Lisez! icon: Search engine
10/18
EAN : 9782264048950
Code sériel : 4264
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 528
Format : 108 x 177 mm

L'affaire de Road Hill House

Eric CHEDAILLE (Traducteur)
Date de parution : 17/09/2009

Kate Summerscale explore un fait divers atroce qui bouleversa l’Angleterre durant l’été 1860. Qui a tué Saville Kent, trois ans ? Dans la demeure de Road Hill, chacun semble coupable, car chacun a quelque chose à cacher. Alors que la presse se déchaîne, l’enquête, menée par Jack Whicher, célèbre détective...

Kate Summerscale explore un fait divers atroce qui bouleversa l’Angleterre durant l’été 1860. Qui a tué Saville Kent, trois ans ? Dans la demeure de Road Hill, chacun semble coupable, car chacun a quelque chose à cacher. Alors que la presse se déchaîne, l’enquête, menée par Jack Whicher, célèbre détective de Scotland Yard, révèle à toute une nation l’intimité honteuse d’une bourgeoisie au-dessus de tous soupçons.

« Ce reportage historique […] est plus romanesque qu’une fiction, plus original qu’un essai. Comme Truman Capote, avec De sang-froid, Kate Summerscale n’aurait-elle pas, elle aussi, inventé un nouveau genre littéraire ? »
Pascale Frey - Elle


Traduit de l'anglais
par Éric Chédaille

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782264048950
Code sériel : 4264
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 528
Format : 108 x 177 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Cristofire Posté le 7 Juin 2020
    Lu il y a plusieurs années. Un excellent roman, très instructif sur les mœurs de l époque victorienne. Les dernières lignes sont juste parfaitement amenées mais tellement terrible. Je m en souviens encore.
  • Yanoune Posté le 23 Octobre 2019
    L'Affaire de Road Hill House... ou le bouquin trois en un ( voir plus), très intéressant, mais assez indigeste. Pitch : 1860, l'Angleterre, la famille Kent, en leur maison de Road Hill House... trois enfants déjà grands d'un premier lit, deux filles et un garçon, et puis trois autres d'un second, encore petits deux filles et un petit garçon.... et puis le drame... le petit Saville à disparu en pleine nuit, alors que la maison était fermée.. le petit Saville un petiot de trois ans, tout blond, le chérubin tout choupi... on le retrouvera au matin mort, assassiné d'une façon atroce et enfouis dans les latrines du personnel de maison... Mais qui a bien pu faire ça ?! Un fait divers réel, une histoire vraie... bon, en général je suis pas super friande de ce genre de truc, mais vu l'époque, 1860, je me suis dit que ça pourrait être intéressant, pour apprendre des choses tant à la vie de tous les jours, qu'aux techniques d'investigations.. essayer de se plonger dans cette époque, le balbutiement de la police criminelle, c'était le début... Alors pourquoi pas.. Alors oui, j'en ai appris de trucs... Diantre ! Mazette ! Parce que le truc avec ce bouquin c'est que l'auteur a voulu... L'Affaire de Road Hill House... ou le bouquin trois en un ( voir plus), très intéressant, mais assez indigeste. Pitch : 1860, l'Angleterre, la famille Kent, en leur maison de Road Hill House... trois enfants déjà grands d'un premier lit, deux filles et un garçon, et puis trois autres d'un second, encore petits deux filles et un petit garçon.... et puis le drame... le petit Saville à disparu en pleine nuit, alors que la maison était fermée.. le petit Saville un petiot de trois ans, tout blond, le chérubin tout choupi... on le retrouvera au matin mort, assassiné d'une façon atroce et enfouis dans les latrines du personnel de maison... Mais qui a bien pu faire ça ?! Un fait divers réel, une histoire vraie... bon, en général je suis pas super friande de ce genre de truc, mais vu l'époque, 1860, je me suis dit que ça pourrait être intéressant, pour apprendre des choses tant à la vie de tous les jours, qu'aux techniques d'investigations.. essayer de se plonger dans cette époque, le balbutiement de la police criminelle, c'était le début... Alors pourquoi pas.. Alors oui, j'en ai appris de trucs... Diantre ! Mazette ! Parce que le truc avec ce bouquin c'est que l'auteur a voulu trop en mettre... trop en faire. Nous avons donc l'enquête de l'époque, les protagonistes et y en a un sacré tas.. ok... Summerscale s'est plongée dans les archives, les livres et les journaux de l'époque... tout est relaté, tout est expliqué, sur le concret, le concret de cette maison, les minutes, les gens, les boulots, les fringues etc.. tout.. niveau immersion dans le lieux, l'époque, j'ai pas été déçue du tout. Mais elle nous a fait aussi tout un parallèle avec l'essor, le début de la littérature policière en faisant des parallèles avec cette affaire, c'est plein de citation, d'auteur.. Mary Elizabeth Braddon qui écrivit « le secret de Lady Audley » et Wilkie Collins qui s'inspira du personnage du policier dans « La dame en blanc », Dickens, et tout un tas d'autres... Et en soit ce n'est pas inintéressant non plus, voir même le contraire... très intéressant, l'émergence de ce style littéraire, le roman policier, et par cela aussi l'on comprend comment cette histoire, comment ce crime a secoué la population, et même les intellectuels de l'époque. Tout le monde y allait de son commentaire, de son ressenti.. le crime qui cristallise l'imagination de toute une population (nous, enfin à mon époque, on a eu l'affaire du petit Grégory, eux, c'était l'affaire du petit Saville..) Elle nous a également fait toute l'historique journalistique de l'époque, et la place des journaux dans cette époque.. Sur cette affaire qui d'emblée par son caractère horrible et par la position sociale de cette famille (des bourgeois) a marqué l'opinion publique et a rapidement attiré de nombreux journalistes. L'auteur nous parle donc des journalistes, des journaux, des prise de partie d'un journal à l'autre (le nombre de journaux à l'époque était considérable)... ok... C'est pas inintéressant non plus, mais vu que je me fais déjà, une enquête criminelle, la construction de la police judiciaire anglaise, plus un parallèle avec la littérature de l'époque... Heu t'es sûre que tu m'en rajoute une couche là ?... bon, si, donc on rajoute les journaux. Et à travers tous ces éléments, on suit le cours de l'enquête, les panouilles, les problèmes etc... et à travers tout ça, l'auteur nous fait une étude sociologique et psychologique de l'époque... Pour les gens de l'époque, de cette époque, les changements opérés et sur tous les sujets abordés (la police/les littéraires/les journaux/le peuple..etc) dans un sens ou dans l'autre, (on encense ou l'on met au pilori)... Et au final nous mets en lumière les changement qui ont découlé de cette affaire criminelle, changements de pensée, d'écrire, d'enquêter etc... Et tout cela est très intéressante.. si si... très. Mais les mettre tous dans le même bouquin rend le tout lourd et indigeste, parfois même plutôt confus... l'enquête première se dilue, dans des circonvolutions, et des explications d'un autre ordre, explication de tant et de tant de chose... ce qui rend le tout très lourd, et il faut reconnaître que le style n'aide pas vraiment... c'est un livre qui demande une attention certaine, pas une lecture si simple, le côté easy reading... nope... Mais ce n'est pas désagréable en soit, c'est juste que c'est très foisonnant, une lecture dont on sort moins bête que quand on l'avait commencée.. et il faut admettre c'est plutôt bien. Même si bon à la fin, à cette époque ils ont connu le fin mot de cette histoire, et le coupable, même s'il leur à fallu attendre un peu.. nous et notre petit Grégory, j'ai comme qui dirait l'impression c'est que c'est pas demain la veille...
    Lire la suite
    En lire moins
  • QUILTADDICT Posté le 1 Juin 2019
    Roman historique ? Enquête journalistique ? Peinture des mœurs de la gentry à l’époque victorienne ? Documentaire sur la naissance des détectives au sein de la police ? Ce livre, inspiré d’un fait divers réel, est tout cela à la fois, probablement grâce à Kate Summerscale, à la fois écrivaine et journaliste. Par une chaude nuit de juin 1860, dans la campagne anglaise, un petit enfant de trois ans est enlevé dans son lit. Pourtant, la nurse dort dans la même chambre que lui. Pourtant seule la famille et la domesticité se trouvaient dans cette maison dont les portes et les fenêtres étaient fermées de l’intérieur. Un peu plus tard, dans la matin, l’enfant sera découvert mort. Qui a tué ce petit garçon ? Le coupable est forcément quelqu’un de la maison… La nurse ou le pater familias, coupables ensemble de relations adultérines ? Le fils adolescent ou la jeune fille un peu dérangée, tous deux nés d’un premier mariage ? Jack Whicher, le détective venu de Londres, va mener l’enquête. Ce livre aurait pu être complètement « boring », tellement il va dans les détails, tellement il se perd en chemin dans l’histoire de la police et le système judiciaire anglais... Roman historique ? Enquête journalistique ? Peinture des mœurs de la gentry à l’époque victorienne ? Documentaire sur la naissance des détectives au sein de la police ? Ce livre, inspiré d’un fait divers réel, est tout cela à la fois, probablement grâce à Kate Summerscale, à la fois écrivaine et journaliste. Par une chaude nuit de juin 1860, dans la campagne anglaise, un petit enfant de trois ans est enlevé dans son lit. Pourtant, la nurse dort dans la même chambre que lui. Pourtant seule la famille et la domesticité se trouvaient dans cette maison dont les portes et les fenêtres étaient fermées de l’intérieur. Un peu plus tard, dans la matin, l’enfant sera découvert mort. Qui a tué ce petit garçon ? Le coupable est forcément quelqu’un de la maison… La nurse ou le pater familias, coupables ensemble de relations adultérines ? Le fils adolescent ou la jeune fille un peu dérangée, tous deux nés d’un premier mariage ? Jack Whicher, le détective venu de Londres, va mener l’enquête. Ce livre aurait pu être complètement « boring », tellement il va dans les détails, tellement il se perd en chemin dans l’histoire de la police et le système judiciaire anglais de l’époque. Mais c’est passionnant et ça se lit comme un roman. Kate Summerscale décortique les relations au sein de la famille et au sein du village entre les différentes classes sociales.
    Lire la suite
    En lire moins
  • stefart0 Posté le 10 Juin 2018
    Tiré d'une histoire vraie, ce livre raconte la découverte, en 1860, du corps d'un petit garçon de 5 ans issu d'une famille bourgeoise. Ce crime défraya la chronique et les journaux. Jack Whicher, détective en quête de l'affaire, essaiera de mettra en évidence des faits et aura même des suspicions sur une personne. Malheureusement la police scientifique n’existe pas et c’est parole contre parole. De plus, à cette époque, lorsque qu'un meurtre est perpétrer dans une famille bourgeoise, les hauts fonctionnaires préfèrent faire taire l'histoire que de trouver le meurtrier. Une certaine bienséance (et d'hypocrisie aussi) est de mise au profit du travail d'un détective. Heureusement, ce crime, ne restera pas impuni mas laissera des traces autant sur les membres de la famille bourgeoise que sur la personne du détective.
  • Le--salon-de--Madame Posté le 31 Mai 2018
    Je n'avais encore jamais lu de roman-enquête mais après voir fini celui-ci, j'ai découvert que j'appréciais ce style de lecture. Cet ouvrage se compose en deux parties qui se complètent : - la trame de fond avec son déroulement et les personnages qui gravitent autour. - le contexte de historique, social, de l'époque où on nous raconte d'autres faits, les habitudes de l'époque, etc. Etant donné le contenu, on nous donne beaucoup d’éléments que ce soit au niveau des noms, dates, lieux, etc. mais il est facile de s'y retrouver grâce au style fluide de l'auteur car il s'agit avant tout d'un roman et non d'un documentaire. Je pense que ce livre apporte du divertissement comme tout autre roman mais qu'il a cette "particularité" d'être informatif également.
Lisez inspiré avec 10/18 !
Voyagez hors des sentiers battus, loin d'une littérature conventionnelle et attendue…