Lisez! icon: Search engine
10/18
EAN : 9782264074126
Code sériel : 5409
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 240
Format : 108 x 177 mm

L'âge de raison

Karine REIGNIER-GUERRE (Traducteur)
Date de parution : 21/02/2019
Les tribulations d'une New-Yorkaise bien décidée à vivre selon ses propres règles.
Autour d'Andréa, célibataire légèrement alcoolique ayant renoncé à sa vocation artistique, tout le monde semble avoir une idée bien précise de ce que signifie « être adulte » : Indigo, sa meilleure amie, a choisi de se marier, son frère vient de devenir papa, et son ami Matthew consacre tout... Autour d'Andréa, célibataire légèrement alcoolique ayant renoncé à sa vocation artistique, tout le monde semble avoir une idée bien précise de ce que signifie « être adulte » : Indigo, sa meilleure amie, a choisi de se marier, son frère vient de devenir papa, et son ami Matthew consacre tout son temps à la peinture en espérant percer un jour.
Pour Andréa, la vie d'adulte ressemble surtout à une lutte permanente. À l'ombre de l'Empire State Building, elle cherche sa voie. Comment tracer son chemin à New-York quand on aime les pas de côté ? Existe-t-il vraiment un âge de raison ?
 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782264074126
Code sériel : 5409
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 240
Format : 108 x 177 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • ErineLS Posté le 15 Juillet 2020
    Un superbe livre qui remet en question le fameux sujet de l'âge adulte. Quand sommes nous adultes ? Faut-il prouver quelque chose au monde pour le devenir ? Le personnage approche des 40 ans et pourtant, elle est perdue dans sa vie : personnelle et professionnelle. Elle va chez le psy mais cela ne l'aide pas. En tant que lecteur, nous ressentons ce besoin de nous aussi, nous remettre en question. Suis-je un adulte ? Ai-je passer l'âge de la raison, de la maturité ? Mais au fond, pouvons-nous rester enfant toute notre vie ? Bref toutes ces questions sur l'âge qui sont importantes car quand on se les pose en se retrouve dans le même cas qu'Andrea : perdu.
  • La_rose_qui_lit Posté le 29 Juillet 2019
    Les tribulations d'Andrea, new-yorkaise et célibataire par choix ou pas... qui assume de vouloir vivre sa vie selon ses propres conventions sociales. Une Bridget Jones à l'américaine, beaucoup plus trash mais tout autant "alcoolique" qui n'a pas eu une enfance facile (père drogué, mère qui n'en est pas vraiment une), un job qu'elle n'aime pas mais qui la nourrit et des amants qui vont et viennent sans rester. Lecture facile, parfois humoristique mais qui finit par une note d'émotion, une révélation pour l'héroïne.
  • VivianeB Posté le 17 Juillet 2018
    Voilà un livre qui m'a interpellée tant par sa qualité sur le thème du célibat illustré par l'histoire d'Andrea, une femme qui aime son indépendance et qui vit pleins d'aventures d'amitié et amoureuses. Un personnage à double facette qui semble tout vouloir et son contraire, qui s'observe, s'analyse en essaye de tirer parti de ses choix et de ses erreurs.
  • aliasdam Posté le 23 Avril 2018
    Elle a 30ans (largement passé), elle est à NYC, elle est perdue professionnellement amoureusement. Bref, on sent le recyclé de Bridget Jones. Mais Jami Attenberg a un petit don pour l’écriture qui emporte le lecteur dans un portrait de femme réaliste, amusant dramatique. L’auteure décortique les conventions sociales les relations familiales, toujours avec une pointe d’humour pour présenter une héroïne non conventionnelle (mais ô combien naturelle). Le roman alterne les époques ainsi que les personnages secondaires (tous fantastiques) pour nous présenter une jeune femme mal dans ses pompes mais qui cherche par tous les moyens à s’en sortir (ou pas). Bref, une lecture agréable, sans prise de tête avec une pointe d’émotions en fin de parcours qui rompt avec la dose d’humour qui nous avait suivi tout le long du roman.
  • unbrindesyboulette Posté le 9 Avril 2018
    « L’âge de raison » est mon premier roman de Jami Attenberg et je suis conquise par cette auteure, son écriture. La lecture de son roman est fluide, je n’ai, à aucun moment, senti de lourdeurs malgré les thèmes abordés. Andrea est un personnage atypique auquel je me suis attachée. Dès le début de la lecture, j’ai ressenti un quelque chose en elle qui faisait ce qu’elle était à l’aube de ses quarante ans: insouciante, désinvolte, sans attache même familiale… Au premier abord, je me suis dit qu’Andrea ne s’intéressait pas vraiment aux autres, à ses amis, son frère et son bébé malade mais en en apprenant plus sur son passé, je me suis rendue compte que c’était totalement l’inverse. Sans le montrer, Andrea s’inquiète des personnes qui l’entourent. Dans « L’âge de raison », Jami Attenberg nous livre l’histoire d’une jeune femme qui décide de sa vie, qui prend ses propres décisions, qui fait ses propres expériences afin de se construire. Cette attitude pourrait penser qu’elle est irresponsable, immature mais en creusant bien, cette femme vit sa vie, sa propre vie. Certains pourraient dire qu’elle sort du cadre… Mais quel est ce « cadre »? Andrea a su, dès son... « L’âge de raison » est mon premier roman de Jami Attenberg et je suis conquise par cette auteure, son écriture. La lecture de son roman est fluide, je n’ai, à aucun moment, senti de lourdeurs malgré les thèmes abordés. Andrea est un personnage atypique auquel je me suis attachée. Dès le début de la lecture, j’ai ressenti un quelque chose en elle qui faisait ce qu’elle était à l’aube de ses quarante ans: insouciante, désinvolte, sans attache même familiale… Au premier abord, je me suis dit qu’Andrea ne s’intéressait pas vraiment aux autres, à ses amis, son frère et son bébé malade mais en en apprenant plus sur son passé, je me suis rendue compte que c’était totalement l’inverse. Sans le montrer, Andrea s’inquiète des personnes qui l’entourent. Dans « L’âge de raison », Jami Attenberg nous livre l’histoire d’une jeune femme qui décide de sa vie, qui prend ses propres décisions, qui fait ses propres expériences afin de se construire. Cette attitude pourrait penser qu’elle est irresponsable, immature mais en creusant bien, cette femme vit sa vie, sa propre vie. Certains pourraient dire qu’elle sort du cadre… Mais quel est ce « cadre »? Andrea a su, dès son plus jeune âge, que la norme n’est pas le cadre. Au fur et à mesure de la lecture, de la connaissance du passé d’Andrea, celle-ci montre ses faiblesses, ses cauchemars… Plus j’avançais dans ma lecture, plus Andrea montrait son attachement à ce qui l’entoure, elle se dévoilait d’elle même. Chacun doit se construire sa vie et même si la société nous trace un chemin bien définit (le travail, le logement, la famille, les enfants), chacun doit se créer son propre chemin et s’il est différent, il faut avancer et ne pas croire qu’il faut être comme tout le monde…
    Lire la suite
    En lire moins
Lisez inspiré avec 10/18 !
Voyagez hors des sentiers battus, loin d'une littérature conventionnelle et attendue…