RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            La vieille qui marchait dans la mer

            Pocket
            EAN : 9782266083744
            Code sériel : 3357
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 352
            Format : 108 x 177 mm
            La vieille qui marchait dans la mer

            Date de parution : 21/01/1998
            Octogénaire, Lady M cultive l’élégance fanée des courtisanes de grande classe et les regrets de ses splendeurs passées. Chaque matin, elle entre en marchant dans la mer, au bras d’un plagiste de soixante ans son cadet. Que le jeune éphèbe en profite pour lui barboter ses bagouzes n’a rien pour... Octogénaire, Lady M cultive l’élégance fanée des courtisanes de grande classe et les regrets de ses splendeurs passées. Chaque matin, elle entre en marchant dans la mer, au bras d’un plagiste de soixante ans son cadet. Que le jeune éphèbe en profite pour lui barboter ses bagouzes n’a rien pour déplaire à la vieille : l’arnaque bien menée fut l’affaire de sa vie, et les dispositions du mignon éveillent en elle l’idée d’en faire son élève.
            Comme un baroud d’honneur. Sur un air de chair triste et de dernier tango.

            @ Disponible chez 12-21
            L'ÉDITEUR NUMÉRIQUE
            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782266083744
            Code sériel : 3357
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 352
            Format : 108 x 177 mm
            Pocket
            6.40 €
            Acheter

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • marylinestan Posté le 29 Novembre 2018
              Avec ce roman à la verve rabelaisienne, l’outrecuidante truculence de Dard fait mouche. C’est cru, acide, débordant, cela s’avale jusqu’à la lie lorsque les envolées jubilatoires dérapent, à deux doigts de l’obscénité. Elle en a sous le coude, la vieille : des ruses, des secrets, qui dissimulent sous l’armure de peau tannée sa vérité. Sous le fard dégoulinant bat, fragile et désespérée, son aile d’oisillon déniché. La vieille tait une douleur dont l’auteur avec une tendresse insoupçonnée, a l’élégance d’ôter les sutures au terme de ses vociférations. Et la vieille redevient enfant quand la pluie salvatrice de l’innocence efface les rides de son masque grimaçant.
            • PatriciaSarrio Posté le 20 Décembre 2016
              Tout était dit : la force de frappe de Frédéric Dard, cette prose riche et baroque, « c’était too much, Seigneur », mais qu’est-ce que c’était bon ! "La Vieille qui marchait dans la mer" relève de ces romans universels que l’on peut lire à tout âge et où, à chaque fois, émerge quelque chose de différent. A vingt ans, on encaisse estomaqué ce flow qui mêle haute voltige verbale et argot des bas-fonds, voire vulgarité la plus crasse et la moins politiquement correcte - surtout en 2016. Après quarante ans, lorsque le temps a commencé à plisser, que l’on se rend compte que l’acmé passe et que l’on aborde maintenant l’ubac, c'est Janus qui lit ce livre, comprenant autant la jeunesse magnifique que la vieillesse flamboyante. Le grotesque et le sublime.
            • ntchoubis Posté le 4 Août 2016
              « Ah ! comme la vie est brève et interminable dans sa brièveté ! » (San-Antonio «La vieille qui marchait dans la mer») Je savais qu’en dehors des aventures du commissaire, l’écrivain a utilisé le pseudonyme San-Antonio pour une dizaine de romans n’ayant aucun rapport avec le commissaire, Bérurier et et tout le toutim. En les lisant je fais d’une pierre deux coups: je continue non seulement mes lectures (et mes essais, évidemment) mais aussi ma progression dans la liste féconde des œuvres de Frédéric Dard. Et c’est ainsi que j’ai fait connaissance avec le livre qui s’intitule «La vieille qui marchait dans la mer». Lady M. est un vrai crack en arnaque. Presque toute sa vie elle plume et fait chanter avec élégance les riches de tout poil. Pompilius est son complice dans toutes ces escroqueries. Il porte aussi le titre de son ancien amant et de l’ancien diplomate roumain. On dirait Bonny and Clyde, mais Lady M etPompilius sont des vieillards âgés plus de quatre-vingt ans… L’action commence en Guadeloupe, où nos octogénaires sont en train de triturer le victime suivant. Pour calmer l’arthrose qui la martyrise, Lady M marche dans la mer, couverte de bijoux, appuyée sur une canne, au bras de... « Ah ! comme la vie est brève et interminable dans sa brièveté ! » (San-Antonio «La vieille qui marchait dans la mer») Je savais qu’en dehors des aventures du commissaire, l’écrivain a utilisé le pseudonyme San-Antonio pour une dizaine de romans n’ayant aucun rapport avec le commissaire, Bérurier et et tout le toutim. En les lisant je fais d’une pierre deux coups: je continue non seulement mes lectures (et mes essais, évidemment) mais aussi ma progression dans la liste féconde des œuvres de Frédéric Dard. Et c’est ainsi que j’ai fait connaissance avec le livre qui s’intitule «La vieille qui marchait dans la mer». Lady M. est un vrai crack en arnaque. Presque toute sa vie elle plume et fait chanter avec élégance les riches de tout poil. Pompilius est son complice dans toutes ces escroqueries. Il porte aussi le titre de son ancien amant et de l’ancien diplomate roumain. On dirait Bonny and Clyde, mais Lady M etPompilius sont des vieillards âgés plus de quatre-vingt ans… L’action commence en Guadeloupe, où nos octogénaires sont en train de triturer le victime suivant. Pour calmer l’arthrose qui la martyrise, Lady M marche dans la mer, couverte de bijoux, appuyée sur une canne, au bras de Lambert, un moniteur paresseux, qui ne sait que faire de sa jeune vie. A la fin de chaque promenade, Lady M lui glisse un billet de 500 Francs dans son slip de bain. Un beau jour, elle se fait voler l’émeraude par ce jeune plagiste. Au lieu de punir Lambert, elle décide de le prendre sous son aile, de le faire partager leur vie d#146;aventure et de le former à l’arnaque. "— Bien que je sois très riche et très âgée, je suis toujours d’une activité débordante, selon l’expression consacrée. Je n’ai personne au monde, sinon ce compagnon presque aussi vieux que moi. Il fut mon amant : il est resté mon complice. Il ne me déplairait pas d’avoir un dauphin à défaut d’enfant. Quelque chose me dit que nos existences, à vous comme à moi, y gagneraient. Je vous ferais découvrir l’aventure, Lambert. Et vous, eh bien vous me réchaufferiez de votre présence. Si vous acceptiez, au début, Pompilius vous fera la gueule, mais il s’habituera et je gage qu’il finira par éprouver de l’amitié pour vous. Non seulement vous êtes un être disponible, mais de plus, vous êtes un homme en peine. A quoi bon filer du mauvais coton dans cette île pour cadres supérieurs en congé ? Les Antilles, quand on n’est pas créole, c’est huit jours de vacances et rien de plus. Moi, j’y suis venue pour une affaire, Lambert. Sitôt qu’elle sera traitée, je repartirai. Voulez-vous faire un essai et venir avec nous ?" Ainsi naît un trio biscornu: primo, Lady M, une haridelle et une carne, deuxio, Pompilius, «Lord Ducon», «diplomate de mes fesses» et, tertio, Lambert, un «jeune godelureau chapardeur». A travers les pages de «La vieille qui marchait dans la mer», ce couple de truands va écumer l’Europe, résister aux efforts des détectives pas tombés de la dernière pluie, et s’aborder même à la Cosa Nostra... C’est bien intéressant de comparer l’écriture de Frédéric Dard des années 50 (je suis en train de lire ces san-antonio de cette période-là) avec celle des années 80 («La vieille qui marchait dans la mer» a été écrite en 1988). Dans «La vieille qui marchait dans la mer» je vois déjà un maître qui se focalise avec finesse sur l’intrigue, le langage coloré et des personnages frappants, crus et émouvants à la fois. C’est une histoire à double fond, un roman où l’aventure, comme une couche superficielle, jouxte et cache le désespoir, la vieillesse et la démence. La vieillesse sans fard est le thème principal du roman, l’odyssée des escrocs est fait partie du décor, pas plus. C’est pas du tout un roman de suspens, plutôt un roman psychologique et dramatique, un roman des mœurs. Lady M, héroïne principale du livre, vit dans un passé qu’elle réinvente. Comme Shéhérazade, elle cache mille et une histoires, elle se file des souvenirs mais peu à peu elle retombe en enfance… Drôle d’ironie de vie! Lady M a quelque chose de Méphistophélès. Peut-être c’est son allure, sa verve physique ou son jeu auprès des gens qu’elle se fait plumer. Elle est comme un caméléon qui change à tout moment. Sa solitude, sa futilité d’âme sont encore des traits soulignant ses racines infernales: "— Ce n’est pas ta tante, n’est-ce pas? demanda Noémie. Le diable n’a pas de famille." Mais elle est de la nature humaine, car ses soliloques, sa auto-confession sont sa seule source de rétablissement, «son jardin secret, un coin de soi où l’on peut se libérer l’intime et cracher sa vapeur». C’est un système des monologues intérieurs, des confesses sans vergogne, sans retenu, à la brutale auprès du Seigneur. C’est le moyen stylistiquement truculent pour trancher le for intérieur de Lady M et puis de Lamber devenu son élève assidu. « Ô mon Dieu ! Mon Dieu ! ne permettez jamais que je renonce ! Faites que toujours subsiste cette louche faim d’amour ! Cet émoi qui me préserve de la mort ! Cette attente infernale qui accélère les battements de mon cœur ! Je suis une vieille salope, Seigneur ! Une femelle sans chaleurs qui n’a plus que de tristes approches pour combler son vieux cul défoncé ! Gardez-moi cette pitoyable fringale de chair fraîche, Dieu d’infinie bonté ! » Des répliques savoureuses et inventives sont encore un point fort, surtout les dialogues jouissifs et grotesques entre Lady M et Pompilius, devenu un hymne à la désinvolture, au sarcasme et à la grossièreté. Le tempo et le sujet ficelé, le style vif, tranchant et drôle, le language coloré sont les traits qui unient tous les romans signés San-Antonio, polars ou non. Si vous voulez voir un San-Antonio mûr, connaisseur, «La vieille qui marchait dans la mer» est un choix impeccable. À titre de conclusion, je voudrais dire que j’ai passé un très bon temps avec ce roman, un peu cru, grinçant, parfois dérangeant, sur le désespoir de vieillir quand on a mal vécu. 4.0/5
              Lire la suite
              En lire moins
            • flo_dlf Posté le 12 Février 2015
              Lady M est vieille mais ne veut pas l'être. Elle escroque avec son vieil amis riches industriels et princes. Elle tente de retrouver la jeunesse de son corps et de sa sexualité décrite sans vergogne. Mais un jour elle se fait voler par l'un d'eux sa bague par un jeune et riche homme. Elle décide de le prendre comme élève. C'est donc la vie commune de personnes âgées qui recherchent la jeunesse perdue et un jeune qui cherche un sens à sa vie. C'est cru, souvent hilarant, parfois émouvant, toujours pertinent sur l'analyse psychologique des personnages et de leurs relations.
            • PAIGE92 Posté le 17 Septembre 2014
              bien sur, c'est un peu "crash" mais j'ai été très émue par cette vieille dame.
            Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
            Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.