Lisez! icon: Search engine
Archipoche
EAN : 9782377350995
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 567
Format : 111 x 178 mm

La Virginienne

Pierre ALIEN (Traducteur)
Collection : Roman & évasion
Date de parution : 03/01/2018
Thomas Jefferson, 3e Président américain, a entretenu pendant 38 ans une liaison avec une esclave métisse, Sally Hemings, avec qui il a eu des enfants. S'appuyant sur des témoignages d'époque, Barbara Chase-Riboud raconte l'histoire de cet amour interdit. Un livre vendu à deux millions d'exemplaires dans le monde.
Pendant trente-huit ans, la belle et mystérieuse Sally Hemings, une esclave quarteronne, fut la maîtresse de Thomas Jefferson, troisiè me président des États-Unis et auteur de la Déclaration d’indépendance.Cette liaison scandaleuse et passionné e commence dans le Paris de 1787, ou Jefferson est ambassadeur de la jeune république amé... Pendant trente-huit ans, la belle et mystérieuse Sally Hemings, une esclave quarteronne, fut la maîtresse de Thomas Jefferson, troisiè me président des États-Unis et auteur de la Déclaration d’indépendance.Cette liaison scandaleuse et passionné e commence dans le Paris de 1787, ou Jefferson est ambassadeur de la jeune république amé ricaine auprès de la Cour. Sally a alors à peine quinze ans. Il vivra avec elle jusqu’à sa mort à Monticello, la plantation qu’il possè de en Virginie, où ils auront de nombreux enfants, esclaves à leur tour...Pour recré er cette love story é mouvante et fatale, Barbara Chase-Riboud s’est fondé e sur les documents et témoignages d’époque. Elle brosse ainsi un étonnant tableau de l’Amé rique esclavagiste de la fin du XVIIIe sie cle, une fresque grandiose mais toujours fidè le à l’Histoire.Le ré cit poignant d’un amour qui a de fié les conventions.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782377350995
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 567
Format : 111 x 178 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • michelangelo Posté le 28 Septembre 2020
    Cette page d’Histoire est traitée à la manière d’un roman, ce qui la rend d’autant plus passionnante. La Virginienne est la compagne du Président des Etats-Unis Thomas Jefferson. Alors veuf, il prend pour maîtresse une jeune esclave métisse de 15 ans, Sally. Ses prises de position anti-esclavagiste le maintiendront en porte-à-faux du fait de cette liaison. Il la gardera jusqu’à sa mort, pendant trente-huit années… L’auteure fait preuve d’une véritable qualité d’écriture. Le style est aussi brillant que la façon de brosser avec minutie une époque historique avec maints détails remarquables ou anodins. Quelle ne fut ma surprise de trouver en Jefferson un Président avant-gardiste et pourtant peu prompt à s’appliquer les préceptes moraux qu’il voudrait exiger des autres. Jamais il ne voudra rendre à Sally sa liberté, préférant certainement la garder captive et pour lui seul. On perçoit au travers du récit toute la complexité de l’âme humaine. Sally acceptera cet asservissement par amour pour un homme généreux mais égoïste. Faire revivre sous nos yeux une époque révolue, des paysages somptueux et des combats intérieurs avec une telle dextérité et une telle précision dans l’écriture mérite tout notre attention. Bien qu’un peu long parfois, on ne peut qu’être attentif et... Cette page d’Histoire est traitée à la manière d’un roman, ce qui la rend d’autant plus passionnante. La Virginienne est la compagne du Président des Etats-Unis Thomas Jefferson. Alors veuf, il prend pour maîtresse une jeune esclave métisse de 15 ans, Sally. Ses prises de position anti-esclavagiste le maintiendront en porte-à-faux du fait de cette liaison. Il la gardera jusqu’à sa mort, pendant trente-huit années… L’auteure fait preuve d’une véritable qualité d’écriture. Le style est aussi brillant que la façon de brosser avec minutie une époque historique avec maints détails remarquables ou anodins. Quelle ne fut ma surprise de trouver en Jefferson un Président avant-gardiste et pourtant peu prompt à s’appliquer les préceptes moraux qu’il voudrait exiger des autres. Jamais il ne voudra rendre à Sally sa liberté, préférant certainement la garder captive et pour lui seul. On perçoit au travers du récit toute la complexité de l’âme humaine. Sally acceptera cet asservissement par amour pour un homme généreux mais égoïste. Faire revivre sous nos yeux une époque révolue, des paysages somptueux et des combats intérieurs avec une telle dextérité et une telle précision dans l’écriture mérite tout notre attention. Bien qu’un peu long parfois, on ne peut qu’être attentif et admiratif devant cet entremêlement de sentiments contradictoires dans un paysage idyllique et une période tourmentée. On n’est pas loin de l’atmosphère chatoyante d’Autant en emporte le vent ! Michelangelo 7/2020
    Lire la suite
    En lire moins
  • les_lectures_de_marion Posté le 14 Mai 2019
    J'ai mis du temps à le lire, pas parce qu'il ne me plaisait pas, au contraire, mais par manque de temps, et pour le savourer. Je ne connaissais presque rien de la vie du président américain Thomas Jefferson, et j'ai été d'autant plus étonnée de découvrir qu'il avait eu une histoire d'amour avec une esclave. Comme on peut s'en douter, leur histoire est loin d'être simple et idyllique, puisqu'un fossé les sépare, et qu'ils doivent faire abstraction des critiques de la société au sujet de leur relation. - J'ai trouvé ce récit poignant, dur, mais aussi dénonciateur de la condition de la femme Noire, qui a une double peine à porter, celle de son sexe et celle de la couleur de sa peau. Le personnage de Sally est fort et déterminé, mais aussi passionné. Les personnages sont creusés, l'écriture leur confère une âme et de la consistance, les rappels historiques, ainsi que l'arbre généalogique permettent à un lecteur de se repérer même s'il est étranger, comme moi, à l'histoire américaine. - En bref, une excellente lecture, qui fait réfléchir et qui bouleverse.
  • MarieLovesBooks Posté le 27 Février 2018
    5/5 J'étais très curieuse de découvrir ce roman historique et ravie d'avoir été choisie pour le chroniquer grâce à la masse critique de Babelio. « Dévoilant l'amour secret du président Jefferson, l'un des meilleurs romans historiques jamais écrits. » The New York Times L'histoire débute en 1830 dans le comté d'Albermale en Virginie. Nous rencontrons Sally qui a 56 ans et vit seule avec ses deux fils encore en vie. Nathan est un agent recenseur qui s'arrête chez elle. Il doit signaler les esclaves affranchis car selon la loi ces derniers doivent quitter la Virginie un an après avoir été affranchi. Il a entendu des rumeurs sur Sally qui aurait été l'esclave et la femme du président défunt Thomas Jefferson. Nathan va pousser sa curiosité et se rapproche de Sally afin qu'elle lui raconte son histoire. Nathan et Sally se rapprochent et c'est l'occasion pour cette dernière de se livrer. Malheureusement Nathan va commettre une erreur en déclarant les enfants de Sally comme « blancs ». Nathan pensait bien faire et leur assurer une certaine sécurité mais elle le prend comme une trahison. En effet le thème du statut des métisses est récurrent dans l'ouvrage et très intéressant. Nous avons une double temporalité narrative, à la fois... 5/5 J'étais très curieuse de découvrir ce roman historique et ravie d'avoir été choisie pour le chroniquer grâce à la masse critique de Babelio. « Dévoilant l'amour secret du président Jefferson, l'un des meilleurs romans historiques jamais écrits. » The New York Times L'histoire débute en 1830 dans le comté d'Albermale en Virginie. Nous rencontrons Sally qui a 56 ans et vit seule avec ses deux fils encore en vie. Nathan est un agent recenseur qui s'arrête chez elle. Il doit signaler les esclaves affranchis car selon la loi ces derniers doivent quitter la Virginie un an après avoir été affranchi. Il a entendu des rumeurs sur Sally qui aurait été l'esclave et la femme du président défunt Thomas Jefferson. Nathan va pousser sa curiosité et se rapproche de Sally afin qu'elle lui raconte son histoire. Nathan et Sally se rapprochent et c'est l'occasion pour cette dernière de se livrer. Malheureusement Nathan va commettre une erreur en déclarant les enfants de Sally comme « blancs ». Nathan pensait bien faire et leur assurer une certaine sécurité mais elle le prend comme une trahison. En effet le thème du statut des métisses est récurrent dans l'ouvrage et très intéressant. Nous avons une double temporalité narrative, à la fois dans le présent et dans le passé avec l'évocation des souvenirs de Sally. J'ai adoré cette narration qui m'a fait m'immerger immédiatement dans l'histoire. Une des préoccupations majeures de l'époque étaient la considération des métisses, des calculs savants ont été mis au point pour déterminer le taux de sang blanc et noir chez les métisses et le degré de métissage. Les métisses ne sont pas reconnus dans la société de l'époque, ils ne sont ni noirs ni blancs. Cette question du métissage et des mulâtres est très bien retranscrite dans ce roman et j'ai trouvé cet aspect passionnant. Il nous permet de mieux comprendre la position de Sally Hemings née d'une mère noire, esclave, et d'un père blanc, esclavagiste et du statut de ses propres enfants, nés d'un père blanc et d'une mère métisse. L'arbre généalogique de la famille Jefferson et Hemings en début du roman nous aide à nous y retrouver dans cette multitude d'enfants et de branches et il en dit long sur les relations de maitre à esclave de cette famille. Mon moment préféré est le voyage à Paris de Sally et Polly (fille de Jefferson) pour retrouver Thomas Jefferson qui est un envoyé de l'ambassadeur auprès de Louis XVI. Nous les suivons en 1787 et 1788 à Paris. Sally a 15 ans, elle découvre la société française parisienne. C'est à cette époque que Thomas Jefferson s'éprend de Sally. Il la trouve magnifique et Sally est totalement en admiration pour son maitre. On évolue dans un climat pré-révolution, on sent que la révolte n'est pas loin. J'ai adoré lire cette période de l'Histoire à travers le point de vue de personnages américains. L'esclavage n'existe plus en France. On y rencontre James le frère de Sally qui travaille en France et qui souhaite obtenir le statut d'affranchi et libre pour lui-même et pour sa soeur. James est un cuisinier talentueux et il est épris de liberté. J'ai adoré suivre ce personnage qui représente la volonté de liberté et de ne plus appartenir à personne. Il a beau respecter Thomas Jefferson, il n'empêche qu'il rêve d'être libre un jour. Pour sa soeur Sally c'est beaucoup plus compliqué, elle aura l'occasion à plusieurs reprises de prendre sa liberté mais ne le fera jamais. Elle n'est pas animée par cette force et ce désir de se battre qu'a son frère. Elle restera toute sa vie très attachée et enracinée à Monticello, la demeure virginienne de Thomas Jefferson. Finalement ce qui ressort de la relation amoureuse entre Sally et Thomas, c'est beaucoup de souffrances. Thomas Jefferson est un homme complexe et contradictoire, il écrit des lois en faveur de l'abolition de l'esclavage, alors qu'il possède lui-même environ 200 esclaves et ne semble pas prêt à les affranchir. Ce roman m'a fait passer par tout un tas d'émotions de la colère à l'incompréhension, et il a le mérite de faire beaucoup réfléchir. Même si on ne comprend pas Sally, on ne comprend pas cet amour qu'elle a pour l'homme qui possède sa liberté, on ressent quand même beaucoup d'émotions à lecture de ce magnifique roman. C'est une femme que personnellement je n'ai pas comprise mais dont l'histoire m'a bouleversée. On ne choisit pas de qui on tombe amoureux. L'auteure n'en fait pas trop au niveau de la romance. On n'est pas dans du romantisme, on est pas dans de l'amour mielleux. On a des sentiments très profonds et complexes qui sont développés tout au long du roman. Sally brisera-t-elle ses chaines ? Quels sont ses rêves ? Quels choix fera-t-elle pour l'avenir de ses enfants ? L'auteure maitrise son sujet et a un fait un véritable travail d'historienne pour l'écriture de son premier roman. Je suis ravie de l'avoir découvert, j'ai pris beaucoup de plaisir à lire ce roman historique. C'est une histoire unique, bouleversante, écrite avec talent. Ce que j'ai le plus aimé : #9658; la plume de l'auteure très agréable #9658; la richesse des descriptions et des détails #9658; la complexité des thèmes abordés comme le métissage à cette époque #9658; la narration de Sally dans le présent et dans le passé Ce que j'ai moins aimé : #9658; les deux personnages principaux m'ont parfois tellement énervé ! Si vous aimez les romans historiques celui-ci est très complet. J'ai adoré me plonger dans cette saga et découvrir cette famille à l'arbre généalogique très complexe il faut le dire ! L'auteure nous fait passer par tout un tas d'émotions, c'est un beau roman sur l'amour, l'esclavagisme, le métissage, la famille, la terre et la quête de liberté. Je vous le conseille.
    Lire la suite
    En lire moins
  • KRISS45 Posté le 17 Février 2018
    En parcourant les propositions de Masse critique, j'ai retenu "la virginienne" qui me donne l'occasion de revenir à des souvenirs vieux de cinquante ans, lors de ma visite à la propriété de Thomas Jefferson, à Monticello. A l'époque, je m'étais peu intéressée à l'histoire de ce domaine et à son propriétaire qui a régné sur d'immenses étendues de plantations et sur une cohorte d'esclaves. C'est par le biais de "la virginienne", Sally Hemmings, sa jeune maîtresse-esclave que Barbara Chase-Riboud nous entraine dans le sillage de cet homme de pouvoir, célèbre auteur de la Déclarations d'Indépendance. B.C.R. nous le présente à partir de 1787 alors qu'il est Ambassadeur à Paris, qu'il quitte au moment de la Révolution. L'Histoire nous a appris qu'il a ensuite assumé les fonctions de Secrétaire d'Etat puis est devenu le troisième Président américain. Lorsqu'il quitte la France, en 1789, Sally, quinze ans est déjà à ses côtés, (et dans son lit), officiellement au service de Martha et Maria, les deux filles du Maître, veuf depuis 1782. La famille de Jefferson est une mosaïque assez complexe, composée de maîtres et serviteurs, blancs et métis, à une époque où une douzaine d'enfants par couple n'était pas rare, auxquels s'ajoutaient les petits bâtards. L'arbre généalogique... En parcourant les propositions de Masse critique, j'ai retenu "la virginienne" qui me donne l'occasion de revenir à des souvenirs vieux de cinquante ans, lors de ma visite à la propriété de Thomas Jefferson, à Monticello. A l'époque, je m'étais peu intéressée à l'histoire de ce domaine et à son propriétaire qui a régné sur d'immenses étendues de plantations et sur une cohorte d'esclaves. C'est par le biais de "la virginienne", Sally Hemmings, sa jeune maîtresse-esclave que Barbara Chase-Riboud nous entraine dans le sillage de cet homme de pouvoir, célèbre auteur de la Déclarations d'Indépendance. B.C.R. nous le présente à partir de 1787 alors qu'il est Ambassadeur à Paris, qu'il quitte au moment de la Révolution. L'Histoire nous a appris qu'il a ensuite assumé les fonctions de Secrétaire d'Etat puis est devenu le troisième Président américain. Lorsqu'il quitte la France, en 1789, Sally, quinze ans est déjà à ses côtés, (et dans son lit), officiellement au service de Martha et Maria, les deux filles du Maître, veuf depuis 1782. La famille de Jefferson est une mosaïque assez complexe, composée de maîtres et serviteurs, blancs et métis, à une époque où une douzaine d'enfants par couple n'était pas rare, auxquels s'ajoutaient les petits bâtards. L'arbre généalogique qui figure en tête du roman est indispensable pour s'y retrouver. Outre la vie privée, Barbara Chase-Riboud dresse un vivant et "étonnant tableau de l'Amérique esclavagiste à la fin du XVIIIe siècle" et approfondit avec finesse la relation d'un couple hors normes, fonctionnant sur les notions contradictoires de dépendance, de soumission, d'admiration, d'attirance irrésistible, avec des sentiments forts et réciproques. D'après les informations que j'ai pu glaner, l'Amérique puritaine a longtemps considéré cette liaison comme un sujet tabou. Par ailleurs, les spécialistes contemporains sont assez critiques vis à vis de Jefferson, aussi bien sur sa vie privée que sur l'évidente contradiction entre ses principes libéraux et leur non application pratique. Pour rappel : alors qu'il décède en 1826, l'abolition de l'esclavage ne sera votée qu'en 1865. Merci à Babelio et aux éditions Archi-poche pour cette révision d'une page d'Histoire.
    Lire la suite
    En lire moins
  • elleaimelire Posté le 15 Février 2018
    C'est avec une grande émotion et le coeur serré que je referme ce livre. Ce roman, c'est plus qu'une histoire d'amour ou qu'un roman historique, c'est l'histoire d'une femme qui par le sang noir qui coule dans ses veines est condamnée à un second rôle dans la vie de son amant blanc et homme important de son époque. C'est l'histoire de Sally Hemings, esclave quarteronne, à la peau ivoire, maîtresse du président Thomas Jefferson pendant une trentaine d'années et mère de nombre de ses enfants. Mais Sally, c'est aussi la demi-soeur de Martha, la première épouse de Thomas Jefferson. Elle est donc la tante de ses premiers enfants. Je ne vous cache pas que je me suis parfois perdue dans l'arbre généalogique de cette famille très nombreuse, où tout le monde est fille, fils, tante, oncle, père, mère d'un autre et où les prénoms sont souvent les mêmes. Heureusement, figure au début du livre un arbre généalogique vers lequel on peut facilement revenir en cas de confusion. Sally, est l'épouse esclave de son maître ; elle est une femme à la fois soumise et insoumise à cet homme qui l'aime mais qui n'est pas encore prêt à aller à l'encontre des codes... C'est avec une grande émotion et le coeur serré que je referme ce livre. Ce roman, c'est plus qu'une histoire d'amour ou qu'un roman historique, c'est l'histoire d'une femme qui par le sang noir qui coule dans ses veines est condamnée à un second rôle dans la vie de son amant blanc et homme important de son époque. C'est l'histoire de Sally Hemings, esclave quarteronne, à la peau ivoire, maîtresse du président Thomas Jefferson pendant une trentaine d'années et mère de nombre de ses enfants. Mais Sally, c'est aussi la demi-soeur de Martha, la première épouse de Thomas Jefferson. Elle est donc la tante de ses premiers enfants. Je ne vous cache pas que je me suis parfois perdue dans l'arbre généalogique de cette famille très nombreuse, où tout le monde est fille, fils, tante, oncle, père, mère d'un autre et où les prénoms sont souvent les mêmes. Heureusement, figure au début du livre un arbre généalogique vers lequel on peut facilement revenir en cas de confusion. Sally, est l'épouse esclave de son maître ; elle est une femme à la fois soumise et insoumise à cet homme qui l'aime mais qui n'est pas encore prêt à aller à l'encontre des codes de son époque. S'il lui accorde de nombreux privilèges et son amour, il lui arrive aussi de la trahir. Ce qui m'a le plus touchée dans cette saga, c'est véritablement la condition des esclaves dans cette société américaine des 18ème et 19ème siècles. Autant ils font partie de la famille, évoluent et se mélangent à la famille blanche, autant ils n'ont pas la liberté de vivre selon leur propre volonté ; ils ne sont finalement que les biens de leurs maîtres tels des objets qu'on acquiert et qu'on vend au gré des évènements de la vie. J'ai vraiment beaucoup aimé cette fresque familiale et historique, qui de Paris à Monticello, m'a fait voyager dans le temps. Ma lecture a suscité des nombreuses recherches en parallèle (sur l'histoire des Etats-Unis, l'esclavage, Thomas Jefferson et Sally Hemings eux-même). J'ai aussi très souvent eu le coeur déchiré, la vie à cette époque n'étant pas toujours facile et parsemée de drames. En bref, ce livre est dur et beau à la fois, l'histoire de Sally est drame, courage et résignation mais aussi amour et espoir. Un roman à lire si vous aimez les sagas familiales et l'histoire.
    Lire la suite
    En lire moins
Lisez! La newsletter qui vous inspire !
Il ne s'agit pas d'une newsletter classique. Il s'agit d'une promesse. La promesse de prendre, reprendre ou cultiver le goût de la lecture. La promesse de ne rien manquer de l'actualité de Lisez.