Éditeurs :
Pocket
En savoir plus
8.50 €
Date de parution: 07/07/2022
À Paraître

La Traque

Date de parution : 07/07/2022
Le premier polar de l’ex-patron du 36, quai des Orfèvres !
Ça devait être leur dernier coup. Le gros pactole. Après quoi, basta, on raccroche.
Qui pourrait suspecter, derrière l’enlèvement de cet ancien ministre de l’Intérieur, l’ombre des fourgonniers, plus habitués à...
Ça devait être leur dernier coup. Le gros pactole. Après quoi, basta, on raccroche.
Qui pourrait suspecter, derrière l’enlèvement de cet ancien ministre de l’Intérieur, l’ombre des fourgonniers, plus habitués à braquer les convoyeurs de fonds ? D’autant plus que ce gang s’est habilement dissimulé derrière un paravent terroriste… Résultat :...
Ça devait être leur dernier coup. Le gros pactole. Après quoi, basta, on raccroche.
Qui pourrait suspecter, derrière l’enlèvement de cet ancien ministre de l’Intérieur, l’ombre des fourgonniers, plus habitués à braquer les convoyeurs de fonds ? D’autant plus que ce gang s’est habilement dissimulé derrière un paravent terroriste… Résultat : pression de tous bords, guerre des polices, méthodes expéditives… De planque en planque et de tuyaux en tueries commence alors une traque à mort, où tous les coups sont permis…
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266319584
Code sériel : 18356
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 456
Format : 108 x 177 mm
Pocket
En savoir plus
8.50 €
Date de parution: 07/07/2022

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • ROUMANOFFBE Posté le 5 Décembre 2021
    L'auteur connaît son métier, retraité de la police nationale française, et il a eu l'idée originale de tisser sa toile entre la France et la Belgique. J'avais un peu l'impression de revivre la traque de Patrick Haemers ou encore l'enlèvement du baron Empain. Il s'agit d'un thriller policier dans lequel le lecteur est rapidement pris dans l'engrenage des actes des personnages principaux. Raison pour laquelle j'ai beaucoup apprécié cette histoire emballante. Je me suis quand même souvent dit que cette histoire n'aurait pas pu se dérouler au 21ème siècle puisqu'en Belgique, il n'y a plus de gendarmerie et puis l'auteur se permet quelques originalités telles que le procureur de la reine, ça m'a fait sourire :-).
  • Melcleon Posté le 3 Septembre 2021
    Bernard Petit, limogé brutalement, en 2015, de la direction du "36" pour avoir, paraît-il, échangé des informations confidentielles avec certains de ses frères maçons, a profité de sa retraite forcée pour écrire un livre, à l'instar des politiques qui se retrouvent momentanément sur la touche. Dans son cas, comme on pouvait s'y attendre, il s'agit d'un roman policier s'inspirant peu ou prou, sans doute, d'affaires dont il a eu connaissance au cours de sa carrière et mettant en scène des individus qui empruntent des éléments de leur personnalité à des hommes et des femmes, gendarmes ou voleurs, croisés ou côtoyés dans le cadre de ses fonctions. Le titre du livre résume bien son argument : l'auteur y reconstitue avec minutie le travail, sur plusieurs années, de policiers (belges et français) éliminant un à un, la plupart du temps de façon définitive, les membres d'un gang de braqueurs qui eux aussi, en cas de nécessité, se muent en tueurs. La touche documentaire est évidemment importante, en particulier quant aux différentes unités de police et de gendarmerie impliquées – et diversement coopératives – dans la recherche des malfrats, d'autant qu'au début il y a deux enquêtes distinctes confiées chacune aux services les plus... Bernard Petit, limogé brutalement, en 2015, de la direction du "36" pour avoir, paraît-il, échangé des informations confidentielles avec certains de ses frères maçons, a profité de sa retraite forcée pour écrire un livre, à l'instar des politiques qui se retrouvent momentanément sur la touche. Dans son cas, comme on pouvait s'y attendre, il s'agit d'un roman policier s'inspirant peu ou prou, sans doute, d'affaires dont il a eu connaissance au cours de sa carrière et mettant en scène des individus qui empruntent des éléments de leur personnalité à des hommes et des femmes, gendarmes ou voleurs, croisés ou côtoyés dans le cadre de ses fonctions. Le titre du livre résume bien son argument : l'auteur y reconstitue avec minutie le travail, sur plusieurs années, de policiers (belges et français) éliminant un à un, la plupart du temps de façon définitive, les membres d'un gang de braqueurs qui eux aussi, en cas de nécessité, se muent en tueurs. La touche documentaire est évidemment importante, en particulier quant aux différentes unités de police et de gendarmerie impliquées – et diversement coopératives – dans la recherche des malfrats, d'autant qu'au début il y a deux enquêtes distinctes confiées chacune aux services les plus pertinents. Mais c'est par son aspect romanesque que le récit nous séduit : le déroulement chronologique des faits est enrichi de portraits des principaux personnages (flics ou voyous), dont certains font l'objet de retours en arrière qui permettent de comprendre comment "ils en sont arrivés là". On regrettera cependant que les rares femmes de l'histoire ne soient pas davantage mises en valeur ; fliquette ou petite amie de truand, elles jouent une partition en mode mineur.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Ptinut Posté le 27 Juin 2021
    Ou quand un ancien patron du 36 se lance dans le polar. Forcément ça fonctionne. Mais, originalité de l'exercice, nous partons enquêter en Belgique sur une bande de braqueurs. Des fourgonniers selon le terme consacré. A quelques mots près (par exemple procureur du roi) on retrouve le même jargon et les mêmes problèmes qu'en France. BRI/antigang, crim, politiques qui se mêlent de l'enquête, ceux qui sont pas sur le terrain mais qui savent tout, l'emballement médiatique, les rivalités entre services, la paperasserie - encore plus lorsqu'il y a CR internationale et que l'OCRB français sera de la partie. Ajoutez à ça des flics désabusés qui ont de la bouteille, des flics consciencieux, des bandits au style "beaux mecs", une enquête carrée. Bref de bons ingrédients qui promettent un repas 4 étoiles! La bande du Balafré est recherchée depuis des années par la police belge. Mais cette fois-ci ce n'est pas un braquage qui affole le pays mais le kidnapping d'un ancien ministre de l'intérieur. L'enquête emmène la police belge en France, les enquêteurs se font balader, se raccrochent à tous les fils même les plus fins pour ne pas perdre la trace des braqueurs. Pendant ce temps, Speedy, un patron de garage fortuné à la double vie,... Ou quand un ancien patron du 36 se lance dans le polar. Forcément ça fonctionne. Mais, originalité de l'exercice, nous partons enquêter en Belgique sur une bande de braqueurs. Des fourgonniers selon le terme consacré. A quelques mots près (par exemple procureur du roi) on retrouve le même jargon et les mêmes problèmes qu'en France. BRI/antigang, crim, politiques qui se mêlent de l'enquête, ceux qui sont pas sur le terrain mais qui savent tout, l'emballement médiatique, les rivalités entre services, la paperasserie - encore plus lorsqu'il y a CR internationale et que l'OCRB français sera de la partie. Ajoutez à ça des flics désabusés qui ont de la bouteille, des flics consciencieux, des bandits au style "beaux mecs", une enquête carrée. Bref de bons ingrédients qui promettent un repas 4 étoiles! La bande du Balafré est recherchée depuis des années par la police belge. Mais cette fois-ci ce n'est pas un braquage qui affole le pays mais le kidnapping d'un ancien ministre de l'intérieur. L'enquête emmène la police belge en France, les enquêteurs se font balader, se raccrochent à tous les fils même les plus fins pour ne pas perdre la trace des braqueurs. Pendant ce temps, Speedy, un patron de garage fortuné à la double vie, tente de mettre un terme à ses activités illégales mais la trahison a toujours un prix. Une enquête complexe aux multiples ramifications, intense, sans temps morts, une fin tragique, le tout mené parfaitement! Un régal à lire. J'ai parfois été perdue au début face au grand nombre de flics impliqués (les français, les belges, les enquêtes croisées sur les mêmes personnes...) il faut suivre. Mais petit à petit tout s'éclaircie, les portes se ferment et on retrouve le fil principal de l'enquête. J'aurais aimé m'attacher un peu plus aux personnages principaux. J'avais parfois l'impression qu'ils étaient là en tant que fonction et pas être humain. A l'inverse, les braqueurs étaient plus travaillés et on se surprenait parfois à les soutenir. Paradoxal! Bref un bon polar qui fait le job et qui ravira les amateurs du genre, typiquement un lauréat type du prix du quai des orfèvres.
    Lire la suite
    En lire moins
  • lauraia Posté le 12 Juin 2021
    Un livre écrit par l´ancien chef du quai des orfèvres? Ça tape à l´œil il faut l´avouer. Une traque va débuter entre la police et le clan des fourgonniers mené par Yanis dit "le balafré". Celle-ci va se dérouler entre la France et la Belgique à mille à l´heure. Les fourgonniers sont nommés ainsi car ils braquent des fourgons et, si il doit y avoir des blessés ou des morts, ce ne sont que des dommages collatéraux. Une équipe de braqueurs sans foi ni loi. Pourtant, un lien unique les uni. Et si ils faisaient un dernier coup afin qu'ils puissent se mettre à l´abri? Un enlèvement d'un haut placé, une demande de rançon, des leurres, une revendication faussée et le pactole en poche. Le plan est minutieux et prometteur. En parallèle, on va suivre l´histoire de Brian Spencer, propriétaire d´un garage qui a pris un essor fulgurant en quelques années. Mais d´où peut bien venir tout cet argent ? Brian a eu une amitié nocive qui l´a souvent transposé dans un personnage nommé Speedy. Mais Brian ne veut plus jouer ce rôle et pour cela, il est prêt à tout.. quand on veut l´ascension et qu´une fois eu, on... Un livre écrit par l´ancien chef du quai des orfèvres? Ça tape à l´œil il faut l´avouer. Une traque va débuter entre la police et le clan des fourgonniers mené par Yanis dit "le balafré". Celle-ci va se dérouler entre la France et la Belgique à mille à l´heure. Les fourgonniers sont nommés ainsi car ils braquent des fourgons et, si il doit y avoir des blessés ou des morts, ce ne sont que des dommages collatéraux. Une équipe de braqueurs sans foi ni loi. Pourtant, un lien unique les uni. Et si ils faisaient un dernier coup afin qu'ils puissent se mettre à l´abri? Un enlèvement d'un haut placé, une demande de rançon, des leurres, une revendication faussée et le pactole en poche. Le plan est minutieux et prometteur. En parallèle, on va suivre l´histoire de Brian Spencer, propriétaire d´un garage qui a pris un essor fulgurant en quelques années. Mais d´où peut bien venir tout cet argent ? Brian a eu une amitié nocive qui l´a souvent transposé dans un personnage nommé Speedy. Mais Brian ne veut plus jouer ce rôle et pour cela, il est prêt à tout.. quand on veut l´ascension et qu´une fois eu, on ne veut plus du commanditaire, on prend de gros risques. Ces risques ont ils été calculé ? J'ai beaucoup aimé le réalisme de l´enquête et les investigations menées. Accrochez vous car il y a énormément de personnages dès le début! Mais cela n'a pas du tout gêné ma lecture. Enquête, faux semblants, méthodes de flics peu légales, personnages aux multiples facettes, lisez ce livre !
    Lire la suite
    En lire moins
  • chevalierortega33 Posté le 30 Mai 2021
    Bernard Petit connait bien les rouages des services de police et nous offre une certaine dose d’exotisme en nous embarquant en … Belgique. La procédure est sans doute très voisine de celle en vigueur en France et ne déroutera pas le lecteur qui a choisi ce titre au vu du CV de l’auteur. L’ancien chef du 36 ne nous parle pas du « quai » et c’est principalement dans la région de Bruxelles et que se déroule l’intrigue. La narration est chronologique et nous voici à la suite d’une bande de « fourgonniers » qui vont diversifier leurs activités. Comment les voyous font-ils diversion ? D’un braquage classique à une moins classique prise d’otage d’un ancien ministre belge, ils vont nous leurrer comme ils leurrent la police ou plutôt les polices. Une narration qui s’attache à la chronologie et au factuel, peu de sentiments et parfois une once de psychologie, une bande de malfrats va donc opérer sous nos yeux pendant 432 pages et ça ne sera pas vraiment du tourisme. L’auteur a choisi un ton professionnel et un souci de précision pour mettre à jour les rouages de cette affaire qui fera la part belle à l’étude des mécanismes du... Bernard Petit connait bien les rouages des services de police et nous offre une certaine dose d’exotisme en nous embarquant en … Belgique. La procédure est sans doute très voisine de celle en vigueur en France et ne déroutera pas le lecteur qui a choisi ce titre au vu du CV de l’auteur. L’ancien chef du 36 ne nous parle pas du « quai » et c’est principalement dans la région de Bruxelles et que se déroule l’intrigue. La narration est chronologique et nous voici à la suite d’une bande de « fourgonniers » qui vont diversifier leurs activités. Comment les voyous font-ils diversion ? D’un braquage classique à une moins classique prise d’otage d’un ancien ministre belge, ils vont nous leurrer comme ils leurrent la police ou plutôt les polices. Une narration qui s’attache à la chronologie et au factuel, peu de sentiments et parfois une once de psychologie, une bande de malfrats va donc opérer sous nos yeux pendant 432 pages et ça ne sera pas vraiment du tourisme. L’auteur a choisi un ton professionnel et un souci de précision pour mettre à jour les rouages de cette affaire qui fera la part belle à l’étude des mécanismes du grand banditisme, à l’importance des seconds rôles dans les processus et à la nécessaire collaboration transfrontalière. Une lecture immergée et documentée, passionnante ! Bon voyage en Belgique !
    Lire la suite
    En lire moins
Inscrivez-vous à la Newsletter Pocket pour trouver le livre dont vous rêvez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.