Lisez! icon: Search engine
10/18
EAN : 9782264062024
Code sériel : 4780
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 456
Format : 108 x 177 mm

L'année du volcan

Collection : Grands Détectives
Date de parution : 02/01/2014
Cette onzième enquête de Nicolas Le Floch se déroule dans le milieu de la finance, sur fond de crise économique, et lève le voile sur la fausse monnaie et le trafic immobilier.
1783. L’éruption gigantesque d’un volcan en Islande provoque d’importants changements climatiques. La France commence à vaciller, les caisses se vident. Nicolas est chargé par la Reine d’enquêter sur la mort violente d’un de ses proches : le Vicomte de Trabou. L’homme est mystérieux, il fréquente le monde de la finance. Ne... 1783. L’éruption gigantesque d’un volcan en Islande provoque d’importants changements climatiques. La France commence à vaciller, les caisses se vident. Nicolas est chargé par la Reine d’enquêter sur la mort violente d’un de ses proches : le Vicomte de Trabou. L’homme est mystérieux, il fréquente le monde de la finance. Ne cherche-t-il pas à camoufler une affaire de fausse monnaie ? Tous les moyens sont-ils bon pour combler l’immense déficit du Trésor royal ? Les investigations de Nicolas vont le conduire en Angleterre et le mener à deux personnages, le Comte de Cagliostro et la Comtesse de la Motte, chacun au cœur d’affaires où, là aussi, l’argent est en jeu.
 
« Il fait fort, encore et pour la onzième fois, notre ex-ambassadeur à Bissau, en trouvant le moyen de transporter le lecteur du XXIe siècle dans une intrigue en perruques et tricornes. » Julie Malaure, Le Point

 
« Il fait fort, encore et pour la onzième fois, notre ex-ambassadeur à Bissau, en trouvant le moyen de transporter le lecteur du XXIe siècle dans une intrigue en perruques et tricornes. »
Julie Malaure - Le Point
 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782264062024
Code sériel : 4780
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 456
Format : 108 x 177 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • beauscoop Posté le 10 Septembre 2021
    Très bon roman historique avec l'enquêteur Nicolas Le Floch. Il est utile d'avoir déjà lu des épisodes précédents, surtout les premiers pour apprécier les relations entre les très nombreux personnages. Le Paris et la vie en France durant la fin du règne de Louis XVI y sont décrits avec la bonne plume de l'auteur JF Parot. L'enquête à partir du premier meurtre va se compliquer avec plusieurs aboutissants pouvant mettre en péril le roi, la reine, la France. Des personnages réels de l'époque sont en scène avec ceux du roman, et, comme toujours, des repas bien goûteux qui donnent l'eau à la bouche sont décrits avec force détails.
  • Phoenicia Posté le 27 Août 2021
    Une enquête de Nicolas Le Floch qui suit en tout point la recette habituelle, si je puis dire. Connaissant le goût de l'auteur pour la gastronomie, je pense pouvoir m'octroyer cette image de bon goût. Nicolas Le Floch est chargé d'une affaire délicate, compromettant des Grands du royaume. Ici, il s'agit de Marie-Antoinette, tout à son démon du jeu. Endettée, elle finit, par ses accointances avec les Polignac, à faire appel au Vicomte de Trabard pour l'aider, lequel est justement retrouvé piétiné par son étalon. Accident ou meurtre? Telle est la question. Nicolas déroule ainsi le fil de ses investigations, faisant émerger un certain nombre de mensonges, faux-semblants et tromperies. La victime est loin d'être aimable et beaucoup avaient intérêt à la voir morte. Des investigations qui nous perdent quelques fois ( toujours le petit bémol de cette série) mais une résolution à la hauteur. Le tout sur fond d'un vocabulaire du XVIIIe s qui rend l'immersion historique réussie. A cela s'ajoute les éléments de l'époque : un volcan dont les contrecoups d'une éruption a des conséquences sur toute l'Europe, un siècle des Lumières, marquées par de nombreuses invention comme l'essor de science plus ou moins "réalistes et efficaces" et... Une enquête de Nicolas Le Floch qui suit en tout point la recette habituelle, si je puis dire. Connaissant le goût de l'auteur pour la gastronomie, je pense pouvoir m'octroyer cette image de bon goût. Nicolas Le Floch est chargé d'une affaire délicate, compromettant des Grands du royaume. Ici, il s'agit de Marie-Antoinette, tout à son démon du jeu. Endettée, elle finit, par ses accointances avec les Polignac, à faire appel au Vicomte de Trabard pour l'aider, lequel est justement retrouvé piétiné par son étalon. Accident ou meurtre? Telle est la question. Nicolas déroule ainsi le fil de ses investigations, faisant émerger un certain nombre de mensonges, faux-semblants et tromperies. La victime est loin d'être aimable et beaucoup avaient intérêt à la voir morte. Des investigations qui nous perdent quelques fois ( toujours le petit bémol de cette série) mais une résolution à la hauteur. Le tout sur fond d'un vocabulaire du XVIIIe s qui rend l'immersion historique réussie. A cela s'ajoute les éléments de l'époque : un volcan dont les contrecoups d'une éruption a des conséquences sur toute l'Europe, un siècle des Lumières, marquées par de nombreuses invention comme l'essor de science plus ou moins "réalistes et efficaces" et une noblesse et royauté de plus en plus en décalage avec le reste du peuple français. On est en 1783 et Parot nous rappelle fréquemment que la menace de la Révolution se tisse à l'horizon... Enfin, et pas des moindres, ses petites recettes gastronomiques qui parsèment le récit, comme une pause légère dans une intrigue sombre. L'occasion d'un gueuleton est toujours l'occasion de beaucoup d'humour et de légèreté. Et en prime, nos papilles salivent... Challenge A travers l'histoire 2021 Challenge Mauvais Genres 2021 Challenge Séries 2021
    Lire la suite
    En lire moins
  • Cricri08 Posté le 6 Mai 2021
    1783, c'est un volcan islandais qui tient le devant de la scène puisqu'il dérègle le temps et provoque des maladies, tant dans les champs, chez les animaux et chez les humains. Pendant ce temps, Marie-Antoinette appelle Nicolas à l'aide : un de ses amis est mort piétiné par un de ses chevaux. J'ai retrouvé avec plaisir le marquis de Ranreuil : entre fausse monnaie, écrits diffamatoires et intérêts immobiliers, Nicolas cherche la vérité ET à protéger son fils Louis des ragots. Toujours passionnant, Jean-François Parot ne manque pas de faire un point historique sur la situation tendue en France, aussi de nous mettre l'eau à la bouche avec les repas dégustés par nos inspecteurs gourmands.
  • Crazynath Posté le 28 Octobre 2019
    Et voilà, encore une enquête de Nicolas le Floch menée de main de maitre. D’ailleurs il s’agit précisément de la onzième de notre commissaire au Chatelet. Nous sommes en 1783 et l’Europe subit de curieux phénomènes climatiques. En effet, un volcan est rentré en éruption en Islande et les conséquences ne sont pas des moindres puisqu’un halo continuel empêche que le ciel soit véritablement dégagé. Il n’y aura que certains scientifiques (dont notre éminent chirurgien Secmagus) qui seront capables de faire les liens entre cette météo fort bizarre et l’éruption du volcan, n’oublions pas que le réseau d’information prenait un peu plus de temps à l’époque que de nos jours. Nicolas Le Floch va être mandaté par la reine Marie-Antoinette pour enquêter sur le décès un rien mystérieux d’un de ses proches. En effet, ce noble est mort piétiné par son cheval sans aucun témoin. Il faudra peu de temps à notre marquis de Ranreuil pour decouvrir qu’il s’agit d’un meurtre et que le cheval n’en a été que l’instrument. L’enquête va très vite s’épaissir et les suspects foisonnent. Quels sont les liens avec la fausse monnaie qui circule en ce moment ? Et est-ce que la reine ne serait pas plus mêlée à... Et voilà, encore une enquête de Nicolas le Floch menée de main de maitre. D’ailleurs il s’agit précisément de la onzième de notre commissaire au Chatelet. Nous sommes en 1783 et l’Europe subit de curieux phénomènes climatiques. En effet, un volcan est rentré en éruption en Islande et les conséquences ne sont pas des moindres puisqu’un halo continuel empêche que le ciel soit véritablement dégagé. Il n’y aura que certains scientifiques (dont notre éminent chirurgien Secmagus) qui seront capables de faire les liens entre cette météo fort bizarre et l’éruption du volcan, n’oublions pas que le réseau d’information prenait un peu plus de temps à l’époque que de nos jours. Nicolas Le Floch va être mandaté par la reine Marie-Antoinette pour enquêter sur le décès un rien mystérieux d’un de ses proches. En effet, ce noble est mort piétiné par son cheval sans aucun témoin. Il faudra peu de temps à notre marquis de Ranreuil pour decouvrir qu’il s’agit d’un meurtre et que le cheval n’en a été que l’instrument. L’enquête va très vite s’épaissir et les suspects foisonnent. Quels sont les liens avec la fausse monnaie qui circule en ce moment ? Et est-ce que la reine ne serait pas plus mêlée à cette histoire qu’elle ne le laissait entendre ? Nicolas va croiser certains personnages comme Cagliostro et la comtesse de La Motte-Valois qui va bientôt se faire connaitre dans une affaire on ne peut plus célèbre. Il devra aller jusqu’en Angleterre pour pouvoir avancer dans son enquête qui est , il faut le dire fort compliquée ( ce qui est souvent le cas chez Jean-François Parot ) Une fois de plus j’ai aimé la plume de l’auteur qui nous emmène avec beaucoup de talent dans cette France de la fin du dix-huitième siècle. On sent parfaitement les prémisses de la révolution qui aura lieu dans six ans… Et j’avoue que retrouver l’entourage de Nicolas est toujours un plaisir renouvelé. Challenge Séries 2019 Challenge A travers l’histoire 2019
    Lire la suite
    En lire moins
  • Marcellina Posté le 28 Février 2019
    J'adore ! J'aime le style authentique de maître Parot, son sens profond de l'Histoire, ses personnages si humains et profondément attachants, ses promenades culturelles dans le Paris du XVIIIème siècle si bien documentées, ses intrigues toujours si proches de la vérité historique et ses interrogations qui dans le cas de ce roman rejoignent celles de notre époque où le peuple gronde quand la sphère politique se complaît dans sa bulle. Chaque rencontre avec cet auteur est un véritable coup de cœur. Le choix d'écrire en vieux français m'enchante, les mots sont alors tellement plus vivants, plus gourmands, plus riants que ceux que l'on usent de nos jours. L'humour omniprésent est un plus qui me fait rire aux moments les plus critiques parfois. Et ses personnages, que l'on retrouve à chaque fois avec grand plaisir, sont pétris de l'amour que l'auteur leur porte et cela transparaît d'une si belle manière tout au long des différents romans. C'est, en prime, un véritable régal pour qui aime les bonnes recettes de terroir  :-) Ainsi, juste pour vous faire saliver une petite mijotée de légumes qui m'a fait de l’œil : « Nicolas la regarda, intéressé, préparer de petites pommes de terre, racine qu'elle lui... J'adore ! J'aime le style authentique de maître Parot, son sens profond de l'Histoire, ses personnages si humains et profondément attachants, ses promenades culturelles dans le Paris du XVIIIème siècle si bien documentées, ses intrigues toujours si proches de la vérité historique et ses interrogations qui dans le cas de ce roman rejoignent celles de notre époque où le peuple gronde quand la sphère politique se complaît dans sa bulle. Chaque rencontre avec cet auteur est un véritable coup de cœur. Le choix d'écrire en vieux français m'enchante, les mots sont alors tellement plus vivants, plus gourmands, plus riants que ceux que l'on usent de nos jours. L'humour omniprésent est un plus qui me fait rire aux moments les plus critiques parfois. Et ses personnages, que l'on retrouve à chaque fois avec grand plaisir, sont pétris de l'amour que l'auteur leur porte et cela transparaît d'une si belle manière tout au long des différents romans. C'est, en prime, un véritable régal pour qui aime les bonnes recettes de terroir  :-) Ainsi, juste pour vous faire saliver une petite mijotée de légumes qui m'a fait de l’œil : « Nicolas la regarda, intéressé, préparer de petites pommes de terre, racine qu'elle lui avait fait connaître et qui commençait à se populariser, des carottes, des navets et des oignons. Elle jeta un peu de saindoux dans un poêlon, y fit légèrement prendre couleur les légumes, y coupa de longs morceaux de lard, les fit revenir et assaisonna le tout. Peu après elle y ajouta une laitue entière soigneusement lavée et couvrit le tout des petits pois. Enfin, une légère jetée de sucre acheva la préparation. Trois quarts d'heure de petit feu sur le potager et Nicolas s'attablait et se délectait du plat, sous le regard ému de Catherine. » Cerise sur le gâteau, la toile de fond ! Une ambiance lourde de brouillards secs et teintés qui ne se dissipent pas, d'orages foudroyants qui se multiplient et tuent. Ambiance encore épaissie par cette odeur soufrée, pestilentielle, collante et mortelle pour les plus faibles qu'aucun courant d'air n'arrive à éliminer. Ambiance de fin du monde, de fin d'un monde ; annonce apocalyptique d'une société de plus en plus pressurée, annonce d'une révolution attendue… Et pourtant, rien que de plus naturel ici, juste l'entrée en éruption d'une chaîne volcanique, le Lakagigar le 8 juin 1783 en Islande. Éruption qui va durer jusqu'en février 1784 et qui va provoquer l'étouffement d'une partie de l'Europe dont la France ; asphyxie liée aux nuages de cendres et aux 122 millions de tonnes de dioxyde de soufre émis dans l'atmosphère. Cette situation entraînera non seulement une surmortalité animale et humaine mais sera suivie d'une mini aire glaciaire qui aura raison des récoltes et provoquera de ce fait une période de famine, famine qui pour certains sera le déclencheur de la révolution française. Je n'ai pas encore épuisé mes ressources, il me reste quelques enquêtes de Nicolas Le Floch à découvrir et j'en salive déjà ;-)
    Lire la suite
    En lire moins
Plongez dans l'univers du polar historique avec la newsletter Grands Détectives.
Voyagez au fil des enquêtes de la collection Grands Détectives.