En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer votre expérience de navigation et réaliser des mesures d’audience.
OK
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        La ville de la peur

        10/18
        EAN : 9782264070616
        Code sériel : 5167
        Façonnage normé : POCHE
        Nombre de pages : 480
        Format : 108 x 177 mm
        La ville de la peur

        Collection : Grands Détectives
        Date de parution : 02/02/2017
        En ce mois de janvier de l’an de grâce 1423, la capitale du royaume de France est vouée au démon. Les Armagnacs ont pris la forteresse du  pont de Meulan, la famine règne, les loups sont entrés dans la ville en utilisant la Seine prise par les glaces, le froid... En ce mois de janvier de l’an de grâce 1423, la capitale du royaume de France est vouée au démon. Les Armagnacs ont pris la forteresse du  pont de Meulan, la famine règne, les loups sont entrés dans la ville en utilisant la Seine prise par les glaces, le froid est tel que le vin gèle dans les barriques. Pire, la Mort en personne rôde dans Paris, revêtue d’une  pèlerine à chaperon : un être au visage effroyable, sans nez ni yeux. Quiconque s’en approche perd aussitôt la vie. Après plusieurs crimes inexplicables, Edward Holmes est convaincu de l’existence d’une puissance occulte régnant sur la capitale du royaume comme une araignée au centre de sa toile. Mais, accusé d’avoir assassiné une proche du duc de Bourgogne, il est emprisonné au Grand-Châtelet tandis que Gower Watson est chassé de France et que ses biens sont confisqués. Alors qu’il va être conduit au bourreau, comment pourrait-il mettre en échec ses implacables ennemis, qui utilisent des loups comme mercenaires ?
        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782264070616
        Code sériel : 5167
        Façonnage normé : POCHE
        Nombre de pages : 480
        Format : 108 x 177 mm
        10/18
        8.80 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • jppoprawa Posté le 28 Novembre 2017
          Edward Holmes et Gower Watson se retrouvent pour résoudre cette histoire qui se passe à Paris par grand froid ou des loups font partie des personnage principaux. Cela me rappelle la chanson de Serge Reggiani "Les loups sont entrés dans Paris". Comme à son habitude, l'auteur nous transporte dans cette énigme qui pour ma part est très plaisante et facile à lire. Que du bonheur.
        • Souri7 Posté le 1 Juin 2017
          Troisième opus des aventures d'Edward Holmes et Gower Watson. L'hiver à Paris en cette année 1423 est intense. Les habitants de la capitale sont pris au piège, tentant de survivre au froid, à la faim (les prix ayant flambé pour tout), aux attaques de loups n'hésitant pas s'en prendre à eux et aux attaques des Armagnacs décidés à faire tomber la capitale. Dans une des rues, habite un notaire Roussel qui malheureusement trouve la mort de manière mystérieuse et sanglante ainsi que le reste de sa maison le lendemain. Les témoins interrogés parlent de la Mort vue sur les lieux... Personne ne souhaitant se rendre sur les lieux afin de récupérer les documents laissés par Roussel, Edward Holmes se voit chargé de cette mission. Arrivé sur les lieux, notre clerc découvre les traces d'un carnage et des documents concernant d'une part la Reine Isabeau, des prêts conséquents et des clefs manquantes. Seulement, un homme sentant le danger met en action un plan machiavélique afin de piéger et assassiner notre clerc trop intelligent.... Cette série est un vrai régal à lire. Retrouver un pastiche de Sherlock Holmes de Conan Doyle dans le contexte du XVe siècle est un vrai plaisir à lire et il... Troisième opus des aventures d'Edward Holmes et Gower Watson. L'hiver à Paris en cette année 1423 est intense. Les habitants de la capitale sont pris au piège, tentant de survivre au froid, à la faim (les prix ayant flambé pour tout), aux attaques de loups n'hésitant pas s'en prendre à eux et aux attaques des Armagnacs décidés à faire tomber la capitale. Dans une des rues, habite un notaire Roussel qui malheureusement trouve la mort de manière mystérieuse et sanglante ainsi que le reste de sa maison le lendemain. Les témoins interrogés parlent de la Mort vue sur les lieux... Personne ne souhaitant se rendre sur les lieux afin de récupérer les documents laissés par Roussel, Edward Holmes se voit chargé de cette mission. Arrivé sur les lieux, notre clerc découvre les traces d'un carnage et des documents concernant d'une part la Reine Isabeau, des prêts conséquents et des clefs manquantes. Seulement, un homme sentant le danger met en action un plan machiavélique afin de piéger et assassiner notre clerc trop intelligent.... Cette série est un vrai régal à lire. Retrouver un pastiche de Sherlock Holmes de Conan Doyle dans le contexte du XVe siècle est un vrai plaisir à lire et il est amusant de voir comment Jean d'Aillon distille dans son récit des éléments de l'oeuvre de Doyle. Ce troisième opus semble d'ailleurs inspirer de la nouvelle Le dernier problème où Holmes rencontre pour la première fois Moriarty. 🙂 Globalement, l'intrigue est vraiment captivante avec de nombreuses péripéties. Seulement, je trouve le résumé proposé mensonger. En effet, ce personnage de La Mort sans nez ni yeux n'apparaît que dans les premiers chapitres pour disparaître totalement de l'histoire et ne revenir qu'en personnage secondaire dans les derniers. J'attendais avec impatience un récit incroyable et mystérieux depuis des semaines et, à la sortie du livre, je me suis empressée de l'acheter. Et là, je me sens malheureusement lésée...😐 Côté récit, l'intrigue connaît un ralentissement et des longueurs en plein milieu du livre. On se perd un peu dans les trois affaires à savoir celle de l'assassinat du notaire Roussel, la mission confiée par la Reine Isabeau concernant des documents, le mystérieux homme sans nez... L'intrigue fait également intervenir des personnages des tomes précédents (donc, penser à garder vos livres à côté de vous 😛) et en ajoute une pléthore d'autres qui souvent ne sont là que pour donner la réplique par moment. L'intrigue tarde à se mettre en place notamment la partie où Edward Holmes se retrouve accusé et enfermé. Par contre, voir arrivé un nouvel ennemi qui n'est autre que Moriarty est un vrai plaisir et permet d'apporter du piquant et du suspens.😃 Parlons ensuite du côté historique : un vrai bonheur de lire un roman alliant à la fois ludique et éducatif. Le conflit entre les Armagnacs et les Bourguignons étaient pour moi méconnus avant la lecture de cette saga. Jean d'Aillon réussit à nous relater par petites touches les éléments historiques nous permettant de comprendre les tenants et les aboutissants de chaque camp. C'est à la fois une guerre sanglante mais un véritable jeu d'échecs international qui se joue ici.🙂 Globalement quelques lenteurs dans le récit mais un vrai plaisir de suivre les aventures d'Edward Holmes et Gower Watson. Avec en plus, l'arrivée de Moriarty dans la saga... cela ne peut qu'être prometteur pour les prochaines aventures.😈
          Lire la suite
          En lire moins
        • Elamia Posté le 19 Février 2017
          J'ai adoré ce polar historique ! Jean d'Aillon est un auteur que je souhaitais découvrir depuis un moment, aussi quand j'ai reçu ce livre en cadeau, je l'ai commencé immédiatement. Cette uchronie nous plonge dans le Paris du XVème siècle. Sous la plume de l'écrivain, maître du polar historique, la ville est glaciale et lugubre. Jean d'Aillon ne nous plombe pas le moral pour autant, et la tonalité légèrement joyeuse qu'il arrive à distiller grâce à des personnages uniques, rendent le tout très plaisant à lire. La ville de la peur fait partie des chroniques sur les deux détectives Edward Holmes et Gower Watson. Le clin d'oeil à Conan Doyle est ici éloquent et d'ailleurs, nous retrouvons tous les éléments originaux : leur fidèle chien, la douce compagne de Watson, et même Lestrade ! J'ai beaucoup aimé redécouvrir cette période historique que je connaissais finalement très peu, celle de la guerre entre les Armagnacs et les Bourguignons. La France est alors sous la régence du Duc de Bedford, Jean de Lancastre, qui est le frère du roi défunt Henri V. Jean d'Aillon a une manière bien à lui de nous raconter les faits. Même si certains évènements sortent tout droit de son imagination,... J'ai adoré ce polar historique ! Jean d'Aillon est un auteur que je souhaitais découvrir depuis un moment, aussi quand j'ai reçu ce livre en cadeau, je l'ai commencé immédiatement. Cette uchronie nous plonge dans le Paris du XVème siècle. Sous la plume de l'écrivain, maître du polar historique, la ville est glaciale et lugubre. Jean d'Aillon ne nous plombe pas le moral pour autant, et la tonalité légèrement joyeuse qu'il arrive à distiller grâce à des personnages uniques, rendent le tout très plaisant à lire. La ville de la peur fait partie des chroniques sur les deux détectives Edward Holmes et Gower Watson. Le clin d'oeil à Conan Doyle est ici éloquent et d'ailleurs, nous retrouvons tous les éléments originaux : leur fidèle chien, la douce compagne de Watson, et même Lestrade ! J'ai beaucoup aimé redécouvrir cette période historique que je connaissais finalement très peu, celle de la guerre entre les Armagnacs et les Bourguignons. La France est alors sous la régence du Duc de Bedford, Jean de Lancastre, qui est le frère du roi défunt Henri V. Jean d'Aillon a une manière bien à lui de nous raconter les faits. Même si certains évènements sortent tout droit de son imagination, il replace son récit de manière précise dans ce contexte historique. L'intrigue est relativement complexe, car elle met en scène de nombreux personnages. Au début c'est inquiétant, à chaque chapitre, nous voyons toujours apparaître d'autres portraits, et j'avoue avoir été quelque peu perdue. Notamment, les titres honorifiques : duc, comte, chambellan, régent, prévôt, lieutenant, dauphin et j'en passe, ont fait faire une sacrée gymnastique à mes neurones. Pourtant, une fois que le scénario est en place, tout s'enchaîne vite et se simplifie. Ce n'est pas une mais trois enquêtes que les détectives vont devoir résoudre. Tout commence avec un vol d'orfèvreries chez une gente dame. La reine les charge ensuite d'une mission secrète de la plus haute importance, et enfin, le régent de la couronne en personne leur demande de résoudre le mystère d'une meute de loups ayant massacré une troupe armée en partance de Rouen. Comme la couverture le laisse présager, les loups sont le coeur du roman. Ils terrorisent les Parisiens, déjà affaiblis par le froid et le manque de nourriture. Plusieurs crimes sanglants sont commis dans la capitale et tout semble accuser les canidés. Mais Holmes et Watson sont là pour résoudre l'énigme. Les deux enquêteurs m'ont énormément plu, ils sont loin d'être intouchables, et à plusieurs reprises, semblent avoir touché le fond. J'ai apprécié leurs qualités humaines, et même cet Holmes là est plus altruiste, plus attachant. Mais s'il y a un personnage qui m'a réellement intriguée c'est certainement Hugonin de Guisay. Apparu au tout début du roman, sous ses airs mystérieux et inquiétants, il cache une personnalité espiègle qui contraste avec son physique répugnant. J'ai adoré en apprendre plus sur sa vie et sur le fameux bal où son existence a basculé. J'espère que nous le retrouverons aux côtés des deux détectives dans la suite de leurs aventures. Un polar qui ne m'a pas du tout effrayée, et qui malgré son ambiance glaciale, m'a fait passer un vrai bon moment de lecture. A conseiller et à offrir.
          Lire la suite
          En lire moins
        Plongez dans l'univers du polar historique avec la newsletter Grands Détectives.
        Voyagez au fil des enquêtes de la collection Grands Détectives.
        Notre politique relative aux données personnelles est accessible dans nos CGU.
        Vous pouvez exercer vos droits d’accès, de rectification, d’effacement, de limitation, de portabilité et d’opposition au traitement de vos données à caractère personnel dans les conditions fixées par la loi informatique et libertés du 6 janvier 1978 selon les modalités de notre politique de confidentialité.