Lisez! icon: Search engine
10/18
EAN : 9782264076656
Code sériel : 5619
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 624
Format : 108 x 177 mm

L'abbé Grégoire s'en mêle

Date de parution : 18/06/2020
Une nouvelle série, lauréate du prix Historia, et un nouveau détective : Augustin Duroch
Le fonctionnaire Mendron est assassiné dans la diligence Paris-Metz. Les sept survivants ont interdiction de quitter la ville. Augustin Duroch, vétérinaire réputé pour sa rigueur scientifique, constate un empoisonnement. Lequel des sept voyageurs est l’assassin ? Augustin découvre que Mendron devait rejoindre secrètement Calonne, ancien ministre des Finances de Louis... Le fonctionnaire Mendron est assassiné dans la diligence Paris-Metz. Les sept survivants ont interdiction de quitter la ville. Augustin Duroch, vétérinaire réputé pour sa rigueur scientifique, constate un empoisonnement. Lequel des sept voyageurs est l’assassin ? Augustin découvre que Mendron devait rejoindre secrètement Calonne, ancien ministre des Finances de Louis XVI.
Pourquoi Calonne, en exil, est-il si décrié ? Ce meurtre a-t-il un lien avec le sujet du concours de la Société royale des sciences et des arts de Metz proposé par l’abbé Grégoire, future figure de la Révolution : Est-il des moyens de rendre les juifs plus utiles et plus heureux en France ? L’abbé était proche de l’un des voyageurs de la diligence… Le mystère s’épaissit quand deux autres passagers de la voiture meurent à leur tour dans des conditions suspectes.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782264076656
Code sériel : 5619
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 624
Format : 108 x 177 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • melonivalentine Posté le 13 Septembre 2021
    J'ai adoré cette lecture ! La recette parfaite entre une dose d'histoire pré révolution, avec un peu de fiction, saupoudré de détail croustillant, une pointe d'amour et pour finir des personnages attachants ! J'aime beaucoup l'écriture de l'autrice, très fluide et recherché on sent qu'il y a beaucoup de travail sur ce livre, notamment dans la retranscription de l'Histoire de Metz à cette époque la. Malgré tout il est très facile de suivre l'évolution de l'histoire, on jongle facilement avec les faits historique. Je recommande ce livre !
  • Bigmammy Posté le 9 Septembre 2021
    Dans cet épisode des enquêtes d'Augustin Duroch, artiste vétérinaire à Metz, nous voici confrontés à un classique des énigmes policières : un crime dans un lieu clos, où chacun des survivants est suspect. Avril 1787 : dans la diligence de Paris à Strasbourg, à l'étape de Metz, l'un des huit passagers, fonctionnaire au ministère des Finances, est retrouvé mort. L'autopsie réalisée par Duroch conclut à un empoisonnement à base de poudre de feuilles d'if … Qui, comment, pourquoi ? Les voyageurs sont naturellement retenus sous bonne garde jusqu'à la fin de l'enquête. Il y a donc deux couples de commerçants parisiens, l'un marchand de tissus du faubourg Saint-Antoine, l'autre négociant en vins accompagnés de peurs épouses, un homme d'affaires cherchant à compléter un tour de table pour l'affrètement d'un navire négrier, un journaliste juif parisien particulièrement prolixe et un abbé qui rend visite à son ancien élève, Henri Grégoire. Qui aurait forgé le projet d'assassiner le fonctionnaire, qui rend visite incognito à son ancien patron, l'ex-Contrôleur général des Finances Calonne désormais tombé en disgrâce et assigné à résidence dans son domaine d'Hannonville ? Quel rapport existe-t-il entre les deux commerçants dont les opinions sont violemment opposées – l'un en faveur des physiocrates et donc... Dans cet épisode des enquêtes d'Augustin Duroch, artiste vétérinaire à Metz, nous voici confrontés à un classique des énigmes policières : un crime dans un lieu clos, où chacun des survivants est suspect. Avril 1787 : dans la diligence de Paris à Strasbourg, à l'étape de Metz, l'un des huit passagers, fonctionnaire au ministère des Finances, est retrouvé mort. L'autopsie réalisée par Duroch conclut à un empoisonnement à base de poudre de feuilles d'if … Qui, comment, pourquoi ? Les voyageurs sont naturellement retenus sous bonne garde jusqu'à la fin de l'enquête. Il y a donc deux couples de commerçants parisiens, l'un marchand de tissus du faubourg Saint-Antoine, l'autre négociant en vins accompagnés de peurs épouses, un homme d'affaires cherchant à compléter un tour de table pour l'affrètement d'un navire négrier, un journaliste juif parisien particulièrement prolixe et un abbé qui rend visite à son ancien élève, Henri Grégoire. Qui aurait forgé le projet d'assassiner le fonctionnaire, qui rend visite incognito à son ancien patron, l'ex-Contrôleur général des Finances Calonne désormais tombé en disgrâce et assigné à résidence dans son domaine d'Hannonville ? Quel rapport existe-t-il entre les deux commerçants dont les opinions sont violemment opposées – l'un en faveur des physiocrates et donc de la politique de Calonne et l'autre totalement réfractaire aux idées nouvelles, tout comme le négrier ? Qui cherche à s'opposer au sujet de concours lancé par la Société académique de Metz « Est-il des moyens de rendre les Juifs plus utiles et plus heureux en France ? » pour lequel deux des passagers vont concourir ? Une nouvelle occasion de plonger dans l'atmosphère de cette période historique compliquée, où les idées les plus progressistes se fracassent devant le conservatisme des autorités en place. Et surtout de retrouver les héros si intelligents et courageux qui vont s'atteler à résoudre ce meurtre, y compris en utilisant la technique de raisonnement du pilpoul développée par le publiciste Hourwitz. On y retrouve aussi la belle et toxique Oriane de Longeville, toujours prête à se venger de son ancien amant, Charles-Alexandre de Calonne. Des chapitres courts, une action à multiples rebondissements, d'autres cadavres, des combats à l'épée … tout pour me plaire.
    Lire la suite
    En lire moins
  • CamilleBook Posté le 8 Août 2021
    Disons le tout de suite, j’ai trouvé ce roman un peu longuet. J’aurais aimé plus de rythme. Mais c’est un assez remarquable roman historique. L’immersion dans la France de la fin du XVIIIe siècle est totale et très réussie. Il m’aura fallu une centaine de pages pour réaliser que finalement l’intérêt de ce livre ne réside pas dans son intrigue mais ailleurs. Ici, pas d’enquête haletante menée tambour battant par un détective chevronné. Le cadre est posé assez rapidement, un voyage en diligence de Paris à Metz, huit passagers dont un qui meurt subitement. Tout porte à croire qu’il a été assassiné et logiquement les soupçons vont se porter sur les sept autres. L’occasion pour Augustin Duroch, vétérinaire et fin limier à ses heures perdues, de mener une enquête qui va se révéler plus ardue qu’elle n’y paraît. Cette trame relativement simpliste rappelle un peu celles d’Agatha Christie, d’ailleurs Augustin Duroch campe totalement une sorte d’Hercule Poirot du XVIIIe, et sert en fait un peu de prétexte à une plongée dans la France à l’aube de la révolution. Du contexte historique aux moindres détails de la vie quotidienne, tout est merveilleusement décrit et écrit. Les idées des Lumières qui imprègnent progressivement la société, le... Disons le tout de suite, j’ai trouvé ce roman un peu longuet. J’aurais aimé plus de rythme. Mais c’est un assez remarquable roman historique. L’immersion dans la France de la fin du XVIIIe siècle est totale et très réussie. Il m’aura fallu une centaine de pages pour réaliser que finalement l’intérêt de ce livre ne réside pas dans son intrigue mais ailleurs. Ici, pas d’enquête haletante menée tambour battant par un détective chevronné. Le cadre est posé assez rapidement, un voyage en diligence de Paris à Metz, huit passagers dont un qui meurt subitement. Tout porte à croire qu’il a été assassiné et logiquement les soupçons vont se porter sur les sept autres. L’occasion pour Augustin Duroch, vétérinaire et fin limier à ses heures perdues, de mener une enquête qui va se révéler plus ardue qu’elle n’y paraît. Cette trame relativement simpliste rappelle un peu celles d’Agatha Christie, d’ailleurs Augustin Duroch campe totalement une sorte d’Hercule Poirot du XVIIIe, et sert en fait un peu de prétexte à une plongée dans la France à l’aube de la révolution. Du contexte historique aux moindres détails de la vie quotidienne, tout est merveilleusement décrit et écrit. Les idées des Lumières qui imprègnent progressivement la société, le rejet d’une noblesse qui s’accroche tant bien que mal à ses privilèges, la politique et les balbutiements de la République qui s’annonce, mais aussi la question du peuple juif, toléré mais non intégré à la Nation et souvent montré du doigt et dénigré, bien des questions de l’époque sont abordées, généralement de façon très précise et documentée. C’est assez passionnant. À cela s’ajoutent tous les aspects de la vie quotidienne, là encore parfaitement décrits. Grâce à un vocabulaire soigné et de solides connaissances, l’auteur m’a complètement transporté dans cette époque. L’intrigue quant à elle est convaincante et bien menée mais au regard de l’enjeu assez faible (avais-je vraiment envie de savoir à tout prix qui était l’assassin ?) la curiosité d’un point de vue policier s’est rapidement essoufflé. Mais les histoires personnelles de chaque protagoniste, les liens qui se créent ou qu’on découvre, l’humour ici et là grâce à une pointe d’outrance assez théâtrale que j’ai beaucoup aimé, et la construction générale du roman ont suffit à maintenir mon intérêt éveillé. En résumé, un assez remarquable roman historique un peu desservi à mon sens par une intrigue trop lente qui aurait mérité d’être un peu plus rythmée. J’aurai néanmoins plaisir à retrouver Augustin Duroch dans sa prochaine enquête avec 'Rumeur 1789'.
    Lire la suite
    En lire moins
  • ReadLookHear Posté le 8 Juillet 2021
    En effet, ce polar historique m’a beaucoup plu. Déjà l’époque choisie, la veille de la Révolution Française, j’adore. De plus cela ne se passe pas à Paris mais en province, dans l’est de France, ce qui donne un point de vu extérieur de la capitale très intéressant. Tout commence par un meurtre dans une diligence et du coup nous avons dès le départ les potentiels coupables, les voyageurs venant de Paris, deux couples de marchands, un curé, un juif et un homme d’affaire dans la traite des nègres. Et c’est un vétérinaire qui est en charge de l’enquête, assez original. Ce que j’ai apprécié le plus dans ce roman, c’est le savant mélange entre l’histoire avec un grand H et la fiction. Tout se mari à la perfection, ce n’est pas trop historique comme dans certains romans de ce genre, ce qui rend la lecture assez pénible et c’est un gros avantage. Il y a des personnages inventés qui viennent se mêlés à des personnes ayant vraiment existées et je trouve ça vraiment génial. De plus la fiction se mélange à l’Histoire à un rythme parfait. Plusieurs thèmes sont évoqués, forcément les prémices de la Révolution, mais également le sort des juifs... En effet, ce polar historique m’a beaucoup plu. Déjà l’époque choisie, la veille de la Révolution Française, j’adore. De plus cela ne se passe pas à Paris mais en province, dans l’est de France, ce qui donne un point de vu extérieur de la capitale très intéressant. Tout commence par un meurtre dans une diligence et du coup nous avons dès le départ les potentiels coupables, les voyageurs venant de Paris, deux couples de marchands, un curé, un juif et un homme d’affaire dans la traite des nègres. Et c’est un vétérinaire qui est en charge de l’enquête, assez original. Ce que j’ai apprécié le plus dans ce roman, c’est le savant mélange entre l’histoire avec un grand H et la fiction. Tout se mari à la perfection, ce n’est pas trop historique comme dans certains romans de ce genre, ce qui rend la lecture assez pénible et c’est un gros avantage. Il y a des personnages inventés qui viennent se mêlés à des personnes ayant vraiment existées et je trouve ça vraiment génial. De plus la fiction se mélange à l’Histoire à un rythme parfait. Plusieurs thèmes sont évoqués, forcément les prémices de la Révolution, mais également le sort des juifs à cette époque et l’esclavage. Voilà, j’ai vraiment aimé ce roman et même si j’avais deviné le coupable avant la révélation finale, cela ne m’a pas gâché ma lecture.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Salix_alba Posté le 9 Mai 2021
    Quel plaisir de plonger dans ce polar historique : « L’abbé Grégoire s’en mêle », tant du point de vue de l’énigme policière que de l’histoire de France ! Avril 1787, une diligence sur la route de Paris à Strasbourg, huit personnes présentes dont une qui ne se réveillera pas à l’arrivée : empoisonnée ! À l’intérieur, un panel de citoyens qui représente la société d’alors : l’abbé Lamourette, le juif Zalkind Hourwitz, deux couples de marchands : les Pierron et Jambart. Et bien sûr la victime : Julius de Mendron, assistant de Charles-Alexandre de Calonne – contrôleur général des finances de Louis XVI. Une intrigue policière menée de front par les différents protagonistes de la diligence, mais également par le fameux abbé Grégoire – l'une des principales figures de la Révolution française. Mais surtout, en réalité, la participation active de l’artiste vétérinaire Augustin Duroch ; qui à mon humble avis, représente l’élément fédérateur de tous les enquêteurs. La raison du voyage de l’abbé et du juif : la remise d’un mémoire à déposer à la Société royale des sciences et des arts de Metz, dont le sujet, alors, n’était pas admis par nombre de membres de cette respectable assemblée. Le voici :... Quel plaisir de plonger dans ce polar historique : « L’abbé Grégoire s’en mêle », tant du point de vue de l’énigme policière que de l’histoire de France ! Avril 1787, une diligence sur la route de Paris à Strasbourg, huit personnes présentes dont une qui ne se réveillera pas à l’arrivée : empoisonnée ! À l’intérieur, un panel de citoyens qui représente la société d’alors : l’abbé Lamourette, le juif Zalkind Hourwitz, deux couples de marchands : les Pierron et Jambart. Et bien sûr la victime : Julius de Mendron, assistant de Charles-Alexandre de Calonne – contrôleur général des finances de Louis XVI. Une intrigue policière menée de front par les différents protagonistes de la diligence, mais également par le fameux abbé Grégoire – l'une des principales figures de la Révolution française. Mais surtout, en réalité, la participation active de l’artiste vétérinaire Augustin Duroch ; qui à mon humble avis, représente l’élément fédérateur de tous les enquêteurs. La raison du voyage de l’abbé et du juif : la remise d’un mémoire à déposer à la Société royale des sciences et des arts de Metz, dont le sujet, alors, n’était pas admis par nombre de membres de cette respectable assemblée. Le voici : « Est-il des moyens de rendre les Juifs plus utiles et plus heureux en France ? ». En parallèle de l’énigme policière, la France vit dans un contexte difficile, en effet : les affres de la faim du « menu » peuple se font sentir, et l’énorme déficit des finances de la France, qui nécessitera l’intervention de Calonne, via un projet – fiscal, économique et fiscal – fut fortement contesté ! Rien de tel pour enflammer les esprits et animer les âmes révolutionnaires. Ainsi, Anne Villemin-Sicherman, grâce à son style fluide et pertinent, nous plonge dans cette période illustre et nous laisse dériver dans les arcanes de cette énigme policière. En outre, une forte documentation, des lieux et des personnages, souligne à l’évidence des sujets toujours d’actualité, dans notre environnement sociétal, et qu’en d’autres termes l’isonomie n’est pas pour demain !
    Lire la suite
    En lire moins
Lisez inspiré avec 10/18 !
Voyagez hors des sentiers battus, loin d'une littérature conventionnelle et attendue…