Lisez! icon: Search engine
Pocket
EAN : 9782266127035
Code sériel : 11757
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 544
Format : 108 x 177 mm

L'Âme du mal

Date de parution : 15/05/2003
Le bourreau de Portland, qui étouffait et vitriolait ses victimes avant de les découper, est mort. Pourtant le carnage continue.
L'inspecteur Joshua Brolin, qui avait mis ce monstre hors d'état de nuire, doit aujourd'hui poursuivre son double. Cette fois, l'espoir n'est plus permis : le Mal a une grande famille et...
Le bourreau de Portland, qui étouffait et vitriolait ses victimes avant de les découper, est mort. Pourtant le carnage continue.
L'inspecteur Joshua Brolin, qui avait mis ce monstre hors d'état de nuire, doit aujourd'hui poursuivre son double. Cette fois, l'espoir n'est plus permis : le Mal a une grande famille et ses frères sont légion...

« Un rythme dynamique, des personnages attachants, des rebondissements incessants. »
Le Monde des Livres

Cet ouvrage a reçu le prix Sang d'Encre
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266127035
Code sériel : 11757
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 544
Format : 108 x 177 mm

Ils en parlent

« Un rythme dynamique, des personnages attachants, des rebondissements incessants. » Le Monde des livres

« Un renouvellement spectaculaire du genre. » Marianne

PRESSE

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • dagoba04 Posté le 30 Août 2020
    Pourquoi on lit ce genre de livre ? Ne nous mentons pas a nous mêmes, nous lisons ce genre de livre parce que les tueurs en serie nous fascinent. Et si je vous demande de me chantonner le générique de "Faites entrer l'accusé" vous allez tous faire "tadam tadam-tadam tadam". On lit ce genre de livres car nous aimons suivre une enquête, nous aimons être surpris dans cette enquête, nous aimons les rebondissements et nous aimons avoir envie de lire un chapitre en plus car nous sommes impatients de connaître la suite. Et comme je le disais en préambule: Nous aimons les histoires sombres et glauques. Maxime Chattam a réussi dans "L 'ame du mal " a cocher toutes ces cases et on peut le feliciter car son histoire tient la route de bout en bout et on avance avec plaisir et frayeur aux côtés de l' inspecteur Brolin. On se régalera également de l'aspect médico-légal du roman qui est une mine d'informations sur les techniques des enquêteurs et la police scientifique. Une histoire bien ficelée qui me donne envie en tout cas de continuer cette trilogie. Si tout est parfait pourquoi quatre étoiles et pas cinq alors ? Tout... Pourquoi on lit ce genre de livre ? Ne nous mentons pas a nous mêmes, nous lisons ce genre de livre parce que les tueurs en serie nous fascinent. Et si je vous demande de me chantonner le générique de "Faites entrer l'accusé" vous allez tous faire "tadam tadam-tadam tadam". On lit ce genre de livres car nous aimons suivre une enquête, nous aimons être surpris dans cette enquête, nous aimons les rebondissements et nous aimons avoir envie de lire un chapitre en plus car nous sommes impatients de connaître la suite. Et comme je le disais en préambule: Nous aimons les histoires sombres et glauques. Maxime Chattam a réussi dans "L 'ame du mal " a cocher toutes ces cases et on peut le feliciter car son histoire tient la route de bout en bout et on avance avec plaisir et frayeur aux côtés de l' inspecteur Brolin. On se régalera également de l'aspect médico-légal du roman qui est une mine d'informations sur les techniques des enquêteurs et la police scientifique. Une histoire bien ficelée qui me donne envie en tout cas de continuer cette trilogie. Si tout est parfait pourquoi quatre étoiles et pas cinq alors ? Tout simplement car je ne suis pas séduit par le style d'écriture de Chattam. Il a une imagination débordante et a le mérite de nous emmener dans des univers bien a lui. Dommage que son style soit selon moi trop fade et ses dialogues plutôt moyens. Je trouve qu il n 'a pas de style a lui, qu' il n'y a pas de "patte" Maxime Chattam et que son style d'écriture est plat. Pour faire un lien avec le titre du livre je trouve que son écriture manque d 'âme. Un grand dommage car avec un style plus assuré et moins classique Maxime Chattam deviendrait un grand maître du genre.
    Lire la suite
    En lire moins
  • bwarnas Posté le 28 Août 2020
    Première édition française : 2002 Temps de lecture : environ 8 heures pour un lecteur moyen (300 mots/minute) Un mot sur l’auteur : Maxime Chattam est un auteur français, essentiellement de polars, né en 1976. L’âme du mal est le premier roman d’une trilogie (la trilogie du mal) qui l’a fait connaître du grand public. Synopsis : [masquer] après avoir débarrassé la société d’un tueur en série (Leland Beaumont) d’une balle dans la tête alors qu’il allait tuer sa dernière victime (Juliette Lafayette), un inspecteur (Josh Brolin) et son collègue (Larry Salhindro) se retrouvent confrontés, un an plus tard, à un mystérieux nouveau tueur qui reprend les meurtres là où Beaumont s’est arrêté. [/masquer] Que faut-il en retenir ? C’est mon premier Chattam. Je l’ai lu sur la chaude recommandation d’une amie. L’histoire est digne d’un polar. Classique, mais efficace. L’intrigue est amenée progressivement et tient le rythme ; de ce côté-là, rien à redire. En amateur de Lovecraft, je ne peux qu’apprécier les inspirations (et citations) dispersées ici et là. D’un point de vue stylistique, rien d’exceptionnel. Mais ce n’est pas non plus ce que l’on attend d’un polar. Pour conclure : Malheureusement, j’ai assez vite émis l’hypothèse qui se vérifie finalement. De ce point de vue-ci je reconnais avoir été déçu par la... Première édition française : 2002 Temps de lecture : environ 8 heures pour un lecteur moyen (300 mots/minute) Un mot sur l’auteur : Maxime Chattam est un auteur français, essentiellement de polars, né en 1976. L’âme du mal est le premier roman d’une trilogie (la trilogie du mal) qui l’a fait connaître du grand public. Synopsis : [masquer] après avoir débarrassé la société d’un tueur en série (Leland Beaumont) d’une balle dans la tête alors qu’il allait tuer sa dernière victime (Juliette Lafayette), un inspecteur (Josh Brolin) et son collègue (Larry Salhindro) se retrouvent confrontés, un an plus tard, à un mystérieux nouveau tueur qui reprend les meurtres là où Beaumont s’est arrêté. [/masquer] Que faut-il en retenir ? C’est mon premier Chattam. Je l’ai lu sur la chaude recommandation d’une amie. L’histoire est digne d’un polar. Classique, mais efficace. L’intrigue est amenée progressivement et tient le rythme ; de ce côté-là, rien à redire. En amateur de Lovecraft, je ne peux qu’apprécier les inspirations (et citations) dispersées ici et là. D’un point de vue stylistique, rien d’exceptionnel. Mais ce n’est pas non plus ce que l’on attend d’un polar. Pour conclure : Malheureusement, j’ai assez vite émis l’hypothèse qui se vérifie finalement. De ce point de vue-ci je reconnais avoir été déçu par la fin que j’espérais d’un style plus « fantastique ». Sans spoiler, la conclusion m’a donné un arrière-gout de celle des « rivières pourpres » et me fit donc un peu l’effet de « déjà vu ». Pour autant la lecture est agréable et fluide.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Boblinux Posté le 8 Août 2020
    Je découvre cet auteur avec ce livre. Le récit est très noir, on pouvait s’en douter en lisant le titre, la narration est très efficace , les personnages attachants et bien approfondis, l’intrigue bien ficelée . Je trouve ce thriller très réussi, on ne s’ennuie pas une seconde, et l’auteur nous invite à une suite que je lirai très certainement. J’ai deux petites remarques à vous soumettre: -Il y a tout de même pas mal de points communs avec « le manuscrit inachevé » de Franck Thilliez (gémellité et construction de « l’œuvre ») - le personnage principal Josh Brolin , porte le même nom qu’un acteur très connu , est ce volontaire ? Un hasard?
  • Costes93 Posté le 31 Juillet 2020
    C'est mon 1er Chattam et je suis mitigée. Le livre se lit très bien malgré quelques répétitions et longueurs mais on passe un bon moment. Toutefois, un certain nombre de points m'ont laissée perplexe. D abord les explications très détaillées sur les techniques d analyse constamment. L'auteur semble nous prouver qu'il a fait des recherches. Puis le cadre des USA, pour bien mettre en avant que l auteur connait bien le coin. Il y aussi le profiling à outrance qui agace. Et enfin, le pire pour moi, certains points de l histoire. [masquer] Juliette qui va, seule, se jeter dans la gueule du loup ? Vraiment ? Ou encore Brolin qui est TOUJOURS seul, notamment lors de la scène dans la casse. Sans compter le dénouement dans lequel on apprend qu'une femme a abandonné son fils jumeau car elle n'en voulait qu'un seul, tout ce qu'il y a de plus normal et habituel en somme. On peut aussi ajouter que pendant la 1ere enquête personne n ai eut l idée de fouiller dans le passé du tueur, mouais, mouais, mouais.[/masquer] Bref, des longueurs, des incohérences, des démonstrations de savoir et des personnages stupides ( parce qu'à ce niveau là c'est même plus l inconscience de... C'est mon 1er Chattam et je suis mitigée. Le livre se lit très bien malgré quelques répétitions et longueurs mais on passe un bon moment. Toutefois, un certain nombre de points m'ont laissée perplexe. D abord les explications très détaillées sur les techniques d analyse constamment. L'auteur semble nous prouver qu'il a fait des recherches. Puis le cadre des USA, pour bien mettre en avant que l auteur connait bien le coin. Il y aussi le profiling à outrance qui agace. Et enfin, le pire pour moi, certains points de l histoire. [masquer] Juliette qui va, seule, se jeter dans la gueule du loup ? Vraiment ? Ou encore Brolin qui est TOUJOURS seul, notamment lors de la scène dans la casse. Sans compter le dénouement dans lequel on apprend qu'une femme a abandonné son fils jumeau car elle n'en voulait qu'un seul, tout ce qu'il y a de plus normal et habituel en somme. On peut aussi ajouter que pendant la 1ere enquête personne n ai eut l idée de fouiller dans le passé du tueur, mouais, mouais, mouais.[/masquer] Bref, des longueurs, des incohérences, des démonstrations de savoir et des personnages stupides ( parce qu'à ce niveau là c'est même plus l inconscience de la Jeunesse). A voir si la suite s améliore !
    Lire la suite
    En lire moins
  • Laurent3375 Posté le 24 Juillet 2020
    Ce premier opus de la trilogie du mal publié en 2002 s'inscrit dans des cours de criminologie suivis par Maxime CHATTAM en 1998. Ce roman regorge de termes techniques et scientifiques pour nous expliciter les différents modes opératoires de l'analyse des scènes de crimes, des autopsies et des différentes approches pour identifier un criminel. Et dans ce livre les meurtres ne manquent pas ! Tous plus odieux les uns que les autres. Le décor est la ville de Portland dans l'état du Maine (Etats Unis) où l'auteur à fait de fréquents séjours pendant son enfance. Le protagoniste principal, Joshua BROLIN, diplômé en psychologie a développé des talents affutés pour l'étude des pathologies mentales. Ses capacités lui permettent d'intégrer le FBI avec la volonté farouche d'intégrer l'Unité de Science du Comportement à Quantico, l'Académie du FBI et devenir profiler. Malgré l'obtention des meilleurs résultats de sa promotion, il doit s'acquitter d'une expérience de deux ans de terrain loin de son objectif initial. Déçu il décide de quitter le FBI pour rejoindre la police de Portland en qualité d'inspecteur où il va être confronté à une enquête hors normes et mettre en application son apprentissage. Nous sommes plongés dans une histoire sombre et bien articulée.... Ce premier opus de la trilogie du mal publié en 2002 s'inscrit dans des cours de criminologie suivis par Maxime CHATTAM en 1998. Ce roman regorge de termes techniques et scientifiques pour nous expliciter les différents modes opératoires de l'analyse des scènes de crimes, des autopsies et des différentes approches pour identifier un criminel. Et dans ce livre les meurtres ne manquent pas ! Tous plus odieux les uns que les autres. Le décor est la ville de Portland dans l'état du Maine (Etats Unis) où l'auteur à fait de fréquents séjours pendant son enfance. Le protagoniste principal, Joshua BROLIN, diplômé en psychologie a développé des talents affutés pour l'étude des pathologies mentales. Ses capacités lui permettent d'intégrer le FBI avec la volonté farouche d'intégrer l'Unité de Science du Comportement à Quantico, l'Académie du FBI et devenir profiler. Malgré l'obtention des meilleurs résultats de sa promotion, il doit s'acquitter d'une expérience de deux ans de terrain loin de son objectif initial. Déçu il décide de quitter le FBI pour rejoindre la police de Portland en qualité d'inspecteur où il va être confronté à une enquête hors normes et mettre en application son apprentissage. Nous sommes plongés dans une histoire sombre et bien articulée. le rythme est rapide et les pages défilent. J'ai ressenti les ambiances glauques du « Silence des agneaux » et de « Seven » avec délectation. Les personnages ont de la densité dans un environnement teinté d'ésotérisme et rempli de rebondissements. Une touche de douceur nous est offerte dans la relation entre Joshua et Juliette, victime miraculée du bourreau de Portland. Le mystère est tenu jusqu'au terme du livre avec une terrible efficacité. Ce roman est ma onzième lecture des romans de Maxime Chattam et à mon goût, la meilleure. Je vais poursuivre illico avec « In tenebris », le second volet de cette trilogie. Bien à vous tous, amis Babéliens !
    Lire la suite
    En lire moins
Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.